Alors qu’il enregistre une baisse sur le marché officiel
L’euro reste à 119 dinars sur le marché parallèle

Les cours de l’euro sur le marché parallèle de la devise sont restés fermes depuis un an. L’euro s’échange sur le marché noir à 119 dinars après avoir culminé à plus 120 dinars pendant une bonne période
. Alors que sur le marché officiel, le dinar s’est apprécié face à l’euro. Il est passé de 104 dinars à 101 dinars puis à 93 dinars pour les particuliers. L’écart entre les deux taux est aujourd’hui de près de 30%, ce qui est fort important. Ce phénomène est d’autant plus marquant que la valeur de l’euro a baissé par rapport au dollar ces derniers mois sur les marchés internationaux. Des spécialistes disent que le vrai taux du dinar est celui du marché parallèle. Ce marché prospère en raison de ce différentiel, mais aussi par la disparition d’une mesure qui avait participé au rapprochement entre les deux taux : la nécessité pour les importateurs spécialisés dans la revente en l’état de disposer d’un capital minimum de 2 milliards de centimes La cotation du dinar par la Banque d’Algérie reste administrative. L’institut d’émission est intervenu pour freiner la hausse de l’euro par rapport au dinar au moment où sur les marchés internationaux de change l’euro s’était fortement apprécié par apport au dollar atteignant la barre de 1,60. Il est redescendu sous 1,45 aujourd’hui. Profitant de l’effet d’accumulation de l’épargne en devises, le dinar s’est renforcé par rapport au dollar américain. Et même par rapport à l’euro. Pour les transactions commerciales et les particuliers, l’euro s’échangeait du 24 août au 30 août à 94,13 et à 93,86 dollars la première semaine de septembre. Par rapport à mars 2008, la baisse est d’environ 10%. Une aubaine pour les opérateurs. Le dollar américain s’échange, lui, à 63 dinars contre 69 dinars en mars.

Le dinar se stabilise donc voire se renforce par rapport au dollar et à l’euro. En ce sens, le FMI encourage l’Algérie à aller plus loin. Le “fonds encourage les autorités à gérer le taux de change de manière flexible, tout en mettant en œuvre des politiques visant à accroître la productivité et la diversification économique”.

source : http://www.liberte-algerie.com/edit....parall%C3%A8le