Jump to content
macoooo

Meilleur mois de l'année

Recommended Posts

Le ramadan

Le jeûne du ramadan dans l'islam

 

Le ramadan est le nom du 9e mois du calendrier lunaire

 

Ramadan est un mois très spécial dans la vie des musulmans. Durant cette période, les musulmans du monde entier s’adonnent à divers actes d’adoration dont le plus important est le jeûne. Le jeûne du Ramadan est l’un des cinq piliers de l’islam, obligatoire pour tous les adolescents et adultes qui sont en mesure de le faire. Ramadan est aussi le mois au cours duquel le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a reçu la première révélation; c’est pourquoi on l’appelle également le « mois du Coran ». Pendant Ramadan, la vie quotidienne des musulmans change considérablement. Cet article se veut une description d’une journée typique de ce mois du pardon.

Un repas avant l’aube

 

« Prenez un repas avant l’aube, car il y a en cela une bénédiction. » (Sahih al-Boukhari)

 

Bien que ce ne soit pas obligatoire comme tel, durant tout le mois de Ramadan, la majorité des familles musulmanes se lèvent avant l’aurore et partagent un repas léger, en conformité avec cet enseignement prophétique. En temps normal, la vie d’un musulman commence par la prière de l’aube, au moment où le fil du jour apparaît à l’horizon. Mais comme le jeûne débute dès l’apparition du jour, le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a encouragé les musulmans à se lever avant l’aurore pour manger.

 

Le but ultime du jeûne n’est donc pas que le jeûneur ressente la faim tout au long du jour, mais plutôt de faire en sorte que les musulmans modifient temporairement leur mode de vie pour qu’il soit plus propice à l’adoration d’Allah. Celui qui rate souvent la prière de l’aube, qui est la plus difficile à faire parmi les cinq prières quotidiennes en raison de son heure hâtive, se lève plus tôt durant Ramadan afin de prendre le repas de l’aube. Il s’habitue donc à se lever plus tôt et peut ainsi accomplir sa première prière de la journée à l’heure, une habitude qui pourrait rester même après Ramadan.

 

La plus valorisée des prières volontaires est la prière de la nuit, ou « qiyam-oul-layl ». Cette prière se fait seul, avant la prière de l’aube, dans la solitude de la nuit. Elle est si considérée qu’on la surnomme la « prière du pieux », car elle est accomplie par le pieux alors que la majorité des gens dorment encore. Dieu a ainsi décrit cette prière dans le Coran :

 

« Ils s’arrachent à leur lit pour invoquer leur Seigneur, en étant remplis de crainte et d’espoir envers Lui... » (Coran 32:16)

 

Se lever tôt, avant l’aube, pour prendre un léger repas, encourage aussi les croyants à faire cette prière qu’en temps normal certains trouvent difficile à faire.

 

Ce repas doit être pris juste avant l’aube et la plupart des gens mangent jusqu’à ce qu’ils entendent le muezzin (celui qui fait l’appel à la prière), s’ils sont en terre d’islam, ou jusqu’à ce qu’ils aperçoivent les premières lueurs du jour. Ils se préparent alors à se rendre à la mosquée pour accomplir la prière de l’aube en congrégation.

Le mois du Coran

 

Après la prière de l’aube, plusieurs musulmans choisissent de rester assis dans la mosquée pour réciter un peu de Coran. La récitation du Coran est recommandée en tout temps et est connue pour faire croître la foi :

 

« Ne sont (véritablement) croyants que ceux dont le cœur ressent de la crainte lorsque le nom de Dieu est mentionné. Quand Ses révélations leur sont récitées, cela fait augmenter leur foi. Et ils placent toute leur confiance en leur Seigneur. » (Coran 8:2)

 

Comme Ramadan est le mois durant lequel le Coran a été révélé, les musulmans font encore plus d’efforts pour le réciter en totalité avant la fin du mois, car c’est ce que faisait le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui).

 

« [Le Prophète] rencontrait (l’ange) Gabriel chaque nuit du mois de Ramadan et ils se récitaient mutuellement le Coran. » (Sahih al-Boukhari)

 

Durant le mois de Ramadan, en terre d’islam, les mosquées sont occupées pratiquement en tout temps. Les musulmans s’efforcent de réserver des plages horaires pour réciter le Coran et réfléchir au sens de ses versets.

Le jeûne

 

Dans la plupart des pays musulmans, les charges et les horaires de travail sont allégés afin d’accommoder les gens. Les enfants vont à l’école un peu plus tard pour leur permettre de se reposer, car ils ont souvent passé la soirée à la mosquée pour les prières du soir et se sont levés très tôt pour déjeûner. La plupart des compagnies ferment bien avant le coucher du soleil et de nombreux magasins et restaurants demeurent ouverts toute la nuit.

 

Durant le jour, et jusqu’à ce que le soleil se couche, les musulmans s’abstiennent de manger, de boire et d’avoir des rapports sexuels. Tout au long du jour, cela crée, chez le musulman, le sentiment d’être constamment entrain d’obéir à son Créateur, car il s’abstient de choses qui lui sont tout à fait licites en temps normal. La bouche sèche et l’estomac vide, il acquiert un sixième sens : la conscience de Dieu. Et c’est là l’un des buts premiers du jeûne du Ramadan. Dieu dit, dans le Coran :

 

« Ô vous qui croyez! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux avant vous – peut-être deviendrez-vous pieux. » (Coran 2:183)

 

Le jeûne est un acte d’adoration secret d’une personne envers Dieu. Secret, car nul autre qu’elle et Dieu ne peuvent avoir la certitude qu’elle est réellement entrain de jeûner; en effet, elle pourrait très bien manger et boire en secret, sans que personne ne le sache… à part Dieu. Ce qui l’empêche de manger et de boire, donc, durant le mois de Ramadan, est la certitude d’être observée par Dieu, ce qu’on appelle la conscience de Dieu.

 

Il n’est pas rare de voir des musulmans habitués à commettre toutes sortes de péchés se comporter de façon exemplaire durant Ramadan à cause du caractère sacré de ce mois, et aussi dans le but d’acquérir de bonnes habitudes qu’ils espèrent arriver à garder tout au long de l’année.

 

Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a mis en garde les musulmans contre certains péchés qu’ils peuvent commettre aisément et ainsi compromettre l’acceptation de leur jeûne par Dieu. Il a dit :

 

« Celui qui ne cesse de mentir et d’agir en fonction de ses mensonges, Dieu n’a que faire de son abstention de nourriture et de boisson. » (Sahih al-Boukhari)

 

Il a également mis les musulmans en garde contre le fait de répondre à ceux qui cherchent à les provoquer alors qu’ils jeûnent. Il leur a enseigné à répondre :

 

« Je suis entrain de jeûner, je suis entrain de jeûner. » (Sahih al-Boukhari)

 

Ces paroles démontrent clairement qu’un des plus grands bienfaits du mois de Ramadan est la rectitude morale et spirituelle.

 

Un esprit de paix règne dans les cœurs des musulmans durant tout le mois de Ramadan grâce aux nombreux actes d’adoration accomplis par les gens, qui s’abstiennent également de mauvaises paroles et de comportements répréhensibles. Durant ce mois, les gens sont habituellement plus sereins. Lorsque l’on passe tout un mois au cœur d’une société où la majorité des gens jeûnent, on découvre qu’une fraternité unique unit les gens et qu’elle ne se produit à aucune autre occasion, sauf peut-être au Hajj.

L’iftar (ou rupture du jeûne)

 

Un peu avant le coucher du soleil, les musulmans se rassemblent dans leurs maisons et attendent le moment où ils pourront commencer à manger. Ils s’installent autour de la table et ne commencent à manger que lorsqu’ils entendent l’appel à la prière. Mais avant de manger, ils s’adressent à Allah et invoquent Sa miséricorde. Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

 

« Allah répond à la prière de chaque personne qui jeûne et qui L’invoque au moment de rompre son jeûne. » (Touhfatoul Mouhtaj)

 

Ensuite, ils rompent leur jeûne, le plus souvent avec des dattes et du lait (suivant en cela la tradition du Prophète) et prononcent des paroles de gratitude envers Dieu :

 

« Ma soif est étanchée, mes veines se sont hydratées et si Dieu le veut, je serai rétribué. » (Abou Daoud)

 

Plusieurs musulmans ajoutent également :

 

« Ô Allah, c’est pour Toi seul que j’ai jeûné et c’est en Toi seul que je crois. J’ai rompu mon jeûne avec ce dont Tu m’as pourvu et c’est en Toi que je place ma confiance. »

 

Puis, les musulmans mangent un repas léger composé de divers petits plats différents. Au cours de ce mois, les gens s’invitent beaucoup, soit entre membres de la famille ou entre amis. Il arrive aussi fréquemment qu’ils invitent des pauvres à leur table. La plupart des mosquées offrent également de la nourriture aux démunis. Plusieurs organisent un iftar (repas du soir) collectif afin de renforcer les liens entre les membres de la communauté, ce qui est souvent essentiel dans les pays où les musulmans sont minoritaires. Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a encouragé les musulmans à offrir de la nourriture aux autres durant ce mois sacré :

 

« Quiconque donne à une personne qui a jeûné de quoi rompre son jeûne recevra la même rétribution que cette personne. » (at-Tirmidhi)

 

Par ailleurs, certains organismes de charité donnent aux familles pauvres de quoi tenir tout le mois.

 

Le plaisir ressenti au moment de rompre le jeûne est tout simplement indescriptible. Même le repas le plus maigre apparaît comme savoureux et apporte au croyant une joie sans bornes. Le Prophète a dit vrai lorsqu’il a dit :

 

« La personne qui jeûne connaît deux moments de bonheur : d’abord lorsqu’elle rompt son jeûne, puis lorsqu’elle rencontre son Seigneur. » (Sahih al-Boukhari)

 

Au moment du iftar, les gens n’ont pas vraiment le temps de consommer un copieux repas, car le coucher du soleil correspond à l’heure de l’une des cinq prières quotidiennes. Ils se préparent donc à se rendre à la mosquée pour faire la prière en congrégation. Après cette prière, certains reviennent à la maison pour manger un repas complet tandis que d’autres préfèrent manger après les prières du soir, qui sont une des plus importantes particularités des soirs de Ramadan et une autre dimension spirituelle de ce mois de miséricorde et de bénédictions.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après avoir accompli la prière du coucher du soleil, les musulmans retournent chez eux pour manger. La plupart, cependant, choisissent la frugalité, car trop manger les empêche de pleinement apprécier cet acte d’adoration qui constitue un véritable plaisir pour le croyant, au cours du Ramadan : la prière de tarawih. Cette prière se fait immédiatement après la prière du soir, laquelle est accomplie au moment où les dernières lueurs du jour disparaissent, c’est-à-dire environ une heure et demie après la prière du crépuscule.

Le Tarawih

Le tarawih est une prière spéciale, qui se fait toujours en congrégation. Elle est très longue, pouvant durer jusqu’à une heure et demie. Elle a lieu chaque soir du mois de Ramadan et le imam (i.e. celui qui dirige la prière) s’efforce d’y réciter le Coran en entier, étalé sur les 29 ou 30 jours de Ramadan. Durant cette prière, les musulmans invoquent leur Seigneur debout, inclinés et prosternés, et profitent de cette occasion pour écouter la récitation intégrale du Coran.

 

 

 

Les mosquées où l’imam est connu pour sa voix mélodieuse et agréable à entendre tendent à se remplir rapidement, ce qui pousse les fidèles à arriver plus tôt pour s’assurer les meilleures places. Certaines mosquées peuvent accueillir plus d’un millier de fidèles, qui viennent des quatre coins de la ville. La prière du tarawih est une expérience que le musulman attend avec impatience d’une année à l’autre, car elle est un moyen par lequel le fidèle espère obtenir le pardon de Dieu. Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

« Quiconque passe la nuit en prières au cours du mois de Ramadan, tout en croyant en Dieu et en cherchant Sa rétribution, tous ses péchés passés lui seront pardonnés. » (Sahih al-Boukhari)

 

Lors de la prière, alors que l’imam récite les versets du Coran, les fidèles méditent sur leur sens. Aussi, la voix de l’imam joue un rôle important sur l’effet de la récitation sur les fidèles. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir des gens pleurer en écoutant la récitation, surtout celle des versets qui font mention de la grandeur de Dieu, de Sa miséricorde, de Son amour, de l’énorme rétribution qu’Il a réservée aux croyants qui auront fait preuve d’une grande patience tout au long de leur vie et des tourments réservés à ceux qui auront refusé de croire. Le Coran est une révélation qui s’adresse à chaque individu et c’est pourquoi chaque personne qui l’écoute sent vraiment que Dieu s’adresse à elle particulièrement. C’est aussi pour cette raison que lors de l’écoute de sa récitation, le sentiment et l’émotion qui emplissent le cœur du fidèle sont réellement incomparables et indescriptibles.

 

 

 

À la fin du tarawih, l’imam et tous les membres de la congrégation lèvent leurs mains et implorent Dieu en faveur d’eux-mêmes et des musulmans en général; ils Lui demandent pardon pour leurs péchés, Lui demandent de les raffermir dans leur foi et de les garder sur la bonne voie, de les faire entrer au Paradis, de guérir les gens malades qu’ils connaissent, de pardonner à ceux des leurs qui sont décédés, de même que toutes bonnes choses de ce monde et de l’au-delà. Ils demandent également à Dieu de leur épargner les souffrances du jour du Jugement et d’apaiser les souffrances de leurs frères et sœurs à travers le monde. Il n’est pas rare de voir toute la congrégation en larmes, implorant son Seigneur à l’unisson. Le tarawih est vraiment l’un des points forts du Ramadan; il est une inspiration pour les musulmans et les encourage à suivre la voie de la droiture.

Après le tarawih, les musulmans retournent chez eux, mangent un peu puis se couchent, afin d’être suffisamment reposés pour se lever avant l’aube et prendre leur petit déjeûner.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme vous pouvez le voir, Ramadan est un mois au cours duquel diverses formes d’adoration sont adressées à Dieu. Plusieurs profitent de cette occasion pour modifier leur mode de vie et le rendre plus conforme aux commandements de

 

Dieu. Du moment où le musulman se lève, le matin, puis durant tout le jour et tout le soir, il accomplit divers actes d’adoration, certains obligatoires, d’autres volontaires, ne cherchant en cela que la satisfaction de Dieu. Ce mois est en fait un facteur-clé dans la vie des musulmans, une période pour se ressourcer et pour accomplir des actions qui plaisent à Dieu.

Le mois de Ramadan possède d’autres caractéristiques comme :

Les dix dernières nuits

1. « Nous avons certes révélé [le Coran] durant la nuit du destin.

2. Et qui te dira ce qu’est la nuit du destin ?

3. La nuit du destin est meilleure que mille mois.

4. Les anges et l’Esprit y descendent, par permission de leur Seigneur, pour appliquer tout ce qui a été décrété.

5. (Cette nuit en est une de) paix, jusqu’à l’apparition de l’aube. » (Coran:97:1-5)

C’est au cours du mois de Ramadan que le Coran a été descendu sur terre, et plus précisément au cours d’une des dix dernières nuits. Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

« Cherchez la nuit du destin parmi les dix dernières. » (Sahih al-Boukhari)

 

 

Accomplir des actes d’adorations et de bonnes actions au cours de cette nuit est encore plus profitable, pour le croyant, que s’il les accomplissait durant mille mois, tel que mentionné dans les versets ci-haut.

« Lorsqu’arrivaient les dix dernières nuits de Ramadan, le Prophète devenait fébrile; il demeurait éveillé presque toute la nuit et réveillait les membres de sa famille. » (Sahih al-Boukhari)

Durant le mois de Ramadan, les musulmans recherchent cette nuit très spéciale afin d’en retirer tous les bienfaits. Ils passent les dix dernières nuits à adorer leur Seigneur; ils prient le tarawih, récitent le Coran, implorent Dieu et font des prières surérogatoires. Durant ces nuits, les mosquées organisent même une prière supplémentaire en congrégation, prière qui dure environ une heure et demie ou deux heures et qui se

 

termine juste avant le repas de l’aube. Les gens font tout leur possible pour passer ces dix dernières nuits à prier afin d’être certains d’avoir passé la nuit du destin en prières. Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

« Quiconque a passé la nuit du destin à prier, tout en croyant en Dieu et en cherchant Sa rétribution, tous ses péchés passés lui seront pardonnés. » (Sahih al-Boukhari)

 

 

Ramadan est le mois du pardon et les gens espèrent faire partie de ceux que Dieu sauvera du feu de l’Enfer :

« Dieu choisit ceux qu’Il sauvera du feu de l’Enfer durant chaque nuit du mois de Ramadan. » (at-Tirmidhi)

C’est pour cette raison que les gens jeûnent, prient et recherchent la nuit du destin : ils souhaitent voir leurs péchés pardonnés et connaître la rétribution du Paradis.

 

https://www.youtube.com/watch?v=By16hf8NomQ

Share this post


Link to post
Share on other sites
barak Allaho fik mon frère :)

 

gazak allah kheir

 

thank you

 

 

Le jeûne n’est pas exclusif aux musulmans. Il est pratiqué depuis des siècles, pour des raisons religieuses, par les chrétiens, les ^^^^s, les confucianistes, les hindous, les taoïstes et les jaïnistes. Dieu dit, dans le Coran :

« Ô vous qui croyez! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux avant vous – peut-être deviendrez-vous pieux. » (Coran 2:183)

Certaines tribus amérindiennes d’Amérique du Nord jeûnaient pour se protéger contre les catastrophes ou pour faire pénitence, après avoir commis un péché.

 

D’autres faisaient des jeûnes collectifs pour détourner des désastres imminents. Les indigènes du Mexique et les Incas du Pérou jeûnaient aussi pour faire pénitence et pour apaiser leurs dieux. Les nations de l’Ancien Monde, comme les Assyriens et les Babyloniens, jeûnaient eux aussi pour faire pénitence. Pour les ^^^^s, le jeûne est une forme de repentir et, une fois l’an, il prend la forme d’une purification, le jour du grand pardon, ou Yom Kippour. Ce jour-là, ni nourriture ni boisson ne sont permises.

 

 

Les premiers chrétiens associaient le jeûne à la pénitence et à la purification. Durant les deux premiers siècles de son existence, l’église chrétienne avait fait du jeûne un acte préparatif volontaire précédant les sacrements de la communion et du baptême, de même que l’ordination des prêtres. Plus tard, ces jeûnes sont devenus obligatoires et d’autres jours ont été ajoutés. Au sixième siècle, le jeûne du carême a été allongé à 40 jours et à chacun de ces jours, un seul repas était permis. Après la Réforme, le jeûne a été maintenu par la plupart des églises protestantes, mais rendu facultatif dans certains cas. Les protestants plus stricts, cependant, ont non seulement condamné les célébrations de l’Église, mais ses jeûnes traditionnels également.

 

 

Dans l’église catholique romaine, le jeûne est en fait une abstinence partielle de nourriture et de boissons et, dans certains cas, une abstinence totale. Les jours de jeûne de l’église catholique romaine sont le mercredi des cendres et le vendredi saint. Aux États-Unis, le jeûne est observé surtout par les fidèles des églises épiscopale et luthérienne, parmi les protestants, par les orthodoxes et les conservateurs chez les ^^^^s, et par les catholiques romains.

 

 

En Occident, le jeûne a pris une nouvelle forme, au vingtième siècle : la grève de la faim. Cette façon de jeûner est devenue un moyen de pression politique après avoir été popularisée par Mohandas Gandhi, leader de la lutte pour l’indépendance de l’Inde, qui avait entrepris des grèves de la faim pour forcer ses partisans à obéir à ses préceptes de non-violence.

 

L’islam est la seule religion qui a conservé les dimensions à la fois physique et spirituelle du jeûne à travers les siècles. L’obéissance aux motivations et aux désirs humains égoïstes éloigne l’homme de son Créateur. Les émotions et les tendances humaines les plus difficiles à maîtriser, de par leur nature, sont l’arrogance, l’avarice, la gourmandise, la concupiscence, l’envie et la colère, et une personne doit habituellement faire de sérieux efforts pour arriver à les maîtriser. Les musulmans jeûnent pour purifier leur âme, car le jeûne tient en bride les émotions humaines les plus difficiles à contrôler, pour lesquelles certaines personnes se laissent aller à l’un de deux extrêmes : certaines laissent ces émotions prendre le contrôle de leur vie, ce qui a mené au barbarisme, chez les anciens, et au matérialisme grossier des sociétés de consommation chez les contemporains, tandis que les autres de se libérer totalement de ces caractéristiques humaines en se réfugiant dans le monachisme.

 

Le quatrième pilier de l’islam, le jeûne du Ramadan, a lieu une fois l’an, durant le neuvième mois lunaire du calendrier islamique, qui est le mois de Ramadan. C’est aussi au cours de ce mois que :

« … fut révélé le Coran comme guide pour les gens… » (Coran 2:185)

Dans Son infinie miséricorde, Dieu a exempté de jeûne les malades, les voyageurs, de même que d’autres catégories de personnes qui seraient incapables de supporter une telle privation.

Jeûner aide à développer le contrôle de soi, à mieux comprendre les bienfaits dont Dieu nous comble chaque jour et à avoir une plus grande compassion envers les démunis. Le jeûne, en islam, est l’abstinence de tous les plaisirs physiques entre l’aube et le crépuscule. Non seulement la nourriture et les boissons sont-elles interdites, mais les activités sexuelles également. De plus, tout ce qui est normalement considéré comme péché l’est encore plus durant ce mois, à cause de son caractère sacré. À chaque instant, durant son jeûne, le musulman réprime ses envies par obéissance et amour envers son Seigneur. Cette conscience du devoir et la patience dont il lui faut faire preuve renforcent sa foi. La personne qui s’abstient volontairement de nourriture et de boissons est plus à même d’être consciente de ses péchés.

 

Une spiritualité plus élevée aide à combattre les mauvaises habitudes comme mentir, regarder avec désir le sexe opposé, s’adonner aux commérages et à l’oisiveté. Être affamé et assoiffé, même pour la moitié d’une journée, ou un peu plus, est suffisant pour nous faire prendre conscience de la misère dans laquelle vivent les 800 millions de personnes qui vivent la faim au quotidien ou de ce que vivent les dix pourcent de foyers, aux États-Unis, qui n’ont pas de quoi manger ou qui sont à risque de se retrouver dans cette situation. Après tout, pourquoi une personne se soucierait-elle de la faim des autres si elle n’en a jamais connu elle-même les douleurs? C’est pourquoi le mois de Ramadan est aussi un mois de charité et de dons.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me permet de poser une question ici, si ce n'est pas sa place alors supprimez. :p

 

Pourquoi quand on ne fait pas le ramadan on est très mal vu alors que si l'on prend l'ordre de priorité des 5 piliers de l'islam elle reste derriere la priere qui est devenu accessoire, quand on ne prie pas c'est normal mais ramadan ohh la, réincarnation du mal absolue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Peut être parce que ceux qui voient mal ceux qui ne jeunent pas ignorent que la prière vient avant , puis on vit dans un monde où il n'y a que les apparences qui comptent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je me permet de poser une question ici, si ce n'est pas sa place alors supprimez. :p

 

Pourquoi quand on ne fait pas le ramadan on est très mal vu alors que si l'on prend l'ordre de priorité des 5 piliers de l'islam elle reste derriere la priere qui est devenu accessoire, quand on ne prie pas c'est normal mais ramadan ohh la, réincarnation du mal absolue.

 

 

 

 

Plus d'un milliard de musulmans partagent un ensemble commun de croyances fondamentales qui sont décrits comme «articles de foi." Ces articles de la foi constituent le fondement du système de croyance islamique.

 

1 La croyance en un Dieu unique. L'enseignement le plus important de l'Islam est que Dieu seul doit être adoré et servi. En outre, le plus grand péché en Islam est d'adorer d'autres êtres avec Dieu. En fait, les musulmans croient qu'il est le seul péché que Dieu ne pardonne pas si une personne décède avant de se repentir de lui.

 

. 2 La croyance aux anges: Dieu a créé les êtres invisibles appelés anges qui travaillent sans relâche pour administrer son royaume en pleine obéissance. Les anges nous entourent, à tout moment, chacun a le devoir; certains enregistrer nos paroles et nos actes.

 

3 La croyance en les prophètes de Dieu. Musulmans croient que Dieu communique sa direction à travers les prophètes humains envoyés à chaque nation. Ces prophètes commencent par Adam et comprennent Noé, Abraham, Moïse, Jésus et Mahomet, la paix soit sur eux. Le principal message de tous les prophètes a toujours été qu'il n'y a qu'un seul vrai Dieu et Lui seul est digne d'être supplié pour et adoré.

 

4 La croyance dans les livres révélés de Dieu:. Musulmans croient que Dieu a révélé sa sagesse et instructions par «livres» à certains des prophètes comme les Psaumes, la Torah, et l'Evangile. Au fil du temps, cependant, les enseignements originaux de ces livres se sont déformées ou perdues. Musulmans croient que le Coran est la révélation finale de Dieu révélé au Prophète Muhammad et a été entièrement préservé.

 

5 La croyance en Jour du Jugement. La vie de ce monde et tout ce qui est en elle prendra fin un jour désigné. A cette époque, chaque personne sera ressuscité des morts. Dieu jugera chaque personne individuellement, selon sa foi et ses bonnes et mauvaises actions. Dieu fera miséricorde et l'équité dans le jugement. Selon les enseignements islamiques, ceux qui croient en Dieu et accomplir de bonnes actions seront récompensées éternellement dans le ciel. Ceux qui rejettent la foi en Dieu sera éternellement punis dans le feu de l'enfer.

 

6 La croyance dans le destin et le décret divin. Musulmans croient que, puisque Dieu est le Pourvoyeur de toute vie, rien ne se passe, sauf par sa volonté et avec son plein de connaissances. Cette croyance ne contredit pas l'idée du libre arbitre. Dieu ne nous force pas, nos choix sont connus à l'avance, car Dieu Sa connaissance est complète. Cette reconnaissance permet au croyant à travers les difficultés et les épreuves.

 

 

Pratique religieuse de base de l'Islam: Les cinq «piliers» de l'islam

 

Dans l'Islam, le culte fait partie de la vie quotidienne et ne se limite pas à de simples rituels. Les actes officiels de culte sont connus comme les cinq «piliers» de l'islam. Les cinq piliers de l'islam sont la profession de foi, la prière, le jeûne, la charité et le pèlerinage.

 

1 Déclaration de la Foi:. La «Déclaration de foi» est la déclaration, "La ilaha illa Allah wa Muhammad Rasul-ullah", ce qui signifie «Il n'y a de dieu digne d'être adoré à part Dieu (Allah), et Muhammad est le Messager (prophète) de Dieu "). La déclaration de foi est plus que juste une déclaration; il doit être démontré avec les actions de un. Pour convertir à la foi de l'Islam, une personne a à dire cette déclaration.

 

2 prière quotidienne:. Prière est une méthode par laquelle un musulman relie à Dieu et rassemble la force spirituelle et la paix d'esprit. Les musulmans font cinq prières officielles par jour.

 

. 3 Zakat: Un type de la charité. Musulmans reconnaissent que toute la richesse est une bénédiction de Dieu, et certaines responsabilités sont tenus en retour. Dans l'Islam, il est du devoir des riches pour aider les pauvres et les nécessiteux.

 

4 jeûne du Ramadan:. Une fois par an, ordonné aux musulmans de jeûner pendant un mois entier de l'aube au coucher du soleil. La période de dévotion spirituelle intense est connu comme le jeûne du Ramadan au cours duquel aucune nourriture, boisson et le sexe est autorisé pendant le jeûne. Après le coucher du soleil, on peut profiter de ces choses. Au cours de ce mois musulmans pratiquent l'auto-contrôle et de se concentrer sur la prière et la dévotion. Pendant le jeûne, les musulmans apprennent à sympathiser avec ceux dans le monde qui ont peu à manger.

 

5 Le Hajj pèlerinage à La Mecque. Tout musulman s'efforce de faire le pèlerinage une fois dans une vie aux sites sacrés de la Mecque, dans l'actuelle Arabie Saoudite. C'est l'expérience spirituelle la plus intense pour un musulman. Typiquement, 2-3000000 accomplir le Hadj chaque année.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Abdoullah ibn Abbas, a dit :

« Le Prophète était le plus généreux de tous, et il l’était encore plus durant le mois de Ramadan. » (Sahih al-Boukhari)

Afin d’augmenter le nombre de leurs bonnes actions durant ce mois, certains musulmans choisissent également d’offrir leur zakat (ou charité annuelle obligatoire) durant cette période.

Dévotion personnelle

 

Il existe un type particulier d’adoration, en islam, où le musulman se retire dans la mosquée pour une période de temps, que ce soit un jour ou une semaine, et y passe de nombreuses heures à réciter le Coran et à invoquer Dieu, ce qui l’amène souvent, par la suite, à vouloir modifier son mode de vie afin que ce dernier soit plus centré sur l’adoration de

 

Dieu. En se coupant du monde et de la routine quotidienne et en passant la majeure partie de son temps dans l’adoration de Dieu, il acquiert un sens nouveau des priorités et accorde moins d’importance à la vie d’ici-bas. Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) faisait lui-même des retraites appelées I’tikaaf ,dans la mosquée, durant les dix derniers jours de Ramadan. Il y installait une tente et s’y enfermait, passant tout son temps en actes de dévotion personnels.

De nombreux musulmans tentent d’obtenir un congé de travail ou d’études pour pouvoir faire une retraite dans la mosquée, mais comme cela demeure difficile, peu arrivent à le faire. Tout de même, on retrouve dans la plupart des grandes mosquées des gens en retraite durant les dix derniers jours de Ramadan.

Conclusion

 

Le mois de Ramadan est donc un moment très spécial pour tous les musulmans à travers le monde. C’est un mois d’adoration au cours duquel ils se repentent et se tournent vers Dieu, un mois où ils renouvellent leur foi. C’est une période durant laquelle les musulmans s’habituent à se soumettre aux commandements de Dieu et à chercher Sa satisfaction, une période où ils raffermissent leurs liens avec leur Créateur, où ils prennent l’habitude d’accomplir des actes d’adoration surérogatoires. Ramadan est un mois qui n’a pas d’égal et les sentiments et émotions qui habitent les musulmans durant cette période sont indescriptibles.

 

C’est pour cette raison que les compagnons du Prophète demandaient à Dieu de leur accorder le bonheur de vivre à nouveau le mois de Ramadan six mois avant son arrivée et que durant les six mois suivant la fin de ce mois, ils demandaient pardon pour les fautes qu’ils auraient pu commettre durant cette période. Nous demandons à Dieu d’accepter le jeûne et les prières des musulmans durant ce mois et de guider les non-musulmans afin qu’eux aussi le jeûnent un jour en tant que musulmans.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je me permet de poser une question ici, si ce n'est pas sa place alors supprimez. :p

 

Pourquoi quand on ne fait pas le ramadan on est très mal vu alors que si l'on prend l'ordre de priorité des 5 piliers de l'islam elle reste derriere la priere qui est devenu accessoire, quand on ne prie pas c'est normal mais ramadan ohh la, réincarnation du mal absolue.

 

Je me pose la même question !

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Charia a pour objectifs essentiels d’éviter toute gêne, tout préjudice et toute difficulté à la personne qui accomplit les obligations religieuses, conformément aux preuves concordantes de la Sunna et du Coran. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens des versets):

 

 

 

« Allah veut pour vous la facilité » (Coran 2/185)

 

« Allah veut vous alléger (les obligations) » (Coran 4/28)

 

« Il ne vous a imposé aucune gêne dans la religion » (Coran 22/78)

 

 

 

Le Prophète () a dit: "Allah aime que l'on use de Ses dispenses comme Il déteste qu'on Lui désobéisse." (Ahmad) Il a dit aussi: "Allah aime que l'on use de Ses dispenses et aime que soient appliqués Ses ordres" (Al-Bayhaqi et autres).

 

En fonction de ces textes, les Oulémas ont édicté des règles jurisprudentielles qui épargnent à la personne qui applique les obligations religieuses toute gêne, tout préjudice et toute peine, telles que : "La Charia facilite les choses en cas de trop grande difficulté", "Tout préjudice est rejeté par la Charia", " et autres règles déduites par les jurisconsultes.

 

Le jeûne du mois de Ramadan est une obligation que doit accomplir toute personne adulte et douée de raison. Cependant, des empêchements peuvent survenir chez cette personne qui n'aura alors plus l'obligation de jeûner et sera autorisée à rompre le jeûne, voire sera obligée de ne pas jeûner dans certains cas. Ces excuses sont appelées « les autorisations de rupture du jeûne en pleine journée du mois de Ramadan » ou « les cas de dispense de jeûne pendant le Ramadan ».

 

 

 

Premièrement: la maladie

 

La maladie est un changement qui survient en l'homme et le fait sortir de son état normal. La maladie est un cas de dispense de jeûne pendant le mois de Ramadan. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset): « Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage devra jeûner un nombre égal d’autres jours » (Coran 2/184). Selon la règle qui régit ce cas, il doit s'agir d'une maladie qui engendrerait un préjudice ou la mort ou entraînerait une grande souffrance qui aggraverait la maladie ou retarderait sa guérison. C'est ce genre de maladie qui autorise la rupture du jeûne pendant le mois de Ramadan. La personne devra ensuite rattraper les jours où elle n'a pas jeûné, dès que la maladie sera terminée. La maladie qui ne cause aucun préjudice ou aucune difficulté au jeûneur tel qu’un mal de dent, une douleur à un doigt ou autre, ne justifie pas la rupture du jeûne.

 

 

 

Deuxièmement: l'âge

 

Les personnes âgées (hommes ou femmes) peuvent rompre le jeûne en raison d’une incapacité de l’accomplir. Elles n'ont pas le devoir de rattraper les jours où elles n'ont pas jeûné, si le jeûne est tout aussi difficile pour elles à toutes les saisons de l'année, et doivent nourrir un pauvre pour chaque jour non jeûné, conformément au verset suivant: « Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter (qu’avec grande difficulté), il y a une compensation : nourrir un pauvre » (Coran 2/184). Ibn ‘Abbaas a dit: "Le verset n'a pas été abrogé, il concerne les personnes âgées, hommes et femmes, qui n'arrivent pas à jeûner. Ils doivent nourrir un pauvre pour chaque jour non jeûné". Il en est de même pour tout malade incurable pour lequel il est impossible de jeûner : il ne jeûne pas pendant le mois de Ramadan et nourrit chaque jour un pauvre.

 

 

 

Troisièmement: la grossesse et l'allaitement

 

Les jurisconsultes sont unanimes sur l'autorisation de rompre le jeûne pour une femme en période de grossesse ou d'allaitement, si elle craint un préjudice quelconque pour elle-même ou son enfant, conformément au Hadith dans lequel le Prophète () dit:

 

"Allah a exempté de jeûne et de la moitié de la prière la personne en voyage et a exempté de jeûne la femme en période de grossesse et d'allaitement" (An-Nassa’i et autres).

 

La femme dans ces deux cas doit rattraper les jours où elle n'a pas jeûné quand elle en sera capable. Il est nécessaire de noter que la grossesse et l'allaitement ne justifient pas en soi la rupture du jeûne au mois de Ramadan mais uniquement si la femme craint un préjudice pour elle ou son nouveau-né.

 

 

 

Quatrièmement: le voyage

 

La personne en voyage, à condition qu’elle ne voyage pas pour avoir l'autorisation de rompre le jeûne au mois de Ramadan, peut profiter de cette dispense, conformément au verset: « Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage devra jeûner un nombre égal d’autres jours » (Coran 2/184) et au Hadith précité. Le voyage qui justifie la rupture du jeûne est le long voyage où la prière de quatre Rak’aates est réduite de moitié (deux Rak’aates). La personne en voyage devra ensuite rattraper les jours où elle n'a pas jeûné et a le choix de jeûner ou pas pendant le voyage, comme Anas, qu'Allah soit satisfait de lui, le dit dans les deux Sahihs: "Nous avons voyagé avec le Prophète () au mois de Ramadan et il n'a pas critiqué ceux qui avaient rompu le jeûne ni ceux qui avaient jeûné". Selon Abou Sa’iid Al-Khodri, qu'Allah soit satisfait de lui: "celui qui en avait la force jeûnait, et ceci était correct, et celui qui se sentait faible ne jeûnait pas, et ceci était également correct".

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le nom Ramadan

 

Le mot Ramadan vient du nom Ramad, qui se réfère à «la chaleur réfléchie de pierres résultant de la chaleur intense du soleil."

 

 

 

 

 

Isolement religieuse (I'tikaf)

 

Au cours des dix derniers jours de Ramadan, le Prophète (peace be upon him)dans la mosquée, afin d'augmenter l'intensité de son culte

 

http://www.youtube.com/watch?v=Ra4K4A5vu-M

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.




×
×
  • Create New...