Jump to content
Hicham

[Test] NVIDIA GeForce GTX 650 Ti Boost

Recommended Posts

NVIDIA GeForce GTX 650 Ti : cette fois en version BOOST

 

01933580-photo-nvidia-logo.jpg

 

Alors que NVIDIA lançait tout récemment sa carte graphique la plus puissante, la GeForce GTX Titan, la firme revient sur le devant de la scène avec la GeForce GTX 650 Ti… BOOST ! Une nouvelle variante de sa GeForce GTX 650 Ti qui voit le jour dans la foulée de l'annonce par AMD de sa Radeon HD 7790.

 

Mais alors que la Radeon HD 7790 se justifiait, car elle permettait à AMD de combler un trou dans sa gamme tarifaire, quel est donc l'intérêt de cette GeForce GTX 650 Ti Boost ? Sur le papier, la nouvelle venue se situe logiquement entre la GeForce GTX 650 Ti et la GeForce GTX 660 alors que sa dénomination « BOOST » s'explique par la prise en charge de GPU Boost, la technologie d'overclocking dynamique de NVIDIA absente de la GeForce GTX 650 Ti notamment.

 

Cela sera-t-il suffisant pour creuser l'écart face à la GeForce GTX 650 Ti et la Radeon HD 7850 2 Go ? La réponse dans notre test !

 

0212000005860502-photo-carte-graphique-nvidia-gtx-650-ti-boost-1.jpg

 

 

GeForce GTX 650 Ti BOOST : les caractéristiques

 

Au cœur de cette nouvelle GeForce nous retrouvons la puce GK106 avec son architecture Kepler déjà à l'œuvre dans les GeForce GTX 650 Ti et GeForce GTX 660 notamment. Elle reste gravée en 28 nm par TSMC. Si la puce est la même, sa configuration change bien logiquement, mais pas nécessairement comme on pouvait l'imaginer. Ainsi, le nombre d'unités de calcul demeure constant face au GeForce GTX 650 Ti avec 768 processeurs de flux et 64 unités de texture. La nouveauté de taille concerne l'interface mémoire qui est ici câblée sur 192 bits contre 128 bits pour la GeForce GTX 650 Ti. Concrètement nous avons donc à faire à une puce GK106 avec 4 des 5 blocs SMX actifs et trois contrôleurs mémoire 64 bits opérationnels.

 

01E5000005393437-photo-diagramme-gk106.jpg

 

Diagramme de la puce GK106

 

 

La GeForce GTX 650 Ti Boost se rapproche donc de la GeForce GTX 660 par son interface mémoire alors que, conséquence logique, le nombre d'unités ROP est plus élevé que sur la GeForce GTX 650 Ti. On passe de 16 unités ROP à 24.

 

01E0000005863984-photo-carte-gtx-650-ti-boost-chipset.jpg

 

 

Côté fréquences de fonctionnement, la GeForce GTX 650 Ti Boost doit son appellation Boost à la présence de la technologie GPU Boost jusqu'alors désactivée sur les GeForce GTX 650. De base, NVIDIA cadence la GeForce GTX 650 Ti Boost aux mêmes fréquences que la GeForce GTX 660 avec 980 MHz pour le processeur graphique et une fréquence boost visée de 1033 MHz. Rappelons qu'avec GPU Boost, NVIDIA vise à optimiser les performances de ses puces graphiques en les sur-cadençant dynamiquement en fonction des conditions de travail (charge graphique, consommation électrique, etc). Sur notre échantillon de test, nous avons pu observer des pointes à 1071 MHz avec une stabilisation au bout de quelques minutes de charge à 1058 MHz. A noter que si NVIDIA vantait les mérites de GPU Boost 2.0 avec son récent GeForce GTX Titan, il n'est pas question de GPU Boost en version 2.0 ici.

 

017C000005864462-photo-nvidia-geforce-gtx-650-ti-boost-precisionx.jpg

 

La fréquence BOOST observée avec PrecisionX

 

 

Enfin, NVIDIA prévoit de décliner sa GeForce GTX 650 Ti BOOST en deux configurations mémoire : 1 Go et 2 Go. Naturellement il s'agira dans les deux cas de GDDR5 cadencée à 1502 MHz.

GeForce GTX 650 Ti BOOST : la carte

 

Alors qu'AMD nous faisait parvenir pour le test de son tout récent Radeon HD 7790 une carte de partenaire, en l'occurrence un modèle Sapphire, NVIDIA nous adresse un modèle de référence. Disons-le tout de go, il n'y a pas de quoi être emballé par cette carte à la finition franchement moyenne. On retrouve un PCB court rallongé de manière factice par le carénage du système de ventilation qui porte de 17,2 cm à 24 cm la dimension de la carte. Double-slot, cette GeForce GTX 650 Ti Boost dispose d'un connecteur PCI-Express 16x et d'un connecteur d'alimentation six broche en plus du traditionnel connecteur SLI.

 

Le système de refroidissement est basique : un radiateur avec cœur cuivre fixé sur la puce graphique le tout enchâssé dans une coque de plastique avec un ventilateur de type cage d'écureuil à son extrémité. L'ensemble est relativement discret en fonctionnement, mais le plastique employé donne tout de même un sentiment de moindre qualité.


Source

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.




  • Posts

    • les dalle ips ne seront jamais a la hauteur pour le noir...mais en algerie tu n'as pas le choix ! sois tu achetes un truc pourri...sois tu un truc HYPER cher !
    • Je viens de voir une vidéo comparative de la nano 86 et la q60r de samsung qui donne pas envie d'acheter la nano 86  
    • Je suis dans la même situation j'ai une samsung led 32 " de 2012 et j'ai besoin d'une nouvelle télé. C'est aussi la longévité et le burn in qui me font hésiter. Mais de ce que j'ai vu en terme de qualité d'image la nano86 c'est pas terrible pour le cinéma. Surtout pour la couleur noir. Les autres marques en milieu de gamme ne sont pas une option non plus. Parce que j'ai un critère d'achat auquel j'accorde beaucoup d'importance, c'est que j'aime pas me faire plumer et j'aime en avoir pour mon argent. Donc j'accorde beaucoup d'importance au rapport qualité prix. La LG cx est une télé haut de gamme qui coûte 27 millions ici et en France elle coûte 1700 Euros (donc c'est le même prix qu'en France au taux officiel et beaucoup moins cher au taux parallèle).  Si tu achètes une télé milieu de gamme en Algérie qui ne vient pas de lg comme la sony xf9005 ou la samsung q60r, elles coûtent 26 ou 27 millions ici (comme la cx) alors qu'en Europe ce genre de télé est vendu à moins de 1000 Euros.  
    • Après, à débit égal, on peut voir des différences de vitesse "à l'oeil nu". C'est dû à quoi ? Ca se passe au niveau du PC ? Pas du débit ? Par exemple, je veux dire qu'à débit égal, le même site peut un jour aller vite et le lendemain ramer. Ca m'a toujours intrigué.
    • Bonjour, j ai une télé ENIE LED elle fonctionnais bien depuis 2015, aujourd'hui j ai eu un problème c est que son image je la voie en double , pourriez vous me conseiller a faire quoi?merci par avance de votre réponse. Cordialement.
×
×
  • Create New...