Jump to content
Guest salimdz

“Chaque policier a droit à un don de 100 000 DA pour acheter son logement”

Recommended Posts

Guest salimdz

Le responsable du service central de la santé, l’action sociale et des sports de la DGSN à Liberté

“Chaque policier a droit à un don de 100 000 DA pour acheter son logement”

 

10011.jpg

 

Dans cet entretien, le commissaire divisionnaire Hamdane Belarbi Salah, premier responsable du Service central de la santé, de l’action sociale et des sports au niveau de la Sûreté nationale (SCSASS), a expliqué les soucis de la DGSN quant à la prise en charge de façon effective et permanente de ses personnels et comment œuvre la DGSN à l’amélioration de leurs conditions de vie, de travail et de bien-être.

Liberté : L’élément humain occupe une place de choix au sein de la DGSN. Quel est le rôle du département que vous dirigez ?

Hamdane Belarbi Salah : En effet, dans le cadre de la mise en application de ses programmes d’action, notamment la prise en charge effective et permanente de ses personnels, la Direction générale de la Sûreté nationale dispose d’un service central de la santé, de l’action sociale, des sports et des loisirs. Comme son appellation l’indique, il constitue une structure essentielle, dont les missions privilégiées sont complémentaires à celles de l’État en direction de la composante humaine et plus particulièrement le policier, compte tenu de la spécificité de ses tâches, de la noblesse du métier qu’il exerce pour veiller à la sécurité des personnes et des biens et préserver également les libertés individuelles et collectives, au prix d’innombrables sacrifices, faits d’abnégation, de disponibilité et de dévouement.

 

C’est dans ce contexte d’ailleurs que le facteur humain est pris en charge au plan central, régional et local et ce, par la création de services idoines à même de gérer au mieux toutes les doléances des personnels, aux plans médical, social, psychologique, sportif, culturel et de loisirs. Au plan médical, toutes les Sûretés de wilaya sont dotées d’un centre médicosocial, où on trouve des médecins généralistes, des dentistes, des psychologues et des assistantes sociales, dans l’unique but de prendre en charge les policiers en activité, en retraite et leurs ayants droit. Cette couverture médicale est confortée au plan central par la clinique les Glycines et ses annexes à travers une prise en charge médicale pluridisciplinaire avec toute la célérité requise.

En abordant les conditions socioprofessionnelles du policier qui accomplit des missions difficiles au quotidien, le malaise dans la corporation de la police est-il justifié ?

Il n’y a pas de malaise au sein de la DGSN. Nous vivons, à l’instar de tous les Algériens, les préoccupations de la société algérienne. Au plan socioprofessionnel, les policiers, aussi bien ceux qui sont en activité qu’en retraite, leurs ayants droit ainsi que les familles des policiers décédés, bénéficient d’une assistance sociale à l’effet d’améliorer leurs conditions de travail, de vie et de bien-être. Cette assistance se traduit par l’existence de cellules d’écoute à même de transmettre leurs doléances. Du reste, cette prise en charge se développe de façon progressive d’année en année par des mesures pragmatiques telles que la création de structures d’accueil et d’hébergement, communément appelées “célibatoriums” destinées aux jeunes recrues célibataires, dotées de salle de sports, de bibliothèques et de salles de jeux éducatifs, de détente et de société. Au plan sportif, une multitude de moyens est mise à la disposition du policier pour la pratique du sport, obligatoire en premier lieu pour une meilleure condition physique du fait qu’elle compte en notations annuelles, facultative ensuite au titre des performances de masse ou d’élite sous l’égide de l’association sportive de la Sûreté nationale et du bureau central des sports conçus à cette effet.

 

Au plan culturel et de loisirs, la DGSN a développé une stratégie tous azimuts dans ce domaine, notamment les centres de repos implantés dans le cadre d’un découpage géographique régional, l’organisation de sessions annuelles de colonies de vacances pour les enfants et de détente des policiers en service au sud et extrême sud du pays où au terme d’opérations spécifiques de maintien de l’ordre ou de lutte soutenue contre le terrorisme ou toute autre forme de criminalité, de jour comme de nuit. C’est vous dire tous les efforts consentis par la corporation afin de résorber toutes sortes de malaises et encore moins de démotivation.

Qu’en est-il du salaire du policier aujourd’hui ?

La corporation policière est issue du peuple et s’inscrit dans le régime général au plan de la gestion des carrières professionnelles, bien que la particularité du métier hisse cette corporation à des avantages indemnitaires spécifiques, en rapport avec les contraintes du travail posté et des dangers auxquels le policier est exposé au quotidien au risque même de sa vie. Toujours est-il que l’élaboration du nouveau statut renferme toute une série de mesures à l’avantage du policier, dont la carrière professionnelle est prise en considération de façon particulière, comme a été précisé plus haut par rapport à la spécificité du métier de policier.

 

L’autre souci incontestable du policier reste un toit. Comment peut-il accéder au logement et comment se présente le système de logement, célibatorium et logement de fonction ?

Le patrimoine immobilier est composé de plusieurs cités de police implantées dans toutes les wilayas du pays. Et tout à l’honneur de la DGSN, qui n’a pas cessé d’accorder à ce volet une attention toute particulière, notamment par la mise à la disposition d’un nombre considérable de son personnel, tous grades confondus, des logements de fonction, non sans continuer à en réaliser d’année en année.

 

Les policiers intéressés par l’acquisition d’un logement ne sont pas en reste de cette multitude de mesures bienveillantes. Ils bénéficient de ce fait de l’assistance qui leur est offerte par le SCSASS pour s’inscrire dans la formule dite de logement social participatif (LSP) avec accession à la propriété. Cette procédure mise en place par le SCSASS dès 1998 a connu des résultats probants, confortés par l’élaboration de conventions DGSN/ministère de l’Habitat.

 

À ce titre, les OPGI ont été mis à contribution au niveau de plusieurs wilayas du pays par la réalisation de 9 930 logements répartis à travers 30 projets, en sus de 5 000 logements présentement en cours. Dans ce contexte, le SCSASS accompagne cette démarche au profit du bénéficiaire par l’octroi d’une aide financière de l’ordre de 100 000 DA et d’une assistance d’ordre administratif, en sus de celle de l’État, par le biais de la Caisse nationale du logement, qui s’élève à 700 000 DA. Quant à la différence par rapport au coût définitif du logement mis en vente, elle résultera d’un prêt bancaire au titre de l’apport personnel de l’acquéreur. À ce sujet précis, il faut signaler qu’à Sétif, Sidi Bel-Abbès, Mahelma et Skikda, les programmes LSP, initiés par le SCSASS, ont été réceptionnés et bien d’autres projets ont connu un début d’exécution.

S’agissant de la santé, est-ce qu’on peut dire que la police aura bientôt son hôpital central, à l’image de celui de l’armée à Aïn Naâdja ?

À ce titre, il faut savoir que la DGSN dispose de la clinique les Glycines aux multiples activités médicales pluridisciplinaires avec une capacité d’accueil de 110 lits, dans l’attente d’une extension, non moins importante, de la prise en charge médicale des personnels et leurs ayants droit à travers la création de l’hôpital central, dont les démarches à différents stades sont à un point de non-retour et sera réalisé dans un proche avenir sur une assiette de terrain adéquate à Draria Dûment agréé par l’État, l’établissement considéré disposera d’une capacité d’accueil de 240 lits avec un plateau technique de pointe à la hauteur de l’exigence de la médecine pluridisciplinaire en prime des spécialités approfondies en rapport avec la spécificité du métier du policier.

Qui dit santé, dit aussi santé mentale. À ce propos, que peut-on dire des cas de suicide enregistrés ? Sont-ils un épiphénomène ou un fléau ?

En parallèle, la prise en charge psychologique de l’ensemble des personnels est assurée convenablement et de façon à la fois progressive et continue, si l’on tient compte, un tant soit peu, du progrès réalisé dans ce domaine depuis 1996 avec, au total, 10 psychologues, toutes disciplines confondues, en charge de gérer une population de près de 80 000 personnes, alors que présentement, l’institution compte plus de 200 psychologues.

 

L’efficacité de cette prise en charge psychologique a donné des résultats plus que probants, notamment en milieu actif de lutte contre la criminalité et le maintien de l’ordre, tel que les BMPJ et les unités républicaines de sécurité et d’autres services de voie publique, au niveau desquels tout surmenage dû au volume de travail est aussitôt décelé et, partant, traité dans les formes et conditions qu’il convient de lui accorder, dans l’unique but d’éviter un éventuel acte fatal, quand bien même isolé dans le pire des cas, comme vous le dites, “le suicide”, au nombre très insignifiant statistiquement diagnostiqué, découle de facteurs exogènes à la corporation, d’où la nécessité d’avoir recours à une sélection absolue dans le recrutement.

Et les cas de suicide enregistrés ces derniers temps et dont la presse a fait écho ?

Il est certain que ces actes, souvent imprévisibles, n’épargnent aucune personne sujette à un travail qui demande beaucoup de sacrifice et de disponibilité. Aussi, l’on considère à juste titre tout symptôme du genre qui est aussitôt pris en charge, mais qui n’est pas une préoccupation alarmante compte tenu du nombre insignifiant et par conséquent ne donnant lieu à aucune évaluation.

La corporation de la police a enregistré le plus de victimes et de blessés durant la décennie 1990. Pouvez-vous nous dresser la situation chiffrée de la prise en charge des victimes ?

Il est vrai que la corporation de la police a payé un lourd tribut en vies humaines victimes du devoir dans la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes, qui a engendré dans son sillage un nombre considérable de veuves, d’orphelins et de handicapés.

 

Cette frange de la population est prise en charge aux plans médical, social et psychologique dans le cadre d’une assistance illimitée, quand bien même l’on enregistre certaines réclamations dues bien souvent à des méconnaissances des procédures et démarches en direction des administrations concernées. Ceci dit, la DGSN ne lésine sur aucun moyen pour répondre favorablement à toutes sortes de sollicitations émanant de cette catégorie de personnes. Telle est la devise de la DGSN.

Combien a coûté la facture de la prise en charge des blessés ?

La santé n’a pas de prix, d’autant plus que la DGSN ne s’en tient pas à ce genre de considération, à plus forte raison quand il y a participation de l’État, par le biais des caisses de Sécurité sociale.

Pour conclure, quelle est la place de la pratique du sport dans la politique de la DGSN ?

Il existe au sein de la corporation de la police une charte de la pratique du sport. C’est dire toute l’importance accordée à cette activité, scindée, comme précisé plus haut, en plusieurs types de sports, d’endurance, de self-défense, de masse, de performance et d’élite, pour lesquels différentes structures immobilières adéquates ont été construites, à l’instar de plusieurs autres en cours de réalisation dans l’unique but de promouvoir et développer la pratique du sport.

Un mot sur les moyens de récupération ?

Il faut savoir que de façon périodique, le SCSASS organise en sous-traitance des séjours d’agrément au profit des personnels en guise de récupération, de détente et de loisirs, notamment au terme des périodes marquées par des missions de maintien d’ordre accentuées par une disponibilité accrue et une modélisation d’importants nombres d’effectifs. Ces mesures sont également prises en faveur des personnels en poste, au sud et à l’extrême sud du pays.

 

source : http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=95845

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest maestro

les 100.000da c une prime déguisée donnée aux policiers(faut bien trouver un justificatif) pour qu'ils se preparent a mieux mater les prochaines manifs.

a+

 

Maintenant, ya khouya salimdz:)

evites de nous donner ce genre d'informations (de ce que vont faire nos sinistres,nos walou et ceux de la mafia industrielle)moi cela me met en furie de voir nos honorables pirates qui nous gouvernes se foutre de la gueule des gens et a quelle points ils les narguent en publiant ces informations

 

merci khouya,ce n'est qu'une suggestion:)

 

PS: de toute facon la majoritée de la population rahi radiya avec ca.et les autres ne constituent qu'une minorité qui ne peut rien faire.

 

a+

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.




  • Posts

    • La signification de la notion de "djihad" Le concept de "djihad" mérite d'être clarifié, eu égard au thème de cet article. La signification exacte de "djihad" est "l'effort". Autrement dit, en Islam, "accomplir le djihad" veut dire "faire des efforts, lutter". Notre Prophète a expliqué que le plus grand djihad est celui "qu'une personne effectue contre soi-même". Ce que l'on entend ici par "soi-même" ce sont les désirs et les ambitions égoïstes de chacun. Lutter intellectuellement contre des vues antireligieuses et athées est également une forme de djihad, au sens fort du terme. Hormis ces significations idéologiques et spirituelles, la lutte dans le sens technique - la lutte armée - est également considérée comme un "djihad". Cependant, comme nous l'avons vu précédemment, cette lutte ne doit être menée qu'à des fins défensives. L'utilisation du concept de "djihad" pour des actes d'agression contre des innocents, en somme la terreur, est une grande déformation et une injustice. La miséricorde, la tolérance et l'humanisme selon l'islam La "doctrine politique islamique" (c'est-à-dire, les principes et décrets islamiques sur des sujets politiques) est au plus haut point pacifique et modérée. Nombre d'historiens et de théologiens non-musulmans le confirment. L'historienne britannique, Karen Armstrong, ancienne nonne et célèbre experte en l'histoire d'Orient, fait le commentaire suivant, dans son livre Holy War (La guerre sainte), qui traite de l'histoire des trois grandes religions: ... Le mot l'islam vient de la même racine arabe que le mot la paix et le Coran réprouve la guerre comme un événement anormal contraire à la volonté de Dieu: "Toutes les fois qu'ils allument un feu pour la guerre, Allah l'éteint. Et ils s'efforcent de semer le désordre sur la terre, alors qu'Allah n'aime pas les semeurs de désordre." (Le Coran, sourate al-Ma'ida, verset 64) L'islam ne justifie pas la guerre ou l'extermination agressives, comme la Torah fait dans les cinq premiers livres de la Bible. Religion plus réaliste que le christianisme, l'islam déclare que la guerre est inévitable et parfois une obligation positive pour mettre fin aux oppressions et à la souffrance. Le Coran enseigne que la guerre doit être limitée et conduite de la façon la plus humaine possible . Mohammed a dû combattre non seulement les habitants de la Mecque mais également les tribus juives de la région et des tribus chrétiennes en Syrie qui alliées aux juifs planifiaient une attaque contre lui. Pourtant ceci n'a pas poussé Mohammed à dénoncer les gens du livre. Ses musulmans ont été forcés de se défendre mais ils n'ont pas livré une guerre sainte contre la religion de leurs ennemis. Quand Mohammed a envoyé Zaid contre les chrétiens à la tête d'une armée musulmane, il leur a dit de combattre pour la cause de Dieu bravement mais d'une manière humaine . Ils ne devaient pas molester les prêtres, ni les moines, ni les nonnes, ni les personnes faibles et impuissantes qui ne pouvaient pas combattre. Il ne devait y avoir aucun massacre des civils . Les musulmans ne devaient abattre aucun arbre ni démolir un seul bâtiment . C'était très différent des guerres de Josué. 1 Après la mort de notre Prophète, les musulmans ont continué à traiter les adeptes des autres religions avec tolérance et respect. Les Etats islamiques sont devenus la maison sûre et libre des juifs et des chrétiens. Après la conquête de Jérusalem, Omar soulagea les chrétiens qui craignaient d'être massacrés en leur expliquant qu'ils étaient en sûreté. Il visita même leurs églises et déclara qu'ils pourraient continuer à pratiquer leur culte librement. En 1099, quatre siècles après la conquête de Jérusalem par les musulmans, la ville fut envahie par les Croisés, qui passèrent tous les habitants musulmans au fil de l'épée. Pourtant, allant à l'encontre de ce que craignaient les chrétiens, Saladin, le général musulman qui s'empara de Jérusalem en 1187, ne fit de mal à aucun civil et défendit à ses soldats le pillage. D'ailleurs, il permit aux citoyens chrétiens de prendre tous leurs biens et de quitter la ville en sécurité. Les périodes du règne des Turcs Seljukides et de l'Empire ottoman ont été également marquées par la tolérance et la justice de l'islam. Comme chacun le sait, les juifs, expulsés de l'Espagne catholique, trouvèrent la paix qu'ils ont recherchée sur les terres de l'Empire ottoman, où ils se sont réfugiés en 1492. Sultan Mehmed, le conquérant d'Istanbul, a également donné aux juifs et aux chrétiens leur liberté religieuse. Concernant les pratiques tolérantes et justes des musulmans, l'historien A. Miquel dit: Les chrétiens ont été gouvernés par un Etat très bien géré, qui était quelque chose qui n'existait pas dans l'empire byzantin ou dans la souveraineté latine. Ils n'ont jamais été soumis à une oppression systématisée. Au contraire, l'empire, et tout d'abord Istanbul, est devenu un refuge pour les juifs espagnols torturés. Ils n'ont jamais été forcés à accepter l'islam. Le terrorisme est il un monopole musulman Dr Zakir Naik - ... https://www.youtube.com/watch?v=eKDlJSQ4lMc
    • salam je te réponds pour l'irone , oui pas de souci si gogo ne te convient pas tu peux mettre dessus ce que tu veux
    • salut tous me monde je suis intéressé par une solution IPTV et je m'y perds avec toutes les android BOX disponibles, quel meilleur choix entre icone z7, z8 ou zx ? sachant que le z8 est 5000da plus cher que les autres pour 1go de RAM en + si j'ai bien compris, elles sont toutes sous android 7, peut-on mettre la dernière version ? il y a également le démo icone IRON pro qui semble intéressant mais qui fait cardsharing (serveur illimité) + IPTV (GOGO), peut-on installer d'autre appli IPTV dessus car GOGO ne me convient pas ? je suis intéressé par les serveurs sus cités par genio merci de vos conseils nb: connexion 8 méga
    • Bonjour 1nconito, merci pour ta réponse, Justement je ne veux pas baisser le SNR margin mais l'augmenté même si je perds en débit je veux gagner en Vitesse de connexion  ! car ma connexion est trop bizarre,  malgré un PING stable et pas de paquet loss je lag dans les Jeux online et j'ai l'impression d'avoir un PING 10 Fois supérieur a celui affiché ! sauf dans très rares cas ou tout devient parfait mais ça arrive genre 1 jour chaque 3 ou 6 mois juste histoire de te faire gouter ce que tu rate dans ta vie comme expérience gaming online a cause d'Algérie télécom dans un autre pays tu quitte direct cet ISP pour un autre meilleure, mais en Algérie tés obligé de devenir expert en TIC pour trouver des solution toi même ....   
    • @wosiris a deja repondu a cette meme question plus haut...oui tu sera a 8 megas...et tu vas payer 3250 (meme s'il n'a jamais confirmé ce prix...)
×
×
  • Create New...