Jump to content

« Nous allons nettoyer toute l’Algérie » Déclare le Ministre "Amara Benyounès"


Hicham
 Share

Recommended Posts

"Nous allons nettoyer toute l’Algérie"

 

Benyoun%C3%A8s%202_.jpg

 

L’opération de nettoyage des villes, lancée depuis le début septembre 2012, n’est pas conjoncturelle. « Nous avons l’habitude des grandes campagnes et puis plus rien après. Cette fois‑ci, la décision a été prise par le président de la République. Nous allons nettoyer toute l’Algérie, pas uniquement les villes. Nous allons débarrasser l’Algérie de toutes les saletés et ordures ménagères qui traînent partout. La deuxième étape sera de mettre en place un mode de gestion qui permette que cette propreté dure dans le temps. Toutes les pistes sont ouvertes au ministère pour faire des propositions au gouvernement », a déclaré, jeudi sur les ondes de la Chaîne 3 de la Radio nationale, Amara Benyounès, ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de la Ville.

Le Conseil des ministres tranchera, selon lui, sur le mode de gestion, de collecte et de transport des déchets ménagers. « Toutes les wilayas seront dotées d’incinérateurs. Nous avons fait le choix d’acheter trois gros incinérateurs pour les trois grandes villes. Il faut que les Algériens sachent qu’un incinérateur coûte entre 150 000 et 160 000 euros. Il s’agit de grosses dépenses », a‑t‑il dit. Les incinérateurs seront mis en marche à Constantine, Alger et Oran. « Toutes les autres villes seront dotées d’incinérateurs de moindre importance, car elles ont moins de déchets. Il faut ajouter aussi les Centres d’enfouissement technique, CET », a‑t‑il précisé. Les décharges ont, selon lui, une durée de vie prolongée lorsqu’elles sont gérées de manière professionnelle. « Nous avons transféré la décharge de Oued Smar à Ouled Fayet d’une manière chaotique. Il est hors de question de reproduire Ouled Fayet à Sidi Abdallah où un CET a une durée de vie de 20 à 25 ans », a‑t‑il noté.

 

Un cahier de charges sera établi pour les entreprises qui vont gérer ce CET. « Cela sera le cas pour les autres CET qui doivent être gérés par des entreprises qui savent y faire. C’est un métier. Le CET d’Ouled Fayet sera fermé progressivement à partir de la fin de l’année en cours. Les nuisances vont disparaître pour les riverains », a‑t‑il promis. Selon lui, il existe un programme national d’éradication des décharges sauvages. Des instructions ont été données en ce sens par le ministère de l’Intérieur aux 48 walis. « Ce problème ne peut pas être réglé au niveau des communes. Elles n’ont pas le budget et le savoir‑faire nécessaires pour cela. Le Premier ministre a donné instruction pour attribuer tous les moyens nécessaires aux wilayas afin de mener à bien cette opération […] La priorité absolue de notre ministère est d’améliorer le cadre de vie », a précisé Amara Benyounès.

 

D’après lui, il sera presque impossible de nettoyer les villes sans la présence de gardiens d’immeubles (concierges). « Nous sommes en train de réfléchir pour réhabiliter ce métier, trouver des formules appliquées dans les grandes villes du monde […] On me dit qu’à la rue Didouche Mourad, à Alger, les services de nettoyage passent trois à quatre fois dans la journée et que ça reste sale ! Les locaux à ordures dans les bâtiments ont disparu et ont été squattés. Il faut réhabiliter ces locaux pour permettre aux locataires, aux propriétaires de déposer toute la journée leurs déchets ménagers dans ces locaux. Le gardien d’immeuble s’en chargera après, les fera sortir à des horaires qui seront fixés par la wilaya », a‑t‑il relevé.

 

D’après le ministre, il n’existe pas d’expertise algérienne en matière de gestion, de tri, de collecte et de transport des ordures ménagères. Il n’a pas écarté la possibilité de recourir à l’expertise étrangère en la matière pour mener l’opération nettoyage des villes. Il a appelé à mettre en place un mécanisme pour obliger les propriétaires d’immeubles à gérer les parties communes « complètement délaissées ».

 

Le ministre a dénoncé la construction d’appartement sur les terrasses « avec la complicité de tout le monde ». « Le premier responsables de ces situations, c’est l’État. L’État a pris conscience qu’il faut absolument changer de méthodes et de culture par rapport à la gestion de nos villes Nous allons lancer une grande campagne d’explication, de sensibilisation et d’information aux citoyens. Nous allons leur dire que la rue n’est pas une poubelle. Nous avons vu des automobilistes jeter par la vitre des bouteilles ou des mégots », a‑t‑il regretté.


Source

Link to comment
Share on other sites

je crois qu'il faut commencer par éduquer et sensibiliser les citoyens sinon ça sert à rien

 

ça fait parti du nettoyage de cervelle , pas encore prévu dans le programme !

 

Nous allons lancer une grande campagne d’explication, de sensibilisation et d’information aux citoyens. Nous allons leur dire que la rue n’est pas une poubelle. Nous avons vu des automobilistes jeter par la vitre des bouteilles ou des mégots », a‑t‑il regretté.

 

ça fait partie du programme, Hicham tu n'as même pas lu l'article que tu as posté jusqu'à la fin... lol :D

Link to comment
Share on other sites

ça fait partie du programme, Hicham tu n'as même pas lu l'article que tu as posté jusqu'à la fin... lol :D

 

ta l'air étonné ? :) , je suis pas un Robot , je ne lis pas au complet tous les articles que je post (et encore je post pas tout ce que je lis) , et tout particulièrement je m'attarde pas trop sur les articles sur l'algérie (rien d'intéressant) .

 

PS : tu ma grillé , je racontais à tout le monde que je n'ai pas d'existence physique ,que j'étais un Robot informatique qui post des news :nevreness:

Link to comment
Share on other sites

  • Moderators

Salam,

 

C'est cette malgestion et manque de stratagème qui est à l'origine des echecs dans pratiquement touts les secteurs depuis 50 ans...

 

Que des discours littéraires qui mènent tout droit vers le triste connu de notre vécu, et puis rebelote, on nous dira de laisser les gens travailler un peu encore, et après un certains temps... meme chose!!

 

Quand est ce que le peuple va comprendre que tant qu'il est pas le seul décideur... il reste toujours dans la merde!!

Edited by el-farouk
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share



  • Posts

    • si seulement ils utilisent le gel d'isolation après l'installation des câbles dans la boîte, je pense que ca résoudrait tous problème de dégradation de qualité et instabilité des lignes due au changement climatique.
    • Bonsoir, quand on sait que le pétrole est une roche sédimentaire, il n'y a pas mieux que Sonatrach en effet ou une autre entreprise pétrolière, et je te conseille d'écrire correctement le nom de l'entreprise lorsque tu leur enverras la lettre. Par ailleurs, à part les hydrocarbures, je ne vois pas où la sédimentologie peut intervenir économiquement. C'est plus une sciences d'études et de recherches. à mon avis. Les erreurs à éviter sont les suivantes: Ne pas plagier Ne pas refaire ce qui a été fait Ne pas prendre un sujet banal Ce qu'il faut faire: Innover, trouver de nouvelles façons d'arriver au résultat souhaité trouver un sujet intéressant, original Utiliser les nouvelles technologies (les SIG c'est dépassé, la télédétection est plus recherchée) Je vais corriger le dernier point, je ne le supprime pas mais je précise. Dans ton cas la télédétection est inutile, car t'auras besoin de ce qui se trouve au sous sol, je te dirais bien d'utiliser un gravimètre ou un résistivimètre mais tu devras changer de spécialité et passer à la Géophysique  
    • Je n'aime pas parler de risques  car les risques cela se gère à chaque risque correspondent des contremesures. Je préfère parler des implications. Il y a des implications de sécurité, d'intégrité des processus et des données, des implications techniques, des implications commerciales et financières qu'il faut prendre en compte. SIM= Subscriber Identification Module La SIM physique contient et encrypte des données permettant à un abonné d'accéder au réseau de l'opérateur. Si les clés qui permettent l'identification de l'abonné et son enregistrement au réseau sont sur un support physique séparé et fourni par l'opérateur dans le cadre des lois du pays c'est une chose. Ce qu'essaye de faire Apple et d'autres c'est de remplacer le support physique 'discret' par un support intégré au terminal dans lequel ces données ayant trait à l'abonné et à l'opérateur vont être stockées et traitées, en symbiose avec leur cloud. Le rôle des autorités est de s'assurer de l'intégrité du processus d'abord. Il faut pouvoir contraindre la société qui va traiter ces données de le faire conformément à la loi, tout en s'assurant que seuls les personnes identifiées puissent accéder au réseau de télécommunications. C'est le rôle de l'état. Ensuite la dématérialisation implique des prérequis logiciels et matériels côté opérateur, il y a donc necessité d'acheter, installer des outils de provisionning nécessaires et former les gens pour les utiliser.  Si Ooredoo se prépare plus vite que Mobilis c'est parceque ils répliquent en Algérie ce qui a été réalisé à Qatar ou ailleurs. De plus le cout par abonné pour eux sera inférieur car il est mutualisé sur plusieurs pays, alors que pour un opérateur national comme Mobilis, cela se traduira un peu plus dans ses marges par abonné. D'ailleurs les télécoms nationales américaines aussi ont trainé la patte longtemps aux USA avant d'adopter l'esim car cela a un coût, et les premieres à se lancer la bas étaient les telcos présentes dans plusieurs pays. Enfin il faut prendre en compte la motivation et les objectifs de cette fonctionalité eSim/iSim : en réalité ce que veut Apple (ou Samsung, etc) c'est prendre le contrôle de la relation avec le client et concentrer au maximum les DONNEES de l'utilisateur,  pour servir d'intermédiaire à terme, entre le client et les opérateurs, voire devenir un opérateur virtuel -MVNO- d'un nouveau type. Donc il existe des implications commerciales et financières qui sont loin d'être triviales. Dans les pays comme les USA, la dynamique entre les opérateurs et les fabricants comme Apple et Samsung est très différente de chez nous. Chez nous chacun achète son mobile, soit neuf en le payant au prix fort, soit d'occasion. La bas en gros la plupart des gens font une location de iPhone, etc, qu'ils payent à l'opérateur, qui reverse l'argent à Apple ou Samsung, et les gens renouvellent leur abonnement pour avoir un nouveau terminal à 1500 dollars qu'ils payent par mois. Les enjeux et les rapports de force ne sont pas les mêmes. Les fabricants de terminaux partagent leurs marges avec les opérateurs et réciproquement. Pas en Algérie, ni dans beaucoup d'autre pays. Personellement, je ne vois pas trop l'intérêt pour l'opérateur algérien ou autre de transférer totalement les données d'identification sur une eSim voire sur un SoC dont l'architecture est contrôlée par Cupertino (Apple) ou San Diego (Qualcomm/Samsung). Pour les fabricants et les états dans lesquels ils opèrent c'est autre chose ils ont un intérêt à le faire, qui ne coincide pas nécéssairement avec celui des opérateurs ou de pays tiers qui doivent protéger les données de leurs citoyens. Quant au citoyen/consommateur lambda il peut avoir un intérêt à avoir une montre connectée en 5G, ou autre, sans pour autant que ses données d'identification et celles de son opérateur soit confiées à des entreprises étrangères qui n'ont aucune existence légale chez lui. En revanche un terminal mobile équipé d'un SoC qui dématérialise la sim, cela présente quelle utilité pour l'utilisateur par rapport à une sim classique? Apple ou Samsung parlent de miniaturisation mais bon, une nano sim, cela change pas grand chose à la taille d'un téléphone, donc c'est un peu léger, ils veulent surtout contrôler les données et la relation avec le client, c'est de bonne guerre... Peut être que quelqu'un sur le forum peut nous expliquer les avantages fonctionnels pour l'utlisateur, pour ce qui me concerne, je ne les connais pas. Ce qui ne veut pas dire que cela ne se fera pas, à terme, les opérateurs seront peut être contraint de le faire, par souci de compatibilité avec les terminaux qui existent sur le marché. Mais pas nécessairement parceque c'est leur intérêt ou celui du citoyen/client/consommateur.
    • Non ça c'est pas du SPAM ça s'appelle de la "Smata"
×
×
  • Create New...