Jump to content
Règlement du forum ×
IPTV et arnaques ×

Espaces de développement industriel


Guest salimdz

Recommended Posts

Guest salimdz

Espaces de développement industriel

C’est encore l’heure des choix

“Les pouvoirs publics doivent arrêter de tergiverser et agir plutôt sur des politiques plus simples”, a souligné Taïeb Hafsi, expert international.

 

Le ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements a affirmé avant-hier, lors du septième symposium international de MDI Business School organisé à l’hôtel Hilton d’Alger que l'Algérie n'est pas encore en phase de création de pôles de compétitivité qui nécessitent, souligne-t-il, notamment des infrastructures importantes, une administration publique adéquate, des entreprises performantes, une formation de niveau et des centres de recherche scientifique. M. Abdelhamid Temmar relève que la part de la valeur ajoutée industrielle dans le PIB a baissé considérablement pour se stabiliser autour de 5 à 6% aujourd’hui. Le ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements préfère parler de zones de développement industrielles intégrées au lieu de pôle de compétitivité qui convient plus, selon lui, aux pays dotés d'industries puissantes. Un ensemble de zones de développement industriel intégrées, de véritables microclimats d’affaires et de compétitivité sont programmés. Cependant, le débat sur la question de gouvernance de 14 zones de développement industriel intégrées n’est pas encore totalement tranché. Pour autant “trois expériences pilotes, au niveau des zones de Annaba, Oran- Mostaganem et Sétif-Bordj Bou-Arrédj sont actuellement menées”, a révélé, hier, un conseiller du ministère de l’Industrie et de la Promotion de l’investissement. Celui-ci reconnaît que les zones industrielles, aujourd’hui, “ressemblent à un entreposage d’entreprises, avec des taux d’inoccupation, de foncier, très important. Tout à fait à l’opposé de ce qui s’est dit lors du symposium”. Il n’est donc pas question de pôles de compétitivité mais de zones de développement industriel intégrées. “Peu importe le nom”, selon les participants. Même si, bien évidemment, il ne peut être question d’importer des dispositifs existants ailleurs. Leur préoccupation première est de trouver le mode opératoire organisationnel qui pourra faire émerger un large tissu de PME dont l’Algérie a besoin et qui pourra dans le même temps réaliser son ancrage dans l’économie de la connaissance en misant sur la recherche, la créativité, la mise en commun des compétences et des savoirs. Il ne fait aucun doute que le benchmarking des expériences de certains pays qui se sont engagés dans de telles démarches peut jouer une influence positive dans la conception et la mise en œuvre des politiques publiques. “L’Algérie est aujourd’hui à la croisée des chemins. Ce sont les choix qui seront faits aujourd’hui qui définiront l’avenir économique du pays”, affirme Abdeldjellil Bouzidi, docteur en économie et consultant en finances de marché dans une communication intitulée : “Développer un pôle d’excellence pour favoriser la transition de l’Algérie vers une économie fondée sur le savoir et l’innovation”. Un pôle d’excellence est “un modèle de politique publique intelligente”. Dans un monde économique de plus en plus globalisé et concurrentiel, les pôles d’excellence seraient le cadre permettant aux entreprises, laboratoires de recherche, etc. de se regrouper dans divers réseaux afin de relever le défi de la concurrence internationale. C’est une structure flexible, une concentration sur une zone géographique de facteurs favorisant l’innovation. “L’Algérie a une opportunité unique dans l’industrie high tech au regard de son potentiel et de ses atouts”, souligne M. Bouzdi. Taïb Hafsi de Hec Montréal estime que les Algériens doivent arrêter de tergiverser et d’agir sur des politiques plus simples. “C’est au niveau des acteurs simples que le développement se réalise, l’État ne peut être qu’un facilitateur”, souligne-t-il. “Malheureusement ce que nous constatons, c’est que le processus de décision est tellement centralisé qu’il devient lourd”, regrette Slim Othmani, patron de NCA Rouiba. “Le processus de création d’entreprises est terrible. Et la première des innovations est d’abord de créer son entreprise”, précise Slim Othmani. “C’est un véritable parcours de combattant”, renchérit une intervenante. Au-delà des tracasseries administratives, le foncier demeure un frein à l’investissement. Le prix du terrain peut atteindre, dans certains cas ; 40% du coût du projet.

 

source : http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=96049&titre=C%E2%80%99est%20encore%20l%E2%80%99heure%20des%20choix

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Posts

    • salam voici mon cas Jai fait une demande de ligne fibre et le lendemain mon frere  a fais une demande fibre on habite la meme maison on luit a installer la fibre apres 3 semaine et moi rien je réclame tout les jour je suis aller au service technique on ma dit que j'étais on virtuel ce qui veut dir il n'ya pas de modem que je doit attendre 😒
    • Le président a fait une énorme gaffe en interdisant tout court et tout bonnement l'importation alors qu'il n'y a pas de grande production locale, s'il était intelligent et sage il aurait fait la transition en douceur sans qu'on s'en rende compte. Quelle calamité ce pays!!
    • Le retard des travaux d'installation de réseaux de fibre optique semble être imputé à une pénurie sans nous expliquer pourquoi la société qui fabrique ces câbles en Algérie en exporte pour ses clients étrangers. Le paradoxe est dans  l'interdiction de l'importation de produits lorsque ces derniers sont fabriqués localement .
    • @Sonkilary le pire c'est que les CIB sont limités par juste par les horaires mais aussi par les montants...parfois RIDICULES de paiement et retrait ! mes amis a la BEA ne peuvent pas retirer d'un GAB plus de 40.000/mois ! ni payer plus de 35.000 sur le net/TPE par mois !!!   dans une autre news, j'ai decouvert en retard que YASSIR etait passé au epaiement....via "yassirpay"; en gros en charge via CIB et le fric va dans le portefeuille yassirpay...puis avec ce solde on paye nos chauffeurs ! ce qui est bien c'est qu'il y a des promos parfois on paye via CIB 1000 DA...et notre yassirpay est credité de 1200DA; c'est bien.
    • tout ça pour le profit uniquement certains quartiers dans ma ville ont la fibre et quelques pas leurs voisins n'en ont pas pourquoi ? Pourquoi certains bâtiments d'un promoteur immobilier a la priorité a ceux de SOCiAL mon quartier aussi ou j’habite les bâtiments ont la fibre et chez nous les maisons d'un ancien quartier pas du tout, c'est pas la pénurie mais ils veulent dépenser le moins possible aux travaux et rapporter max de fric et ça a toujours été comme ça quantité avant la qualité chez nous, au début ils promettent monts & merveilles pour les clients Fibres mais sur la longue durée on sait comment ça va finir....coupure saturation baisse de débit.....etc.
×
×
  • Create New...