Jump to content
clock

Sony, allié de Microsoft à ses dépends

Recommended Posts

La guerre des consoles nous offre parfois des histoires ironiques. Il y a quelques mois, nous apprenions que Sony avait indirectement donné 20 millions de dollars à Microsoft*. Aujourd'hui, l'affaire qui nous intéresse est encore plus rocambolesque. En effet, Sony a contribué à la création de la Xbox 360 sans le savoir ! C'est ce que racontent David Shippy et Mickie Phipps, ingénieurs chez IBM, dans leur livre The Race for a New Game Machine. Voici un résumé des faits.

 

En 2001, Sony contacte IBM pour créer le Cell, le processeur de ce qui deviendra la PlayStation 3. L'accord porte sur des dizaines de millions de dollars investis en recherche et développement. Mais Sony ne demande pas l'exclusivité et autorise donc IBM à vendre la nouvelle technologie à d'autres clients. En 2002, Microsoft contacte à son tour IBM pour créer le Xenon, la puce de sa future console Xbox 360. Ce qui devait arriver arriva : IBM est tout naturellement parti de la base imaginée pour Sony afin d'élaborer la puce de Microsoft. D'après les auteurs du livre, les deux projets étaient même situés dans des locaux adjacents. Quand des employés de Sony venaient voir où en étaient les travaux, ils ne se doutaient pas que les leçons tirées du Cell étaient déjà en application à quelques encablures de là pour le bénéfice de leur principal concurrent !

 

On connaît la suite de l'histoire : Microsoft sort sa machine en novembre 2005. De son côté, Sony rencontre divers problèmes et doit alors retarder la sortie de la PlayStation 3, qui n'arrivera qu'un an plus tard sur le marché. Sans le savoir, le géant japonais a donc indirectement aidé son concurrent, car si IBM avait dû partir de zéro pour créer le Xenon, la 360 ne serait probablement pas sortie avant la PS3. En acceptant de partager la technologie du Cell avec d'autres clients potentiels, Sony a permis à Microsoft de prendre une longueur d'avance. Une belle leçon à méditer...

 

 

* Pour rappel:

 

Citation :

 

L'histoire est assez ironique. Souvenez-vous, il y a quelques temps, Immersion avait intenté des procès à Microsoft et à Sony pour l'utilisation de systèmes de vibrations dans leurs manettes, une technologie dont la société détient les droits. Microsoft avait dégainé le portefeuille le premier, en offrant 26 millions de dollars (17,7 M€) pour régler le litige. Mais l'accord contenait une obscure clause qui autorisait MS à récupérer une partie des éventuelles sommes versées par Sony à Immersion... Vous suivez toujours ? C'est là que ça devient cocasse. La justice contraint donc Sony à payer à son tour des droits pour utiliser les vibrations, et la firme japonaise signe un gros chèque de 90 millions de dollars (61,2 M€). Microsoft fait alors jouer sa clause pour obtenir une partie de la somme, mais Immersion fait la sourde oreille. MS attaque alors à son tour Immersion en justice ! Et finit par obtenir gain de cause, en empochant 20,75 millions de dollars (14,1 M€) sur la cagnotte en provenance directe de Sony. Une belle opération pour le géant de Redmond, puisqu'en plus du pied-de-nez symbolique à son ennemi juré, il récupère au passage la quasi-totalité des fonds engagés pour la technologie des vibrations, qui ne lui aura donc pas coûté grand-chose...

 

 

 

Source:http://www.jeuxvideo.com

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salam,

 

Cette histoire me rappelle le début de l'aire PC avec le ratage d’IBM…

Et c’est toujours Microsoft qui en sort gagnant.

 

a+

Share this post


Link to post
Share on other sites



×
×
  • Create New...