Nouveaux Penryn : E7300, E8600 et Q8200
Stéphane Charpentier | 01/09/2008

Introduction

Penryn encore là pour un moment...
Alors qu’Intel fait lentement monter la pression médiatique à propos des processeurs Nehalem, il ne faut pas perdre de vue les évolutions de la gamme actuelle de Core 2 Duo et Core 2 Quad « Penryn ». Car ces derniers risquent d’encore longtemps vous intéresser et de rencontrer du succès à cause des contraintes imposées par Nehalem. De retour de l’IDF, nous sommes en effet mieux informés au sujet des futurs processeurs Intel et pouvons mieux vous éclairer sur leur futur. Comme vous le savez, le Nehalem n’est pas un changement anodin chez Intel et fait partie de ce que le fondeur appelle un « Tock » : un changement d’architecture par opposition au « Tick » qui n’est qu’un portage d’une architecture vers un nouveau procédé de fabrication. Ainsi, Core était un « Tock » tandis que Penryn ne fut qu’un « Tick », à savoir le portage de l’architecture Core du 65 au 45 nanomètres, avec tout de même au passage quelques optimisations et l’ajout du jeu d’instructions SSE4. Avec Nehalem, Intel inaugure une nouvelle architecture et reste avec le processus de fabrication en 45 nanomètres. Il faudra attendre les processeurs Westmere pour le passage au 32 nanomètres, le prochain « Tick » donc.

Cliquer ici pour agrandir

Si « Core » était une nouvelle architecture, elle n’en gardait pas moins des acquis des générations précédentes, à savoir les Pentium 4 et Pentium D. Le socket est en effet resté le même, à savoir le LGA775. Mais les spécifications électriques des Core 2 Duo/Quad ont obligé les fabricants à proposer de nouvelles cartes mères avec un système d’alimentation en phase, sans mauvais jeu de mots, avec les processeurs Core. Mais grâce à ce socket inchangé, ceux qui ont acquis une carte mère LGA 775 avec un Pentium D ou 4 après la sortie des Core 2 Duo peuvent envisager de mettre à jour leur configuration avec un Core 2 65 nanomètres voire un Penryn (45 nm) si la carte le prévoit. En matière de mémoire, la pérennité est également assurée car le contrôleur mémoire reste au niveau du chipset et bien qu’Intel ait voulu que ses jeux de puces haut de gamme soient réservés à la DDR3, les fabricants ont continué de sortir des cartes mères dotés de slots mémoire DDR2. Même pérennité en matière de systèmes de refroidissement vu le socket inchangé depuis la sortie des Pentium 4 « Prescott » sur socket LGA775.

Nehalem : changements profonds, upgrade impossible...
En changeant de socket, Nehalem amène lui aussi son lot de bouleversements mais les changements sont plus profonds et inévitables. Car si Intel faisait rimer socket LGA775 avec DDR2 et PCI-Express, certaines cartes mères transitoires ont été dotées d’un tel socket mais accompagnées de slots DDR1 et d’un port AGP afin d’assurer un minimum de compatibilité avec le matériel existant. Avec Nehalem, on n’a pas droit à un seul changement de socket mais à deux ! Nous aurons en effet les sockets LGA 1366 et LGA 1160. Le premier cité sera réservé aux Core i7 Quad Core haut de gamme « Bloomfield » utilisant le QPI (QuickPath Interconnect, remplaçant du principe du FSB) tandis que le LGA 1160 sera réservé aux processeurs milieu et bas de gamme, à savoir les dual-core Lynnfield et quad-core Havendale qui utiliseront eux le DMI (Direct Media Interface), tandis que certains processeurs disposeront d’une solution graphique intégrée. En matière de chipsets, les Core i7 seront couplés à un classique Northbridge (X58) et Southbridge (ICH10) tandis que les CPU LGA 1160 utiliseront un système à un seul jeu de puce, l’iBex Peak. Voilà qui limitera fortement les possibilités d’upgrade au sein de la famille Nehalem une fois la carte mère choisie. Si vous optez pour du milieu de gamme, le haut de gamme vous sera définitivement fermé tant que vous ne changerez pas de carte mère.

Cliquer ici pour agrandir
Le socket 1366 qui accueillera les Core i7 "Nehalem"

Autre changement et non des moindres : l’intégration du contrôleur mémoire DDR3 (triple canal) au sein du processeur, de la même manière qu’AMD avait intégré un contrôleur mémoire DDR1 au sein des premiers Athlon 64. Il en résulte une incompatibilité logique avec la DDR2 vous obligeant à investir dans de la DDR3 ! Ensuite, les derniers bruits de couloir font état d’une envie de castrer les possibilités d’overclocking sur le milieu et bas de gamme. Il serait en effet pleinement réservé aux versions Extreme Edition des Core i7 LGA 1366 et quelque peu limité pour les autres versions du Bloomfield. Intel n’a clairement plus envie de voir ses processeurs haut de gamme se vendre mal parce que ses milieux et bas de gamme montent très bien en fréquence. Le but est donc d’éviter des équivalents aux Core 2 Duo FSB800 et FSB 1066 qui avaient ouvert la brèche de l’overclocking facile et (presque) pour tous. Intel est une société qui, au-delà de ses recherches technologiques, veut aussi faire de l’argent, beaucoup d’argent. Si l’overclocking a permis à Intel de revenir dans la course et de monter en popularité par rapport à AMD, il semble que le surcadencage sur Nehalem sera nettement plus difficile.

Nouveaux Penryn E7300, E8600 et Q8200
Pour toutes ces raisons et encore d’autres plus accessoires, comme l’arrivée des Nehalem milieu de gamme LGA 1066 seulement au troisième trimestre 2009, il convient de ne pas négliger la gamme actuelle de Core 2 « Penryn » qui risque de nous intéresser encore quelques temps en permettant des « upgrades » faciles de configurations. C’est dans cette optique que nous vous proposons le test de trois nouveaux processeurs Intel « Penryn » : le Core 2 Quad Q8200 et les Core 2 Duo E7300 et E8600…

source : http://www.matbe.com/articles/lire/9...8600-et-q8200/