Jump to content
Règlement du forum ×
IPTV et arnaques ×

La gouvernance en question


Guest salimdz

Recommended Posts

La gouvernance en question

Par lounes guemache , le 16/09/2008

 

Près de deux mois après le discours du président Bouteflika, le 23 juillet devant les maires du pays, le flou continue d’entourer les nouvelles orientations gouvernementales en matière d’investissements. Après les investisseurs étrangers, la politique du gouvernement Ouyahia inquiète désormais le patronat national ainsi que les dirigeants et les cadres des entreprises publiques. Les milieux d’affaires algériens se plaignent de l’opacité qui entoure la préparation des nouvelles lois. Ils estiment également que le gouvernement ne les consulte pas sur un dossier qui les concerne pourtant directement.

 

Pire : dans ce dossier, le nouveau chef du gouvernement travaille directement avec les conseillers du président de la République pour l’élaboration des nouvelles lois sur les investissements. Des lois qui, au-delà des sommes qui sont en jeu –plusieurs dizaines de milliards de dollars-, vont avoir impact sur l’avenir du pays. Même les ministres réputés proches du chef de l’Etat, à l’image de Hamid Temmar, ne sont pas associés à ces préparations. Ils devront attendre que les nouvelles lois tombent pour se faire une opinion, voire émettre discrètement des réserves.

 

Aucun débat n’a été engagé dans le pays sur le sujet. Quel impact auront ces mesures sur l’économie nationale ? Sur l’image du pays à l’étranger ? Sur l’avenir du pays ? Ou tout simplement sur le fait de savoir si les mesures annoncées sont applicables et dans quelles conditions ? Le chef du gouvernement n’apporte aucune réponse à ces interrogations et personne n’ose lui demander publiquement des explications, sans doute par crainte d’être taxé de défenseur des intérêts étrangers. En cette période de patriotisme économique, il est préférable d’éviter une telle étiquette.

 

Cette situation pose un sérieux problème : celui de gouvernance dans le pays. Les attaques de Bouteflika contre les investisseurs étrangers, le 23 juillet dernier, n’étaient pas contenues dans le discours officiel rédigé par ses conseillers. Elles semblaient provenir d’un coup de colère du chef de l’Etat, devenu par la force des choses – le président ne peut renier sa parole- une nouvelle politique économique. Les nouvelles lois tombent l’une après l’autre, progressivement et d’une manière aléatoire. Elles ne donnent pas l’impression d’être issus d’un plan réfléchi, avec des objectifs à atteindre préalablement fixés. A chaque semaine sa surprise : après le foncier, l’interdiction des ventes sur plan, la dissolution des EPLF…On parle même de nouvelles mesures encore plus dures en préparation.

 

Pendant deux ans, Abdelaziz Belkhadem et son ministre Hamid Temmar avaient appliqué leurs propres règles en matière d’investissements, en accueillant à bras ouverts tous les spéculateurs du Golfe, avec les résultats qu’on connaît. Ahmed Ouyahia arrive, efface tout, et propose tout le contraire de son prédécesseur : réhabilitation d’un secteur public agonisant, durcissement des conditions d’investissements qui feront sans doute fuir les rares investisseurs intéressés par l’Algérie…

 

Quand on sait que les deux hommes –Belkhadem et Ouyahia- sont issus de la même majorité, censée appliquer le même programme, celui du président de la République, on ne peut s’empêcher de poser la question de savoir si ce programme présidentiel existe réellement.

 

source : http://www.toutsurlalgerie.com/Algerie---la-gouvernance-en-question_4819.html

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Posts

    • SuperUser Modem nokia G-1425G-B USER : AdminGPON PASS : ALC@FGU j'ai tester et ca marche bien, trouver dans un commentaire dans la page 1001 | Tech
    • slt ooou..  toi tu dois être un vendeur frustrer 🤣🤣... , ou juste tu veux salir pour le plaisir 🤔??.une bonne équipe pour en publicité une autre à ton avantage... 🤣.. chacun ces goûts et opinion tu as le droit mais salir une team qui sont au dessus du lot .. déjà pour le sav ( car je peux te le dire y a pas mieux que eux la dessus ) .. je dirais que c'est pas très sympa .. je n'ai rien contre ton nonoss non plus ...bon truc aussi ils se valent tous a l heure actuel je parle des plus reputer des abos a certain tarif je parle pas de truc venu de l espace à des prix défiant toute concurrence.. mais sache que l herbe est pas plus verte ailleurs ...
    • Hélas c'est trop tard...ils vont mettre des années à préparer une loi...puis...la modification de celle ci...puis la publication...puis après des années...sa mise en place...!! On sera en 2045...
    • Il faut relancer la législation sur le dégroupage avortée en 2018 qui devait mettre fin au monopole d'AT et qui  introduisait dans son article 101 l’obligation pour l’opérateur historique, à savoir Algérie Télécom, de « donner suites aux demandes de dégroupage de sa boucle locale formulées par les opérateurs de services de communications électroniques » et de « prendre toutes les mesures nécessaires pour aménager ses infrastructures ainsi que ses locaux techniques existants afin de permettre aux demandeurs de dégroupage la co-localisation de leurs installations nécessaires à la fourniture de leurs services ». On se rend enfin compte  qu'après 4 ans de travaux le taux d'installation de la FTTH reste très faible et que AT seule mettra des dizaines d'années pour fibrer tous les abonnés
    • Encore quelque chose qui arrive avec près de 19 ans de retard ! https://www.algerie-eco.com/2024/05/23/tassili-airlines-lance-un-nouveau-site-web-dachat-en-ligne/
×
×
  • Create New...