Les résultats financiers d’Orascom Telecom seront connus mardi :

quelles surprises nous réserve Djezzy ?

Par sonia lyes le 30/08/2008 à 13:08

Le groupe égyptien de télécommunication Orascom Telecom publiera, mardi 2 septembre, ses résultats financiers pour le premier semestre 2008. Selon un consensus d’analystes financiers interrogés par l’agence d’information Reuters, les résultats devraient s’inscrire en très forte hausse. Orascom Construction a déjà publié jeudi des résultats en nette progression, profitant notamment de la baisse de l’impôt sur les bénéfices des sociétés en Algérie. Il est en effet passé de 25% à 19%. Autrement dit : Orascom Construction a doublement profité de sa présence en Algérie : elle a remporté des marchés publics et bénéficié d’un abattement fiscal sur les gains qu’elle a réalisé sur ces mêmes projets. On est loin du discours de fermeté du président Bo^^^^^ika prononcé le 23 juillet dernier devant les maires du pays !

Mardi prochain, plusieurs indicateurs seront passés au crible concernant Djezzy, la filiale algérienne d’Orascom Telecom. En premier lieu, l’évolution de ses investissements. Au premier trimestre 2008, les dépenses de l’opérateur avaient lourdement chuté, de plus 39%. Une baisse étonnante dans la mesure où la tendance dans le monde des télécommunications mobiles à travers le monde est justement à la hausse des Capex. Plus inquiétant, cette baisse des investissements a eu un impact négatif sur la qualité du réseau et des communications du premier opérateur mobile algérien par le nombre d’abonnés.

L’autre point concerne l’évolution des parts de marché de Djezzy. A la fin du premier trimestre, elles étaient de 64%, faisant de lui un opérateur largement dominant. La nouvelle loi sur la concurrence, si elle est appliquée, devrait contraindre Djezzy à baisser ses parts sous le seuil des 50% pour permettre aux autres opérateurs de se développer. Dans les pays européens, comme la France, les opérateurs historiques ont du abandonner des parts de marché importantes dans le fixe, l’internet et le mobile pour favoriser le développement de nouveaux entrants et encourager la concurrence. Autre indicateur qui sera surveillé mardi : le taux de marge brute (il avoisinait les 66% au premier trimestre, un record) et les montants en devises transférés à l’étranger.

Selon un spécialiste interrogé par toutsurlalgerie.com, le changement à la tête de la filiale algérienne à la veille de la publication des résultats du groupe, avec le départ de Hassan Kabanni, n’augure rien de bon pour la suite des événements. Les autorités monétaires et politiques algériennes devraient regarder de très près les détails des résultats qui seront dévoilés mardi prochain. Et peut-être enclencher une série de mesures…

source : http://www.toutsurlalgerie.com/alger...tats-4649.html