Jump to content

Développement des TIC : Pour une culture numérique maghrébine


Recommended Posts

Les représentants des pays du Maghreb ont évoqué les expériences et les projets menés au sein de leurs pays respectifs en matière de développement des technologies de l'information et de la communication (TIC) et notamment l'internet.

 

M. Hacini Hatem, directeur de la société de l'information au ministère de la Poste et des Technologie de l'information et de la communication, a notamment évoqué dans son exposé la stratégie e-Algérie 2013, initiée dans le cadre de l'arrimage de l'Algérie à la société de l'information et de l'économie de la connaissance.

 

Il a rappelé que cette stratégie fait suite à tout ce qui a été entrepris par l'Algérie depuis l'année 2000, consistant notamment en le développement de mécanismes à même de permettre aux citoyens de bénéficier des réseaux des télécommunications et de l'Internet ainsi que la généralisation de l'Internet à l'ensemble des APC du pays et des ménages.

 

Il s'agit aussi de la relance de l'opération Ousratic, l'augmentation du nombre d'espaces Internet (cybercafés) et, par conséquent, le développement de l'économie numérique et l'intensification de l'industrie des TIC, a-t-il dit.

 

De son côté, M. Djaouher El Djamousssi de Tunisie a indiqué que les TIC occupent une place "spéciale" dans les différents secteurs de développement de son pays, insistant sur la globalisation qui touche toutes les couches de la société tunisienne.

 

Selon M. El Djamoussi, les TIC ont connu un développement "très rapide" en Tunisie grâce, a-t-il dit, au soutien de l'Etat dont les efforts vont dans le sens de mener le pays vers la société de l'information et de la connaissance. Il a aussi relevé le rôle de la société civile qui ne ménage aucun effort pour "démocratiser et vulgariser l'Internet", ajoutant que des aides financières sont octroyées à toutes les associations à caractère sociale disposant d'un site web. En ce sens, il a fait savoir que la Tunisie compte 260.000 abonnés à l'Internet (juin 2009), ce chiffre ayant doublé par rapport à l'année dernière, ajoutant que quelque 6.000 établissements scolaires et universitaires bénéficient de la connexion à l'Internet. Plus de 50.000 étudiants sont inscrits dans des filières spécialisées dans les nouvelles technologies de la communication, en plus des facilités accordées aux ménages pour l'acquisition d'un micro-ordinateur dont le prix reste "relativement cher" (500 dollars), selon M. El Djamoussi. Il a également noté le développement de la téléphonie mobile qui compte un total de 9 millions d'abonnés.

 

De son côté, le représentant du Maroc, M. Nouar Belaïd a relevé que si le secteur de la téléphonie mobile a enregistré une "grand boum", cela s'est répercuté de "manière négative" sur la téléphonie fixe.

 

S'agissant de l'Internet, même si le taux de pénétration demeure encore "faible" au sein des ménages, les chiffres font ressortir que 11 millions de Marocains utilisent l'Internet chaque année et le pays a totalisé 8.000 cybercafés en 2008, a-t-il dit.

 

Selon M. Belaïd, l'abonnement à l'Internet au Maroc demeure encore cher au même titre que le prix d'un micro-ordinateur, ce qui explique le "retard" qu'accuse son pays dans ce domaine.

Dans le but d’accélérer son arrimage à la société de l'information, le Maroc a initié un plan quinquennal "Stratégie nationale 2009-2013" dont les principaux objectifs tendent à développer les services, les applications et le haut débit, a-t-il expliqué.

 

Il a ainsi cité le programme PACTE qui ambitionne de couvrir quelques 9 000 localités désenclavées du royaume. Aussi, un budget de 129 millions de dollars a été dégagé afin de permettre à 180.000 élèves et enseignants d'acquérir des PC avec connexion à l'Internet, en plus de la mise en place d'un soft-center pour développer l'économie de la connaissance, selon M. Belaïd.

 

Pour sa part, M. Ali Mohamed Mahmoudi, représentant de la Libye, a indiqué que son pays a initié des programmes en faveur des employés de l'administration en les dotant de PC équipés de la connexion Internet. Les établissements scolaires ne sont pas en reste puisque les autorités libyennes travaillent dans le sens de fournir un PC à chaque élève, quel que soit le palier où il est scolarisé, a-t-il encore ajouté.

 

http://www.elmoudjahid.com/accueil/Nation/36285.html

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



×
×
  • Create New...