Jump to content

L'Algérie un Pays Si Généreux , Après le Prêt pour le FMI c'est Autour de L'UNESCO !


Hicham
 Share

Recommended Posts

L’Algérie, le pays qui offrait ses dinars aux institutions internationales

 

Unesco-Paris.jpg

 

L’Algérie aura été généreuse ces derniers temps : après les 5 milliards de dollars qu’elle prête au FMI, elle participe à un fonds spécial pour aider financièrement l’UNESCO.

Les Algériens ont le coeur sur le main, et les billets en dehors des poches. L’état algérien financerait semble-t-il, à la hauteur de sa richesse bien entendu, des institutions internationales. Elle vient de prêter 5 milliards de dollars au FMI, et désormais elle viendrait en aide à l’UNESCO, l’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture. L’organisation connaît actuellement de grandes difficultés financières depuis que les Etats-Unis ont gelé leur contribution dans le budget de l’UNESCO, en signe de mécontentement suite à sa décision d’accorder aux Palestiniens un statut d’Etat membre de plein droit, rapporte le quotidien Le Monde. L’Unesco a donc mis en place un fonds spécial, alimenté essentiellement par des pays arabes ou musulmans comme l’Arabie saoudite, le Qatar, et l’Algérie, qui ont bien voulu lui porter secours. La Turquie et l’Indonésie sont également des contributeurs financiers. En revanche nous ne savons pas cette fois-ci à quelle hauteur l’Algérie a participé, mais après c’est pour la bonne cause non ?


Source

Link to comment
Share on other sites

C'est normal qu'on prête de l'argent à ces genres d'institutions. Est ce qu'on a oublié qui est ce qui nous a prêté de l'argent au temps de chadli et qui est ce qui va nous prêter de l'argent si jamais l’Algérie sombrerait dans une crise économique (c'est des fonds crée dans ce sens), donc je trouve anormale que tout le monde dans la rue parle de ça comme si l’Algérie jetait de l'argent par les fenêtres. Un PRÊT reste un PRÊT avec les gains qui s'en suivent.

Link to comment
Share on other sites

je sais pas si tu le sais mais l'algérie sombre déjà dans une crise économique et même pire que ça !!

 

Crise économique ?

 

Utilise le bons termes kho.

Une crise économique est une dégradation brutale de la situation économique et des perspectives économiques. Son étendue sectorielle, temporelle et géographique peut aller d'un seul secteur d'une seule région pour une brève période à l'ensemble de l'économie mondiale pendant plusieurs années ; on parlera alors de ralentissement économique ou, plus grave, de récession économique. une telle crise comporte souvent (mais pas systématiquement) des répercussions sur le niveau des salaires et la valeur du capital (valeurs boursières), provoque des faillites et du chômage, accroît les tensions sociales, et peut même avoir des répercussions sanitaires

 

Ce pays ne souffre pas de crise d'économique, mais de mal gestion. L'argent kayen, le développement makash. Ca c'est pas une crise économique.

Link to comment
Share on other sites

Voyons ces prêts et dons du bon côté des choses

 

Que ce soit pour le FMI ou pour l'Unesco, certains diront qu'on aurait pu utiliser ces sommes afin de palier aux manquements avérés dans différents secteurs dans notre pays mais ...

 

En l'absence de politique de relance claire et définie des ces différents secteurs et un "nettoyage profond" afin d'éliminer la foultitude de parasites empêchant l'aboutissement de ses politiques; tout investissement se verra inutile car perdu d'avance dans la politique actuelle de Bricolage.

 

Au moins ces sommes seront sauvées et potentiellement à l'abris des convoitises.

 

Loukan yahdihoum rabbi, et qu'ils décident d'ouvrir chouia la porte à l'investissement étranger ainsi convertir ses sommes en projets utiles ça serait vraiment un grand pas pour nous.

 

Mais bon, le temps nous le dira.

Link to comment
Share on other sites

tout ce que je veux dire c'est qu'il y a beaucoup d'argent qui sortent des caisses de l'état et ils ne pensent même pas à rendre des comptes , après tout le citoyen a son mot à dire , on est toujours dans un pays démocratique non ??

 

regardez en france , si françois hollande sort 1 euro des caisses de l'état , vous le verrez faire un communiqué pour expliquer un tel choix , après tout c'est pas son argent.

Link to comment
Share on other sites

C'est normal qu'on prête de l'argent à ces genres d'institutions. Est ce qu'on a oublié qui est ce qui nous a prêté de l'argent au temps de chadli et qui est ce qui va nous prêter de l'argent si jamais l’Algérie sombrerait dans une crise économique (c'est des fonds crée dans ce sens), donc je trouve anormale que tout le monde dans la rue parle de ça comme si l’Algérie jetait de l'argent par les fenêtres. Un PRÊT reste un PRÊT avec les gains qui s'en suivent.

salam

ha bon,tu penses que ce genre de placement fait par un gouvernement illigitime va nous ramener un benefice a long terme ???? je ne suis pas expert,mais je pense que c'est juste un appat pour un retour d'ascenseur en cas de revolte populaire.....et secundo,ces placement,je mettrais mes mains sur le feu qu'ils nous rameneront aucun benefice concret,pire,ces sommes(5M) nous seront restitues en 1M ,a cause de tas de magouille de crise,de devaluation de monnaie...etc....on trouvera tjrs une astuce pour que les occidentaux prennent cet argent gratos,avec le deal de laisser tranquille ces messieurs preteurs d'argent du peuple....

Link to comment
Share on other sites

Prêt de 5 milliards au FMI : Djoudi explique la nouvelle stratégie de l’Algérie

 

Karim Djoudi a défendu, ce mercredi 17 octobre, la décision prise par l’Algérie de prêter 5 milliards de dollars au Fonds monétaire international (FMI). Dans une déclaration à la presse en marge des débats au Conseil de la Nation sur le plan d’action du gouvernement, le ministre des Finances a expliqué les motivations du gouvernement algérien et les objectifs espérés via cette décision.

Selon lui, ce placement apporte plusieurs choses à l’Algérie. D’abord, « nous allons forcément améliorer la gestion de nos réserves de changes par les conditions qui sont données à ce placement ». Deuxièmement, « l’Algérie, aujourd’hui, en dehors de sa quote‑part, est un pays créancier du Fonds monétaire international. Cela ouvre des perspectives dans l’avenir pour un début de relations institutionnelles solides entre le FMI et l’Algérie. »

 

L’Algérie va-t-elle négocier un siège au Conseil d’administration du FMI ? M. Djoudi n’écarte pas cette hypothèse. Mais « une place au Conseil d’administration n’est pas obligatoirement un objectif immédiat », a‑t‑il précisé. Selon lui, l’objectif « est de pouvoir occuper une place plus importante qui est celle qui est la nôtre aujourd’hui. L’idée, c’est que l’’Algérie, en tant que pays, soit confortée dans son rôle au niveau du FMI et soit plus écoutée de cette institution monétaire ».

 

« Il est important que l’Algérie ait aujourd’hui une position qui est conforme à son poids économique et à sa puissance financière », a‑t‑il ajouté. « Nous sommes aujourd’hui dans d’autres institutions. Nous occupons des places dominantes, par exemple à la Banque africaine, où nous sommes troisième souscripteur. Nous sommes un gros souscripteur à la Banque islamique et administrateur pour un groupe de pays avec un phénomène de rotation », a rappelé le ministre. « L’Algérie veut jouer un rôle de plus en plus important à la fois dans le soutien à notre économie mais aussi dans l’orientation d’un certain nombre de choix et de décisions financières de ces institutions », a‑t‑il dit.

 

source:

http://www.tsa-algerie.com/economie-et-business/pret-de-5-milliards-au-fmi-djoudi-explique-la-nouvelle-strategie-de-l-algerie_22496.html

Link to comment
Share on other sites

  • Moderators
Prêt de 5 milliards au FMI : Djoudi explique la nouvelle stratégie de l’Algérie

 

Karim Djoudi a défendu, ce mercredi 17 octobre, la décision prise par l’Algérie de prêter 5 milliards de dollars au Fonds monétaire international (FMI). Dans une déclaration à la presse en marge des débats au Conseil de la Nation sur le plan d’action du gouvernement, le ministre des Finances a expliqué les motivations du gouvernement algérien et les objectifs espérés via cette décision.

Selon lui, ce placement apporte plusieurs choses à l’Algérie. D’abord, « nous allons forcément améliorer la gestion de nos réserves de changes par les conditions qui sont données à ce placement ». Deuxièmement, « l’Algérie, aujourd’hui, en dehors de sa quote‑part, est un pays créancier du Fonds monétaire international. Cela ouvre des perspectives dans l’avenir pour un début de relations institutionnelles solides entre le FMI et l’Algérie. »

 

L’Algérie va-t-elle négocier un siège au Conseil d’administration du FMI ? M. Djoudi n’écarte pas cette hypothèse. Mais « une place au Conseil d’administration n’est pas obligatoirement un objectif immédiat », a‑t‑il précisé. Selon lui, l’objectif « est de pouvoir occuper une place plus importante qui est celle qui est la nôtre aujourd’hui. L’idée, c’est que l’’Algérie, en tant que pays, soit confortée dans son rôle au niveau du FMI et soit plus écoutée de cette institution monétaire ».

 

« Il est important que l’Algérie ait aujourd’hui une position qui est conforme à son poids économique et à sa puissance financière », a‑t‑il ajouté. « Nous sommes aujourd’hui dans d’autres institutions. Nous occupons des places dominantes, par exemple à la Banque africaine, où nous sommes troisième souscripteur. Nous sommes un gros souscripteur à la Banque islamique et administrateur pour un groupe de pays avec un phénomène de rotation », a rappelé le ministre. « L’Algérie veut jouer un rôle de plus en plus important à la fois dans le soutien à notre économie mais aussi dans l’orientation d’un certain nombre de choix et de décisions financières de ces institutions », a‑t‑il dit.

 

source:

http://www.tsa-algerie.com/economie-et-business/pret-de-5-milliards-au-fmi-djoudi-explique-la-nouvelle-strategie-de-l-algerie_22496.html

 

Ce Mr Djoudi parle pour ne rien dire "c'est ma conclusion" !

 

Sinon moi j'ai entendu dire que cet argent est converti en actions qui est sujette à augmentation ou bien baisse et justement y a plus de chance d'une baisse comme celle à l'origine de la dernière crise financière mondiale, souvenez vous les actions dans lesquels y'avait d'autres actions immobilière US qui ce sont effondrés subitement, et pooouuufff 5 Milliards transformer en pet de lapin (dans ce cas ça serait un investissement d'enfer, enfin pour les occidentaux biensûr ;) )

Edited by Jazz3210
Link to comment
Share on other sites

5 Milliards de dollars ça peut paraître peu d'argent , mais quand on les convertit en dinars ça représente tout de même 50.000 Milliards de centimes de dinars et là y a de quoi remplir un camion de billets :D et malgré que celà puisse être un prêt on peut pas se permettre une telle somme surtout que nos dirigeants disent tout le temps on a pas les fonds nécessaire batati batata ... etc imaginez tout ce qu'on peut faire avec cette argent.

Link to comment
Share on other sites

avec 5 milliards de dollars tu peux créer des usines , ou bien financer l 'agriculture , car a mon avis le nombre des sans emplois en Algérie est plus importants que les années précédentes.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share



  • Posts

    • si seulement ils utilisent le gel d'isolation après l'installation des câbles dans la boîte, je pense que ca résoudrait tous problème de dégradation de qualité et instabilité des lignes due au changement climatique.
    • Bonsoir, quand on sait que le pétrole est une roche sédimentaire, il n'y a pas mieux que Sonatrach en effet ou une autre entreprise pétrolière, et je te conseille d'écrire correctement le nom de l'entreprise lorsque tu leur enverras la lettre. Par ailleurs, à part les hydrocarbures, je ne vois pas où la sédimentologie peut intervenir économiquement. C'est plus une sciences d'études et de recherches. à mon avis. Les erreurs à éviter sont les suivantes: Ne pas plagier Ne pas refaire ce qui a été fait Ne pas prendre un sujet banal Ce qu'il faut faire: Innover, trouver de nouvelles façons d'arriver au résultat souhaité trouver un sujet intéressant, original Utiliser les nouvelles technologies (les SIG c'est dépassé, la télédétection est plus recherchée) Je vais corriger le dernier point, je ne le supprime pas mais je précise. Dans ton cas la télédétection est inutile, car t'auras besoin de ce qui se trouve au sous sol, je te dirais bien d'utiliser un gravimètre ou un résistivimètre mais tu devras changer de spécialité et passer à la Géophysique  
    • Je n'aime pas parler de risques  car les risques cela se gère à chaque risque correspondent des contremesures. Je préfère parler des implications. Il y a des implications de sécurité, d'intégrité des processus et des données, des implications techniques, des implications commerciales et financières qu'il faut prendre en compte. SIM= Subscriber Identification Module La SIM physique contient et encrypte des données permettant à un abonné d'accéder au réseau de l'opérateur. Si les clés qui permettent l'identification de l'abonné et son enregistrement au réseau sont sur un support physique séparé et fourni par l'opérateur dans le cadre des lois du pays c'est une chose. Ce qu'essaye de faire Apple et d'autres c'est de remplacer le support physique 'discret' par un support intégré au terminal dans lequel ces données ayant trait à l'abonné et à l'opérateur vont être stockées et traitées, en symbiose avec leur cloud. Le rôle des autorités est de s'assurer de l'intégrité du processus d'abord. Il faut pouvoir contraindre la société qui va traiter ces données de le faire conformément à la loi, tout en s'assurant que seuls les personnes identifiées puissent accéder au réseau de télécommunications. C'est le rôle de l'état. Ensuite la dématérialisation implique des prérequis logiciels et matériels côté opérateur, il y a donc necessité d'acheter, installer des outils de provisionning nécessaires et former les gens pour les utiliser.  Si Ooredoo se prépare plus vite que Mobilis c'est parceque ils répliquent en Algérie ce qui a été réalisé à Qatar ou ailleurs. De plus le cout par abonné pour eux sera inférieur car il est mutualisé sur plusieurs pays, alors que pour un opérateur national comme Mobilis, cela se traduira un peu plus dans ses marges par abonné. D'ailleurs les télécoms nationales américaines aussi ont trainé la patte longtemps aux USA avant d'adopter l'esim car cela a un coût, et les premieres à se lancer la bas étaient les telcos présentes dans plusieurs pays. Enfin il faut prendre en compte la motivation et les objectifs de cette fonctionalité eSim/iSim : en réalité ce que veut Apple (ou Samsung, etc) c'est prendre le contrôle de la relation avec le client et concentrer au maximum les DONNEES de l'utilisateur,  pour servir d'intermédiaire à terme, entre le client et les opérateurs, voire devenir un opérateur virtuel -MVNO- d'un nouveau type. Donc il existe des implications commerciales et financières qui sont loin d'être triviales. Dans les pays comme les USA, la dynamique entre les opérateurs et les fabricants comme Apple et Samsung est très différente de chez nous. Chez nous chacun achète son mobile, soit neuf en le payant au prix fort, soit d'occasion. La bas en gros la plupart des gens font une location de iPhone, etc, qu'ils payent à l'opérateur, qui reverse l'argent à Apple ou Samsung, et les gens renouvellent leur abonnement pour avoir un nouveau terminal à 1500 dollars qu'ils payent par mois. Les enjeux et les rapports de force ne sont pas les mêmes. Les fabricants de terminaux partagent leurs marges avec les opérateurs et réciproquement. Pas en Algérie, ni dans beaucoup d'autre pays. Personellement, je ne vois pas trop l'intérêt pour l'opérateur algérien ou autre de transférer totalement les données d'identification sur une eSim voire sur un SoC dont l'architecture est contrôlée par Cupertino (Apple) ou San Diego (Qualcomm/Samsung). Pour les fabricants et les états dans lesquels ils opèrent c'est autre chose ils ont un intérêt à le faire, qui ne coincide pas nécéssairement avec celui des opérateurs ou de pays tiers qui doivent protéger les données de leurs citoyens. Quant au citoyen/consommateur lambda il peut avoir un intérêt à avoir une montre connectée en 5G, ou autre, sans pour autant que ses données d'identification et celles de son opérateur soit confiées à des entreprises étrangères qui n'ont aucune existence légale chez lui. En revanche un terminal mobile équipé d'un SoC qui dématérialise la sim, cela présente quelle utilité pour l'utilisateur par rapport à une sim classique? Apple ou Samsung parlent de miniaturisation mais bon, une nano sim, cela change pas grand chose à la taille d'un téléphone, donc c'est un peu léger, ils veulent surtout contrôler les données et la relation avec le client, c'est de bonne guerre... Peut être que quelqu'un sur le forum peut nous expliquer les avantages fonctionnels pour l'utlisateur, pour ce qui me concerne, je ne les connais pas. Ce qui ne veut pas dire que cela ne se fera pas, à terme, les opérateurs seront peut être contraint de le faire, par souci de compatibilité avec les terminaux qui existent sur le marché. Mais pas nécessairement parceque c'est leur intérêt ou celui du citoyen/client/consommateur.
    • Non ça c'est pas du SPAM ça s'appelle de la "Smata"
×
×
  • Create New...