L'indépendance de la résolution dans Windows 7

Mardi 16 septembre 2008 à 16:50

Cliquer ici pour agrandir
Indépendance de la résolution sous Mac OS X

Le problème de la résolution et de la taille des caractères est un problème important actuellement : seuls 55 % des gens utilisent un écran LCD dans la résolution native, essentiellement à cause de la taille des icônes et autres polices.

DPI, caractères et résolution
Une petite explication s’impose. Un écran LCD dispose d’une résolution native (typiquement le 1 680 x 1 050 pour un 22 pouces, par exemple). Utiliser une autre résolution, plus faible, va obliger l’écran à calculer les pixels intermédiaires et produire un effet de flou. Pourtant, beaucoup de gens diminuent cette résolution : les caractères sont souvent trop petits. Le problème vient de la gestion des OS : les caractères ont une taille fixe en point et la taille des caractères (et de l’interface en général) diminue donc en fonction de la résolution. On mesure généralement la définition d’un écran en DPI : entre 100 et 110 dpi, c’est parfait, en dessous les caractères sont souvent trop gros (un 15 pouces en 1 024 x 768 et ses 85 dpi) au-dessus les caractères sont parfois considérés comme trop petit (un 17 pouces en 1 920 x 1 200 et ses 133 dpi).

L’indépendance de la résolution
Windows 7 va proposer par défaut une option d’indépendance de la résolution. Déjà disponible en test sous Mac OS X (avec quelques bugs), cette option consiste essentiellement à modifier la taille des caractères au niveau de l’OS. Concrètement, que la taille des caractères reste identique sur un 17 pouces en 1 280 x 1 024 ou sur un 17 pouces en 1 920 x 1 200. Même si l’option existait déjà sous d’anciens systèmes (comme Windows XP), les fondations graphiques de l’OS ne permettent pas d’agrandir sans une perte de netteté (surtout sur les images et les éléments d’interface) ce qui limite l’intérêt. Avec les interfaces entièrement vectorielles des OS récents, l’agrandissement des éléments se fait sans perte de qualité. Microsoft indique par ailleurs que les tests effectués montrent que 91 % des applications fonctionnent parfaitement avec le HighDPI (et donc que 9 % des programmes fonctionnent mal).

En pratique, l’intérêt est évident sur un point : garder un écran avec une finesse d’image correcte (pour les vidéos, les jeux, etc.) tout en offrant une interface utilisable même pour ceux qui ont des problèmes de vue. Notons que beaucoup d’utilisateurs ne semblent pas s’émouvoir de ce problème et que travailler sur un 19 pouces LCD (5/4, 1 280 x 1 024 en natif) en 800 x 600 (4/3) ne les gêne pas.

source : http://www.presence-pc.com/actualite...windows-31368/