Jump to content

planetesport

Members
  • Content Count

    241
  • Joined

Community Reputation

34 Excellent

2 Followers

About planetesport

  • Rank
    Membre Qualifié
  1. Parpors la localisation du serveur a l'étranger.
  2. Salam alikoum Depuis 10 jours plusieurs hébergeurs vois leur serveur bloqué par algerie telecom Dzhosteur Localhost Octanium Ssh solution Laticode Kdconcept Ect....... Tous hébergeurs hébergé à l'étrange leur ip bloque il dois utiliser un vpn ou une connexion sécurisé pour accédé .
  3. je pense pas que le niqab et importe du golf بِسْمِ اللهِ الرَّحْمنِ الرَّحِيمِ ( ياأيها النبي قل لأزواجك وبناتك ونساء المؤمنين يدنين عليهن من جلابيبهن ذلك أدنى أن يعرفن فلا يؤذين وكان الله غفورا رحيما ( 59 ) )
  4. oui en peux mais en doit justifie la somme reçu .
  5. La Grande Bretagne vote pour une sortie de l’UE, les Bourses et le pétrole dégringolent C’est un véritable tremblement de terre. Le « Brexit » l’a emporté avec 52%, selon les derniers résultats, rapportent plusieurs médias britanniques comme le quotidien The Guardian et le site internet de la BBC. Les Britanniques ont donc majoritairement voté pour une sortie de l’Union européenne (UE) lors du référendum organisé hier, jeudi 23 juin. Nigel Farage, chef du parti nationaliste d’extrême-droite UKIP et partisan du « Brexit », a d’ores et déjà prononcé un « discours de victoire », déclarant même « le jour de l’Indépendance ». Le Premier ministre britannique, David Cameron doit s’exprimer incessamment sur la question. Il devrait appeler à « la stabilité et l’unité », selon une journaliste de Sky. Pour leurs parts, les dirigeants du Labour, le parti travailliste britannique, appellent le gouvernement à prendre des mesures pour « stabiliser l’économie ». Les Bourses, l’euro et le pétrole dégringolent Sur le plan économique, les conséquences de ce « Brexit » seront importantes. Elles le sont déjà : À 6h20 du matin, soit quelques minutes après l’ouverture des marchés et l’annonce des résultats, le pétrole Brent coté à Londres et référence pour le pétrole algérien, cédait près de 6%, à 47,92 dollars le baril. Dans le même temps, la seule rumeur – plus tôt ce matin – d’une victoire du « non » a provoqué une chute de 15% de la livre sterling, la monnaie commune du R-U. C’est un niveau historiquement bas, jamais atteint depuis 30 ans, indique le quotidien français Les Echos. Pour sa part, la monnaie unique européenne, l’Euro, perd également du terrain, notamment face au dollar : une chute de 3,63%, à 1,09 dollars pour 1 euro. Les experts anticipent également un effondrement de la Bourse de Londres et une chute des principales Bourses européennes ce vendredi matin. Sortie de l’UE, et après ? Dans tous les cas, la procédure de sortie de l’UE prendra près de deux années, à partir du moment où le PM invoque « l’article 50 ». Entre-temps, ce vote soulève de nombreuses questions. Les partisans d’une sortie avancent sans relâche l’argument de la souveraineté et s’insurgent contre les directives, lois et traités imposés par Bruxelles. L’argument financier est également au premier plan et notamment utilisé par l’ancien maire de Londres, Boris Johnson : la contribution du R-U au budget de l’UE coûte cher et pourrait être utilisée pour les besoins internes du pays. De l’autre côté, les « européistes » rétorquent que les bénéfices tirés par la Grande Bretagne, notamment à travers les subventions de la Politique agricole commune (Pac) surpassent largement les coûts. Les partisans du maintien mettent également en avant l’accès au marché unique européen, ainsi que les facilités de voyager sans visa à travers l’Europe et le monde. Cela dit, l’immigration s’est retrouvée au centre du débat, occultant largement les autres questions. Les partisans du « Brexit » ont grandement surfé sur une vague xénophobe durant la campagne. Ce qui est certain, c’est que le Royaume-Uni, l’Europe, voire le monde, font face à de grandes incertitudes. source TSA
  6. La Banque d’Algérie introduit des assouplissements pour tenter de lutter contre le marché parallèle La Banque d’Algérie (BA) autorise désormais les bureaux de change à effectuer des opérations de change de dinars contre des devises étrangères, sous certaines conditions, en faveur « des personnes physiques non résidentes ». Le nouveau règlement, entré en vigueur ce mardi 5 avril, rappelle les conditions de cette cession de devise. En réalité, cette mesure n’apporte rien de nouveau : il s’agit simplement d’une modification du règlement 07-01 de la Banque d’Algérie qui limitait ce type d’opérations aux intermédiaires agréés (banques commerciales) et la BA. Le nouveau texte vient donc simplement inclure les bureaux de change. Touristes et hommes d’affaires étrangers Désormais, les bureaux de change en Algérie pourront procéder à la « vente contre monnaie nationale de billets de banques libellés en monnaies étrangères librement convertibles, au profit des personnes physiques non-résidentes, à concurrence du reliquat des dinars en leur possession à la fin de leur séjour en Algérie et provenant d’une cession de devises préalablement réalisée », selon le texte. Il ne sera plus obligé de réaliser cette opération en banque ou au niveau de la BA. Comprendre : lorsqu’un touriste ou un homme d’affaires ou toute personne ne résidant pas en Algérie, arrive dans le pays avec des devises, celui-ci peut, à la fin de séjour et après avoir converti cette monnaie en dinars, rechanger les dinars restants contre des devises. Ceci s’applique uniquement pour les non-résidents, c’est-à-dire ne vivant pas en Algérie. Surtout, ces dinars doivent provenir d’une opération de change de devises réalisée en Algérie et dans le circuit officiel, avec une preuve (un bordereau, par exemple) fournie par les bureaux de change. Achat de devises auprès des résidents La Banque d’Algérie autorise aussi les opérations de change « d’achat contre la monnaie nationale, de billets de banque et de chèques de voyages libellés en monnaie étrangères librement convertibles auprès des personnes physiques résidentes et non-résidentes (…) », précise le texte. La mention des « résidents » indique que les personnes résidant en Algérie pourront également obtenir des dinars contre des devises auprès des bureaux de change. Une tentative de capter le maximum de devises et faire en sorte qu’elles ne s’orientent pas vers le marché parallèle. Limiter le recours au marché noir : une mesure faible Ces mesures visent à encourager les visiteurs temporaires en Algérie à recourir au marché officiel. En effet, en autorisant les bureaux de change à mener ce genre d’opérations, après avoir encouragé leur multiplication en augmentant leurs marges, la Banque d’Algérie souhaite faciliter les opérations de change dans le circuit officiel. Cela dit, le problème reste le même et cette mesure paraît faible : tant que les taux de change sur le marché parallèle seront largement plus élevés et donc attrayants, les Algériens comme les étrangers y auront toujours recours, pour des raisons évidentes de gain pécuniaire. source ...
×
×
  • Create New...