Jump to content

Recommended Posts

L’Algérie est le premier pays arabe dans le piratage des logiciels informatiques, alors qu’elle reste une zone de non-droit en matière d’atteinte aux droits de propriété intellectuelle, un marché où le téléchargement se banalise et où quelques hackers sont déjà des célébrités redoutées.

 

La situation est telle que les autorités, autant à cause des proportions alarmantes qu’à cause des doléances à répétition des partenaires étrangers, ont décidé d’instaurer de nouvelles lois contre la contrefaçon et les atteintes à la propriété intellectuelle et de former certains services judiciaires et de sécurité en fonction de cette nouvelle donne.

 

L’enjeu est autant de lutter contre des formes multiples de délinquance informatique, ce qu’on appelle la cybercriminalité, que de mettre fin à une situation qui coûte à l’Etat pas moins de 90 milliards de dinars de manque à gagner.

 

Les premiers résultats d’une batterie de mesures, dont le département de Tayeb Belaïz sera l’initiateur, devront être communiqués en marge du premier forum arabe pour la protection du consommateur et des marques commerciales, prévu en octobre de cette année.

 

En attendant, nul n’ignore que la généralisation du piratage a atteint des seuils record. L’organisation Business Software Alliance estime que le taux de piratage des logiciels en Algérie est estimé à 84%, la propulsant au premier rang dans le monde arabe.

 

Qu’il s’agisse des systèmes d’exploitation (Windows notamment), des applications les plus ordinaires (Word, Excel, Photoshop, antivirus, etc.) ou des jeux et autres didacticiels, toutes les formes de piratage sont pratiquées en Algérie. Le plus grave est quand cela prend la forme de la copie à l’identique que l’on peut trouver sur les marchés asiatiques ou d’Europe de l’Est, ce qu’on appelle les logiciels craqués.

 

Ces logiciels sont introduits par des réseaux internationaux disposant de compétences de piratage de haut niveau. Viennent ensuite les activités qui en découlent en Algérie et qui sont à la portée du premier venu, à travers la copie servile, soit les CD gravés ou les téléchargements à partir du net.

 

Enfin, moins délictuel mais tout aussi pernicieux, il en est qui pratique l’abus de licence, c’est-à-dire l’installation des logiciels sur un plus grand nombre de postes que prévu par le contrat, ce que pratiquent beaucoup de sociétés.

 

Microsoft, première victime

 

Pour souvenir, l’éditeur américain et non moins leader mondial Microsoft a tenté, dès son entrée en Algérie en 1998, de faire barrage au piratage en prévoyant une campagne d’envergure nationale.

 

Il suffisait d’envoyer des représentants auprès de n’importe quelle entreprise et lui demander de justifier d’une licence pour les logiciels. A défaut, une action en justice devait être entreprise ou alors le fautif devait acheter le produit.

 

Il se trouve, malheureusement, que le phénomène est tel qu’il touche même de nombreuses institutions de l’Etat et ses démembrements administratifs, ce qui aurait provoqué une situation conflictuelle de nature peut-être à noyer la filiale algérienne dans d’autres voies que celle de la conquête du marché.

 

Un arrangement semble alors avoir été trouvé du temps du gouvernement Benflis consistant en l’engagement des autorités à mettre progressivement en place les balises pour mettre fin à cette situation, pendant que beaucoup d’administrations et d’entreprises publiques (à l’image de Saïdal) s’engageaient à payer à un prix raisonnable les licences des logiciels utilisés.

 

Il est vrai que, depuis, la progression de Microsoft en Algérie est indéniable. Ce n’est pas le cas dans d’autres pays où l’éditeur américain a relancé, l’an dernier, son offensive contre les contrefaçons de logiciels.

 

Pas moins de 52 plaintes en justice ont été déposées contre des pirates présumés, dans un grand nombre de pays, dont la Chine.

 

Nos petits vendeurs de CD pirates, vendus à moins de 100 DA, n’en sont pas encore là, encore que les annales judiciaires portent déjà sur l’arrestation d’un vendeur à Mascara en septembre dernier ainsi que la saisie d’un lot de CD de logiciels piratés. Mais, encore là, beaucoup reste à faire. Les CD se vendent à même le trottoir, et pas une ville, pas un quartier n’a pas son propre vendeur de logiciels piratés, très disponibles, au su et au vu des autorités.

 

D’après les chiffres du CNES, dans son rapport sur l’économie informelle (2004), le piratage informatique emploie pas moins d’un million de personnes. C’est dire la dimension de ce marché qui représente une intersection entre une grande demande sur les produits autrement inaccessibles et un fort taux de chômage des jeunes.

 

Cela, d’autant que toute application de la vérité des prix rendrait les logiciels les plus courants parfaitement prohibitifs et il suffit d’étendre ce raisonnement sur la décennie passée pour se dire que si la loi avait été appliquée, la fracture numérique que subirait l’Algérie aujourd’hui en ferait l’un des pays les plus sous-développés au monde!

 

Du reste, si les autorités ne semblent pas mettre encore le paquet sur cet aspect, encore qu’il semble que cela ne saurait tarder, c’est aussi parce que le plus inquiétant n’est pas là. Ce qui empêche les gens de dormir, c’est cette autre catégorie de pirates, les hackers, qui, eux, s’attaquent aux sites Internet.

 

Il ne se passe pas un mois sans que des plaintes ne soient déposées à la justice par des entreprises qui se voient attaquer dans leur outil de communication et dans leur image aussi.

 

Des hackers algériens

 

Invité d’un confrère arabophone, le PDG de l’entreprise Eepad, Nouar Harzallah, a indiqué que les sites électroniques des institutions de l’Etat sont ciblés à chaque instant, précisant que le nombre d’attaques sur les différents sites web sont de 3.000 par mois! Dans ce domaine, signalons que, déjà, quelques hackers émergent et certains semblent se faire une fierté de signer le piratage du plus grand nombre de sites ou des sites les plus en vue.

 

Des piratages qui sont signés et revendiqués et qui, à cause de cet orgueil d’individus indélicats, font encourir des sanctions amplement méritées à leurs auteurs. En janvier de cette année, c’est un certain Boss_Med qui a piraté le site web de la chaîne satellitaire, la chaîne du jeu vidéo et des loisirs numériques Game One. Fort heureusement pour l’équipe de la chaîne, seule une petite section du site a été hackée, celle diffusant les titres des programmes à venir ou à l’antenne.

 

Ainsi, les utilisateurs ne peuvent désormais pas savoir, par l’intermédiaire du site, la grille des programmes de la chaîne, les titres ayant été tous remplacés par la signature du pirate algérien. En février, plusieurs sites du sud de la France ont été «hackés» par un pirate qui opérait, semble-t-il, à partir de l’Algérie, et qui a profité des failles de sécurité et des logiciels utilisés devenus obsolètes.

 

Le triste cas de Cru$ty

 

Le cas le plus en vue, cependant, reste celui d’un certain Cru$ty qui, en juillet 2007, a lancé une attaque numérique à partir d’un logiciel de destruction de masse. Plus de 400 sites hors service en France au même moment.

 

L’auteur s’est présenté comme un jeune pirate informatique algérien. Traqué par d’autres hackers (de quelles origines?), ce dernier, après avoir fait parler de lui, tombera dans le même type de piège qu’il avait tendu. Son propre forum Internet sera piraté et, mieux encore, on y voyait une vidéo de plus de 8 minutes, prise via une webcam, montrant... le jeune pirate devant son ordinateur.

 

On ne saurait dire si ce dernier aurait encore à l’idée d’aller faire sa demande de visa Schengen... Mais, en dehors de cet épisode particulier, c’est surtout la réputation du ******* à l’algérienne qui commence à se répandre et pas de belle manière.

 

Ainsi, plusieurs forums de discussions européens expliquent pourquoi il faut éviter de chatter avec les Algériens, surtout via MSN, à cause de la circulation dans ce pays d’un logiciel permettant de pirater le mot de passe MSN à distance, lequel sert à accéder au mot de passe des personnes avec qui on entre en conversation.

 

Enfin, s’il y a un domaine où le piratage semble tenir la distance, c’est bien celui de la télévision numérique et le décryptage des bouquets TPS.

 

Rien que pour l’un des forums Internet d’échange de codes d’accès (hébergé au Brésil), les statistiques sont édifiantes: une moyenne de 34.216 visiteurs, dont 7.300 Algériens par jour! Depuis sa création en novembre 2000, ce site a totalisé plus de 2.500.000 pages consultées et son adresse s’échange, pas toujours gratuitement, dans les cybercafés.

 

La confiance des téléspectateurs algériens en leurs hackers, quels que soient les efforts des chaînes satellitaires, semble demeurer intacte. A en croire de nombreuses sources, ce n’est rien d’autre qu’un pirate algérien, un certain Mekkisoft, qui, en 2006, a été derrière le déchiffrage des fameuses clés AES sur lesquelles misait TPS comme solution définitive.

 

Le malheur des uns...

 

Ce marché algérien ainsi livré à la piraterie, à la contrefaçon et à une poignée de hackers inconscients n’arrange certainement pas les affaires des entreprises sérieuses. Sauf celles qui voient là une formidable opportunité pour investir le créneau de la sécurité informatique. Ce sera d’ailleurs le thème majeur de la prochaine édition des Med IT qui se déroulera en ce mois d’avril à Alger.

 

D’ores et déjà, l’on sait que le marché de la sécurité en Algérie est tiré par les grandes administrations et des opérateurs télécoms qui ont pour principale préoccupation la lutte contre les spams et les SMS indésirables. Des méthodes qui constituent le cheval de Troie des pirates avant toute attaque extérieure. Le rendez-vous réunira les opérateurs algériens et des représentants de firmes dont les ingénieurs feront valoir les atouts de la sécurité informatique.

 

Encore faut-il que cette activité soit à la taille d’un marché en pleine expansion et dont l’explosion, impulsée par les autorités qui pensaient avant tout à démocratiser l’accès à Internet, n’a été accompagnée ni d’un cadre législatif adéquat, ni de capacités de contrôle qui mettent à l’abri les utilisateurs peu avertis.

 

 

:confused::confused::confused: dites les gars c'est pas boss_med du forum?

 

source

Link to post
Share on other sites
Ainsi, plusieurs forums de discussions européens expliquent pourquoi il faut éviter de chatter avec les Algériens, surtout via MSN, à cause de la circulation dans ce pays d’un logiciel permettant de pirater le mot de passe MSN à distance, lequel sert à accéder au mot de passe des personnes avec qui on entre en conversation.

 

WAW, est ce ça existe vraiment ce genre de logiciel? et est ce qu'on peut se protéger de ce type de logiciel et comment?

Link to post
Share on other sites
  • Moderators
WAW, est ce ça existe vraiment ce genre de logiciel? et est ce qu'on peut se protéger de ce type de logiciel et comment?

Il faut être prudent avec le téléchargement de fichiers via msn.

Link to post
Share on other sites
OMG , mais si on a pas les jeux original ,il faut que l'on pirate bande d'andouille -_-'

 

je parierai que celui qui a écrit cette article l'a écrit avec office 2007 qu'il a acheté chez soli de la rue hassiba.

Link to post
Share on other sites
Guest HAVOC

Pour avoir des versions originales il faut pouvoir garantir les droits intellectuels des sociétés éditrices sinon elle ne prendront jamais la peine de vendre des logiciels sur le marché algérien.

 

Et pour ce qui est des prix, je pense que les éditeurs de logiciels sont assez intelligents pour proposer leurs produits à des prix adaptés au marché algérien, même s'ils vendent des logiciels à 200Da (2euros) ça leur est plus profitable que de voir leurs logiciels piratés.

Link to post
Share on other sites
Pour avoir des versions originales il faut pouvoir garantir les droits intellectuels des sociétés éditrices sinon elle ne prendront jamais la peine de vendre des logiciels sur le marché algérien.

 

Et pour ce qui est des prix, je pense que les éditeurs de logiciels sont assez intelligents pour proposer leurs produits à des prix adaptés au marché algérien, même s'ils vendent des logiciels à 200Da (2euros) ça leur est plus profitable que de voir leurs logiciels piratés.

si c'est pour 200da, mieux vaut acheter

 

faux d'abord savoir qu'on france, les français ne voient pas 20€ comme nous en voient 2000da, malgré que 20€=2000da

parce que le smic en france ,si je ne me trompe pas, c'est a peut prés 1500€

,et le smic algériens est a 20000da,

 

alors pour eux 20€ c'est a peut prés 250da

est c'est un prix abordable pour un logiciel

ou 1200da pour un jeux vidéo, pas 6000da:eek:;)

Link to post
Share on other sites
Guest HAVOC
si c'est pour 200da, mieux vaut acheter

 

faux d'abord savoir qu'on france, les français ne voient pas 20€ comme nous en voient 2000da, malgré que 20€=2000da

parce que le smic en france ,si je ne me trompe pas, c'est a peut prés 1500€

,et le smic algériens est a 20000da,

 

alors pour eux 20€ c'est a peut prés 250da

est c'est un prix abordable pour un logiciel

ou 1200da pour un jeux vidéo, pas 6000da:eek:;)

 

Le problème c'est que même pour 200DA si les lois ne sont pas appliquées, tu auras toujours des gens qui vont vendre des copies pirates pour 50 ou 80Da, les éditeurs de logociels ne peuvent pas vendre à moins de 200Da je pense car ils ont tout de même des couts de distribution, de markéting et de support.

 

Mais si demain il y avait une application des lois, on aurait des logiciels légaux pour 200Da et ce qui est encore mieux, cela va enfin permettre l'apparition de gros éditeurs de logiciels algériens qui pourront après avoir conquis le marché algérien s'attaquer au marché européen.

 

Je pense aussi que c'est bénéfique au domaine de l'informatique, cela va encourager l'opensource et les logiciels gratuits, cela va permettre d'assainir le paysage de l'informatique...etc.

 

Je pense que tôt ou tard ce passage devra être fait, il ne faut pas se leurrer et penser que ça sera l'abolissement total du piratage, même en Europe ça n'est pas le cas, il y aura tjr des téléchargements de films ou de musique, des échanges entres amis et tout mais les administrations, les entreprises publics et privés, les professionnels... devront se doter de logiciels légaux ce qui dopera le marché du logiciel en Algérie.

Link to post
Share on other sites
Le problème c'est que même pour 200DA si les lois ne sont pas appliquées, tu auras toujours des gens qui vont vendre des copies pirates pour 50 ou 80Da, les éditeurs de logociels ne peuvent pas vendre à moins de 200Da je pense car ils ont tout de même des couts de distribution, de markéting et de support.

 

Mais si demain il y avait une application des lois, on aurait des logiciels légaux pour 200Da et ce qui est encore mieux, cela va enfin permettre l'apparition de gros éditeurs de logiciels algériens qui pourront après avoir conquis le marché algérien s'attaquer au marché européen.

 

Je pense aussi que c'est bénéfique au domaine de l'informatique, cela va encourager l'opensource et les logiciels gratuits, cela va permettre d'assainir le paysage de l'informatique...etc.

 

Je pense que tôt ou tard ce passage devra être fait, il ne faut pas se leurrer et penser que ça sera l'abolissement total du piratage, même en Europe ça n'est pas le cas, il y aura tjr des téléchargements de films ou de musique, des échanges entres amis et tout mais les administrations, les entreprises publics et privés, les professionnels... devront se doter de logiciels légaux ce qui dopera le marché du logiciel en Algérie.

ان شاء الله ya mon ami havoc:)

Link to post
Share on other sites
si c'est pour 200da, mieux vaut acheter

 

faux d'abord savoir qu'on france, les français ne voient pas 20€ comme nous en voient 2000da, malgré que 20€=2000da

parce que le smic en france ,si je ne me trompe pas, c'est a peut prés 1500€

,et le smic algériens est a 20000da,

 

alors pour eux 20€ c'est a peut prés 250da

est c'est un prix abordable pour un logiciel

ou 1200da pour un jeux vidéo, pas 6000da:eek:;)

 

à ce rythme la ... on aura la contrebande des logiciels et jeux vers l'Europe :D

Link to post
Share on other sites
Guest HAVOC
à ce rythme la ... on aura la contrebande des logiciels et jeux vers l'Europe :D

 

Ils peuvent trouver des astuces comme par exemple, les clés de jeux vendu en algérie ne peuvent pas permettre de se connecter aux serveurs de jeu en ligne depuis l'europe...etc.

Link to post
Share on other sites
le smic en Algérie est a 12000da jusqu'à;) nouvel ordre .

ce qui creuse encore plus l'écart des prix, entre ici et l'europe:)

comment savais vous que c'est 12000da? c'est une somme fixe?

moi j'ai dit 20000da au hasard

Link to post
Share on other sites
ce qui creuse encore plus l'écart des prix, entre ici et l'europe:)

comment savais vous que c'est 12000da? c'est une somme fixe?

moi j'ai dit 20000da au hasard

 

oui pour l'instant c'est 12000 da , au dernière nouvelle ils présagent de l'augmenter a 15000 da .désoler pour les HS .

Link to post
Share on other sites
el3anif:

crusti s'est fait manipulé de a à z par un service français de renseignement.

 

boss_med, c'est pas celui du forum, maaa alakach.

 

ta source d'information est une copie mal copiée.

 

cordialement

 

rassure toi je sais tout sa (ce sont juste des script-kiddies dans tout les cas) et même l'article est d'un niveau........

c'est juste que j'ai mis l'article du premier post parce qu'il dirigeait vers une page 404.

amicalement ;)

Link to post
Share on other sites
  • Moderators
... Et pour ce qui est des prix, je pense que les éditeurs de logiciels sont assez intelligents pour proposer leurs produits à des prix adaptés au marché algérien, même s'ils vendent des logiciels à 200Da (2euros) ça leur est plus profitable que de voir leurs logiciels piratés.

Qu'est ce qui te fait croire ça? Ça existe dans d'autres pays du tiers monde par exemple des logiciels à €2?

Link to post
Share on other sites
Guest HAVOC
Qu'est ce qui te fait croire ça? Ça existe dans d'autres pays du tiers monde par exemple des logiciels à €2?

 

Est ce que ça existe un pays du 1/3 monde sans piratage qui garanti les droits d'auteur?

 

Quand les démo numériques étaient flashés à 500Da chaque mois les gens le faisait quand même, alors je ne pense pas qu'un logiciel à 200, 500 ou 1000Da causera de très gros problème, on n'achète pas des softs comme Ms Office ou Windows chaque mois.

 

Et puis il appartient aussi à l'état de négocier avec les éditeurs.

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    • le site de AT a été mise a jour sur cette promo :   recharger 5 mois bénéficier de 1 mois gratuit Le client peut recharger au niveau de l’agence ou en ligne via Eddahabia ou CIB ; "Pour les rechargements en ligne, la présente promotion est cumulable avec le bonus appliqué actuellement (Lancé dans le cadre des mesures mises en place pour préservation de la propagation du COVID-19). La promotion est valable pour les souscripteurs aux services ADSL et FIBRE ; Le client peut bénéficier du bonus pour tout rechargement de cinq mois, dans la limite de deux souscriptions à cette promotion. Offre valable 30 jours".   CETTE promo est tres interessante pour ceux qui sont sur 20 ou 100 megas...on gagne 5000 et 10.000DA respectivement !
    • Bonjour, Je ne sais pas si votre problème a été résolu. Si vous avez déjà résolu le problème, je vous propose de sauvegarder les données de votre disque dur, surtout le système Windows avec la licence authentique, les programmes installés, les paramètres Windows et les fichiers privés. Au cas où vous rencontrez malheureusement à nouveau les erreurs de Windows, on peut tout simplement effectuer la restauration de Windows depuis le fichier de sauvegarde. Pour le faire, on peut utiliser la fonction "Créer une image disque" de Windows et un logiciel de sauvegarde de données Renee Becca, comme présenté dans ce tutoriel. 
    • Avec notre nouvelle offre promotionnelle, profitez d'un (1) mois Internet gratuit en rechargeant 5 mois sur votre abonnement Idoom ADSL ou Idoom Fibre. Le client peut recharger au niveau de l’agence ou en ligne via Eddahabia ou CIB ;   Pour les rechargements en ligne, la présente promotion est cumulable avec le bonus appliqué actuellement (Lancé dans le cadre des mesures mises en place pour préservation de la propagation du COVID-19). La promotion est valable pour les souscripteurs aux services ADSL et FIBRE ; Le client peut bénéficier du bonus pour tout rechargement de cinq mois, dans la limite de deux souscriptions à cette promotion. Offre valable 30 jours.
    • je confirme aussi....CATA   chaque soir a 20h.00 je passe de 8 megas....a 0.3 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ping passe de 65ms a 96ms !
×
×
  • Create New...