Jump to content

Ouyahia déterre le projet Emaar


Guest salimdz
 Share

Recommended Posts

Investissements Arabes en Algérie

Ouyahia déterre le projet Emaar

 

97105.jpg

 

Le Chef du gouvernement aurait demandé à des représentations diplomatiques dont le pays a émis le souhait d’investir en Algérie de lui adresser un document dans lequel ils mettraient toutes leurs attentes et leurs problèmes rencontrés dans les différents contacts avec les institutions.

Juillet 2006-juillet 2008 : deux ans se sont écoulés depuis que le président Bouteflika a reçu au Palais du peuple le responsable du groupe immobilier émirati Emaar sans que les projets annoncés en grande pompe d’une valeur de 25 milliards de dollars n’aient connu un début de concrétisation. À cette occasion, un plan de modernisation de la capitale avec la construction de tours d’affaires et de stations balnéaires a été présenté. Ces projets, qui allaient changer l’image lugubre d’Alger, ont suscité l’intérêt du chef de l’État d’autant qu’il s’agissait d’argent frais en plus de la création d’emplois dans une capitale qui étouffe de plus en plus sous le poids de la surpopulation et de la concentration de tous les services administratifs.

Deux ans après, hormis un protocole d’accord qui porte sur trois projets excepté l’aménagement de la baie d’Alger qui demeurerait problématique, rien n’a été fait, au point où les Émiratis auraient même pensé à plier bagage et à partir ailleurs, là où les cieux sont plus cléments.

 

L’ancien Chef du gouvernement, Abdelaziz Belkhadem, dont l’image de marque restait pourtant favorable à l’investissement arabe n’a pas vraiment impulsé les investissements à la hauteur des engagements pris. Il se serait d’ailleurs bien défendu, selon des sources au fait du dossier, des retards pris dans la mise en œuvre des projets non seulement du groupe émirati, mais aussi de l’ensemble des opérateurs dont les souhaits exprimés étaient d’investir des capitaux non négligeable en Algérie, en évoquant des obstacles bureaucratiques ainsi que la survenue de questions beaucoup plus prioritaires.

 

Après son retour aux affaires, Ahmed Ouyahia qui reconnaît d’ailleurs que “tout est prioritaire” en Algérie s’est attaqué au dossier de l’investissement étranger de manière générale et arabe de façon particulière. Selon les mêmes sources, le Chef du gouvernement aurait lui-même appelé des représentants diplomatiques arabes dont le pays a émis le souhait d’investir en Algérie en l’assurant de la prise en charge dans les plus brefs délais de leurs projets. Il leur aurait même demandé de lui adresser un document dans lequel ils mettraient toutes leurs attentes et leurs problèmes rencontrés dans les différents contacts avec les institutions.

 

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard de calendrier si le nouveau patron de l’Exécutif a reçu 24 heures après son installation un haut responsable du gouvernement émirati afin de discuter des projets d’investissement en suspens et à venir. Après la polémique entourant le niveau d’engagement émirati dans le pays, allant de 5 à 25 milliards de dollars, le président du conseil d’administration d’Emaar, M. Al-Abbar, avait réaffirmé au lendemain des assises du tourisme qui se sont déroulées en février dernier à Alger que les projets de son entreprise dépassaient le cadre immobilier mais concernaient également le secteur financier avec l’installation d’une banque à Alger.

 

L’absence de réaction des Algériens par rapport à ce dossier a vite fait de croire que les projets d’Emaar n’avaient pas d’avenir en Algérie. Et des indiscrétions ont même fait état de “l’incompréhension”, voire des “inquiétudes” des responsables d’Emaar face à des “blocages” auxquels ils ne s’attendaient pas. Face à cette situation, ils auraient même pris comme option de saisir à nouveau et par écrit le président Bouteflika afin d’intervenir et fixer les échéances.

 

Aujourd’hui, deux ans après, le bureau d’Emaar à Alger ne désespère pas de voir les engagements pris en juillet 2006 se concrétiser même si la question des investissements directs étrangers (IDE) ne semble pas avoir le consensus voulu aussi bien au sein du pouvoir que dans les cercles économiques du pays.

 

source : http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=97105&titre=Ouyahia%20d%E9terre%20le%20projet%20Emaar

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share



  • Posts

    • Tu as une ligne catastrophique.. appelle le 12 et signale un dérangement.. refait ton installation.
    • Salut a tous, Depuis qu'ils ont annonce' les tests pour augmenter le débits, rien ne va plus. Je suis en 10 méga, durant la première semaine de leur tests, mon débit a chuté vers 2 - 3 méga, puis c'est remonté vers max 13 - 14 méga pendant un moment, et la depuis 10 jours, c'est retombé. Je patiente un peu, puis je me dis je vérifier les stats de mon modem et je trouve que mon max Rate a chute complètement, il est a 4500, avant c’était dans minimum 18000. Comment c'est possible et comment arranger ca? Une idée, svp? Merci  
    • Certaines lignes compatibles avec le VDSL utilisent le mode G.998.4 / G.INP comme alternative à l'entrelacement. Les deux sont des méthodes de protection contre les erreurs de données causées par le bruit ou les interférences sur la ligne. La prise en charge de G.INP nécessite l'utilisation le firmware prenant en charge le VDSL . Veuillez vérifier les spécifications spécifiques de votre routeur/modem pour vérifier s'il prend en charge G.INP / G998.4. Ce mode permet, à l'aide de la technologie de suppression du bruit, d'annuler certains effets de la diaphonie - permettant ainsi à la ligne de se synchroniser à la vitesse qu'elle aurait pu atteindre s'il n'y avait pas eu l'effet de la diaphonie. Le bruit ou les interférences provenant de sources qui ne font pas partie du groupe de vectorisation peuvent réduire les avantages de la vectorisation. Vous pouvez vérifier si votre routeur utilise G.998.4 / G.INP à partir d'une commande telnet comme suit.  : Sous Windows, allez dans le menu Démarrer, sélectionnez Exécuter et tapez " cmd " et cliquez sur OK, ou si l'option Exécuter n'est pas présente, tapez " cmd " dans la zone de texte " Démarrer la recherche " au-dessus du bouton Démarrer et appuyez sur Entrée. D'autres systèmes d'exploitation ont également un programme ou une application telnet équivalent. Tapez " telnet 192.168.1.1 " Entrez le nom d'utilisateur de "admin", appuyez sur Entrée, puis entrez le mot de passe du routeur. Entrez " sys ver " pour afficher la version du micrologiciel et les détails du code du modem. Entrez " vdsl status more " qui affichera ce qui suit : Dans cet exemple le firmware du routeur  sont aussi indiqués  la version 3.7.8 et le MAC du modem  05-06-07-05-01-07 (qui peut également être écrit 567517 ). C'est le paramètre ReTxEnable qui renseigne sur le support G.998.4, si la valeur est " 1 " alors il est actif sur la ligne. 0 (zéro) indique qu'il n'est pas actif. La colonne de droite est en aval (vos données reçues) et la colonne de gauche est en amont. Tapez "exit" à l'invite telnet pour fermer la session.  
    • En testant le mode G.INP (seul) j'ai perdu la synchro du signal. J'en déduis que le G.INP n'est pas activé sur le DSLAM du réseau fibre ( situé à 485m de chez moi d'après google map)
×
×
  • Create New...