Jump to content
Hicham

Boissons alcoolisées en Algérie : entre tabou et hypocrisie

Recommended Posts

 

 

« Que sert d’interdire ce qu’on ne peut pas empêcher ? » (André Gide)

Aucune loi n’interdit de boire d’alcool en Algérie, ni de le commercialiser, ni de le produire ! Mais qu’en est-il sur le terrain ? « Plus aucun bar n’existe à Constantine. Ni à Chlef, Tlemcen, Batna ou Boumerdès. À Sétif, il n’en reste plus que deux. À Alger, autrefois réputée pour ses nombreux bistrots, une quinzaine seulement subsistent. Le 23 janvier, deux des plus vieux estaminets bien connus dans la capitale algérienne, la Butte et la Toison d’or, ont baissé leur rideau »1. Les uns après les autres, les bars ferment en cédant la place aux débits de boissons informels qui commercialisent leur marchandise sans aucun respect pour les passants, ni pour la nature, en jetant les cannettes et bouteilles de verre dans les espaces publics.

 

Cette situation contredit la volonté du ministère du Commerce (2006), qui a émis une « note » pour imposer aux débits de boissons de se mettre en conformité avec les règles de sécurité et de renouveler chaque année leur inscription sur le registre de commerce. Six ans après, que se passe‑t‑il ? Nombreux sont les propriétaires de bars qui ont perdu leur agrément, sans espoir de le récupérer. Beaucoup, parmi eux, ont préféré se convertir dans le fast‑food. De plus, des pétitions populaires de résidents protestant contre les nuisances que généreraient les bars ont été lancées, appuyées par la médiatisation de certains titres de presses connus par leur ligne éditoriale. Cependant, la violence et l’insécurité s’est multipliée et elle s’est étendue à d’autres espaces, jusque‑là épargnés.

 

L’Algérie glisse-elle vers la prohibition ?

 

En moyenne, selon l’Association des producteurs algériens de boissons (Apab), les Algériens consomment 1,1 million d’hectolitres de bière par an, 500  000  hectolitres de vin, et 80  000 à 100  000 hectolitres de spiritueux. Ils ont produit 400 000 hectolitres de vin en 2007, et en 2012, selon Euromonitor International2, La production de vin en Algérie a connu une augmentation de l’ordre de 3 % en 2011.L'Algérie était le premier exportateur au monde et le quatrième plus gros producteur de vin il y a 50 ans, avec un volume de 18 millions d'hectolitres3. Cette production apportait, et apporte encore, des sommes considérables en devises versées dans les caisses de l’État, après l’or noir. Malgré la fermeture des bars, la production de vin n’a pas été affectée; au contraire : selon le leader mondial dans la recherche stratégie pour les marchés de consommation, celle‑ci a même progressé.

 

Comment expliquer cette antinomie ? Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce phénomène : d’une part, le problème est idéologique au niveau individuel (la morale religieuse) et d’autre part le changement générationnel, qui est en forte corrélation avec le premier facteur, mais également en lien avec le savoir‑faire dans le domaine. Cependant, l’idée répandue dans notre société est que boire de l’alcool sert à oublier quelques instants ses problèmes et que ce n’est pas une question gastronomique. Ainsi, l’augmentation de la consommation est plus liée aux évolutions et aux malaises multidimensionnels (culturel, social, économique, etc.) qui secouent la société algérienne. Autrement dit, l’alcool est devenu une issue pour alléger les souffrances et les frustrations quotidiennes. L’alcool et le cannabis sont devenus des consommations qui traduisent le mal‑être de l’Algérien. Des études sociologiques pourraient nous éclairer sur ce phénomène.

 

Pour répondre à la question de savoir si l’Algérie glisse vers la prohibition, la réponse est oui et non. Car sur le plan législatif, rien ne l’interdit, mais sur le plan social, sociétal, effectivement, avec l’arrivée d’une nouvelle génération qui n’a vécu la différence ni dans l’espace privé, ni dans l’espace public, s’amorcent des comportements hypocrites, c’est‑à‑dire, d’un côté une consommation d’alcool clandestine, – comme la question de la prostitution – et la consommation du cannabis !, pour alléger le mal‑être ,et de l’autre côté, une moralisation religieuse pour satisfaire sa culpabilité de « pécheur ».

 

Morale religieuse et valeurs républicaines.

 

Effectivement, quand on écoute le wali d’Alger, lors d’une conférence en octobre dernier au cours de laquelle il expliquait qu’il n’existe aucune politique du gouvernement ni des autorités locales visant à éradiquer le commerce des boissons alcoolisées et des spiritueux, on ne relève rien de bien extraordinaire. Jusqu’à ce qu’il ajoute : « Seul Dieu, qu’il me pardonne d’ailleurs, sait le nombre de licences que j’ai délivrées personnellement pour l’ouverture de nouveaux restaurants commercialisant des boissons alcoolisées ». 4

 

Un autre exemple, rapporté par un chroniqueur judiciaire5, concerne une juge algéroise qui, s’adressant à deux jeunes surpris en état d’ébriété la veille de l'Aïd El Kebir à El Biar, a tenu ces propos : « Écoutez, en qualité de juge chargée d'appliquer la loi, je peux passer à la répression et vous infliger une lourde peine d'emprisonnement ferme qui s'achèvera bien un jour. Par contre, ce qui vous attend, c'est la punition qu'Allah vous réserve. D'ailleurs Il n'a pas attendu: vous étiez ivres le jour d'Arafat, soit la veille du 10 Dou El Hidja, les dix jours sacrés où l'interdit et le péché ne doivent pas avoir de place. Vous avez manqué la prière de l'Aïd, la cérémonie du sacrifice des moutons que vous gardiez quelques heures auparavant et vous n'avez reçu aucun vœu de vos parents ni présenté les vôtres à vos proches, sans compter que vous avez passé la fête aux "Quatre Ha" d'El Harrach ».

 

Ces deux exemples montrent l’évolution de la moralisation religieuse dans notre société. La morale religieuse n’est plus astreinte au niveau individuel et cultuel dans la société algérienne, elle est devenue l’essence de la gestion de la cité et des rapports sociaux, cela explique le recul des partis politiques de tendance religieuse dans les deux dernières élections. Car leur projet de société n’est plus exclusivement à eux, il s’est désormais popularisé. Autrement dit, le projet d’une société religieuse s’est étendu aux partis populaires et nationalistes. La religion s’est politisée, ainsi, elle est omniprésente dans l’espace politique. La sécularisation des institutions de la République reste lettre morte.

 

L’Alcool et la violence

 

« Le nombre de crimes ne cesse d’augmenter, les bagarres sont de plus en plus nombreuses entre consommateurs d’alcool et habitants honnêtes des quartiers […] En hausse, le nombre des personnes atteintes de diabète trouve son origine dans la prolifération des magasins de vente de vins et liqueurs », écrivent Abdelfatah Zeraoui Hamadache et El Hachemi Sahnouni, dans un communiqué commun rendu public mardi 4 octobre 20116. Réduire le phénomène de la violence en Algérie à la consommation d’alcool me semble être une réflexion simplifiée et simpliste, elle ne prend guère en compte l’ensemble des facteurs qui engendrent la violence, dont la décennie noire !

 

Ainsi, les causes de la violence en Algérie sont multiples du politique à l’historique, en passant par le dogmatique et l’évolution sociale ! La violence n’est pas une malédiction divine, elle est le produit de l’homme ! Un petit rappel historique s’impose, dans des années soixante jusqu’aux années quatre‑vingt‑dix, les boissons alcoolisées se vendaient dans les "souks el fellah" sans poser aucun problème aux Algériens. Les bars et leurs terrasses étaient ouvertement fréquentés, sans aucun débordement. Comment explique‑t‑on la baisse du crime et de la violence à cette époque ? Y a‑t‑il quelque chose qui a changé ? Oui le nombre de bars s’est réduit et les espaces de vente se sont centralisés dans certaines villes uniquement. Cependant, contrairement à ce que les autorités prétendent, la violence a augmenté.

 

La solution ne se trouve pas dans l’interdiction, ni dans la fermeture des bars, mais au contraire, à mon avis, dans la multiplication des points de vente pour mieux les maîtriser, sur tous les plans : écologique, sécuritaire, sanitaire et enfin, au niveau fiscal. C’est bien d’être idéaliste, de penser que la politique répressive pourrait donner des résultats. Or, la répression peut augmenter la consommation, l’interdiction augmenter la clandestinité et redoubler le désir, comme dit G. Bataille. La voie répressive suivie jusqu’à maintenant dans plusieurs domaines (lois sur les harragas, sur les conversions, sur la consommation d’alcool, sur la sécurité routière, etc.) n’ont pas réussi à faire baisser les phénomènes interdits, au contraire, ils les ont aggravés, comme un sentiment d’injustice s’amplifie. Réfléchir à associer l’université par des études sociologiques avant d’entamer un projet de loi, un décret ou une note, quand il s’agit d’un phénomène social me semble plus judicieux et plus porteur à long terme, car avancer d’un seul point de vu mène souvent à l’échec !


Source

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'espere et je souhaite que l'auteur de cet article se fasse un jour ecraser par un alcoolique au volant, le rendant par la meme occasion paraplégique

Share this post


Link to post
Share on other sites
j'espere et je souhaite que l'auteur de cet article se fasse un jour ecraser par un alcoolique au volant, le rendant par la meme occasion paraplégique

 

faut pas souhaiter du mal aux gens, n'oublie pas que les journalistes n'écrivent pas tout ce qui veulent et tout ce qui pensent, ils écrivent ce que les gens veulent entendre et surtout ils décrivent la réalité. ne voyez pas un Article comme un bien personnel écrit par une personne mais ça va bien au delà.

 

en parlant des Bars , à Tizi-Ouzou je n'ai vu aucun Bar fermé moi, au contraire y en a beaucoup apparemment y a pas qu'internet qu'on capte mal à Tizi-Ouzou , y a aussi les lois qu'on reçoit mal :p

Share this post


Link to post
Share on other sites
j'espere et je souhaite que l'auteur de cet article se fasse un jour ecraser par un alcoolique au volant, le rendant par la meme occasion paraplégique

 

La n'est pas probleme, il y a plus de cons que d'alcoolos qui tuent sur nos routes.

 

faut pas souhaiter du mal aux gens, n'oublie pas que les journalistes n'écrivent pas tout ce qui veulent et tout ce qui pensent, ils écrivent ce que les gens veulent entendre et surtout ils décrivent la réalité. ne voyez pas un Article comme un bien personnel écrit par une personne mais ça va bien au delà.

 

en parlant des Bars , à Tizi-Ouzou je n'ai vu aucun Bar fermé moi, au contraire y en a beaucoup apparemment y a pas qu'internet qu'on capte mal à Tizi-Ouzou , y a aussi les lois qu'on reçoit mal :p

 

Y'en a assez a Tizi, y'en a même eu nouveau dans la Grande rue récemment :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.



  • Posts

    • Je n'avais aucune idée de cette information.
    • merci les amis, la marque dlink est décidément à fuir...
    • . Mohamed, Muhammad ou Mohammed est le dernier des prophètes et le messager de Dieu à l'humanité avec la dernière des religions monothéistes, l'Islam. Son plus grand miracle est le Coran, le livre saint de la religion musulmane. Et c'est d'après les actes et paroles du prophète (SWS) que les musulmans tiennent la Sunna Nabawiya.   Naissance et enfance   Mohamed naquit le 12 Rabi' al-awwal de l'an dit de l'éléphant ('Am Al Fil), qui correspond à l'an 571 à peu près du calendrier grégorien, à la Mecque. (C'est cette date qui est commémorée pendant le Mawlid Annabaoui).   Son père Abdullah Bnou 'Abd al-Muttalib faisait partie de Banou Hachim l'une des tribus de Quraych, il épousa Amina Bint Wahab et mourut jeune avant même qu'elle ne donne naissance au prophète. A sa naissance, Mohammed fut confié à Halima Saadia qui lui servit de nourrice comme l'était la coutume en Arabie de confier les nouveaux nés aux nourrices des villages avoisinants. Sa mère mourut alors qu'il avait à peine 6 ans, il fut alors confié à son grand père 'Abd al-Muttalib et à la mort de ce dernier à son oncle Abou Talib. Jeunesse   L'oncle de Mohamed (SWS) était pauvre, il dut alors travailler dès sa jeunesse pour l'aider à subvenir aux besoins de la famille, il fut d'abord berger avant de travailler dans le commerce. Dès sa jeunesse, Mohamed (SWS) fut connu auprès de la tribu de Quraych par sa grande sincérité, ils le surnommaient "Al Amine" (celui à qui l'on peut faire confiance).   Khadija, une riche dame de Quraych, lui confia ses caravanes de commerce pour qu'il lui gère ses affaires, elle fut impressionnée par son honnêteté et son intégrité, et ce fut elle qui lui proposa de l'épouser. Mohammed avait alors 25 ans, alors qu'elle en avait 40. Leur mariage dura 25 ans jusqu'à la mort de Khadija, le prophète n'épousa guère d'autre femme jusqu'à la mort de cette dernière. Khadija fut non seulement la première femme mais aussi la première personne à se convertir à l'Islam. Période de la da'wa   Le prophète Mohamed avait pour habitude d'aller se recueillir dans une grotte appelée Ghar Hiraa non loin de la Mecque. C'est là qu'un jour qu'il avait 40 ans, l'ange Jibril (Gabriel) lui rendit visite avec le message de Dieu. Les premiers versets du Coran qui furent dévoilés au prophète furent ceux de Sourate Al-Alaq: "Lis au nom de ton Seigneur qui a tout créé, qui a créé l’homme d’une adhérence ! Lis, car la bonté de ton Seigneur est infinie ! C’est Lui qui a fait de la plume un moyen du savoir et qui a enseigné à l’homme ce qu’il ignorait."   La révélation du Coran (parole d’Allah) au prophète par l'intermédiaire de Jibril dura 23 ans.           Mohammed était très religieux et pendant longtemps, il détesta la décadence et l'idolâtrie de la société dans laquelle il vivait.         À l'âge de quarante ans, Mohammed reçut sa première révélation de Dieu par l'intermédiaire de l'ange Gabriel.  Les révélations se poursuivirent pendant vingt-trois ans, et ensemble elles formèrent ce que nous connaissons comme le Coran.   Dès qu'il commença à réciter le Coran et à prêcher la vérité que Dieu lui avait révélée, il souffrit, avec son petit groupe de disciples, de persécutions de la part des mécréants.  Les persécutions devinrent si acharnées qu'en l'an 622, Dieu leur ordonna d'émigrer.  Cette émigration de la Mecque à la ville de Médine, située à environ 260 milles (418 km) au nord, marque le début du calendrier musulman.   Après plusieurs années, Mohammed et ses disciples purent enfin retourner à la Mecque, où ils pardonnèrent à leurs ennemis.  Avant que Mohammed ne meure, à l'âge de soixante-trois ans, la majeure partie de la Péninsule Arabe était devenue musulmane, et moins d'un siècle après sa mort, l'islam s'était propagé jusqu'en Espagne à l'ouest, et aussi loin qu'en Chine à l'est.  Parmi les raisons qui expliquent la propagation rapide et pacifique de l'islam, il y a la vérité et la clarté de sa doctrine.  L'islam appelle les gens à ne croire qu'en un seul Dieu, qui est le Seul qui mérite d'être adoré.   Le prophète Mohammed était un parfait exemple d'un homme honnête, juste, clément, compatissant, véridique et brave.  Bien qu'il fût un homme, il était très loin d'en avoir les mauvaises caractéristiques, et il luttait et faisait tous ses efforts par amour pour Dieu et pour Sa récompense dans l'au-delà.  De plus, dans toutes ses actions et ses relations avec les gens, il avait toujours la crainte de Dieu et le souci de Lui plaire   Rachid Eljay : Fêter la Naissance du Prophète, Paix et Bénédictions sur lui (Mawlid) https://www.youtube.com/watch?v=gTgjvQEjry0&feature=emb_title     L'Eglise vous cache que le Prophète Mohamed est cité dans la Bible ! prophet Mohamed in Bible.flv   https://www.youtube.com/watch?v=ZyQtra3WzIU
    • non, il faut un routeur tout court et encore certains modeles precis uniquement
×
×
  • Create New...