Jump to content
Guest salimdz

L’Algérie suspendue au prix du baril

Recommended Posts

Guest salimdz

Tandis qu’elle est relativement à l’abri de la crise financière internationale

L’Algérie suspendue au prix du baril

481.jpg

 

Au colloque organisé mercredi dernier à Alger par le Forum des chefs d’entreprise (FCE), le professeur Abdelatif Benachenhou voulait résumer l’impact que devrait raisonnablement avoir la crise financière mondiale actuelle en Algérie, ainsi ni optimisme béat ni pessimisme outrancier.

Sans doute faudrait-il, nécessairement un jour prochain, réunir à nouveau des experts pour revenir sur des questions très pertinentes posées par le brainstorming organisé par le FCE, où un panel de brillants économistes, carrément triés sur le volet ont fourni, durant plusieurs heures, des éléments fluides sinon entièrement convaincants, pour la compréhension du thème brûlant de la crise financière actuelle mondiale. Quelles actions entreprendre en Algérie pour parer à la crise ? Que vont devenir les ressources extérieures du pays au vu de la baisse importante, voire inquiétante du prix du baril de brut ? L’Algérie va-t-elle replonger dans une phase d’endettement externe ? Ces questions à peine ébauchées en ont amené d’autres, dont la plus importante : quid des pays en voie de développement ? Globalement, ils sont non affectés, a précisé le professeur Hocine Benissad.

 

Et l’Algérie ? Non plus. Son système financier étant déconnecté du système financier mondial… à quelque chose malheur est bon. Mais dans tous les cas, bien malin qui pourrait bien prévoir ce que sera le baril de brut dans un an ou à moyen terme, et c’était bien là le sujet primordial. Tout le monde sait que l’Algérie vit sur ses recettes en hydrocarbures. Conséquence directe de la crise, les pays de l’Opep ont été frappés de plein fouet par la baisse vertigineuse du prix du pétrole. Il faut espérer par conséquent que le tarif du baril ne descendra jamais au-dessous de 38 à 40 dollars, au moins à moyen terme. C’est la seule issue. L’équation est archi-connue. L’Algérie a raté son décollage économique il y a belle lurette, aucun autre secteur hormis celui des hydrocarbures n’ayant été à même de s’élever au rang de pourvoyeur de devises.

 

L’optimisme très mesuré n’est pas à écarter, dans la mesure où le programme de développement colossal actuel est en bonne voie et a entamé une partie non négligeable de son parcours. Il reste que l’inquiétude demeure tant qu’il n’y a pas concrètement un segment valable de l’économie, les hydrocarbures mis à part, sur lequel pourrait s’appuyer le développement. Et pour cette raison, la question a été justement posée de savoir si à terme, l’Algérie n’ira pas s’engouffrer une fois de plus dans la spirale infernale de l’endettement.

 

L’industrie automobile est parmi les premières à faire les frais de la crise. L’on retrouve ici l’Algérie qui tirerait son épingle du jeu. Non concernée par le secteur de la fabrication automobile, contrairement au Maroc qui vient à peine d’accueillir le géant Renault sur ses terres, l’Algérie serait au contraire convoitée par des pays comme la Chine qui envisage de conduire une usine à Biskra… Et Acilor ? La branche algérienne n’est pas touchée par les compressions annoncées, mais aux suppressions d’emplois se substituent les compressions de charge.

 

C’est Mustapha Mekideche, économiste de renom, qui en a fait la remarque, en se penchant sur les effets sociaux de la crise et mettant le doigt sur le vrai problème : “Les charges ce sont les salaires”, a-t-il souligné. En effet, cela revient au même, car compresser les salaires, c’est mettre à moitié au chômage. À partir de là, si l’on n’étudie pas sérieusement les choses, c’est que l’on tente de cacher le soleil par un tamis.

Une réelle opportunité pour l’Algérie

Il existe une noria de solutions à la crise avancées lors du colloque du FCE, dont une meilleure surveillance de marchés, une étendue du dispositif aux paradis fiscaux, une révision des normes comptables internationales. La question finale est ensuite posée : s’agit-il d’une crise du système capitaliste ? Le professeur Benissad ne le croit pas. En revanche, il affirme sans hésiter que c’est plutôt la crise d’un libéralisme débridé ! Interrogation : ce libéralisme débridé ne serait-il pas précisément le fondement même du capitalisme actuel, sans que l’on se soit rendu compte ?

 

Le colloque aura mis en relief une autre problématique majeure, apparue lors de cette crise qui a un rapport avec l’interventionnisme de l’État. Notons, pour rappel, que c’est le Britannique Gordon Brown qui, le premier, a réussi à nationaliser partiellement l’ensemble du secteur bancaire anglais sans provoquer la moindre levée de boucliers de la part de l’opposition ou de la City.

 

Très remarquée fut l’intervention du représentant de la société danoise Maersk, première compagnie maritime et plus grand armateur de porte-conteneurs du monde, qui va introduire discrètement le sujet prévu sur les effets de la crise en Algérie, et flatter un peu l’orgueil des Algériens en soulignant que “l’attractivité en Algérie restera présente en Algérie en 2009”. La Chine, par exemple, regarderait vers l’Afrique, et de grands groupes commenceraient eux aussi à s’intéresser au Maghreb. “Pour l’Algérie, cette crise représente donc une réelle opportunité”, a dit le directeur de la société Maersk. Mais il aura précisé auparavant les conséquences de la crise sur le transport maritime mondial : insolvabilités des clients, banqueroutes massives, disparitions d’armateurs, bateaux en rade, et “il est hasardeux de faire des prévisions, mais si la crise dépasse les huit à neuf mois, c’est tout l’approvisionnement mondial qui va être touché”, a indiqué le délégué de Maersk, l’entreprise la plus importante du Danemark.

Les prévisions du prix du brut

C’est donc Abdelatif Benachenhou qui allait, en qualité de modérateur du colloque, situer et clarifier les termes du débat qui se mettent en avant :

 

1- Quelle est la durée du retour de l’État (l’interventionnisme) ?

2- Quelles sont les causes structurelles de la crise financière ?

3- Y a-t-il un doute sur l’efficacité des politiques mises en œuvre, y compris l’interventionnisme ? L’on aura observé un intermède d’importance : Réda Hamiani, le président du FCE, qui prenait le micro et saisissait l’occasion pour revenir sur le retour de l’État. Est-ce que il n’y aurait pas effectivement un retour de l’État dirigiste avec ce qui ressemble à un échec du libéralisme, et le risque de la disparition de l’économie de marché ? Point crucial qui débordait sur le quasi unanimisme ambiant sur le salut de l’Algérie par rapport à la crise.

 

Le professeur Benachenhou traitera, comme dans un cours magistral, l’improbabilité pour l’Algérie d’être touchée par la crise : baril du brut entre 45 et 60 dollars en 2009, importantes réserves de change, plus de quatre années de capacités d’importation, impact macroéconomique, mais avec une baisse de la croissance relativement faible, etc. Pas de problèmes ? Si, pourtant.

1- Rien ne dit que les prix du pétrole ne vont pas dégringoler, et même en deçà des 39 dollars fatidiques. Le représentant de la compagnie de navigation maritime Maersk, en bon expert lui aussi, a bien situé le délai souhaité pour la fin de la crise (huit à neuf mois), au-delà duquel toutes les prévisions seront brouillées. Et comme le notait quelqu’un dans la salle : “Les prévisions du prix du brut ont joué de sales tours à l’Algérie”.

2- Les précautions envisagées à cet effet quant aux prix fluctuants du brut, engendreront forcément un durcissement dans les contraintes du budget de l’État, et par ricochet, une pression sur certains postes de dépenses publiques.

3- Sans présager des autres grands projets, les secteurs stratégiques de l’énergie, principalement Sonatrach et Sonelgaz (dont les projets d’investissement se chiffrent à une centaine de milliards de DA.) devront remettre en question les leurs, d’ores et déjà.

 

L’Algérie devrait bénéficier des effets de la crise, cela étant, en tirant les leçons des perspectives entrevues au plan mondial : suivi et rigueur dans les règles de solvabilité au niveau des banques, retour au modèle de la banque universelle, moins risqué et d’un intérêt plus marquant pour les pays émergents (système de la banque classique), avec enfin en point d’orgue une vraie réforme attendue du système financier international.

 

Et s’atteler enfin à la régulation de son propre circuit financier et bancaire, l’allégement de la fiscalité et des lourdeurs bureaucratiques administratives, afin de ramener tous ces investisseurs qui, semble-t-il, s’intéressent au Maghreb maintenant, et enfin associer les PME-PMI algériennes au développement national.

 

source : http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=104798

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Et s’atteler enfin à la régulation de son propre circuit financier et bancaire, l’allégement de la fiscalité et des lourdeurs bureaucratiques administratives, afin de ramener tous ces investisseurs qui, semble-t-il, s’intéressent au Maghreb maintenant, et enfin associer les PME-PMI algériennes au développement national.

 

source : http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=104798[/font]

[/left]

 

Je ne sais pas ce qu'ils attendent ??? ça répond au sujet précédemment traité ici >>>http://www.forumdz.com/showthread.php?t=9028

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.




  • Posts

    • DHL qui sous-traite avec EMS apparemment, pas du DHL direct quoi, ça a mis 20 jours a arrivé (14 jours ouvrés)
    • salam elle fait combien la gtx 1080 et esque elle et suffisant pour tourné red dead 2 ou warzone
    • il y a un certain nombre d'énonciations dans le Coran qui prouvent que ni Satan, ni personne d'autre ne peuvent interférer dans le processus de révélations, ni que le Prophète n'a jamais nourri une intention quelconque de faire un compromis avec les leaders mécréants ni qu'il n'y a jamais part interpolé quoi que ce soit dans le texte de la révélation   . le Coran ne peut pas venir de Satan car celui-ci y est maudit, méprisé et condamné purement et simplement à l'enfer. De plus Allah demande aux musulmans de chercher la protection contre Satan à tout instant et même de demander cette protection lorsque l'on commence à réciter le Coran. Selon le principe de Jésus(psl) : Comment Satan peut-il chasser Satan ? Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne peut subsister. Si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même ; comment donc son royaume subsistera-t-il ?   D'après ce principe sorti tout droit de la bouche de Jésus(psl) dans la Bible, Satan ne peut chasser Satan et donc le Coran qui chasse Satan ne peut pas provenir de Satan. CQFD. De plus Satan serait-il aussi stupide pour :   1 - mettre fin au polythéisme dans la région ? 2 - mettre au point une religion qui impose le culte de Dieu l'Unique ? 3 - faire croire aux disciples de cette religion qu'il est l'ennemi numéro 1 de l'Humanité ? 4 - obliger les croyants à reconnaitre un Seul Dieu, faire l'aumône, le pelerinage, imposer la libération d'esclave ainsi que l'aumône pour tous les fidèles ?   Satan serait-il un âne pour détruire tout seul son propre royaume ? Il faudrait vraiment que le diable ait été un idiot totalement raté et fini pour inventer une religion monothéiste qui le fustige comme étant le pire ennemi de l'humanité, qui le maudit et qui, par dessus tout met fin au polythéisme dans la région en imposant le culte au Dieu Unique. En d'autres termes Satan ne peut pas creuser sa propre tombe et encore moins s'enterrer tout seul. Il est donc illogique et prétentieux de soutenir que l'Islam est l'œuvre du diable. • Le Coran est rigoureux dans la construction de ses phrases. Chaque mot a une place bien précise pour une raison bien précise, toutes les nuances sont prises en comptes même pour deux situations fondamentalement identiques, l’harmonie et l’équilibre dans le choix des mots est constatable numériquement et enfin, le Coran a une spécificité littéraire propre à la langue arabe à savoir qu’on y trouve 34% des radicaux à 3 caractères de la langue arabe et qu’il est prouvé que l’élite des linguistes arabes n’arrive qu’à en utiliser 5% au maximum dans leurs écrits soit presque 7 fois moins que dans le Coran. Or aucun fou au monde n’a été et ne sera capable d’une telle prouesse linguistique. L’hypothèse que les narrations et structurations thématiques atypiques du Coran soient le résultat d’un esprit dérangé ne tient donc pas l’épreuve de la logique.   : « : « A ceux qui prétendent fournir une œuvre similaire au Coran, demande-leur de fournir un Livre dénué de contradictions qui restera intact au cours de 14 siècles et qui réunira d’un 2 milliard de fidèles autour de lui, le récitant et pleurant à son écoute   Le Gardien De La Sunnah�� Abu Hurairah (ra) ✨La Vie Des Sahabas ☪Valérie Ép 14 https://www.youtube.com/watch?v=KIjOhMbKUgE&t=3s Saaba À Une Tâche Bien Précise �� Abu Hurairah (ra) ✨La Vie Des Sahabas ☪Valérie Ép 15 https://www.youtube.com/watch?v=VroBIbFR8Eg
    • le site allemand t'a livré avec quelle compagnie ?    
    • il s'est trompé...il ne connait meme pas sa TV ! c'est du 100hz !
×
×
  • Create New...