Jump to content
Sign in to follow this  
Guest salimdz

L'économie et la paix sociales menacées par la perspective d'un baril à moins de 80 $

Recommended Posts

Guest salimdz

L'économie et la paix sociales menacées par la perspective d'un baril à moins de 80 dollars

 

ar sonia lyes , le 09/09/2008

 

Alors que les prix du pétrole se rapprochaient de 100 dollars mardi à la Bourse de Londres, le gouvernement algérien s'inquiète. Un baril de pétrole à moins de 80 dollars mettrait les finances du pays dans une situation délicate, selon des projections non-officielles obtenues par TSA de source gouvernementale qui a requis l'anonymat. Selon la même source, si le baril de pétrole franchissait à la baisse le seuil des 80 dollars, le gouvernement se trouverait dans l'incapacité de poursuivre le financement des projets d'infrastructures lancés ces dernières années et estimés à plus de 200 milliards de dollars. Il serait surtout contraint de remettre en cause sa politique de subvention des prix des produits de première nécessité, avec le risque d'un dérapage incontrôlé des prix et ses conséquences sociales désastreuses.

 

Les 133 milliards de réserves de change annoncées par le gouvernement dimanche ont déjà été virtuellement engagées, selon la même source et le fonds de régulation des recettes vient d'être sollicité pour combler le déficit à hauteur de 40 milliards de dollars, né des surcouts engendrés par les retards dans les différents projets.

 

Officiellement, le gouvernement affirme consacrer 2,5 milliards d'euros pour subventionner les prix des denrées alimentaires. En réalité, selon la même source, ce chiffre est nettement inférieur à la réalité. « Tous les produits importés sont subventionnés ou presque », explique t-elle. Le gouvernement subventionne massivement les prix des produits alimentaires pour acheter la paix sociale et éviter des émeutes qui mettraient en péril la stabilité du régime.

 

Sur un autre registre, la poursuite de la baisse des prix du baril pourrait avoir un impact sur l'application de la loi sur les hydrocarbures et provoquer un départ massif des compagnies étrangères. Explication : « l'actuel système de partage entre Sonatrach et les compagnies étrangères, appliqué officiellement depuis le 26 juillet, est basé sur un baril à 20 dollars. Les entreprises pétrolières étrangères sont également soumise à une taxe sur les superprofits pétroliers à partir d'un baril à 30 dollars. Tant que les prix du baril resteront aux alentours de 100 dollars, tout le monde trouve son compte et personne ne se plaint. Mais si le baril descend à moins de 50 dollars, les compagnies étrangères ne vont plus soumissionner aux appels d'offres. Elles partiront », affirme une source proche du dossier.

 

source : http://www.toutsurlalgerie.com/suite_sinformer.php?id=4734

Share this post


Link to post
Share on other sites
Un baril de pétrole à moins de 80 dollars mettrait les finances du pays dans une situation délicate

Comme ci le pain coutait 1 Dinar quand le pétrole était a 130$ ! les prix était moins chers quand le pétrole coutait 50$ ! alors vivement qu'il descend a 30$. quant a l'économie ... je préfère rien dire !

 

Saha S'hourkoum

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  



×
×
  • Create New...