Jump to content

Le désert avance, l’agriculture régresse, la consommation augmente


Recommended Posts

Guest salimdz

Le désert avance, l’agriculture régresse, la consommation augmente

Le signal d’alarme des experts

 

arton96758-5df96.jpg

 

L’Algérie est face à une véritable menace sur sa sécurité alimentaire. Un danger triangulaire nous guette. Il s’agit de la désertification galopante qui risque d’engloutir 30 millions d’hectares supplémentaires, induisant ainsi un recul de l’agriculture qui n’arrive pas à couvrir les besoins en consommation, importés à hauteur de 70% du marché extérieur. Les spécialistes demandent une réaction urgente pour réduire ce risque. En plus de la nécessité de multiplier les efforts pour endiguer le phénomène de la désertification, ces derniers insistent sur l’importance de réaliser une synergie entre l’agriculture et l’industrie agroalimentaire pour subvenir aux besoins de consommation nationale qui ne cessent d’augmenter.

La sécurité alimentaire et l’approvisionnement en eau potable risquent d’être compromis à long terme si rien n’est fait. Le phénomène de la désertification pèse telle l’épée de Damoclès sur l’Algérie comme sur d’autres pays du monde. Les chiffres communiqués, à la veille de la célébration de la journée mondiale de lutte contre la désertification (17 juin) par la direction générale des forêts (DGF) sont alarmants. Erosions, pertes de sédiments, glissements de terrain et avancée du désert… au moins 30 millions d’hectares des terres arables du territoire national sont aujourd’hui plus que jamais menacés par la désertification. Selon le rapport de la DGF, 12 millions d’hectares sont soumis à l’érosion hydrique dans les zones montagneuses, dont 47% des régions les plus érodées se situent à l’ouest du pays.

 

Le rapport, rendu public hier, évoque aussi la perte de 120 millions de tonnes de sédiments/an et une diminution des capacités de stockage des eaux de barrages avoisinant les 20 millions de m3/an. Ce qui risque de réduire encore davantage les capacités, déjà insuffisantes, pour subvenir aux besoins nationaux en la matière. « La sédimentation de certains barrages a atteint un taux qui avoisine les 100% », précise la même source. Ce sont les régions steppiques (dans les Hauts-Plateaux et l’ouest du pays) qui sont les plus menacées. Représentant près de 36 millions d’hectares, 20 millions d’hectares relevant du domaine de la steppe sont aujourd’hui vulnérables à la désertification. « Alors que 600 000 hectares sont désertifiés, 7 millions d’hectares relevant de la steppe sont sérieusement menacés par l’érosion éolienne », précise le document de la DGF. En plus de l’avancée du désert, la DGF souligne également un autre problème relatif au glissement du terrain (16,6 m3 érodés/an) dû à la déforestation. Malgré les efforts consentis jusque-là, à travers le projet du barrage vert lancé en 1971 et les différentes campagnes de reboisement lancées ces dernières années, la superficie forestière demeure insignifiante. Elle ne représente, selon le même rapport, que 1,7% du territoire national, dont 11% se situent dans la région nord du pays.

 

La situation est la conséquence de plusieurs facteurs. En sus du climat et de l’avancée du désert (200 millions d’hectares représentent le Sahara), la DGF cite en particulier le facteur humain. L’exploitation irrationnelle des terres, notamment dans les régions steppiques et la destruction des forêts favorisent le phénomène de la désertification. Soulignant la nécessité de conjuguer les efforts au niveau de tous les secteurs, la DGF rappelle les objectifs du programme d’action national (PAN) pour la lutte contre la désertification. Le PAN vise, indique la même source, le développement durable de l’écosystème steppique. « Cet objectif est réalisable à travers la diminution de la population tirant sa subsistance de l’exploitation extensive des zones classées sensibles, la création d’opportunités d’investissement non désertifiant pour les capitaux actuellement utilisés dans l’élevage steppique, et également une recherche scientifique et technique proposant des techniques agricoles et pastorales à effet désertifiant faible », précise la DGF. Pour la reconstruction du patrimoine forestier, la DGF cite encore la campagne de reboisement consacrée comme tâche « d’intérêt national » et qui se traduit par une mobilisation des citoyens et la mise en œuvre d’un vaste programme d’investissement. « Ces programmes et cette campagne ont permis la plantation, de 1962 à 1970, de plus de 99 000 ha », indique-t-on.

 

source : http://www.elwatan.com/Le-desert-avance-l-agriculture

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    • même pas; parce que le débit ATM sera certainement inférieur au attainable rate.
    • salut enfin débridage effectué sur ma ligne ... j'ai mes 10 Mb en totalité ! voila mes stats avant débridage :     et mainenant aprés débridage tout juste de quoi avoir 10 Mb     et voila des speedtest :     donc selon mon attainable rate (20996) , je pourrais jamais prétendre à 20 Mb , tout au plus un 17 ? saha ftourkoum
    • Ça ne changera rien vu que le blocage viens de Free. Utilise un VPN pour outrepasser le blocage.
    • Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles les étudiants choisissent l'Australie, laquelle est la vôtre ? Fière de ses huit universités parmi les cent meilleures du monde, l'Australie est bien plus que de simples kangourous. Un nombre croissant d'étudiants algériens choisissent l'Australie pour étudier à l'étranger en raison de son enseignement de classe mondiale, des possibilités de travail après les études et de son excellente qualité de vie. Quel que soit le cours que vous choisissez d'entreprendre, vous serez assuré de bénéficier d'une excellence académique et d'un système de soutien aux étudiants internationaux imbattables. Une destination populaire  La qualité de l'enseignement, la variété des cours proposés et les possibilités de travail post-études en font l'une des destinations les plus prisées par les étudiants algériens. Lorsque vous choisissez d'étudier en Australie, vous avez la possibilité de choisir parmi 22 000 cours disponibles dans 1 100 universités et institutions, d'obtenir des diplômes reconnus dans le monde entier, d'explorer diverses possibilités de bourses et de recevoir une éducation dispensée par les meilleurs instructeurs du monde. Des qualifications reconnues au niveau international Les qualifications australiennes sont reconnues dans le monde entier. Les universités australiennes sont réputées pour leurs méthodes de recherche et de formation. Leur pédagogie est appréciée dans le monde entier pour leur excellence académique. Sept des universités australiennes se classent régulièrement dans le top 100 du classement mondial QS et du classement Times Higher Education. Le système éducatif australien se distingue par l'Australian Qualifications Framework (AQF) - la politique nationale établie en 1995 qui spécifie les normes des qualifications du secteur de l'enseignement supérieur (enseignement supérieur, enseignement et formation professionnels) en plus du certificat de fin d'études, appelé Senior Secondary Certificate of Education. Droits des étudiants internationaux L'Australie est imbattable en matière d'application des droits et de protection des consommateurs. Elle dispose de la protection des consommateurs la plus rigoureuse pour les étudiants internationaux. Conformément à la loi australienne de 2000 sur les services d'éducation pour les étudiants étrangers (ESOS), tous les programmes proposés aux étudiants étrangers sont soumis à une réglementation gouvernementale stricte. Diversité linguistique L'Australie offre une exposition internationale inégalée avec la plus grande proportion d'immigrants au monde dans un pays développé. Vous trouverez plus de 200 langues et dialectes parlés en Australie.  Aide financière du gouvernement En tant qu'étudiant algerien, vous pouvez réduire considérablement vos frais de scolarité en demandant de nombreuses bourses d'études et subventions, étant donné que le gouvernement australien consacre plus de 200 millions de livres sterling par an aux bourses internationales. Ainsi, même les étudiants issus de milieux modestes peuvent bénéficier d'une éducation de niveau international sans avoir à se préoccuper de la répartition des fonds. Si la plupart des bourses couvrent les frais de scolarité, les étudiants qui s'inscrivent à des programmes de recherche peuvent également bénéficier d'une prise en charge de leurs frais de subsistance. Un bon résultat scolaire est généralement le facteur le plus important, mais les activités extrascolaires et le bénévolat peuvent également être mis à profit. Une terre des lauréats des prix Nobel Quinze scientifiques australiens ont reçu un prix Nobel pour leur contribution dans divers domaines, ce qui confirme la qualité de l'enseignement et des possibilités de recherche offertes par l'Australie. Plus d'un milliard de personnes dans le monde dépendent des innovations et des découvertes réalisées par l'Australie. Le pays est connu pour ses recherches sur la FIV, la vaccination contre le cancer du col de l'utérus, la pénicilline, les ultrasons, l'oreille bionique, les enregistreurs de vol Black Box, etc. Les étudiants algerien qui cherchent des perspectives de recherche peuvent s'attendre à un soutien sans faille du gouvernement australien pour leurs projets en termes de financement, de fourniture des meilleurs guides, laboratoires et installations. Une qualité de vie incomparable Compte tenu de la qualité de vie et du fait que cinq de ses grandes villes - Sydney, Melbourne, Perth, Brisbane et Adélaïde - figurent parmi les endroits les plus agréables à vivre au monde**, l'Australie attire de nombreux étudiants du monde entier pour poursuivre leurs études supérieures. Le niveau de vie général en Australie est inégalé grâce à ses infrastructures de classe mondiale, ses installations médicales et de soins de santé de qualité, son réseau solide de transports technologiquement avancés et ses logements raisonnablement abordables. Il est facile de travailler après avoir terminé ses études Tous les étudiants algériens titulaires d'un visa de sous-classe 500 sont autorisés à travailler 20 heures par semaine et à plein temps pendant le week-end. De plus, à la fin de vos études, vous pouvez demander un visa temporaire de diplômé de catégorie 485 qui vous permettra de rester en Australie et d'y poursuivre vos études ou votre travail. En choisissant d'étudier en Australie, vous choisissez une excellente expérience du secteur et une culture de travail ouverte.
×
×
  • Create New...