Jump to content

Abit : comment en est-on arrivé là ?


Recommended Posts

ABIT-mort,X-N-182651-1.jpg

Universal Abit, auparavant connu sous le nom d’ABIT, va fermer son site Internet le 28 février prochain. Il est donc recommandé de télécharger les BIOS ou la documentation de votre carte mère, car ils ne seront plus disponibles sur ses serveurs. Le site ne semble pas avoir été mis à jour depuis 2008. Il est le témoin criant de la fin de l’activité de ce fabricant de cartes mères hautement symbolique. Comment une société aussi légendaire en est arrivée là ? Voici le rapide tour d’horizon de l’histoire d’ABIT.

[h=4]Un manque d’honnêteté envers les marchés[/h] Fondé en 1989, ABIT est devenu en 1991 le fabricant de cartes mères à la croissance la plus rapide de l’industrie en dépassant les 10 millions de dollars de vente (soit plus de 11 millions d’euros aujourd’hui si l’on tient compte de l’inflation). Il connaissait une croissance exemplaire au début du siècle et il avait doublé le nombre de cartes mères vendues entre 2000 et 2001.

Les marchés devinrent néanmoins très méfiants envers ABIT lorsqu’en 2004, ses pratiques comptables douteuses furent mises au grand jour. La firme continuait de publier de bons résultats (cf. « Abit en excellente santé »), mais les chiffres auraient été indûment gonflés par la création de compagnies fictives. Les bruits de couloirs démentis par la société insistaient qu'elle passait par une période financière difficile (cf. « Abit au plus mal »).

Ses produits avaient pourtant une bonne réputation dans l’ensemble (cf. « Abit KT7-RAID ») et la marque était appréciée des overclockeurs et passionnés. Les cartes ABIT furent parmi les premières à permettre la modification des fréquences du bus, de la tension ou du coefficient multiplicateur depuis le BIOS, au lieu d’avoir à passer par les cavaliers.

[h=4]Abit-IL9,1-E-2642-1.jpg[/h] En juin 2005, elle signa un partenariat avec Wan Hai et révéla qu’elle manquait cruellement de capitaux. Cet accord n’eut pas l’effet salvateur espéré et en décembre, les rumeurs de l’époque affirmaient qu’ABIT devait céder une partie de ses usines pour pouvoir survivre (cf. « Abit céderait une partie de sa production »).

C’est au milieu de cette période trouble qu’USI (Universal Scientific Industrial) entra en scène. Il racheta ABIT pour 1,6 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros aujourd’hui en tenant compte de l’inflation) dans l’espoir de donner une nouvelle vie à la société (cf. « Abit fusionne avec USI »). UABIT (Universal ABIT), le nom de cette nouvelle entité, a ensuite annoncé qu’elle allait se concentrer principalement sur le haut de gamme en sortant plus de modèles plus rapidement (cf. « USI garde le haut de gamme d’ABIT »). UABIT a aussi vendu une partie de ses bureaux afin de réduire ses coûts opérationnels et il s’est diversifié en devenant un fournisseur de composants pour certaines usines chinoises afin d’assurer de nouvelles sources de revenus.

[h=4]Abit,Z-S-107560-1.jpg[/h] Malgré tout cela, la nouvelle stratégie fut un échec. Les ventes de cartes mères ont continué de chuter et 2008 fut l’année de toutes les contradictions. Les marchés ne pensaient pas qu’UABIT pouvait continuer ainsi et de plus en plus de sources affirmaient qu’il arrêterait bientôt les cartes mères (cf. « Abit envisagerait d’arrêter les cartes mères »). Pourtant, la société continuait de faire des apparitions publiques couteuses dans les salons (cf. « Abit n’est toujours pas mort »), elle présentait de nouveaux modèles comme si tout allait bien (cf. « Abit n’est pas mort : une carte mère hybrid-SLI ») et s’investissait même dans de nouveaux marchés, comme celui des cadres photos (cf. « Abit toujours là, lance des cadres photo »). Les dirigeants de la société sont même allés jusqu’à annoncer publiquement à la presse qu’une cessation d’activité n’était pas à l’ordre du jour (cf. « Abit ne quitterait pas le monde des cartes mères »).

Pourtant, au même moment où les hauts responsables gardent le sourire, les fuites indiquent qu’UABIT continue de licencier de plus en plus de monde et les bruits selon lesquels il quitterait le marché des cartes mère étaient de plus en plus pressants (cf. « Abit quitte les cartes mères ? »). En décembre 2008, les rumeurs affirmaient qu’il n’y avait plus d’employés dans les locaux (cf. « La lente agonie d’ABIT ») et finalement, le 6 mars 2009, UABIT annonce la fin de la marque et de ses activités (cf. « ABIT est mort »). C’est à ce moment que l’on apprend qu’ABIT n’a plus de département marketing et qu’il ne vend plus de cartes mères depuis des mois. Les rumeurs avaient raison, les employés ont quitté la société depuis longtemps. Pendant toute cette histoire, USI reste étonnamment silencieux, désavouant presque l’entité qu’il a rachetée et qu’il devait sauver.

La triste histoire d’ABIT est une leçon importante. Le marché des cartes mères a énormément évolué depuis le début des années 2000. Il n’y a réellement plus que deux fabricants de chipsets, le segment des passionnés s’est grandement rétréci et la demande s’est diversifiée. ABIT n’a pas su être honnête avec lui-même, continuant comme si tout se passait bien dans le meilleur des mondes, malgré la pression étouffante de ses concurrents et un catalogue pas toujours pertinent.

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    • Bonjour, Une institution administrative à Alger pour postuler à un emploi au Sahara ? Jamais entendu parler d'un truc de ce genre.. Il faut chercher des entreprises déjà établis au Sahara et les contacter pour un éventuel recrutement (leur envoyer votre CV). Bonne chance
    • Ya un goulot d'étranglement severe sur la connexion internet algérienne, soit par la faiblesse de la bande passante,  soir par quelque chose quils ont mis en place...   c pas normal pour moi d'avoir un aussi bon Ping , un bon débit, et les jeux qui utilisent a peine quelques Ko sont injouables....  Je vous assure une  fois  en plein week end, jai passer un jeudi et un vendredi avec UNE CONNEXION PARFAITE, javais l'impression d'avoir la FIBRE , comme si un GROS OBSTACLE sur la connexion avait etait levé ! le PING etait le meme 55 , mais twitch repasse en 1080p avec  une qualité d'image parfaite, et les jeux etient tous parfaits, PUBG , PES , FIFA tout etait fluide, aucun LAG, tout semble tres facile .... cest extrêmement frustrant de retourner a une connexion mauvaise apres avoir gouté  a cette expérience
    • Détrompe toi, il y en a encore qui l'utilisent pour acheter des choses et se les faire envoyer. Franchement !? ça fait un moment que c'est une monnaie de macaques et ça ne fait qu'empirer
    • À ce rythme, notre dinar sera une monnaie de singe avant même l’ouverture des frontières.  On ne pourra rien acheter avec un billet de 1000 dinars 
    • L'Europe se prépare probablement à un eniem reconfinement...donc bon laissons l'euro augmenter encore... On ne va spas l'utiliser avant très longtemps...
×
×
  • Create New...