Tablette Nedjma, clés 3G : Y a-t-il une arnaque de Wataniya Télécom Algérie ?




Wataniya Télécom Algérie/Nedjma risque d’avoir des soucis auprès de sa clientèle. Matériel défectueux, mauvais accueil risquent de devenir l’image de marque du troisième opérateur national. Poker menteur ou nouvelle arnaque ?

Désormais disponibles sur le marché algérien via l’opérateur Nedjma, les tablettes 3G devraient faire rentrer le consommateur algérien dans une nouvelle étape technologique. Commercialisables dans tout le territoire national, le succès devrait être garanti. Sauf que, déjà, divers problèmes ont été signalés. Comme rapporté dans notre édition de dimanche en page 4, un citoyen a adressé une lettre au PDG de Wataniya Télécom Algérie/Nedjma, dans laquelle ce qui peut, d’ores et déjà, être considéré comme une arnaque, est évoqué.

Mr Mohamed Rezki Besas n’a pas caché sa peine et sa déception, non seulement quant au matériel défectueux, un câble USB d’alimentation, mais aussi et surtout, quant au comportement arrogant du chef de service auprès duquel il s’était rendu, pour régler son problème. « Au moment de la venue du chef de service, explique-t-il dans sa lettre, celui-ci avait une expression faciale méchante et agressive à mon égard, afin de m’intimider.
(…) Le contenu de son discours était correct, et le ton et le timbre de sa voix haussée qui frôlaient l’insolence m’avaient basculé dans une colère noire ». De qui se moque-t-on ? N’est-ce pas une marque de mépris à l’égard d’un consommateur, venu juste faire une réclamation ? D’autant, qu’à la suite de cette lettre, beaucoup vont se méfier de ces tablettes 3G, qui auraient fait la fierté d’un certain Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des Technologies de la Communication et de l’Information, qui, pourtant, avait annonçait, en grande pompe, l’arrivée de la 3G en Algérie alors que nos voisins marocains et tunisiens évoquent déjà la 4G, la 3G étant devenue quasiment obsolète, chez eux. Dès lors, le consommateur potentiel devrait s’inquiéter de la qualité du matériel fourni par Nedjma.
On pourrait, dans ce cas précis, parler de « tablette 3G Taïwan », tant la suspicion devient de mise, en pareil cas. Des Mohamed Rezki Besas, il risquerait d’y en avoir à la chaîne, devant tous les points de vente Nedjma d’Alger à Tamanrasset, en passant par Annaba ou Tlemcen. Mauvais coup pour le troisième opérateur national. Reste donc pour ce dernier à tenter d’améliorer son image de marque, en proposant un matériel de meilleure qualité et un personnel qui soit respectueux de la clientèle, ce qui est loin, très loin des standards internationaux. Encore un mauvais point pour l’Algérie qui souhaite adhérer le plus rapidement possible à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).


Source