Plus de 70.000 donneurs de sang permanents enregistrés en Algérie

22.10.2008

Cliquer ici pour agrandir

L'Algérie compte actuellement plus de 70.000 donneurs de sang permanents, tous sexes confondus, contre 60.000 en 2007, a indiqué hier la Fédération algérienne des donneurs de sang (FADS).


Le nombre de donneurs permanents a augmenté ainsi de quelque 10.000 donneurs en moins d'une année, a déclaré M. Kaddour Gherbi, secrétaire général de la FADS, lors d'une conférence de presse animée à la veille de la célébration de la Journée nationale des donneurs de sang, coïncidant avec le 25 octobre de chaque année.

En outre, selon les données fournies par la même source, 367.887 dons de sang ont été enregistrés par la FADS en 2007.

M. Gherbi a indiqué que l'objectif de la FADS est d'"améliorer le pourcentage du don régulier qui reste minoritaire par rapport aux dons de sang destinés aux proches". Il a fait savoir, dans ce sens, qu'il est nécessaire d'assurer une "augmentation annuelle de 10% au moins" des collectes de sang pour subvenir aux besoins des structures médicales.

Eu égard à l'importance du don de sang pour les patients en souffrance et en quête d'une transfusion, "c'est une journée commémorative célébrée par nos comités à travers tout le pays et qui sert de vecteur pour encourager la collecte de sang périodique par des donneurs a faible risque", a souligné le secrétaire général de la FADS.

Dans le souci de se rapprocher d'avantage du donneur de sang, la fédération à importé 13 clinomobiles (centre de transfusion sanguine itinérant spécialement aménagé pour la collecte de sang).

Pour la réalisation de ces objectives, la FADS bénéficiera d'une contribution financière attribuée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) d'un montant de 17.000 dollars, a déclaré de son côté la représentante de l'OMS Mme Amina Boudamous. Selon les chiffres de l'OMS, 82% des habitants de la planète ne sont pas sûrs de pouvoir recevoir le sang dont ils pourraient avoir en cas de besoin.

En effet, le sang contaminé par le VIH continue d'être à l'origine d'environ 5% des infections VIH en Afrique, indique la même source.

D'autre part, une enquête récente de l'OMS révèle que 39 pays seulement sur 178 peuvent compter sur 100% de dons volontaires non rémunérés.

source : http://www.echoroukonline.com/fra/actualite/2386.html