Jump to content
Règlement du forum ×
IPTV et arnaques ×

Les cartes SIM virtuelles : c’est quoi et comment fonctionnent-elles ?


Djoss

Recommended Posts

Récemment, des ingénieurs travaillant sur l’amélioration des futures technologies mobiles se sont fait cette réflexion : » Pourquoi aurait-on besoin d’une carte SIM, s’il ne s’agit en réalité que d’un stockage de données protégées et d’une simple unité de calcul ? Etant donné que ces types de conteneurs de données peuvent être enregistrés dans la mémoire interne du téléphone, personne n’aurait besoin de fabriquer, vendre ou remplacer des cartes SIM, ce qui les rend en fin de compte dépassées et anciennes.

 

 

Dans des faits similaires, on pense aux réseaux DAMPS ou CDMA-800 qui ont marqué leur temps. L’un des principaux avantages de la norme GSM réside dans la facilité d’utilisation et de la mise en place d’une SIM standard. La seule chose qu’un utilisateur doit savoir, c’est d’insérer la SIM pour configurer et programmer son téléphone, rien de plus.

 

Cette approche s’avérait utile lorsqu’un utilisateur quelconque possédait une seule carte SIM. Désormais, les consommateurs utilisent des appareils qui nécessitent deux voire trois SIM, tels que les tablettes, les modems USB et tout autre type de nouvelles technologies. Certaines personnes utilisent plusieurs cartes SIM uniquement pour la connexion à Internet, étant donné que les opérateurs mobiles n’ont pas toujours des réseaux qui captent bien, sans parler du roaming, un sujet de discussion à part.

 

Qu’est-ce qu’un voyageur ferait une fois qu’il a traversé la frontière d’un nouveau pays ?

 

Bien sûr, la première des choses à faire serait d’acheter une carte SIM d’un opérateur local. Pourquoi n’utilise-t-on pas les données de notre opérateur lorsqu’on est en roaming ? A cause de son coût excessif. L’idée même du roaming est de conserver son numéro de téléphone pour les appels vocaux à l’étranger.

 

En revanche, il n’y a pas de raison de conserver son numéro de téléphone si on veut se connecter à Internet, et c’est pour cela d’ailleurs qu’on achète des cartes SIM locales.

 

Une chose qui n’est pas non plus pratique est de comprendre les conditions et tarifs des forfaits disponibles, parfois écrits dans une langue étrangère, ensuite trouver un point de vente et expliquer sur place ce qu’on veut, et enfin payer l’abonnement.

 

Vous n’aurez pas de mal à trouver des boutiques de vente en téléphonie mobile dans la plupart des endroits, comme en Russie ou en Chine. Dans d’autres pays, la chose peut s’avérer différente. Je me souviens très bien de comment je me suis embarqué dans un périple dans les quartiers de San Diego, à la recherche désespérée d’une carte SIM, connectée à un opérateur local de réseau mobile virtuel afin de pouvoir activer la carte SIM. C’est exactement comme si j’étais dans un film qui » tourne mal « . Je pourrais aussi vous raconter mon expérience en Grèce, où la boutique en téléphonie mobile la plus proche était située à plus de 9 kilomètres du lieu où je me trouvais. Cette boutique en question était seulement ouverte deux jours par semaine, deux heures avant et deux heures après la sieste.

 

La plupart du temps, le processus d’achat d’une carte SIM à l’étranger n’est pas des plus simples, à la fois pour le souscripteur et l’opérateur mobile. Pour ce dernier, il doit prendre en charge toutes les dépenses liées à l’abonné (le forfait, la logistique, les services etc.), alors que l’utilisateur passe à peine deux semaines à utiliser la carte SIM.

 

 

Voici les principales raisons qui ont conduit à la fabrication des cartes SIM virtuelles. L’Idée est très simple : il y a une partie sécurisée dans la mémoire interne du téléphone, tout comme n’importe quelle carte SIM de base. Mais à la différence, toutes les données sont téléchargées via le canal radio, y compris les identifiants qui sont généralement stockés dans la base de données HLR de l’opérateur mobile, et que le téléphone obtient dans ce cas via un réseau sécurisé. Grosso modo, voilà comment ça fonctionne.

 

En d’autres termes : c’est comme si vous achetiez une carte SIM standard dans une boutique, mais dont le contenu serait diffusé sur les ondes. On pourrait comparer cette situation à Itunes, au lieu d’acheter un disque en boutique, vous téléchargez de la musique en ligne.

 

 

 

D’un point de vue technologique, son déploiement est tout aussi simple. Afin d’éviter toute confusion, votre carte SIM reste en place, mais dans ce cas précis, il s’agit d’une SIM » factice » qui ne contient pas de donnée, et dont la mémoire peut être remaniée.

 

Cette nouvelle technologie a été introduite sur les tout nouveaux iPads : quiconque peut acheter une Apple SIM factice et accéder aux forfaits de l’opérateur. Les forfaits locaux sont disponibles au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, en ce qui concerne les autres régions, il existe par exemple une carte SIM » touriste « , GigSky.

 

Malheureusement, les forfaits de Gigsky sont presque aussi chers que les tarifs en roaming, et la technologie en elle-même n’en est pas encore là. La technologie de l’Apple SIM pourrait se développer encore plus si Apple arrive à négocier les conditions avec les opérateurs mobiles du monde entier. Microsoft travaille aussi actuellement sur une initiative semblable (l’application » Cellular Data » est déjà disponible sur Windows Store).

 

 

Il en est de même pour Google. L’entreprise est en train de développer son propre projet, le » Project Fi « . Cependant, son concept est différent et seulement disponible aux Etats-Unis. Son idée est la suivante : un téléphone peut se connecter au meilleur réseau disponible. Le téléphone est donc connecté à un opérateur virtuel qui utilise deux réseaux à la fois. Cependant, un utilisateur de Project Fi utilise Internet dans 120 autres pays sous les mêmes conditions, c’est-à-dire avec une restriction du réseau. Cette initiative est encore à ses prémices, mais a l’avantage d’être disponible aux Etats-Unis, pas seulement par le biais d’invitations aux souscripteurs comme ce fut le cas récemment.

 

 

Il existe même une initiative encore plus intéressante : Le VSCA ( » Virtual SIM Card Alliance· « ) qui est un cloud service pour le contrôle des cartes SIM virtuelles, fondé sur la demande approuvée de GSMA » Remote SIM Provisioning « . Il est utilisé à la fois par les opérateurs (qui possèdent des cartes SIM virtuelles) et par les agrégateurs, y compris les fabricants d’équipement d’origine, les agences de voyage, etc. Une carte SIM virtuelle, en fonction de sa position géographique, serait ainsi disponible à travers une application mobile, et la SIM » factice » serait alors vendue, comme vu précédemment, dans des points de vente.

 

 

L’idée générale dépend là encore de l’implication des opérateurs mobiles. Jusqu’à présent, ils se sont montrés plutôt réticents envers de tels projets. Premièrement, ils ne veulent pas perdre les bénéfices qu’ils engendrent grâce au roaming. Deuxièmement, ils ont conscience de se convertir en » conduit » d’Internet anonyme fournissant des données aux abonnés mais sans apporter de valeur à leur marque. Et nous savons tous que leur marque leur coûte les yeux de la tête à maintenir.

 

De plus, un nouveau débat est en train d’éclore à propos de » Local Breakout » : selon ce principe, les réseaux mobiles (LTE) pourraient proposer du roaming sans besoin d’acheminer le trafic via le réseau « domestique », ce qui réduirait considérablement les coûts de revient du trafic. Bon, ce n’est pas fait encore. Le futur repose probablement sur l’ eSIM standard, l’eSIM est une SIM virtuelle qui n’a pas besoin de SIM » factice » et qui se télécharge directement dans la mémoire du téléphone.

 

 

SRC : https://blog.kaspersky.fr/virtual-sim/5389/

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Actuellement, les opérateurs mobiles envoient à leurs clients une carte SIM physique sur laquelle sont enregistrées toutes les données liées au forfait. Il suffit alors d’insérer cette carte SIM dans un téléphone pour utiliser son forfait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

snaptube telegram web

Edited by clarc
Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Posts

    • Un vent de panique souffle dans les aéroports, les administrations, les urgences et de nombreux médias. Depuis vendredi matin, Microsoft fait face à des difficultés informatiques majeures. Elles sont liées à une panne de service touchant un logiciel antivirus proposé par la société Crowstrike. Dans un communiqué, Microsoft indique : « Nous enquêtons sur un problème affectant la capacité des utilisateurs à accéder à diverses applications et services Microsoft 365 ». Le géant américain, à l’origine du système d’exploitation Windows, ajoute qu’il prend « mesures d’atténuation ». En attendant un rétablissement complet de la situation, des aéroports du monde entier (Berlin, Madrid, France…) et des compagnies aériennes (Air France, American Airlines, United Airlines…) connaissent de graves perturbations. Les principales compagnies américaines viennent d’ailleurs de suspendre leurs vols. KLM fait savoir dans un communiqué : « KLM, comme d’autres compagnies aériennes et aéroports, a également été touchée par la panne informatique mondiale, rendant impossible la gestion des vols ». La compagnie se dit « contrainte de suspendre la majeure partie de ses opérations ».
    • Installation de l'application SmartTUBE sur les Smart Tv LG (sous webOS) Si vous êtes client SmartLabs, veuillez vous rendre sur votre SmartLabs . espace Wiki Sinon, vous pouvez essayer notre application de démonstration Lime . Pour obtenir la dernière version, veuillez contacter l' équipe commerciale . Téléchargez le package d'application destiné aux téléviseurs intelligents LG à partir de la page Notes de version du logiciel . Ouvrez la CLI et saisissez ares-install --device %Name% %app_path% (par exemple, ares-install --device lgtest c:\lime_v6_14_21_295_1080.ipk ). Saisissez ares-install --device %Name% --list et vérifiez que l'application a été ajoutée à la liste. Ouvrez le menu Mes applications sur le téléviseur et démarrez l'application installée. Installer manuellement l'application SmartTUBE sur les smart tv LG (Sous WebOS). Si vous n'êtes pas client SmartLabs:        1. démarrer votre smart tv LG Appuyez sur le bouton Paramètres et ouvrez Tous les paramètres > Général > Pays de diffusion   sur votre téléviseur et définissez le Pays sur la même valeur que celle utilisée lors de la création du compte. Tournez Set automatiquement sur OFF et définissez  le pays des services LG de la même manière que le pays de diffusion .  Redémarrez votre téléviseur et acceptez le contrat de licence (tous les articles). Connectez-vous sur le téléviseur avec le compte développeur LG. Ouvrez LG Store, recherchez l' application en mode développeur et installez-la. Démarrez l' application en mode développeur . Connectez-vous à l'application avec votre ID utilisateur de développeur LG .   Définissez l'état du mode Dev  :  ON et confirmez le redémarrage du téléviseur (si vous utilisez la connexion WiFi, vous devrez gérer et revoir les paramètres réseau après le redémarrage.) Démarrez l' application en mode développeur et définissez Key Server : ON   Installez l' application webOS TV CLI sur votre PC. Vérifiez que votre PC et votre téléviseur sont connectés au même réseau, puis démarrez webOS TV CLI . Saisissez la commande ares-setup-device en mode console. Vous devriez voir 3 variantes : add , modifier , supprimer . Choisissez Ajouter . Définissez les paramètres de connexion suivants :  Nom de votre téléviseur — n'importe quoi, par exemple lgtest ;  Adresse IP — Adresse IP du téléviseur (vous pouvez la trouver dans l' application en mode développeur ) ; Port de périphérique  : utilisez la valeur par défaut ; Utilisateur SSH  : utilisez la valeur par défaut ; Description — n'importe quelle chaîne ; Authentification — mot de passe ou password; Mot de passe — laissez vide , appuyez sur Entrée ; Saisissez « Y » pour enregistrer le paramètre.                                       Saisissez la commande ares-setup-device -list et vous devriez voir votre téléviseur dans la liste des appareils. Saisissez la commande ares-novacom --device %Name% --getkey et saisissez la phrase secrète (vous pouvez la trouver dans l' application en mode développeur ). Votre téléviseur est maintenant connecté au PC avec WebOS CLI.
    • Essaye de te connecter sur ton compte dans le panel de ton fournisseur via un navigateur web en utilisant cette syntaxe: Ceci est un contenu masqué, merci de Sign In or Sign Up
    • Android Lollilop  et Android TV v5.0 : Fin des services Google play . Mauvaise nouvelle pour les utilisateurs du system Android v5.0 (Smart TV 5.0 et smartphones ou tablettes Lollilop) Google a décidé de mettre fin aux services Google play. Les Services Google Play ne sont pas une simple application comme on en connaît habituellement. Si vous tenteriez de l'ouvrir, rien ne se passera. Pourtant, son installation est par défaut sur tous les appareils Android. Ils sont mis à jour régulièrement, et le nombre de permissions qu'ils demandent est impressionnant. Tout y passe : lecture des SMS, maîtrise du mode veille, accès à toutes les informations des applications Google... Et j'en passe. En résumé, l'application Services Google Play est une application liée au système même de votre Android.  Voir la liste des applications qui ne fonctionneront plus ou partiellement sans les services Google Play ==>  ICI.  
×
×
  • Create New...