Air Liquide rachète Sidal et veut investir 25 millions d’euros d'ici 2012

Par TSA (avec AFP) , le 17/09/2008

Le groupe français Air Liquide a racheté l'entreprise publique algérienne Sidal et compte investir jusqu'à 25 millions d'euros par an d'ici à 2012 en Algérie, a annoncé mercredi à l'AFP le directeur général d'Air Liquide Algérie, Paul Leondaridis. «Nous avons acquis le 29 juillet la totalité des actions de Sidal. Le rachat effectué après l'effacement total des dettes de cette entreprise, prévoit le maintien de son personnel et la modernisation de ses installations», a déclaré M. Leondaridis. Le montant de cette transaction n'a pas été rendu public, mais il avoisinerait les 20 millions d'euros. M. Leondaridis confirme ainsi les informations révélées dès le 14 septembre par TSA (lire notre article).

Sidal, société d'installation et de diffusion de matériel technique en Algérie, emploie actuellement une centaine de personnes et a réalisé un chiffre d'affaires de près de 2,2 millions d'euros en 2007. Créée en 1975 par l'entreprise publique algérienne Société nationale de la sidérurgie (SNS, 51%)) et Air Liquide (49%), Sidal est spécialisée dans la fabrication et la distribution de postes et équipements de soudage, équipements cryogéniques, équipements hospitaliers de mise en oeuvre des gaz et liquides cryogéniques. En 2000, Air Liquide avait cédé la totalité de ses actions dans Sidal à son partenaire algérien Sider (ex-SNS). Le rachat de Sidal a été précédé par la création en mai 2007 d'Air Liquide Algérie, filiale à 100% du leader mondial des gaz industriels.

"L'acquisition de Sidal vient couronner les efforts d'Air Liquide menés depuis trois ans pour reprendre des opérations gaz industriels en Algérie", a expliqué M. Leondaridis. "Nous allons investir une dizaine de millions d'euros dans la construction d'une usine de production d'oxygène à Reghaia à l'est d'Alger et moderniser l'usine de fabrication de postes à souder de Tenès (ouest) appartenant à Sidal", a ajouté M. Leondaridis. "Nous sommes prêts à investir en Algérie 25 millions d'euros par an et même plus, mais tout dépend des opportunités dans les grands projets pétrochimiques ou sidérurgiques", a précisé M. Leondaridis.

source : http://www.toutsurlalgerie.com/Alger...mill_4829.html