Samsung et Netflix : la fin du Blu-ray ?

Mardi 28 octobre 2008 à 00:00

Cliquer ici pour agrandir
Samsung BD-P2500

Samsung et Netflix ont annoncé un partenariat offrant la location de film sur Internet depuis le site de Netflix, directement depuis un lecteur Blu-ray de la firme.

Le DVD et Internet comme concurrent
Il semblerait que le business modèle d’iTunes fasse des envieux et que le Blu-ray ait un sérieux concurrent. Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec cette compagnie, Netflix loue des DVD par la poste. Il vous envoie le DVD et vous le renvoyez, une fois que vous l’avez visionné, en utilisant l’enveloppe fournie. Les utilisateurs paient un abonnement qui varie entre 5 $ et 17 $ par mois. Récemment, la firme a commencé à proposer des Blu-ray en option pour 1 $ de plus par mois.

Même Samsung s’y met
Jeudi dernier, Netflix a annoncé que suite à un partenariat avec Samsung, les lecteurs de salon BD-P2550 et BD-P2500 pouvaient streamer depuis les serveurs de Netflix le contenu loué. Netflix offre déjà un service qui permet de faire du streaming depuis un ordinateur. Les films proposés sont encodés en SD. Ce n’est pas le premier partenariat de ce genre puisque Netflix offre un service similaire sur la Xbox et les lecteurs LG. Néanmoins, Samsung étant un des grands promoteurs du Blu-ray, on ne peut s’empêcher de penser que ce genre d’initiative ne va pas aider les ventes de disques bleus et montre l’engouement croissant pour les solutions de location de films sur Internet.

Le Blu-ray : un bon format au mauvais moment

Alors qu’Apple boude le Blu-ray, estimant que le meilleur moyen de regarder un film en HD est de passer par iTunes (cf. « Nouveau Cinema Display par Apple, mais pas de Blu-ray »), le fait que Samsung fasse la promotion de solution en ligne montre qu’après le DVD, Internet devrait être un frein important à l’expansion du format bleu.

Les prévisions de Netflix viennent corroborer cela. La firme s’attend à ce que 500 000 consommateurs paient un dollar supplémentaire pour l’option Blu-ray, ce qui représente 6 % de ses abonnés. C’est bien inférieur aux chiffres de Nielsen qui estiment que parmi les ventes de films, 90 % se font sur DVD et 10 % se font sur Blu-ray. Les prévisions de Netflix pourraient tout simplement être le signe que le Blu-ray, qui a de sérieux avantages, est arrivé au mauvais moment.

La conjoncture économique fait que les foyers ne vont pas s’aventurer vers de nouvelles technologies coûteuses. Internet et les DVD restant l’option la moins chère, on peut s’attendre à ce que les ménages plébiscitent ces solutions. Lorsque l’économie repartira (beaucoup parlent de mi 2009), on peut penser que les services de location ou vente en ligne auront eu suffisamment de succès et auront assez mûri pour voler la vedette du format bleu dont le ciel est bien gris pour le moment.

source : http://www.presence-pc.com/actualite...Netflix-32041/