Jump to content

Le lancement de la 3G otage de l’improvisation !


Hicham
 Share

Recommended Posts

Le lancement de la 3G otage de l’improvisation

 

3g-mobile-service_1539543_465x348p.jpg

 

Tandis que la téléphonie mobile de 3e génération fait polémique, certains experts remettent en cause l’opportunité même de lancer cette technologie au moment ou la 4G serait plus indiquée.

Au Maroc, la 3G a été lancé en 2007. Elle compte aujourd’hui plus de 3,2 millions d’abonnés et représente plus de 80% des abonnements Internet. Dans le monde, une étude a chiffré le nombre d’utilisateurs des technologies 3G/4G à 1,6 milliard au troisième trimestre 2012. Pendant ce temps, l’Algérie attend le règlement du dossier Djezzy pour lancer la 3G, ce qui relève de «l’aberration», estime Younes Grar, expert en TIC. D’abord parce que le gouvernement «veut que les trois opérateurs démarrent sur la même base, alors qu’il peut décider de n’octroyer qu’une seule licence au lieu de trois». Ensuite, «l’octroi de la licence sera soumis à un cahier des charges et à des conditions et rien ne dit que Djezzy pourra y répondre. Ce n’est donc pas logique de l’attendre». Enfin, «si Djezzy obtient cette licence, il n’est pas dit que ses 16 millions d’abonnés pourront bénéficier de la 3G d’un coup. Il est possible qu’il ne cible qu’une partie d’entre eux la première année car il ne peut pas installer dés le départ un réseau qui puisse absorber 16 millions de clients. Il doit procéder par étapes».

 

 

Intérêts occultes

 

Pourquoi donc prétexter Djezzy pour bloquer le lancement de la 3G, alors que les deux dossiers «traînent depuis 3 ans ?», note un autre consultant en TIC pour qui les dossiers «sont relativement indépendants». Pour ce dernier «rien sinon l’incompétence et l’improvisation qui en découle ne peuvent expliquer de tels délais». Le constat est qu’il «n’y a aucune cohérence ou logique dans les décisions prises par l’Autorité ou le ministère pour la simple raison qu’aucune stratégie, aucun objectif d’envergure nationale, aucun plan d’action (stratégique ou opérationnel) et aucun programme et donc a fortiori aucun indicateur permettant d’assurer le suivi des actions n’est défini ou mis en place par ces institutions». En l’absence d’arguments convaincants, la porte est ouverte à toute sorte de spéculations.

«Dans une telle situation les intérêts divers et occultes ne peuvent que foisonner, et embrouiller du même coup davantage la donne», souligne notre interlocuteur.

 

M. Grar parle de son côté de «lobbying qui est fait par certaines parties qui voudraient prendre des parts dans un opérateur», d’où le blocage. Car le gouvernement n’a aucune raison valable. S’il avait peur de la circulation de l’information «il doit bloquer même l’Internet. On n’a pas besoin de la 3G pour que les gens s’expriment librement et contre le pouvoir. Ce n’est pas non plus l’aspect sécuritaire puisque des attentats terroristes ont été commis par téléphone mobile et sans 3G. Et ce n’est pas non plus un problème de contenu». Selon lui, le dossier de la 3G «n’a pas été traité avec courage et transparence et personne ne sait pourquoi».

 

Choix contesté

 

Quelles que soient les motivations, la démarche du gouvernement témoignerait d’une certaine «improvisation en matière de choix technologique», nous dit un autre expert qui en veut pour preuve une étude réalisée en 2011 sur l’opportunité du lancement de la 3G ou de la génération suivante, la 4G. «Ni le MPTIC ni l’ARPT ne disposent à ce jour d’arguments, ou d’études qui plaident en faveur de la 3G ou… contre la 4G/LTE (Long Term Evolution)», soutient-il, car la seule étude qui existe conforterait plutôt la thèse de la 4G, estime-t-il.

L’étude en question aurait conclu que «si l’on se place dans des perspectives d’intérêt général de développement et non dans des perspectives particulières de développement (intérêts défendus par les opérateurs présents sur le marché et les autres acteurs au service de ces derniers) alors c’est incontestablement le choix de la 4G/LTE qui s’impose». Le fait est que «la 4G inclut la 3G, mais la 3G n’inclut absolument pas la 4G».

 

Ainsi, un choix 3G qui «ne tient pas compte des perspective 4G pourrait empêcher un déploiement massif de la 4G (problème de disponibilité des fréquences, notamment)», indique la même source. Elle précise que «le Président lui -même avait exigé du ministre de réaliser une telle étude» qui était «claire en matière de coût d’infrastructures, de terminaux, et de services… et en totale contradiction avec les annonces faites en la matière par le MPTIC». Au lieu de conditionner le dossier 3G/4G/LTE à la résolution de celui de Djezzy, le MPTIC «gagnerait à concentrer les efforts sur la résolution du problème ‘‘technique’’ de la 3G/4G/LTE qui relève de ses compétences», soutient la même source. Le nombre d’abonnées à la 4G s’élevait à 9,3 millions dans le monde fin 2011 et plus de 27 millions en 2012 dont la moitié en Amérique du Nord, selon l’institut IDATE. Il devrait atteindre plus de 900 millions en 2016.


Source

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share



  • Posts

    • Le MTU doit être calé à la valeur charnière  (maximale) en fonction de la réponse du serveur  au ping obtenue sur la commande:   ping -f  -l 1462 host_ou_ip_de_ton_serveur remplacer host_ou_ip_de_ton_serveur  par l'ip ou le host  du serveur si la réponse est : Le paquet doit être fragmenté mais paramétré DF  cela veut dire que la valeur 1462 est trop élevée, il faut essayer des valeurs plus basses que 1462 jusqu'à ce que tu reçois une réponse comme  : Réponse du host_ou_ip_de_ton_serveur octets=1462 temps=xx ms TTL=xx Ensuite continuer le test avec des valeurs plus élévées que que celle qui a donné la réponse afin de  déterminer exactement la valeur charnière entre les 2 types de réponses. C'est cette dernière qu'il faut choisir. Si ton mon ping est très stable mais ton "soucis c'est qu'il change sans raison, il peut être a 102ms fixe, si je change mon adresse IPV4 "locale" en pleine partie ( ou si je me déco/reco )il peut passer de 102 ms a 75 ms fixe, " C'est à cause du "throttling" voir plus de détails dans ce sujet: Tout savoir sur le throttling -  
    • Bonjour,Pouvez vous me dire comment se déroule une procédure en Algerie.Je suis passé devant un juge unique (familiale) qui a rendu son verdict  et jugement en ma possession ,mais apparemment il faut que ce jugement soit transmis par huissier au procureur qui à priori peut s'opposer au jugement... pouvez vous me confirmer que cela se déroule comme ça? pour infos j'ai juste la nationalité française  merci de vos réponses
    • CFosSpeed permet d'améliorer et d'optimiser le débit et réduit le ping. Ce logiciel est payant mais permet un essai gratuit pendant 30 jours Pour cela, CFosSpeed utilise la mise en forme du trafic pour réorganiser des paquets de données Internet de manière à ce que le trafic urgent soit transféré en premier et le reste des données ultérieurement. Cela entraîne une réduction significative de la latence et entraîne également une vitesse de connexion. Vous pouvez l’utiliser pour améliorer la latence et ping dans les jeux ou encore le configurer pour améliorer la vitesse de téléchargement. Ce tutoriel vous guide pour installer et utiliser cFoSpeed.  
    • j'ai une autre question ( désolé ça fait beaucoup ) le MTU doit il être le plus haut possible ? si je met un MTU a 600 il va se passer quoi ? 
    • Je comptais le faire, des techniciens doivent ce déplacer chez moi pour régler le problème ? est-ce vraiment utile ? pour avoir déjà fait une réclamation pour autre chose je trouve que c'est juste une perte de temps de les appeler malheureusement 
×
×
  • Create New...