« Anonymous » a encore frappé. Le fameux groupe de hackers rendu célèbre par son combat contre l’Eglise de Scientologie a trouvé un nouveau cheval de bataille. Le mal est incarné, cette fois, par l’état australien et son gouvernement jugé liberticide par les hackers. En cause : un projet de loi comportant un volet « filtrage de données sur Internet ».



Des symboles attaqués

Ni une ni deux, le groupe « Anonymous » a décidé de déclarer la guerre à l’Australie et s’en est pris dès hier au site de son premier ministre Kevin Rudd le rendant inaccessible pendant près de 20 mn. L’attaque s’est ensuite portée sur le site de l’équivalent australien de notre CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) avant de se propager à celui de Stephen Conroy, le ministre en charge de la Communication.

Au final, le débat semble impossible à établir entre un groupe d’activistes qui crie à la censure et au contrôle des médias et une classe politique qui prétend vouloir limiter le filtrage aux contenus pédophiles ou trop violents.

source : tomsguide.com