L’interface du site web du journal «Le Quotidien d’Oran» vient de faire l’objet d’une tentative de piratage, apparemment par des hackers marocains. C’est ce qu’ont relevé les habitués du site qui ont constaté, durant la journée de jeudi, que la page de présentation du journal, dans sa présentation web, a été remplacée par un contenu rédigé en anglais et portant l’entête « Hacked by cr4cker... man from Maroc», littéralement: «piraté par un ^^^^^er du Maroc». Sur l’interface du site, on peut lire également cette curieuse inscription: «Maroc—security, murder team», en français: «Sécurité du Maroc, une équipe de meurtre», faisant probablement référence aux services de sécurité marocains». Ainsi, les lecteurs ont été privés, depuis jeudi, de consulter leur site, qui a été, en effet, bloqué par les responsables du journal pour mettre au clair cette histoire. La direction du journal affirme que le problème est actuellement pris en charge et le site sera opérationnel de nouveau, dès que des solutions techniques soient apportées.
Bien entendu, ce n’est pas la première fois que le site Internet d’un journal algérien ou étranger, ou que des agences gouvernementales ou privées, parfois très sensibles, de par le monde, soient piratées par des hackers pour diverses raisons, liées, notamment, au challenge que cela représente pour le pirate lui-même, histoire de prouver ses capacités techniques. Les exemples foisonnent, d’ailleurs, dans ce domaine: les sites de la NASA et du Pentagone américains ont été piratés, à maintes reprises, et celles de banques célèbres, parfois par des adolescents chevronnés en matière d’informatique.
L’autre raison est en rapport avec les tentatives des hackers de s’approprier des fichiers contenus dans tel ou tel site web, ou tout simplement d’en modifier les contenus. Il n’y a pas longtemps, le compte bancaire du président français Sarkozy a été piraté.


source