Jump to content

Mobilis : un bricolage à l’algérienne !


nabilos
 Share

Recommended Posts

Le lancement de la 3G en Algérie est officiel, tant attendue, mais c’était, comme l’accoutumé, après un long cafouillage entre l’Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT) et les trois opérateurs de la téléphonie mobile : Mobilis, Ooredoo et Djezzy.

 

Maradona au lancement de la 3G dee Mobilis

 

 

mobilis_458435154.jpg&size=article_medium

 

 

L’entreprise nationale des télécommunications, Algérie Télécom, via sa filiale Mobilis, vient de lancer son offre 3G. Pour le faire, il fallait une démarche marketing agressive. On peut même la qualifier "d’ivresse". Mobilis a fait appel aux services de la star internationale de football, Diego Maradona, pour un million d’euro, disaient les rumeurs. Hallucinant est ce gaspillage !

 

On n’a jamais vu une entreprise publique, Mobilis en l’occurrence, qui paie un "voyou", qui n’a jamais su peser ses mots, ni ses gestes, pour qu’il lui accorde sa "bénédiction" ! Au passage, on peut même se demander si le retard du lancement de la 3G n’est pas dû à l’agenda de Maradona, très chargé.

 

Par ailleurs, Mobilis a déjà annoncé une rencontre, match amical, entre le Real de Madrid et l’équipe nationale algérienne en 2014. Une démarche qui, vous l’avez compris, nécessite énormément de fonds car pour inviter et faire déplacer un club comme le Real de Madrid et ses stars, il faut mettre beaucoup d’argent sur la table, sinon c’est indiscutable.

 

Cependant, ce n’est pas une initiative propre à Mobilis parce que, de son côté, Ooredoo (ex-Nedjma) après avoir tourné une publicité avec Zidane lors des éliminatoires de la Coupe du Monde 2010, tourne actuellement ses publicités avec une autre star de football mais d’un autre calibre, Messi en l’occurrence, et en faisant apparaître deux internationaux algériens, à savoir Faouzi Ghoulam et Saphir Taïder.

 

Cela dit, le geste déplacé de Maradona, facile à anticiper, lors du diner officiel de la remise du Ballon d’Or Algérien a provoqué une polémique en Algérie qu’on peut constater d’ailleurs sur les réseaux sociaux. Ces derniers, disant-le au passage, sont un indicateur très performant de l’impact des publicités sur le consommateur. En conséquence, Maradona est tout simplement une autre mauvaise publicité qui s’ajoute aux actifs de Mobilis. Au final, le choix d’Ooredoo avec Messi est plutôt très bien pensé et s’inscrit dans une vraie démarche de marketing, contrairement à Mobilis car Messi est une vedette qui inspire une grande partie de la jeunesse Algérienne, en voyant en lui un modèle de réussite.

 

Mais tout ceci laisse à penser que l’unique modèle à suivre actuellement en Algérie est le football où on voit des joueurs font des publicités pour tous les produits y compris ceux qui n’ont rien avoir avec le sport! Très étrange dans un pays qui ne compte même pas un stade digne de ce nom ou qui répond aux normes internationales.

 

Il s’agit en effet des publicités qui coûtent trop chères. Même des entreprises multinationales de la taille d’Orange n’osent pas payer un million d’euro pour s’offrir les services d’une star quiconque car cela risque de provoquer un scandale, une indignation publique. Mais ces publicités exorbitantes s’inscrivent dans quelle optique au juste ? Si on regarde bien les dessous de cette démarche, on comprend que c’est une entreprise de séduction du consommateur Algérien. Ce dernier, en s’attachant uniquement aux logos, a rendu possible ce genre de pratique. C’est triste d’arriver à de telle moquerie où le consommateur est le premier et dernier perdant. On invite des stars au lieu de faire baisser le coût des télécommunications qui restent encore trop chers.

 

Pour illustrer ces coûts élevés, on doit passer à la comparaison entre les coûts d’abonnement entre Mobilis et un opérateur en France. Je ne vais pas faire une comparaison entre Mobilis et Free Mobile car il y a la dimension "low cost" qui peut faire la différence en termes de coûts. Prenons les deux forfaits de base de Mobilis et d’Orange (ex-France Télécom) :

 

- Mobilis : une couverture en 3G de 15 wilayas (départements). Offre un abonnement (post-payée) de 2h d’appel, 250 Mo de connexion en 3G et 50 SMS pour 1550 DA par mois. Mais il faut ajouter 4000 DA comme caution pour bénéficier de la 3G.

 

- Orange : une couverture totale en 3G et lance son offre en 4G. Offre un abonnement d’appels et SMS/MMS illimités et 500 Mo de connexion en 3G (débit réduit au-delà) pour 24.99 euro/mois.

 

La réalité économique de ces deux opérateurs est très claire. D’un côté, Mobilis offre un service médiocre et TROP cher et d’un autre côté, Orange offre un service de qualité et moins cher. Au fait la comparaison se fait en terme du pouvoir d’achat.

 

Explicitement, si on prend ce que représente ces forfaits chez le smicard algérien et français on voit qu’ils représentent : 1/10 du SMIG algérien (ressemble un peu au SMIC) et c’est 1/44 du SMIC français.

 

Cela dit, je ne suis pas partisan de la privatisation des entreprises publiques mais dans le cas de Mobilis, je pense qu’une autre gestion pourrait être plus bénéfique pour le consommateur Algérien. Le PDG de ATM-Mobilis, M. Saad Damma, doit rendre compte sur ce gaspillage à grande échelle car cet argent public ne sortait pas de ses propres comptes. En effet, il doit comprendre qu’il est juste un PDG et non pas le propriétaire de Mobilis.

 

Il est aussi nécessaire de rappeler les bienfaits de la concurrence sur la baisse des coûts pour le consommateur. En Algérie, cet oligopole sur la téléphonie, un énorme marché partagé entre trois opérateurs, est permis et renforcé par le gouvernement à travers l’ARPT, une autorité soi-disant compétente, qui ne veut pas octroyer de nouvelles licences à de nouveaux opérateurs, étrangers surtout, qui peuvent baisser considérablement les prix. La conséquence est là : appeler et/ou surfer sur le net depuis son téléphone portable est encore un luxe pour la classe moyenne algérienne.

 

Au même temps, sur l’autre rive de la Méditerranée, il y a une véritable guerre des prix entre les quatre opérateurs de téléphonie mobile (Orange, Bouygues, SFR et Free Mobile) pour séduire le maximum possible de consommateur notamment en cette période de fête. Il s’agit de l’offre 4G de Free qui bat tous les records par la gratuité de 20 Go de connexion en 4G pour les abonnements de 19.99 euro/mois. Comme une cerise sur le gâteau, Free, offre la possibilité de louer un téléphone portable dernière génération. Ceux qui attendent ou espèrent une telle offre en Algérie, dans l’avenir proche, doivent comprendre qu’ils sont au septième ciel et feront mieux de descendre sur Terre.

 

En tout cas, le marché des télécommunications en Algérie est très en retard. Le premier qui souffre c’est le citoyen Algérien qui voit encore l’internet comme un luxe dans un monde hyper-connecté où ne pas suivre ce qui se déroule ailleurs sur le globe peut être considéré comme un véritable handicape.

 

Les consommateurs algériens doivent comprendre qu’ils sont les rois et on leur doit le meilleur service possible. A cet effet, ils doivent réclamer un changement rapide ! Mais comment s’y prendre ? Au pire, par un boycott généralisé de ces opérateurs jusqu’à ce qu’ils baissent leurs prix. Cependant, le choix de l’action à mener est dans le camp du consommateur éveillé …

 

Nabil de S’Biha

 

Source : http://www.lematindz.net/news/13152-mobilis-un-bricolage-a-lalgerienne.html

Link to comment
Share on other sites

très beau Article , il a résumé toutes mes pensées ce journaliste :)

 

Ah j'adore sa phrase de fin "Cependant, le choix de l’action à mener est dans le camp du consommateur éveillé …"

 

malheureusement les algériens ne sont pas éveillés , ils vont faire la chaine pour la 3G avec des debazi wel halla (la police a même était obligé d'intervenir dans certaines agences).

 

comment tu veux espérer d'un peuple qui boycotte un service alors qu'il est prêt à se battre pour se faire arnaqué ? :(

Link to comment
Share on other sites

  • Moderators

le probleme c'est que le matin n'est publié que sur le net, et ne depends pas directement ou indirectement des recettes publicitaires dont l'etat a le monopole absolu

 

ce qui veux dire c'est qu'aucun quotidien national n'a eu le courage de dire tout haut ce que tout le monde pense, pour ceux qui pensent que la presse ecrite algerienne est libre

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share



×
×
  • Create New...