Jump to content
Règlement du forum ×
IPTV et arnaques ×

85 000 associations ont «mangé» 200 milliards DA depuis 1991


Guest salimdz

Recommended Posts

Guest salimdz

L’état révise ses dépenses «para-politiques» ,85 000 associations ont «mangé» 200 milliards DA depuis 1991

 

Mercredi 14 décembre à 22:44

 

oueld-kablia-21124.jpg

 

«Budgetivores», sans incidence réelle sur la société, opportunistes et indifférents aux événements. Ce sont peut-être là, les quatre qualificatifs qui collent le mieux aux associations créées en Algérie depuis 1991.

 

Des rapports confidentiels ont été établis il y a quelques mois, par les services spécialisés du ministère de l’Intérieur laissent interdit. Les subventions qui leur ont été consenties restent sans commune mesure avec leur poids insignifiants, leur incidence nulle et les polémiques «négatives» qu’elles ont soulevé.

 

En 2000, une enquête menée par le commandement de la gendarmerie avait abouti à une « consommation directe » de 80 000 milliards de dinars, alloués par l’État aux milliers d’associations pour «rééquilibrer» la société et faire en sorte qu’il y ait une tendance civile démocratique et active, qui contrebalancerait l’islamisme radical qui menaçait d’avaler le pays entier.

 

Depuis lors, les subventions ont été plus importantes, et en l’absence d’une enquête aussi fiable que celle de 2000, on estime le coût du mouvement associatif depuis 1991 à ce jour à près de 200 milliards de dinars. Mais toutes les associations n’ont pas été aussi voraces : certaines associations n’ont jamais eu d’aide notable, hormis une petite assistance de la part de la commune, d’autres, à la faveur des relations personnelles et privilégiées de leur chef, ont mangé à satiété, tout le temps, et de tout.

 

Pour l’État, l’objectif n’a pas changé : les associations professionnelles, caritatives, de corporation, sportives, culturelles, de prise en charge des malades, etc. sont les garantes d’une vie «para-politique» active, démocratique, vivante et alternative aux blocages politiques chroniques que connaît la société.

 

Mais, en fait, tout cela s’avère sans effet. Alors que le processus de changements politiques en cours exige une plus grande intégration du mouvement associatif dans la vie de la société, d’aucuns insistent sur sa déficience et son apathie, sans commune mesure avec les objectifs qui lui avaient été assignés au début des années 90.

 

C’est à la fin des années 1990 que la société civile a commencé à «bouger» avec l’ouverture culturelle, notamment l’arrivée des chaînes de télévisions, avec les accords signés entre l’Algérie et les pays étrangers dans le cadre de la libéralisation du marché. Selon le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, elles seraient au nombre de 85 000. Malheureusement, peu d’entre elles accomplissent véritablement leur travail. En fait, en Algérie, le mouvement associatif est désorganisé et manque de formation.

 

La loi stipule que les associations sont apolitiques. La société civile et les partis politiques sont juridiquement séparés. Pourtant, ce n’est pas le cas. Des associations gravitent autour de certains partis politiques, et deviennent plus actives lors d’échéances électorales. Passé ce délai, elles redeviennent amorphes, et se recentrent sur leurs propres intérêts.

DES ASSOCIATIONS AU SERVICE DE PUISSANCES ÉTRANGÈRES

 

Face aux milliards pris dans les caisses de l’État, les facilités auprès de la commune, les locaux à charge des autorités, les avantages sociaux et facilités d’accès à diverses acquisitions, ainsi que l’approvisionnement en logistique technique, le mouvement associatif est resté vain, futile, équivoque, parfois même nuisible et dangereux.

 

Des associations, qui s’étaient approvisionnées auprès de pays étrangers ont carrément travaillé contre l’Algérie, en fournissant des informations confidentielles aux pays qui les subventionnaient.

 

Une enquête, qui n’a pas été publiée, et menée par l’Intérieur, démontre que des associations ont carrément oeuvré, délibérément ou non, contre les intérêts de l’Algérie. D’autres ont fourni à des ambassades des informations confidentielles qui relèvent de la sécurité nationale. D’autres encore se sont approvisionnées financièrement chez des puissances étrangères, mettant en péril et leur propre objectif d’association de bienfaisance, et les intérêts de l’Algérie.

APPÉTIT VORACE ET INSATIABLE

 

En contrepartie de l’aide de l’État, estimée chaque année à plusieurs centaines de millions de dinars en subventions de toutes sortes, il ne fut constaté chez ces associations aucune influence sur la vie quotidienne. Au contraire, elles se sont distinguées par un effacement coupable, et, pire encore, des scandales à la pelle. En lieu et place des débats utiles à la société, des idées nouvelles et novatrices, le mouvement associatif aura brillé par les querelles intestines, les luttes pour des intérêts personnels et les scissions pour divergences d’intérêt.

 

L’argent des subventions est souvent détourné, les privilèges deviennent vite l’apanage des seuls chefs et la course contre la montre pour ratisser large à son profit le maître mot. Les associations des victimes du terrorisme en sont l’exemple-type : mangeant à toutes les mangeoires – parfois la mangeoire elle-même-, elles ont brillé par le nombre de biens acquis auprès de l’État : argent, terrain immobilier, facilités bancaires et appartements.

 

L’État ne leur refusaient presque rien, parce que ces associations représentaient la société la plus meurtrie dans sa chair, et aussi parce que ces associations étaient chargées de représenter l’Algérie debout face au terrorisme à l’étranger. Mais, les scandales qui ont secoué ces associations -entourloupes, affaires scabreuses, détournements, etc.- ont été à la démesure de l’appétit vorace et la cupidité insatiable de leurs responsables.

ECHEC DE L’INTELLIGENTSIA

 

Si dans les pays évolués, les associations sont le fait de personnalités publiques, distinguées ou très cultivées, le mouvement associatif en Algérie n’a jamais été l’oeuvre de l’«intelligentsia ». Il est souvent exagérément social ou exagérément politique et prend sa source à partir d’initiatives engagées par des gens anonymes, entreprenants, sans culture de fond, incités par le besoin de transformation ou attirés par l’attrait d’une responsabilité et l’éventualité d’une rente de «pouvoir», sous le motif de bienfaisance.

 

La dite association de charité fait vite de se transformer en entreprise familiale, tournée vers elle-même, sans la moindre représentation de service public et d’intérêt général. La plupart des associations que nous connaissons sont à caractère social, humanitaire ou politique, mais, en réalité, les malades chroniques, les sports, la nature, la culture, l’environnement, les animaux et les livres sont le dernier de leurs soucis. Leur influence sur la société dans l’élaboration de stratégies et de schémas politiques, sociaux, économiques ou culturels est insignifiante.

 

Dans un résumé succinct, qui synthétise et caricature à la fois les associations en Algérie, on peut les présenter comme un synonyme d’assistance sociale, de charité et de solidarité, mais sitôt enrichies, elles tournent le dos à l’assistance sociale, à la charité et à la solidarité.

 

Le mouvement associatif devait être, au début des années 1990, un palliatif aux blocages politiques, un substitutif à la violence qui menaçait d’engloutir toute la société, et son rôle était à l’origine plus large, et devait oxygéner toutes les décisions politiques et sociales prises.

 

Rien de tout cela n’est aujourd’hui visible, et les résultats de la réflexion de la société civile, dont les associations sont le point culminant, ont fait qu’aujourd’hui l’Algérie sociale se recentre sur les émeutes, les contestations et les revendications. « La société n’avance que sur des cadavres d’idées », disait André Gide à Biskra. Or chez nous, aucun cadavre d’idée n’a été trouvé gisant sur la place d’Alger : toutes les idées surannées, désuètes et avariées sont à ce jour encore recyclées, servies et consommées…

 

source

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Posts

    • merci cest sympa , suis la pour ca pas que pour vendre , c est ça le sav , on lâche pas temps que ça ne fonctionne pas , et si au final l'offre prise ne correspond pas j en ai bq d autre à proposer .. y en a pour tout les goûts toutes les bourses   
    • Bon voilà, ça fonctionne Un grand merci à MichelDZ, le pauvre, 2h hier à essayer de faire fonctionner ca sur mon pc. Aller savoir pourquoi, mais rien ne fonctionnait, pas moyen de faire une machine virtuelle, et les logiciels habituels ne voulait rien afficher, allez comprendre pourquoi, des fois il ne faut pas grand-chose pour que ca parte en cacahouète.  Il n'a pas lâché l'affaire, j'avais abandonné avant lui ^^ mais il a réussi à me le faire fonctionner.  Il m’a même relancé ce matin, savoir si ca allait toujours bien.  👍 Étant ma 1er iptv, je manque de point de comparaison, pour ce qui est du bouquet, je ne pourrais pas dire si c'est mieux ou moins bien que d'autres, mais je suis ravi, ceux qui se plaignent sont difficiles, à ce prix, c'est fou toutes ces chaines, et cette collection de films et séries. Mais pourquoi je ne suis pas venu avant, au lieu de me faire ch** avec le streaming. Enfin voilà, SAV au top, et offre complète, un vendeur que je recommande et garde précieusement dans mes contacts. 🥰
    • Alors que nous peinons à déployer du 100 % fibre optique et à sortir du débit de base  mesquin de 10Mbps, ailleurs le monde scientifique travaille déjà depuis plusieurs années au réseau Internet de demain. Vous avez sûrement au moins entendu parler de la théorie physique sur laquelle il se base : la mécanique quantique. Pour résumer, il s'agit de l'étude des comportements des particules à l'échelle des atomes et plus petit. Pour la première fois, des chercheurs ont créé un système qui relie ces deux composants clés et utilise des fibres optiques classiques pour transmettre les données quantiques. L'exploit a été réalisé par des chercheurs de l'Imperial College de Londres, de l'Université de Southampton et des universités de Stuttgart et de Wurzburg en Allemagne, et les résultats ont été publiés dans Science Advances . Le co-premier auteur , le Dr Sarah Thomas , du Département de physique de l'Imperial College de Londres, a déclaré : « L'interfaçage de deux appareils clés ensemble est une étape cruciale dans la mise en réseau quantique, et nous sommes vraiment ravis d'être la première équipe à avoir pu pour le démontrer. » Le co-premier auteur Lukas Wagner, de l’Université de Stuttgart, a ajouté : « Permettre aux emplacements longue distance, et même aux ordinateurs quantiques, de se connecter est une tâche essentielle pour les futurs réseaux quantiques. » Communication longue distance Dans les télécommunications classiques – comme Internet ou les lignes téléphoniques – les informations peuvent être perdues sur de grandes distances. Pour lutter contre cela, ces systèmes utilisent des « répéteurs » à des points réguliers, qui lisent et réamplifient le signal, garantissant ainsi qu'il arrive intact à sa destination. Toutefois, les répéteurs classiques ne peuvent pas être utilisés avec des informations quantiques, car toute tentative de lecture et de copie de ces informations les détruirait. Il s'agit d'un avantage dans un sens, dans la mesure où les connexions quantiques ne peuvent être « exploitées » sans détruire les informations et alerter les utilisateurs. Mais c’est un défi à relever pour les réseaux quantiques longue distance. Mais des chercheurs ont trouvé la solution. Une façon de surmonter ce problème consiste à partager des informations quantiques sous la forme de particules de lumière intriquées, ou photons. Les photons intriqués partagent des propriétés de telle manière que vous ne pouvez pas comprendre les unes sans les autres. Pour partager l'intrication sur de longues distances à travers un réseau quantique, vous avez besoin de deux appareils : un pour créer les photons intriqués et un pour les stocker et permettre leur récupération ultérieure. Il existe plusieurs dispositifs utilisés pour créer des informations quantiques sous forme de photons intriqués et pour les stocker, mais la génération de ces photons à la demande et la disponibilité d'une mémoire quantique compatible dans laquelle les stocker ont longtemps échappé aux chercheurs. Les photons ont certaines longueurs d'onde (qui, dans la lumière visible, créent des couleurs différentes), mais les dispositifs permettant de les créer et de les stocker sont souvent réglés pour fonctionner avec des longueurs d'onde différentes, ce qui les empêche de s'interfacer. Pour créer une interface entre les appareils, l’équipe a créé un système dans lequel les deux appareils utilisaient la même longueur d’onde. Un « point quantique » produisait des photons (non intriqués), qui étaient ensuite transmis à un système de mémoire quantique qui stockait les photons dans un nuage d'atomes de rubidium. Un laser a activé et désactivé la mémoire, permettant aux photons d'être stockés et libérés à la demande. Non seulement la longueur d'onde de ces deux appareils correspondait, mais elle était également à la même longueur d'onde que celle des réseaux de télécommunications utilisés aujourd'hui, ce qui permettait de la transmettre avec des câbles à fibre optique classiques, familiers aux connexions Internet quotidiennes. L’équipe va maintenant chercher à améliorer le système, notamment en s’assurant que tous les photons sont produits à la même longueur d’onde, en améliorant la durée de stockage des photons et en réduisant la taille de l’ensemble du système. Cependant, en tant que preuve de concept, il s'agit d'un pas en avant important, déclare le co-auteur Dr Patrick Ledingham de l'Université de Southampton : « Les membres de la communauté quantique tentent activement d'établir ce lien depuis un certain temps. Cela inclut nous, qui avons déjà tenté cette expérience à deux reprises avec différents dispositifs de mémoire et de points quantiques, remontant à plus de cinq ans, ce qui montre à quel point c'est difficile à réaliser. "Cette fois, la percée a été de réunir des experts pour développer et exécuter chaque partie de l'expérience avec un équipement spécialisé et de travailler ensemble pour synchroniser les appareils."  
    • bonjour passe en mp , j ai un truc pour toi 
×
×
  • Create New...