Jump to content

Transferts financiers des compagnies pétrolières opérant en Algérie


Guest salimdz
 Share

Recommended Posts

Transferts financiers des compagnies pétrolières opérant en Algérie

Les réalités des intérêts étrangers dans le pays

Les transferts réalisés en 2005-2006 par les associés de Sona-trach sont en moyenne de 5 milliards de dollars par an. Ce montant correspond pour l’associé au :

- remboursement de ses dépenses en capital et en coût opératoire ;

- sa rémunération nette (part du bénéfice). Le montant qui semble élevé dans l’absolu est à relativiser compte tenu que durant ces deux années le prix du pétrole, ainsi que les volumes produits et, partant les revenus d’exportation d’hydrocarbures du pays, ont sensiblement augmenté.

 

Ainsi, la valeur des exportations d’hydrocarbures qui était inférieure à 20 milliards de dollars par an en moyenne pour la période 2000-2002 s’est accrue fortement par la suite pour atteindre 46 milliards de dollars en 2005, puis 54 milliards en 2006. Une telle augmentation des revenus d’exportations devait naturellement se traduire par une amélioration des bénéfices nets de Sonatrach mais aussi de ceux de ses associés qui avaient droit de transférer leurs parts.

 

Au demeurant, il est à souligner que les associés de Sonatrach ont continué à investir en Algérie, à un rythme moyen de 2 milliards de dollars par an, durant ces deux années.

 

On peut noter donc que, pour le secteur des hydrocarbures, le niveau des transferts opérés par les associés au titre de leurs dividendes, est de la même ampleur que celui de leurs investissements et cela malgré l’impact de la hausse des prix observée.

 

Le cadre juridique

Les activités d’exploration/production d’hydrocarbures sont régies par la loi 86-14 (amendée en 1991), et renvoient globalement à des contrats dits de “partage de production”, entre la compagnie nationale Sonatrach et l’associé étranger, lequel contrat est approuvé par l’État par voie réglementaire. Ceci reste valable pour les contrats conclus avant la promulgation de la loi de 2005 et son amendement en 2006.

 

La spécificité de l’activité est que l’associé de Sonatrach dans l’exploration à son seul risque. Si l’effort d’exploration ne donne pas lieu à découverte, ses dépenses seront donc pour lui une perte “sèche”. S’il y a découverte, et dont la commercialité est confirmée, la Sonatrach sera associée à l’effort de développement en apportant sa part du financement requis ainsi qu’aux autres dépenses d’exploitation. La production en association vendue générera un revenu qui permettra après couverture des coûts et paiement de la fiscalité pétrolière à l’État de dégager un bénéfice net (profit oil) pour les deux partenaires (Sonatrach et son associé) qui sera réparti selon les modalités convenues dans le contrat.

 

L’associé disposera donc du montant correspondant au remboursement de sa part des dépenses et des bénéficies nets qu’il pourra transférer. Deux retombées majeures des investissements de ces sociétés sont le renouvellement des réserves et l’accroissement de la production nationale. Ce sont bien ces contrats qui ont permis à l’Algérie d’augmenter fortement sa production de pétrole, passée de 0,8 mbj en 1999 à 1,4 mbj ces dernières années. Il ne faut pas l’oublier !

 

L’aisance financière que connaît actuellement le pays, si elle est en partie due à la hausse des prix sur le marché international, elle reflète aussi dans une large mesure l’augmentation de la production nationale de pétrole, il ne faudrait pas l’oublier ! Il est aisé aujourd’hui – avec un prix du pétrole à plus de 100 dollars/baril – de faire une critique de la politique pétrolière traduite dans la loi de 1986 (amendée en 1991). Il faut rappeler, cependant, que le contexte pétrolier et énergétique durant la période était très différent, avec des prix en moyenne inférieurs à 20 dollars/baril, une surcapacité de production de l’Opep, et une concurrence très forte pour attirer l’investissement dans l’activité exploration et production d’hydrocarbures. Il serait édifiant d’imaginer quelle serait la situation financière (mais aussi économique, sociale et politique) dans laquelle serait le pays, si la production pétrolière était restée à 0,8 mbj (elle aurait même baissé sans les investissements des associés), d’une part, et si les prix du pétrole étaient demeurés au niveau des années 1990, comme le prévoyaient tous les analystes de l’époque. Il ne faut pas oublier que malgré les professions de certitude aujourd’hui quant à une durabilité d’un prix élevé du pétrole, ce dernier avait brutalement chuté en 1998 à près de 10 dollars/baril (soit une baisse de moitié par rapport au niveau de 1996, deux années auparavant seulement !). Une leçon qu’il ne faudrait pas oublier…

source : http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=95889&titre=Les%20r%E9alit%E9s%20des%20int%E9r%EAts%20%E9trangers%20dans%20le%20pays

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share



  • Posts

    • xD on se calme un peu, pas la peine de rjaouter des commentaires genre "c'est du délire!!!" j'ai dis que je ne comprenais même pas ce que ces stats représentaient, c'est pas comme si j'avais tué quelqu'un, et puis ma 2eme ligne support 20 mega sans aucun probleme    Non à vol d'oiseau elle est à peu prés a 400 metres, c'est quasiement une ligne droite avec un seul tournant, c'est peut-être la ligne qui n'est pas bonne   J'ai refait les cables rj11 il y a 3 semaines à peu près, ceux si sont neufs normalement (par contre je n'ai pas eu de mauvaise experience avec ma ligne, 0 déconnexion depuis plusieurs mois) 
    • @Bakuu je te répète exactement se que a dis @genio et Hicham Ta ligne n'est pas vraiment belle et si on suit les statuts de ta ligne tu est a plus de 1km de distance entre le armoire et toi Vérifie tes câble change le cable rj11 Fais un branchement direct et on verra bien a quelle distance tu est vraiment ces pas 15m ni 500metre 2-pour la vdsl si elle date de 2014 ya 1% de chance que elle soit vdsl surtout si ces pas nokia et depuis 2014 on t'a changer le num et plus rien après Le commercial te vendra sans se poser de question tes 50m et après que ta pas de vdsl tu va faire quoi ?? 1ans a payer alors que même 15 pour l'instant elle arrivera a 13 mega max  Résumé vérifie tes cable et fais un branchement direct / trouve un modem Vdsl (n'achète pas trouve seulement qui te le passera bien ) SI. Non va au centre technique et no le commercial si tu va au commercial demande direct le directeur 
    • C'est pas tous leurs activités qui sont gratos. Ils font ça pour être leader de la banque à distance.
    • Les gars vous vous éloignez du sujet là ... on reste sur l'Algérie si vous voulez bien ! On peut pas comparer la france à l'Algérie voyons ........ on vient juste de découvrir plus de 20 Mbit/s avec le cuivre alors qu'en Europe ça fait 15 ans qu'ils offrent plus de 20 Mbit/s en xDSL. Les offres 2 Gbit/s commencent à se démocratiser en Asie, Europe et Amérique ...... on est très très loin !!!
    • euhh c'est pas la boîte qui est importante mais l'Armoire ..... qui n'est pas du tout à 15 mètres d'après la valeur de l'atténuation de ta ligne qui est liée directement à la distance. tu dis que ton actel est à 500 mètres, à vol d'oiseau je suppose ? ... Ta ligne supporte 20 Mbit/s max donc je dirais que tu dépasses largement les 500 mètres ou bien que ta ligne n'est pas très bonne. y a que les techniciens d'AT qui connaissent cette info et c'est pas comme si c'est marqué sur les armoires.  ton MSAN qu'il date de 2014 ou 2020 ça change pas grand chose ce qui compte c'est de savoir si AT compte upgradé les MSAN de ta région ou pas. Si y a un projet FTTH de prévu alors tu peux pas avoir le VDSL car ils peuvent pas faire les deux en plus perte d'argent. Bon courage !
×
×
  • Create New...