L’ouragan géant Ike provoque des dégâts catastrophiques au Texas

samedi 13 septembre 2008.

L’ouragan géant Ike, qui s’est abattu dans la nuit de vendredi à samedi sur les côtes américaines du Texas (sud) avec des rafales de vent dépassant les 200 kmh, a fait d’importants dégâts, notamment à Houston, la quatrième ville du pays. Aucune information n’avait encore fait état de victime à la mi-journée, les secours ayant commencé tardivement alors que des vents forts continuaient à souffler plus de 12 heures après que le cyclone eut touché le Texas.


L’oeil de l’ouragan a frappé la côte à Galveston à 02H10 locales (07H10 GMT), à environ 70 km au sud de Houston avec des vents de plus de 175 km/h, faisant monter le niveau de la mer de six mètres environ, selon le Centre national des ouragans (NHC). Les éléments ont provoqué des inondations et des dégâts considérables une bande côtière longue de 800 km le long du golfe du Mexique. A 15H00 GMT, la force des vents était retombée à 130 km/h alors que le centre de l’ouragan se déplaçait vers le nord-est.

Les autorités de Galveston, une station balnéaire bâtie sur une langue de terre entre une lagune et le golfe, craignaient de découvrir de nombreuses victimes. "Ca a été facile jusqu’à présent", a déclaré un pompier réfugié dans l’hôtel le plus solide de la ville. "Mais ramasser les corps va être une autre paire de manches vu le nombre d’appels que nous avons reçus hier alors que nous ne pouvions aller nulle part". Les pompiers ont décidé vendredi à 21H00 locales (02H00 GMT) de ne plus se déplacer en réponse aux appels de détresse. Malgré l’ordre d’évacuation lancé jeudi, plus d’une centaine de milliers d’habitants seraient restés terrés chez eux à Galveston et dans le proche comté de Brazoria. "Je n’ai jamais vu un ouragan pareil. L’étendue des dégâts va dépasser l’imagination", a déclaré Diane Thiel, une habitante de Galveston âgée de 62 ans. La ville a déjà été frappée en 1900 par un cyclone qui a fait plus de 8.000 morts et reste la plus grave catastrophe naturelle de l’histoire des Etats-Unis. Les chaînes de télévision montraient le plus haut gratte-ciel de Houston avec de nombreuses vitres éclatées. Le maire de la ville, Bill White, a appelé les habitants à ne pas sortir et à boire de l’eau en bouteille en raison des coupures d’électricité qui touchaient une importante station de pompage. "Plus de 10.000 employés municipaux, pompiers, police, services de voirie et de nettoyage sont déjà sur le terrain", a-t-il dit, précisant que les appels d’urgence traités en priorité étaient ceux signalant "un danger de mort". Quelque 1,2 million d’habitants avaient évacué la région dès vendredi. L’ouragan a pu amener jusqu’à 25 cm de pluie sur l’est du Texas et le sud-ouest de la Louisiane, selon le NHC.

D’après différentes estimations, de deux à trois millions de foyers étaient sans électricité : l’ouragan a arraché de nombreux poteaux et des arbres ont coupé les fils électriques. Les services d’urgence ont enregistré une augmentation de 60% des appels de secours. "C’est une tempête énorme, qui provoque beaucoup de dégâts, pas seulement au Texas mais aussi dans certaines parties de la Louisiane", a déclaré le président George W. Bush. M. Bush a annoncé un allègement des procédures d’importation d’essence afin de répondre aux difficultés d’approvisionnement provoquées par le passage d’Ike sur les raffineries de Houston, qui représentent 25% de la capacité de raffinage des Etats-Unis. Vendredi, avant l’arrivée du cyclone, les prix de l’essence ont fait un bond à plus de cinq dollars le gallon (3,78 litres) dans la région contre 3,64 dollar en moyenne la semaine précédente aux Etats-Unis, selon le Département des Transports.

Le candidat démocrate à la présidentielle américaine, Barack Obama, a fait appel à ses partisans pour qu’ils envoient des dons ou se portent volontaires. Son rival républicain John McCain, disant redouter "d’importantes pertes en vies humaines", a adressé ses prières aux victimes et fait part de son inquiétude pour la hausse du prix de l’essence.

source : AFP

source : http://algerie.actudz.com/article2574.html