Jump to content

Un projet qui divise les spécialistes


Guest salimdz
 Share

Recommended Posts

Usine de dessalement de l’eau de mer d’El Hamma (Alger)

 

Un projet qui divise les spécialistes

 

arton87851-d16c6.jpg

 

Fini le stress hydrique pour les Algérois ! D’une distribution perturbée un jour sur trois, la capitale et ses banlieues seront alimentées tous les jours et toute la journée, et ce, grâce à la station de dessalement de l’eau de mer d’El Hamma (Alger), qui sera inaugurée demain par le président de la République.

 

Le chef de l’Etat aura à actionner un bouton poussoir qui se trouve dans la chambre de contrôle de cette usine pour refouler l’eau dans le système de l’Algérienne des eaux (ADE). Les habitants de la capitale du pays bénéficieront ainsi d’une quantité supplémentaire de 200 000 m3/j d’eau potable grâce à cette unité, première en Afrique en termes de capacités. Difficile de ne pas songer à s’approvisionner grâce à l’eau de mer qui est abondante, lorsque la pluviométrie vient à manquer. Et si beaucoup doutent déjà de sa propreté, d’autres affichent d’autres craintes. S’il est admis que l’unité d’El Hamma permettra, à coup sûr, d’en finir avec le stress hydrique, il n’en demeure pas moins que sa mise en service suscite des appréhensions. Cette option est décriée par de nombreux scientifiques au vu notamment des coûts qu’elle induit et des dangers qu’engendrent les effluents sur l’écosystème marin. Dans un rapport consacré aux usines de dessalement d’eau de mer dans le monde, le Fonds mondial pour la nature (WWF) ne cache pas son inquiétude : extraire le sel de l’eau de mer pour pallier un manque d’eau potable est en train de devenir une panacée. Mais, cette solution, selon WWF, représente une menace potentielle pour l’environnement et ne fera qu’aggraver les changements climatiques.

 

Les appréhensions des scientifiques

De l’avis de cette organisation, dessaler l’eau de mer est un procédé qui coûte cher, consomme beaucoup d’énergie et rejette dans l’atmosphère des tonnes de gaz à effet de serre. « Le recours à ces nouvelles technologies, par ailleurs de plus en plus accessibles, ne va pas sans conséquences pour l’environnement », avertit dans son rapport WWF. Cette organisation estime que les activités intensives de dessalement peuvent provoquer le développement de saumures et entraîner la destruction de précieuses régions côtières, et ainsi contaminer la vie marine, les cours d’eau, les zones humides, les eaux souterraines et plus généralement les écosystèmes qui assurent l’épuration de l’eau et la protègent contre les catastrophes. Le Pr Abdelouahab Chouikhi, spécialiste en pollution et en écotoxicologie marine, contacté par nos soins en Turquie, tire lui aussi la sonnette d’alarme quant aux conséquences qu’engendrera la mise en service de l’unité de dessalement d’eau de mer d’El Hamma. En scientifique averti, M. Chouikhi dit avoir déjà attiré l’attention des pouvoirs publics sur le mauvais choix du site de l’usine de dessalement d’El Hamma, et ce, avant le démarrage de sa construction. M. Chouikhi appréhende pour ce qui est de cette station deux problèmes importants durant le fonctionnement de cette usine : d’une part le prix de revient du m3 d’eau dessalée qui sera élevé en raison de l’usage plus important de réactifs chimiques d’autre part l’usine subira des arrêts plus fréquents dus à la mauvaise qualité de l’eau de mer captée. L’autre crainte de cet expert en environnement est que les effluents liquides des unités de dessalement rejetés sans traitement en mer engendreront des dangers potentiels cachés par leurs effets virulents sur les écosystèmes. Il s’agit notamment, selon lui, des effets d’empiétement et de l’entraînement des organismes marins dans des systèmes de refroidissement des condenseurs et de l’impact des saumures, de la caléfaction des produits chimiques résiduels et leurs produits de conversion (acides, métaux lourds, les biocides, détartrants, anticorrosion…). M. Chouikhi avertit, qu’atténuer les effets virulents des unités de dessalement sur les écosystèmes marins nécessite de faire le choix des sites judicieux, tout en combinant les critères techniques et économiques, les incidences sur l’environnement, les coûts et les facteurs politico socio-humains. Un travail qui exige, explique-t-il, « la mise en place d’une équipe multidisciplinaire non seulement pour ouvrir l’étude de ses différents éléments, mais également aborder les interdépendances qui puissent exister entre eux ».

« Des préjugés », selon les concepteurs

Or, selon les concepteurs de la grande station d’El Hamma, toutes les études ont été effectuées avant même la décision de la conception de l’usine. Une série d’études a été faite par des cabinets anglo-saxons auxquels se sont associés des cabinets algériens, notamment sur la qualité de l’eau de mer, sur la faune, la végétation marine, le fond marin, le spectre du courant marin, l’environnement… Avant la décision de la construction de l’usine, selon le PDG de l’entreprise Algerian Energy Compagny (AEC), M. Amene Allah Sari. Et ce n’est qu’une fois ces études se sont avérées concluantes, c’est-à-dire que le dessalement ne présente aucun danger sur la faune et la végétation marine, que le choix du site de l’usine a été décidé. « Rien ne prouve aujourd’hui qu’un risque a été pris dans ce domaine, ce sont beaucoup plus des préjugés », estime M. Sari. Ce dernier tient à rassurer qu’« il n’y a aucun risque, contrairement à ce que pensent certains, en raison notamment de la présence du port à côté du site d’El Hamma ». « L’eau est parfaitement saine et permet le dessalement », selon lui. Le seul risque, à ses yeux, « c’est une marée noire, et pour cela il y a des détecteurs de trace des hydrocarbures installés à la prise d’eau de mer ». Pour ce qui des rejets de la saumure en mer, le même responsable indique : « Nous faisons ce que fait la nature, on restitue à la mer la même quantité que nous avons relevée. » Ainsi, précise-t-il, le rejet des effluents liquides ne se fait pas n’importe où. « Cet endroit est choisi en fonction du flux marin pour qu’il y ait une plus grande dispersion de la saumure », explique-t-il. Pour ce qui est des garanties sur la potabilité de cette eau, M. Sari tient à rassurer que « l’eau peut être consommée, car potable ». « L’usine, explique-t-il, est équipée d’un laboratoire qui fonctionne H24 et l’eau est traitée à toutes les phases surtout à la phase de sortie. » Cela en plus d’un contrôle effectué par l’acheteur, l’Algérienne des eaux en l’occurrence. « Le contrôle se fait de manière permanente, de jour comme de nuit, et l’eau qui sort de l’usine pourrait être donnée même aux malades », selon toujours M. Sari. En somme, selon ce responsable, « aucun danger » n’est à craindre pour ce qui est du lieu du site où a été implantée l’usine de dessalement d’eau de mer d’El Hamma. Ni même pour ce qui est des risques sismiques car, selon le même responsable, l’usine est conçue pour un séisme de degré 8 sur l’échelle de Richter. L’avenir nous le dira...

 

source : http://www.elwatan.com/spip.php?page=article&id_article=87851

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share



  • Posts

    • OK. Interleaved depth est une méthode de fragmentation des données qui vise à compenser les perturbations causées par des pics de 'bruit' (noise) sur ta ligne. Le Tenda a 32Mb de mémoire, donc une recrudescence de la fragmentation peut vite saturer la mémoire et occasionner une expérience d'utilisation en yoyo. Pour comprendre cette fonctionalité, je t'invite à lire le lien suivant: https://kitz.co.uk/adsl/interleaving.htm A ta place, je ferais deux choses, sans garantie sur le résultat, mais c'est la manière dont je procèderais: 1) d'abord il serait très utile d'essayer un autre modem sur ta ligne, de comparer les valeurs des stats ADSL avec le Tenda D301 qui  n'est pas un modem particulièrement performant. 2) ensuite l'idéal est de localiser ce qui cause les hausses de bruit sur la ligne. Ce la peut être des facteurs qui sont dans ton installation interne, ou externes en dehors de chez toi. Si tu dis que ton probleme est occasionnel, cela pourrait être dû a des interférences de ta ligne ADSL avec des câbles ou des appareils électriques  situés à proximité par exemple. Cela expliquerait pourquoi l'ajustement automatique soit inadapté, si les perturbations sont brusques, et occasionelles plutôt que constantes et prévisibles. Je t'invite à visionner la vidéo suivante pour illustrer ce point: Concernant l'inerleaved depth, c'est un paramètre qui est ajusté automatiquement par le software côté opérateur, pour compenser les problemes sur la ligne. Il peut être ajusté manuellement aussi, avec des commandes Telnet, sur certains modems. Néanmoins si une hausse de l'interleaved depth peut stabiliser la ligne, cela produit aussi une latence supplémentaire car il agit en fragmentant puis recomposant les données, ce qui nécessite du temps de calcul et occupe de la mémoire. C'est aussi pourquoi avoir un modem plus performant est utile: si le CPU et la mémoire du modem sont meilleurs, ces calculs seront exécutés d'une maniere plus aisée donc moins perceptibles en utilisation. En théorie cela peut impacter aussi la gestion côté opérateur: l'ajustement automatique de l'interleaved depth sur ta ligne tient compte de la rapidité avec laquelle ton modem réagit. Ceci étant il est toujours préférable de localiser la source du bruit, et la supprimer, que d'avoir recours à l'interleaved depth, même si parfois c'est la seule solution. J'espère que ces clarifications seront utiles, bon courage.  
    • C'est comme booking.com avec un représentant en Algérie. La question que je me pose, c'est quel est le statut légal du bureau de bez, ça m'intrigue. Pour qu'il puisse toucher du fric au nom de omodoo légalement, ça doit être un partenariat. Dans ce cas, comment le bureau de bez peut transférer les revenus au QG de UK?? Exporter de la devise est interdite, à moins que ça soit une succursale. Là c'est possible, mais dans ce cas, ça ne peut pas être plus économique que passer par une agence de voyage.
    • Dans la Circulaire_n01_du_31_mars_2022_relative_à_la_préinscription_et_à_lorientation_des_titulaires_du_baccalauréat_au_titre_de_lannée_universitaire_2022-2023_Fr ICI
×
×
  • Create New...