Les opérateurs s’activent pour l’identification des puces
Le compte à rebours a commencé
04 mars 2008
Cliquer ici pour agrandir

En réaction à la décision de l’ARPT (Autorité de régulation de la poste et des télécommunications), de procéder à la désactivation systématique, dés avril prochain, des puces mobiles prépayés non identifiées, les opérateurs de la téléphonie mobile, ont entamer sur les « chapeaux de roues » des campagnes visant à régularisation de leurs clients. (Par Elias B.)


Dans un communiqué de presse, l’opérateur public Mobilis a informé ses clients de l’offre prépayée du lancement de la campagne d’identification et les invite à se présenter aux centres de l’opérateur munis de leurs pièces d’identité. Mobilis précise que « le contrat est une obligation légale exigée par la loi »

Le directeur de la communication de Mobilis, Mohamed Daas, souligne qu’à leur niveau le problème réside dans le décalage entre l’arrivée de nouveaux clients et leurs enregistrements dans le système de l’opérateur.

Selon lui, les deux millions de clients qui se sont ajoutés au parc de Mobilis entre 2006 et fin 2007, n’ont pas été tous été enregistrés sur le système. « Nos services de saisie ont été submergés par le flux des nouveaux abonnés », explique-t-il. Ce denier assurera que le problème est en voie d’être réglé. Un certain nombre de mesures ont été prises dans ce sens. Un centre dédié à l’enregistrement des contrats des clients, a été installé récemment. Mobilis a également lancé un appel d’offres pour la saisie massive des contrats, précisera le responsable de la communication de l’opérateur. Algérie Télécom Mobile a aussi introduit la décentralisation dans la gestion de l’enregistrement des nouveaux clients, en dotant ses centres régionaux de l’outil nécessaire à cet effet, à travers ses 85 agences et ses 35 points de ventes. Et enfin les distributeurs ont également impliqués dans cette campagne. Mobilis leur offre une commission de 50 à 100 DA pour la remontée des contrats.

Au sein de l’opérateur Nedjma, l’heure est également à une régularisation des clients. Selon les affirmations d’un responsable de la communication de l’opérateur étoilé, une telle opération a été déjà lancée au sein de Nedjma. Entre autres actions entreprises dans ce sens, il y a l’identification par l’envoi d’un SMS par l’abonné qui, également, peut se présenter directement dans une boutique ou un espace Nedjma pour procéder à la régularisation de sa puce. Nedjma réserve également un espace dédié à cette opération lors des foires et expositions.

« Pour Nedjma, le problème réside plus dans la « remontée » des contrats », précise le responsable de Nedjma. « Les distributeurs, qui sont eux même confrontés à ce problème avec les grossistes, mettent du temps pour nous transmettre les fiches de contrats. Cela les pénalise financièrement, parce qu’ils touchent une commission pour chaque fiche transmise », affirmera-t-il.

Pour rappel, c’est le président du conseil d’administration de l’ARPT, Mohamed Belfodil, qui annoncé la date butoir pour la régularisation des puces de chaque opérateur, lors de son passage au forum d’El Moudjahid. Ainsi, ce sont pas moins de 3 millions de lignes qui risquent d’être désactivées, si elles ne sont pas identifiées. A rappeler également que la décision a été prise pour la première fois il y a plus d’une année, par le ministre de la Poste et technologies de l’information et de la communication, après que les services de sécurité ont révélé qu’un attentat à la bombe a été commis à l’aide de téléphones portables. Reste à savoir si le temps imparti aux opérateurs est suffisant pour mener à terme cette opération.

source : http://www.mobilealgerie.com/modules...rticle&sid=812