Jump to content
Règlement du forum ×
IPTV et arnaques ×

icone Pour la première fois, nouveau site de paiement en ligne en Algérie


aghilas007

Recommended Posts

c'est quoi exactement et comment l'utiliser ce site c'est genre paypal ?! et les sites qui acceptent paypal vont l'accepter ?

j'essaye d'avoir des info sur le site la section "utiliser epay" ne marche pas et la FAQ ne marche pas aussi quelqu'un peut nous expliquer un peut l'utilité de ce site ...

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

salut tous le monde bon je sais que le sujet est un peu tomber au oubliette mais ce matin je suis tomber sur un article qui date du mois de mai alors je up:

 

 

 

74712175.jpg

 

 

Uploaded with ImageShack.us

 

ePay.dz est un service de paiement en ligne qui permet de payer des achats, de recevoir des paiements, mais ne permet pas d’envoyer et de recevoir de l’argent. Pour bénéficier de ces services, une personne doit transmettre diverses coordonnées à ePay.dz telles que son e-mail et son numéro de téléphone mobile. Par la suite, les transactions sont effectuées sans avoir à communiquer de coordonnées financières, une adresse de courrier électronique et un mot de passe étant suffisants. Il n’est pas nécessaire d’alimenter son compte ePay.dz à l’avance. La source d’approvisionnement qui existe aujourd’hui pour ePay est le versement dans une des deux banques partenaire d’ePay. Il est automatiquement débité au moment de la transaction. Les destinataires sont avertis par e-mail ou SMS selon le choix dès que vous leur envoyez de l’argent. De plus, l’installation d’ePay.dz est gratuite et, contrairement à la majorité des solutions de paiement proposées par les banques, elle se passe sur Internet. ePay.dz se rémunère exclusivement en prélevant une commission sur chaque transaction, qui peut aller de 3 à 5%.

Aujourd’hui, « tout petit », Mohamed Hamza parle de « près de 800 inscrits » mais ePay.dz a pour vocation de s’agrandir et d’agrandir sa base clientèle et produits à vendre. A terme, ePay.dz sera certainement utilisé par des sites de commerce électronique, pour la vente de biens comme des objets électroniques ou de l’électroménager, de services comme des voyages ou de la conception de sites, ainsi que pour la vente de contenu numérique. Le service de ePay qui permet aux utilisateurs d’effectuer des paiements gratuitement peut être utilisé à partir d’ordinateurs ou de mobiles à accès Internet.

IT MAG : Qui est derrière ePay.dz ?

Mohamed Hamza: Je suis Mohamed Hamza, informaticien de formation, je travaille depuis 2001 dans la conception et l’hébergement de sites Web et chaque fois, revenait avec acuité le même problème, celui du paiement. On vendant sur Internet ais on devait se faire payer par virement CCP ; ce qui nous portait préjudice au vu du temps que prenait ce genre d’opérations. Les derniers temps; j’ai mis de côté cette activité, et je me suis engagé dans un poste de travail stable dans une entreprise en tant que cadre commercial.

C’est à partir de ce moment là où j’ai commencé à développer l’application, le site Web mais aussi à consulter l’aspect juridique y afférent. Je considérais déjà ce projet, sur lequel je travaille depuis 2003, comme un projet d’avenir. A ce moment-là, CashU se faisait connaître non sans handicap car le désavantage de cette alternative était les « commissions » énormes prélevées sur les paiements. Déjà que le prix auquel ces cartes étaient vendues était assez élevé en lui-même. En revanche, d’autres solutions existantes, notamment AltertPay, PayPal, prenaient de petites commissions, ce qui contentait tout le monde. C’est en m’inspirant de ce même principe que la chose a évolué en une étude de marché complète sur ce qui existe de par le monde en termes de solutions de paiements en ligne.

Juste « ce qui existe de par le monde » ; et en Algérie ?

Je sais que ces mêmes entreprises que j’ai citées ont tenté de vendre leurs services en Algérie sans le pouvoir car elle se sont heurté à une question cruciale : quels sont les textes de loi qui autorisent ce genre d’activité ? Il n’est pas concevable de monter une entreprise sans connaître le fondement juridique autour duquel se construit et s’organise la relation commerciale entre l’entreprise et ses vis-à-vis. L’aspect technique de cette activité n’est pas difficile; mais l’aspect juridique, lui, il l’est. D’ailleurs, c’est ce dernier aspect qui m’a pris le plus de temps avant de pouvoir lancer mon projet.

Quel a été le fruit de vos recherches sur l’aspect juridique ?

Le résultat de mes recherches fait ressortir qu’il existe de lois qui vous permettent de travailler, et pour ce qui est du domaine de l’e-commerce, certes il n’est pas réglementé mais il n’est pas interdit non plus. Il faut savoir aussi que lorsque je me suis adressé aux autorités compétentes, le ministère des TIC dans mon cas, afin de leur présenter et de leur expliquer mon projet, elles ne m’ont pas dissuadé ni même dit d’arrêter car c’était interdit.

Comment l’idée de projet a évolué pour se transformer en entreprise ?

J’ai présenté mon projet une première fois au MPTIC en 2006 et à ce moment-là, j’avoue que le feedback n’était pas ce que j’avais espéré. Il faut savoir aussi que moi-même je n’avais pas toutes les cartes en mains; mon projet n’était pas très clair, les moyens financiers pour le lancer n’étaient pas réunis. Ce n’est qu’en janvier 2011 que j’ai pu monter mon entreprise. De plus, j’ai eu l’opportunité de pouvoir ouvrir prochainement un bureau au Cyberparc de Sidi Abdellah pour développer ce qui reste. C’est très intéressant pour moi dans la mesure où l’Etat soutient les entreprises qui s’installent au Cyberparc, notamment à travers des prix de location compétitifs.

Vous avez tout fait par vous-mêmes ?

Oui, j’ai réalisé moi-même la totalité de la plate-forme. Pour la partie contenu, je me suis fait et continue à me faire aider. Mais elle est appelée à évoluer et à s’adapter à ses utilisateurs, à leur façon de se comporter. En tout cas, le système est opérationnel dans sa totalité.

epaydz.jpgTout compte fait, qu’est-ce qu’ePay.dz ?

ePay.dz est un outil qui facilite la vie tout simplement. Il permet aux gens d’acheter, de payer et d’être payés sur Internet. La loi algérienne n’interdit à personne de vendre ni d’acheter. Un outil qui reste en développement où probablement il arrivera un jour où vous pourrez payer un commerçant à travers notre outil. Mais pour le moment, ePay.dz est une solution à une problématique. Ce n’est qu’une partie de l’e-commerce. Les gens vendent déjà à travers Internet mais quand il s’agit de se faire payer ou de récupérer sa marchandise, ils sont obligés de se rencontrer.

Quel en est le procédé ?

ePay.dz passe des conventions avec des vendeurs qui nous autorisent à nous faire payer pour leur compte. Le principe est similaire à celui de PayPal. L’acheteur va sur Internet, consulte les produits qui l’intéressent, il aura préalablement prépayé un montant sur nos comptes, puis il pourra acheter à partir des magasins conventionnés avec ePay.dz. Légalement, c’est comme si nous avions été mandatés pour vendre à la place du magasin. Nous ne sommes pas une banque. L’argent avec lequel vous alimentez votre compte sur ePay.dz ne vous servira qu’à acheter dans les magasins conventionnés avec nous. Somme que vous pouvez récupérer à n’importe quel moment.

Mais comment se fait la transaction ?

Les solutions existent et consistent simplement à effectuer un virement bancaire à l’ordre de nos comptes bancaires. En fait, l’utilisateur approvisionne les comptes d’ePay.dz mais dispose de son argent pour acheter les produits du vendeur conventionné. Pour sa part, le vendeur, une fois qu’il aura notre autorisation pour vendre sur notre site, pourra le faire et chaque fois qu’un montant est accrédité pour l’achat de son produit, nous le lui transférons et à charge pour ce dernier de livrer le produit payé. L’acheteur peut même appliquer ce qu’on appelle le principe du tiers de confiance qui lui permet de ne payer qu’une fois livré. Ce service est to^^^^ois payant. Globalement, sur la transaction, nous recevons, de la part du vendeur, un pourcentage de la vente effectuée à partir de notre outil.

Le vendeur doit-il avoir lui-même son site Internet ?

Oui il est préférable pour le vendeur d’avoir son propre site mais ce n’est pas nécessaire. Il peut parfaitement afficher ses produits sur ePay.dz. S’il avait un site, au titre de la convention, nous mettons à sa disposition un « bouton acheter » mais dans ce cas-là, nous lui demandons de nous donner tous les détails sur le produit en question.

ePay.dz est-il totalement sécurisé et sans risques pour l’utilisateur ?

La première sécurité, c’est l’individu lui-même. Il faut qu’il soit vigilant. Il existe chez nous des normes ou des mesures de sécurité que nous utilisons et parmi celles-ci, c’est que la personne qui s’enregistre sur notre outil, nous devons la connaître ; à commencer par les informations basiques qu’elle nous donne qui doivent impérativement être vraies et précises, comme l’adresse e-mail, dont nous vérifions la validité, ou encore le numéro de téléphone, et aussi bien les comptes particuliers que les comptes entreprises, ils passent par les mêmes procédures, à la différence que le commerçant doit justifier d’un registre de commerce valide et compatible avec les produits qu’il veut vendre sur ePay.dz. Chaque fois qu’un compte ne remplit pas les conditions que j’ai citées est temporairement bloqué jusqu’à ce qu’on vérifie si effectivement les données écrites sont correctes. Des vérifications que notre back-office fait d’ailleurs manuellement. Mais tant qu’un utilisateur est enregistré chez nous, il viendra un moment ou un autre où nous vérifions de nouveau ses informations, quitte à lui demander plus de précisions ou de justifier l’exactitude de son profil. Et pour chaque compte commercial, s’il est en conformité, nous lui rajoutons un label « vérifié », s’il ne l’est pas encore, nous lui mettons alors une étiquette « non vérifiée ». De plus et surtout, chaque enregistrement se fait sur la base de l’acceptation des conditions d’utilisation générale, mûrement réfléchies et adaptées au contexte algérien. Pour ce qui est du volet technique, nos servers dédiés sont sécurisés, avec cryptage de données et nous sommes sur du SSL à 128 bits.

Il y a d’autres mesures de sécurité qui font qu’en plus de votre mot de passe, nous vous rajoutons un code PIN que nous vous envoyons dans votre boîte e-mails afin de valider la décision d’achat. De plus, nous avons introduit une politique de répudiation qui bloque le compte utilisateur après deux tentatives infructueuses de connexion. Compte qui ne sera rouvert qu’après vérification. C’est aussi très efficace dans la mesure où le système, s’il enregistre deux ou trois tentatives de connexion dont l’espace de temps entre chacune se compte en mili-seconde, bloque le compte ; en considérant qu’il s’agit d’un « bot » et non d’une personne physique. Même les liens URL ne sont pas autorisées; d’ailleurs nous n’envoyons jamais de liens cliquables pour nos utilisateurs.

Comment ePay.dz justifie-t-elle légalement son existence ?

J’y ai longuement réfléchi. Pour notre part, nous sommes bien des commissionnaires. C’est-à-dire que notre chiffre d’affaires n’est pas le montant vendu mais le montant engrangé par les commissions. Nous payons notre TVA, notre TAP, etc., sur la commission. Nous éditons par conséquent une facture sur la commission seulement. L’activité de commissionnaire est clairement réglementée et identifiée dans nos lois.

 

source :http://www.itmag-dz.com

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Posts

    • bonjour oui c'est que ton abos bloque le vpn , le relais privé dans l icloud+ d apple est un petit vpn , si tu n'as que la TV le icloud+ te sert pas à grand chose coupe cette abos simplement,    
    • MAHELMA est la commune la mieux classée grâce à la généralisation de la  fibre dans les logements AADL de Sidi Abdallah qui dépendent à 95% de cette commune. Les 5% restant dépendent de la commune de Rahmania
    • merci cest sympa , suis la pour ca pas que pour vendre , c est ça le sav , on lâche pas temps que ça ne fonctionne pas , et si au final l'offre prise ne correspond pas j en ai bq d autre à proposer .. y en a pour tout les goûts toutes les bourses   
    • Bon voilà, ça fonctionne Un grand merci à MichelDZ, le pauvre, 2h hier à essayer de faire fonctionner ca sur mon pc. Aller savoir pourquoi, mais rien ne fonctionnait, pas moyen de faire une machine virtuelle, et les logiciels habituels ne voulait rien afficher, allez comprendre pourquoi, des fois il ne faut pas grand-chose pour que ca parte en cacahouète.  Il n'a pas lâché l'affaire, j'avais abandonné avant lui ^^ mais il a réussi à me le faire fonctionner.  Il m’a même relancé ce matin, savoir si ca allait toujours bien.  👍 Étant ma 1er iptv, je manque de point de comparaison, pour ce qui est du bouquet, je ne pourrais pas dire si c'est mieux ou moins bien que d'autres, mais je suis ravi, ceux qui se plaignent sont difficiles, à ce prix, c'est fou toutes ces chaines, et cette collection de films et séries. Mais pourquoi je ne suis pas venu avant, au lieu de me faire ch** avec le streaming. Enfin voilà, SAV au top, et offre complète, un vendeur que je recommande et garde précieusement dans mes contacts. 🥰
    • Alors que nous peinons à déployer du 100 % fibre optique et à sortir du débit de base  mesquin de 10Mbps, ailleurs le monde scientifique travaille déjà depuis plusieurs années au réseau Internet de demain. Vous avez sûrement au moins entendu parler de la théorie physique sur laquelle il se base : la mécanique quantique. Pour résumer, il s'agit de l'étude des comportements des particules à l'échelle des atomes et plus petit. Pour la première fois, des chercheurs ont créé un système qui relie ces deux composants clés et utilise des fibres optiques classiques pour transmettre les données quantiques. L'exploit a été réalisé par des chercheurs de l'Imperial College de Londres, de l'Université de Southampton et des universités de Stuttgart et de Wurzburg en Allemagne, et les résultats ont été publiés dans Science Advances . Le co-premier auteur , le Dr Sarah Thomas , du Département de physique de l'Imperial College de Londres, a déclaré : « L'interfaçage de deux appareils clés ensemble est une étape cruciale dans la mise en réseau quantique, et nous sommes vraiment ravis d'être la première équipe à avoir pu pour le démontrer. » Le co-premier auteur Lukas Wagner, de l’Université de Stuttgart, a ajouté : « Permettre aux emplacements longue distance, et même aux ordinateurs quantiques, de se connecter est une tâche essentielle pour les futurs réseaux quantiques. » Communication longue distance Dans les télécommunications classiques – comme Internet ou les lignes téléphoniques – les informations peuvent être perdues sur de grandes distances. Pour lutter contre cela, ces systèmes utilisent des « répéteurs » à des points réguliers, qui lisent et réamplifient le signal, garantissant ainsi qu'il arrive intact à sa destination. Toutefois, les répéteurs classiques ne peuvent pas être utilisés avec des informations quantiques, car toute tentative de lecture et de copie de ces informations les détruirait. Il s'agit d'un avantage dans un sens, dans la mesure où les connexions quantiques ne peuvent être « exploitées » sans détruire les informations et alerter les utilisateurs. Mais c’est un défi à relever pour les réseaux quantiques longue distance. Mais des chercheurs ont trouvé la solution. Une façon de surmonter ce problème consiste à partager des informations quantiques sous la forme de particules de lumière intriquées, ou photons. Les photons intriqués partagent des propriétés de telle manière que vous ne pouvez pas comprendre les unes sans les autres. Pour partager l'intrication sur de longues distances à travers un réseau quantique, vous avez besoin de deux appareils : un pour créer les photons intriqués et un pour les stocker et permettre leur récupération ultérieure. Il existe plusieurs dispositifs utilisés pour créer des informations quantiques sous forme de photons intriqués et pour les stocker, mais la génération de ces photons à la demande et la disponibilité d'une mémoire quantique compatible dans laquelle les stocker ont longtemps échappé aux chercheurs. Les photons ont certaines longueurs d'onde (qui, dans la lumière visible, créent des couleurs différentes), mais les dispositifs permettant de les créer et de les stocker sont souvent réglés pour fonctionner avec des longueurs d'onde différentes, ce qui les empêche de s'interfacer. Pour créer une interface entre les appareils, l’équipe a créé un système dans lequel les deux appareils utilisaient la même longueur d’onde. Un « point quantique » produisait des photons (non intriqués), qui étaient ensuite transmis à un système de mémoire quantique qui stockait les photons dans un nuage d'atomes de rubidium. Un laser a activé et désactivé la mémoire, permettant aux photons d'être stockés et libérés à la demande. Non seulement la longueur d'onde de ces deux appareils correspondait, mais elle était également à la même longueur d'onde que celle des réseaux de télécommunications utilisés aujourd'hui, ce qui permettait de la transmettre avec des câbles à fibre optique classiques, familiers aux connexions Internet quotidiennes. L’équipe va maintenant chercher à améliorer le système, notamment en s’assurant que tous les photons sont produits à la même longueur d’onde, en améliorant la durée de stockage des photons et en réduisant la taille de l’ensemble du système. Cependant, en tant que preuve de concept, il s'agit d'un pas en avant important, déclare le co-auteur Dr Patrick Ledingham de l'Université de Southampton : « Les membres de la communauté quantique tentent activement d'établir ce lien depuis un certain temps. Cela inclut nous, qui avons déjà tenté cette expérience à deux reprises avec différents dispositifs de mémoire et de points quantiques, remontant à plus de cinq ans, ce qui montre à quel point c'est difficile à réaliser. "Cette fois, la percée a été de réunir des experts pour développer et exécuter chaque partie de l'expérience avec un équipement spécialisé et de travailler ensemble pour synchroniser les appareils."  
×
×
  • Create New...