Jump to content

Faut-t-il s'inquiéter ?


Guest HAVOC
 Share

Recommended Posts

Un constat simple :

- Peu de sites techniques algériens.

- Grande influence sur les rubriques "internet et débit" et "w@rez".

- Très faible influence dans des rubriques comme celles liés à la programmation.

 

Faut-il s'alarmer ? D'où vient ce manque de contenu et d'engouement ? L'algérien est-t-il un éternel consommateur ? Problème culturel ?

 

Les internautes algériens se basent-t-ils plus sur les sites francophones occidentaux comme Developpez.com ?

 

Pourquoi on retrouve une toute petite minorité d'étudiants en informatique, pourquoi il n'y en a pas plus, pourquoi y'a t-il peu de professionnels présents, d'enseignants...etc.

 

C'est avec tristesse que je constate chaque jour le manque d'engouement des algériens pour l'informatique et la technique, nous sommes bloqués au stade du piratage avec le P2P, le cardsharing... des choses totalement inutiles pour le développement de l'Algérie de demain !

Link to comment
Share on other sites

Le constat est probablement juste, mais il y a des paramètres à prendre en considération. Quand on voit le taux de familles disposant d'internet et de PC, on est très loin des normes occidentales. Autre constat, mondial celui là, si on considère par exemple les sites les plus visités quelques soit le sujet, il reste une prédominance du divertissement sous toutes ses formes, même si la part de scientifique et de culturel, reste représentée par de grands sites.

Edited by milax
Link to comment
Share on other sites

Peut être est ce du à la médiocrité de l'enseignement supérieur Algérien ?

 

Est ce que c'est l'université qui fait l'étudiant ou l'inverse ?

 

Personnellement je suis d'avis que c'est un peu des deux, chacun à un impacte sur l'autre.

 

L'étudiant aussi participe au développement et à l'amélioration de son université, par sa capacité à manifester des besoins, à mettre en place des évènements (débats, manifestations scientifiques, travaux de réflexion...).

 

Très souvent les innovations au sein des établissements universitaires naissent d'un besoin, ce besoin peut être exprimé par le corps enseignant ou administratif mais aussi par les étudiants.

Il faut donc réclamer, proposer, suggérer... les grèves des étudiants devraient justement servir à de telles choses et non seulement à s'octroyer des passes droits qui ne font que dévaloriser la formation.

 

Je ne crois pas que cela existe une université qui oblige ses étudiants à entreprendre, cela doit être une démarche spontanée. Par contre, il est vrai que les universités peuvent encourager ou stimuler l'esprit d'entreprise (d'entreprendre ?!?!) de ses étudiants en fournissant "nativement" des moyens techniques, financiers et humains.

 

EDIT :

 

Il est quand même intéressant d'analyser cette réponse :

Peut être est ce du à la médiocrité de l'enseignement supérieur Algérien ?

 

C'est une réponse typiquement algérienne (je ne dis pas ça de façon péjoratif... que l'auteur ne le prenne pas mal). C'est une réponse qu'on retrouve toujours quand on veut expliquer des dysfonctionnements en Algérie, la plus connue est : c'est la faute au gouvernement... c'est el houkouma comme on dit.

 

Mais ce gouvernement c'est qui ? Le peuple algérien est où dans tout ça ? Le gouvernement est issu du peuple pour le peuple, c'est un peu pareil pour les universités même s'il n'y a pas de votes ni d'élections à proprement dit, il n'en reste pas moins que les étudiants ont une influence sur leur université, c'est après tout les principaux intéressés et l'un des principaux engrenages de la machine université, il peut donc influencer naturellement sur le fonctionnement de celle-ci.

 

En tout cas vivement que les temps changent, je trouve le web algérien de plus en plus morose et superficiel, il faudrait intellectualiser tout ça. Heureusement, il y a des "perles algériennes" qu'on peut retrouver sur le net mais comme elles sont diffusées un peu partout, elles ne brillent pas assez.

Edited by HAVOC
Link to comment
Share on other sites

je suis d'accord avec toi havoc mais pas au sein des Universités algériennes ou des licenciés en LMD en RO ont étaient mis a l'arrêt obligatoire sous prétexte qu'ils ont pas d'enseignants pour continuer en master et qu'il doivent attendre une année ou deux . c'est pas avec ce genre d'universités que tu pourra suggérer ou faire des initiatives .

 

on est loin de ça , en Europe certes mais pas ici !

Link to comment
Share on other sites

  • Moderators
parce-que les meilleurs informations sont pas des informaticiens, lol

 

je n'est pas même pas une TS en informatique (j'ai fait de chimie) et j'ai fait un projet de fin d'étude de magister pour une informaticienne sans parlé des projets pour des ingénieurs.

 

Allah eybarek :) c'était quoi comme projet ? :)

Link to comment
Share on other sites

parce-que les meilleurs informations sont pas des informaticiens, lol

 

je n'est pas même pas une TS en informatique (j'ai fait de chimie) et j'ai fait un projet de fin d'étude de magister pour une informaticienne sans parlé des projets pour des ingénieurs.

 

Tu sous-entends que tu as encadré des magister en informatique, sans parler des ingénieurs c'est ça?

Link to comment
Share on other sites

EDIT :

 

Il est quand même intéressant d'analyser cette réponse :

 

 

C'est une réponse typiquement algérienne (je ne dis pas ça de façon péjoratif... que l'auteur ne le prenne pas mal). C'est une réponse qu'on retrouve toujours quand on veut expliquer des dysfonctionnements en Algérie, la plus connue est : c'est la faute au gouvernement... c'est el houkouma comme on dit.

 

Mais ce gouvernement c'est qui ? Le peuple algérien est où dans tout ça ? Le gouvernement est issu du peuple pour le peuple, c'est un peu pareil pour les universités même s'il n'y a pas de votes ni d'élections à proprement dit, il n'en reste pas moins que les étudiants ont une influence sur leur université, c'est après tout les principaux intéressés et l'un des principaux engrenages de la machine université, il peut donc influencer naturellement sur le fonctionnement de celle-ci.

 

En tout cas vivement que les temps changent, je trouve le web algérien de plus en plus morose et superficiel, il faudrait intellectualiser tout ça. Heureusement, il y a des "perles algériennes" qu'on peut retrouver sur le net mais comme elles sont diffusées un peu partout, elles ne brillent pas assez.

Que ce soit la réponse typique d'un Algérien ou autre on s'en fiche franchement là n'est pas le sujet de la conversation,

 

De plus je ne faisais qu'emmètre une supposition n'étant pas trop informé sur la qualité des études en informatique en Algérie.

 

Toujours est il que l'initiative de l'étudiant ne nait pas par magie, il y a en toute logique un mécanisme de cause à effet, si la cause est absente il ne faut pas s'attendre à ce que l'effet surgisse comme de par magie, si le corps enseignant n'est pas à la hauteur pour inculquer aux étudiants l'importance et la volonté de s'impliquer au changement et à l'innovation.

 

Ce qui est sûr - à mon sens bien évidemment- c'est que l'administration des universités, les responsables de la gestion, les enseignants, sont loin d'être exempts de toute reproche

Link to comment
Share on other sites

Concernant les niveaux d'études universitaires c'est un fait le niveau est en dégringolade et a atteint un niveau générale déplorable la faute est certainement au laxisme universitaire et les causes sont à mon avis simples, si l'université ne forme pas correctement (personnel enseignant qualifié et concentré sur l'enseignement plutôt que sur les grevés qui sont certes parfois très légitimes vu la situation sociale de l'enseignant) et n'exige pas un certain niveau de part ses étudiants (pratiquer une sélection rigoureuse) et si le programme universitaire imposé par le ministére n'est pas adaptés aux besoins réels, le résultats est ce qu'on connait aujourd'hui, y'as pas de magie, faut du sérieux de la part de l'établissement de formation et de ceux qui reçoivent la formation, en plus en ce qui concerne les étudiants, je crois qu'une grande partie de jeunes ne croient plus aux études universitaires en algérie et se donnent plus la peine de fournir l'effort nécessaire -> Le laxisme que connait le pays a touché aussi l'université et devenu parfois un prétexte pour certain ( je ne généralise pas biensur) pour ne pas accomplir correctement son travail ou ses études.

 

En ce qui concerne notre forum précisément, le peu de sujets hors divertissement reflète notre désintérêt envers une culture générale riche et notre désintérêt pour la création aussi. En plus je crois que lorsqu'il s'agit de technique, la majorité s'oriente vers des sites spécialisé, enfin je pense.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share



×
×
  • Create New...