Jump to content
Sign in to follow this  
didiss

Corruption et injustice à Mostaganem : l'affaire Douane contre la Sofiemca

Recommended Posts

Inspecteur divisionnaire des douanes à la retraite depuis décembre 2003, je dénonce par la présente la corruption, l’acharnement judiciaire, l’injustice qui sévit à Mostaganem et les violations des droits de l’homme à mon encontre au vu et au su de tout le monde.

boite_994852706.jpg&size=article_medium

Les faits

En février 2001, en ma qualité d’enquêteur assermenté, j’ai dénoncé dans un rapport écrit la corruption, le détournement, la fraude, l’évasion fiscale, la dilapidation des deniers publics, le blanchiment d’argent et le transfert illégal, commis par un groupe de sociétés fantômes à Mostaganem appartenant à la même personne. Le préjudice causé à l’Etat algérien s’élève à 3000 milliards dilapidés sans aucun investissement. Une commission composée de cinq membres, tous cadres des douanes de Mostaganem a rédigé un procès-verbal de constat le 12 septembre 2001 contre le PDG de la société contrevenante Sofiemca, importateur à l’époque de véhicules de marque Volkswagen et qui a été transmis à la justice avec le dépôt de plainte le 17 septembre 2001 avec toutes les preuves. Accusé par la douane, le PDG devient député

En mai 2002 le PDG contrevenant est "élu" député et de facto toutes les poursuites judiciaires engagées par l’administration des douanes à son encontre sont suspendues et en décembre 2003 il est encore désigné à Mostaganem comme directeur de la campagne électorale du futur président de la république. Le 16 décembre 2003 alors que je suis à la retraite, il profite des nouvelles données qui lui sont favorables et il charge par procuration une tiers personne, un intrus pour déposer une plainte hasardeuse truffée de faux et de mensonges contre X, dans le cadre de l’article 72 du code de procédure pénale pour attaquer en faux le procès verbal de constat du 12 septembre 2001 établi en bonne et due forme. Le sieur intrus a été autorisé à se constituer partie civile par procuration pour en tirer profit et obtenir dommages et intérêts et réparations. Deux juges d’instruction chargés de ce nouveau dossier en 2004 puis en 2005 ont respectivement décerné deux ordonnances de non-lieu au profit de X après deux instructions jugées infructueuses, il n’y a pas de faux et c’est la chambre d’accusation qui interjetait en appel les décisions justifiées de non-lieu pour relancer l’instruction de nouveau. Il s’agit d’interjections en appel contrenature relancées contre le trésor public lésé et contre les intérêts du pays et au profit des sociétés incriminées. La chambre d’accusation de Mostaganem a adoptée une attitude belliqueuse envers l’administration des douanes et envers le trésor public, elle a retiré le dossier au vrai magistrat instructeur chargé du dossier, déclaré incompétent et a entamé elle même une interminable instruction à charge à mon encontre qui a abouti à mon inculpation brusque le 8 août 2006. Elle m’accuse arbitrairement nommément Bentabet Mohamed, de faux et usage de faux sans jamais avoir été entendu auparavant de 2001 à 2006 et sans m’expliquer de quel faux il s’agit. La chambre a joué un rôle prépondérant dans mon accusation qui est intervenue à la tête du client. Les quatre autres membres de la commission qui ont rédigé avec moi le procès-verbal de constat du 12 septembre 2001 n’ont jamais été convoqués ou entendus, encore moins impliqués ou inculpés. Mon accusation est une machination colportée par certains médias à la solde du P.D.G de Sofiemca. Mon accusation n’a rien à voir avec le droit. Je n’ai jamais fait de faux encore moins l’usage du faux. La chambre d’accusation n’a aucune preuve probante contre moi, pour ce faire , elle fait appel à une interminable série de 12 experts judiciaires dont un expert du sérail, parent de l’insolite personne partie civile, un expert marin taulard ayant séjourné en prison en 1970 pour malversations et deux experts maritimes , pour corroborer les accusations infondées énumérées sur sa feuille de route sur le présumé faux procès-verbal de constat des douanes du 12 septembre 2001. Au total 4 honnêtes experts ont confirmé le bien-fondé du procès verbal des douanes, 4 experts ont suivi la feuille de route tracée par la chambre et 4 experts se sont courageusement abstenus de réponde à l’invitation empoisonnée. Dans son arrêt de renvoi daté du 22 juin 2010, la chambre d’accusation n’a pas pris en compte la réalité des faits, elle n’a pas validé la vérité, elle n’a pris en compte et en considération bizarrement que les expertises à charge de sorte que je suis renvoyé devant les assises par ouï-dire, c’est l’expert taulard et l’expert marin qui ont dit et qui ont décidé. La chambre n’a pas rapporté la preuve contraire condition sine qua non, nécessaire et obligatoire pour inscrire un procès verbal des douanes en faux. Dans cette affaire dite Sofiemca le sieur PDG contrevenant a violé en matière de douane les dispositions des articles 75, 109 et 156 du code des douanes et les textes subséquents, outre la violation de la réglementation de change et les nombreux et faramineux crédits bancaires qui lui ont été accordés à tort sans aucune garantie pour des projets qui n’ont jamais existé et dont il fait l’objet aujourd’hui, de poursuites judiciaires par les banques créancières. Dans cette affaire préfabriquée, la chambre d’accusation qui m’a accusé à tort a violé les dispositions légales édictées par les articles 251, 254 et 265 du code des douanes. Elle a violé les articles 5, 72, 75 et 536 du code de procédure pénale. Elle a violé les articles 22, 34, 45, 46, 140 et 150 de la constitution algérienne. Elle a violé les articles 7, 8, 10 et 11 de la déclaration universelle des droits de l’homme. Le principe fondamental sacré de la présomption d’innocence a été bafoué à Mostaganem. Accusé à tort je dois prouver à cette instance mon innocence, dix années après les faits, au mépris de la loi qui stipule qu’un procès-verbal de constat des douanes est limité dans le temps et dans l’espace. Toutes les plaintes introduites contre moi par le sieur PDG de la société Sofiemca sont validées et actualisées et toutes mes plaintes contre lui sont invalidées et classées sans suites, même la plainte initiale de l’administration des douanes toujours d’actualité a été mise en veilleuse, une complaisance qui constitue outre mer un déni de justice. Plus de cinquante lettres adressées aux autorités politiques et judiciaires du pays par mes soins sont restées lettres mortes. Dénoncer la corruption est un crime en Algérie

La longue procédure judiciaire entamée arbitrairement à mon insu et les mesures inquisitoriales entreprises par la chambre d’accusation à mon encontre sont une atteinte flagrante aux principes fondamentaux des droits de l’homme. La vérité a été confisquée et le fameux renversement du fardeau de preuves dont la chambre a injustement procédé à sa translation du contrevenant verbalisé auquel incombe la charge de prouver le contraire, au cadre verbalisateur des douanes que je suis qui bénéficie du bouclier de le loi , est une mesure anticonstitutionnelle entachée de faux. Aujourd’hui, aucun magistrat digne de ce nom ne veut de ce dossier et de ce procès honni, il a été reporté par l’honorable président de la cour d’assises à trois reprises sans raison valable, mais moi à la veille de la date du procès, j’irai passer la nuit en prison de sorte que j’ai séjourné en prison à trois reprises. Je suis certes chez moi, mais c’est comme si j’étais dans le sinistre couloir de la mort à attendre ma propre exécution et ce, pour avoir dénoncé la grande corruption. Dénoncer la corruption est un crime en Algérie et la justice est au service des fraudeurs corrompus. Aussi je sollicite l’aide et l’intervention des organisations de droit et des médias indépendants pour faire valoir la vérité "assassinée" à Mostaganem.

Bentabet Mohamed

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  



  • Posts

    • Je n'avais aucune idée de cette information.
    • merci les amis, la marque dlink est décidément à fuir...
    • . Mohamed, Muhammad ou Mohammed est le dernier des prophètes et le messager de Dieu à l'humanité avec la dernière des religions monothéistes, l'Islam. Son plus grand miracle est le Coran, le livre saint de la religion musulmane. Et c'est d'après les actes et paroles du prophète (SWS) que les musulmans tiennent la Sunna Nabawiya.   Naissance et enfance   Mohamed naquit le 12 Rabi' al-awwal de l'an dit de l'éléphant ('Am Al Fil), qui correspond à l'an 571 à peu près du calendrier grégorien, à la Mecque. (C'est cette date qui est commémorée pendant le Mawlid Annabaoui).   Son père Abdullah Bnou 'Abd al-Muttalib faisait partie de Banou Hachim l'une des tribus de Quraych, il épousa Amina Bint Wahab et mourut jeune avant même qu'elle ne donne naissance au prophète. A sa naissance, Mohammed fut confié à Halima Saadia qui lui servit de nourrice comme l'était la coutume en Arabie de confier les nouveaux nés aux nourrices des villages avoisinants. Sa mère mourut alors qu'il avait à peine 6 ans, il fut alors confié à son grand père 'Abd al-Muttalib et à la mort de ce dernier à son oncle Abou Talib. Jeunesse   L'oncle de Mohamed (SWS) était pauvre, il dut alors travailler dès sa jeunesse pour l'aider à subvenir aux besoins de la famille, il fut d'abord berger avant de travailler dans le commerce. Dès sa jeunesse, Mohamed (SWS) fut connu auprès de la tribu de Quraych par sa grande sincérité, ils le surnommaient "Al Amine" (celui à qui l'on peut faire confiance).   Khadija, une riche dame de Quraych, lui confia ses caravanes de commerce pour qu'il lui gère ses affaires, elle fut impressionnée par son honnêteté et son intégrité, et ce fut elle qui lui proposa de l'épouser. Mohammed avait alors 25 ans, alors qu'elle en avait 40. Leur mariage dura 25 ans jusqu'à la mort de Khadija, le prophète n'épousa guère d'autre femme jusqu'à la mort de cette dernière. Khadija fut non seulement la première femme mais aussi la première personne à se convertir à l'Islam. Période de la da'wa   Le prophète Mohamed avait pour habitude d'aller se recueillir dans une grotte appelée Ghar Hiraa non loin de la Mecque. C'est là qu'un jour qu'il avait 40 ans, l'ange Jibril (Gabriel) lui rendit visite avec le message de Dieu. Les premiers versets du Coran qui furent dévoilés au prophète furent ceux de Sourate Al-Alaq: "Lis au nom de ton Seigneur qui a tout créé, qui a créé l’homme d’une adhérence ! Lis, car la bonté de ton Seigneur est infinie ! C’est Lui qui a fait de la plume un moyen du savoir et qui a enseigné à l’homme ce qu’il ignorait."   La révélation du Coran (parole d’Allah) au prophète par l'intermédiaire de Jibril dura 23 ans.           Mohammed était très religieux et pendant longtemps, il détesta la décadence et l'idolâtrie de la société dans laquelle il vivait.         À l'âge de quarante ans, Mohammed reçut sa première révélation de Dieu par l'intermédiaire de l'ange Gabriel.  Les révélations se poursuivirent pendant vingt-trois ans, et ensemble elles formèrent ce que nous connaissons comme le Coran.   Dès qu'il commença à réciter le Coran et à prêcher la vérité que Dieu lui avait révélée, il souffrit, avec son petit groupe de disciples, de persécutions de la part des mécréants.  Les persécutions devinrent si acharnées qu'en l'an 622, Dieu leur ordonna d'émigrer.  Cette émigration de la Mecque à la ville de Médine, située à environ 260 milles (418 km) au nord, marque le début du calendrier musulman.   Après plusieurs années, Mohammed et ses disciples purent enfin retourner à la Mecque, où ils pardonnèrent à leurs ennemis.  Avant que Mohammed ne meure, à l'âge de soixante-trois ans, la majeure partie de la Péninsule Arabe était devenue musulmane, et moins d'un siècle après sa mort, l'islam s'était propagé jusqu'en Espagne à l'ouest, et aussi loin qu'en Chine à l'est.  Parmi les raisons qui expliquent la propagation rapide et pacifique de l'islam, il y a la vérité et la clarté de sa doctrine.  L'islam appelle les gens à ne croire qu'en un seul Dieu, qui est le Seul qui mérite d'être adoré.   Le prophète Mohammed était un parfait exemple d'un homme honnête, juste, clément, compatissant, véridique et brave.  Bien qu'il fût un homme, il était très loin d'en avoir les mauvaises caractéristiques, et il luttait et faisait tous ses efforts par amour pour Dieu et pour Sa récompense dans l'au-delà.  De plus, dans toutes ses actions et ses relations avec les gens, il avait toujours la crainte de Dieu et le souci de Lui plaire   Rachid Eljay : Fêter la Naissance du Prophète, Paix et Bénédictions sur lui (Mawlid) https://www.youtube.com/watch?v=gTgjvQEjry0&feature=emb_title     L'Eglise vous cache que le Prophète Mohamed est cité dans la Bible ! prophet Mohamed in Bible.flv   https://www.youtube.com/watch?v=ZyQtra3WzIU
    • non, il faut un routeur tout court et encore certains modeles precis uniquement
×
×
  • Create New...