Jump to content

Changements au centre de thalassothérapie de Sidi-Fredj


Guest salimdz
 Share

Recommended Posts

Changements au centre de thalassothérapie de Sidi-Fredj

Entre la cure médicalisée et la détente

 

11828.jpg

Le volet qualité des prestations et l’acquisition de la certification ISO font désormais partie des projets du centre de thalassothérapie de Sidi-Fredj. L’annonce a été faite, vendredi dernier, au cours d’une conférence de presse animée par M. Moussaoui, le directeur général du centre, et certains de ses plus proches collaborateurs.

 

Dans son exposé relatif à la mise en place de la démarche qualité, le Dr Baroudi El-Fahchouche, responsable du “programme remise en forme”, a révélé que cette démarche est destinée à “améliorer de façon continue” la qualité des prestations fournies par le centre de thalassothérapie. Selon lui, la réussite du volet qualité “permettra, à terme, d’obtenir la certification par le label qualicert”. L’adaptation aux normes internationales devrait également engendrer des retombées sur “le plan humain, stratégique et économique”. Seulement, l’acquisition de la certification doit satisfaire préalablement “dix principales exigences”, dont la qualité de l’accueil, la préservation de la satisfaction permanente du curiste et une utilisation des produits naturels extraits de la mer.

 

Les gestionnaires du centre de Sidi-Fredj ont admis que ces conditions, internes et externes, ne sont pas actuellement toutes réunies. “Le centre ne lésine pas sur la formation du personnel, du médecin à l’agent de sécurité. Mais, il n’existe nulle part la formation des hydrothérapeutes”, a déclaré M. Moussaoui, non sans insister sur l’importance de cette catégorie de travailleurs dans le processus de prise en charge des curistes. Le directeur général a en outre soulevé un problème bien connu des Algériens, celui du “comportement”, voire de “l’éducation” de certains salariés et clients du centre. Un problème qui semble être pris en main sérieusement par l’équipe dirigeante, soucieuse de “l’image” du centre et décidée à poursuivre l’œuvre de modernisation et d’adéquation de l’entreprise économique publique (EPE) “aux normes de santé, aux normes de tourisme et aux normes d’environnement”.

Nouveaux produits, nouvelles formules

Le premier et unique centre de thalassothérapie a été créé en 1982, à Sidi-Fredj, à 25 km à l’ouest de la capitale. Conçu et réalisé par le secteur en charge du tourisme, l’établissement a été placé sous tutelle du ministère de la Santé, de 1984 à 1988, avant de revenir à son secteur d’origine, c’est-à-dire celui du tourisme.

 

Depuis son ouverture, le centre a privilégié l’aspect curatif et médical, et fonctionnait cinq jours par semaine. Son plateau technique, composé d’installations de balnéothérapie (piscines de rééducation, de marche et de natation, baignoires, manu pédiluves, douches), de mécanothérapie, d’électrothérapie et d’ultrasons, de thermothérapie (infrarouges, paraffine), de presso thérapie pneumatique, de saunas, de bains vapeur et de postes d’héliothérapie, est adapté à un flux annuel de 4 000 curistes et à une capacité de 1 200 à 1 400 soins par jour.

 

Le centre prend en charge plusieurs pathologies, dont les affections rhumatismales, neurologiques et neurochirurgicales, les affections traumato-orthopédiques, les problèmes de circulation et de respiration. À titre interne ou externe.

 

Depuis l’année 2000, un programme de remise en forme a été mis en place, en complément à la cure médicalisée, sous l’argument de “répondre aux attentes de personnes qui n’ont pas le temps de s’occuper d’elles-mêmes”. Ce programme est inscrit au chapitre de “la prévention”, au même titre que d’autres prestations, à l’exemple du repos, de la surcharge pondérale et de la récupération chez les sportifs.

 

Lors de la rencontre, le premier responsable du centre a informé que depuis huit ans, l’établissement fonctionne sept jours sur sept, en rappelant que de nouveaux produits ainsi que de nouvelles formules sont proposés à la clientèle, tels que l’esthétique, le hammam, le programme estival, des séjours de détente, des séjours familiaux, les abonnements au “club belles criques” et ceux au “solarium”. Sans oublier l’accès payant de la population à la plage, de même que “la branche spécialisée” dans l’organisation de séminaires, congrès, colloques et journées d’étude. “De par sa conception, le centre a été conçu très médicalisé. Nous ne pouvons pas changer du jour au lendemain, pour faire seulement de la thalasso”, a indiqué M. Moussaoui, en distinguant la thalassothérapie destinée aux malades de la thalasso, qui comprend l’aspect à la fois “préventif” et “endique”, de même que “la détente”.

 

Aujourd’hui, le directeur général et son staff estiment que les cures de thalassothérapie doivent déboucher sur “la thalasso réadaptation”, un concept combinant à la fois la kiné balnéothérapie et la réadaptation, toutes deux basées essentiellement sur “l’hygiène de vie, l’éducation sanitaire et la diététique”. C’est une manière de coller à l’air du temps et de rentabiliser, dans le même temps, l’établissement de Sidi-Fredj qui, jusqu’à preuve du contraire, fait toujours partie du programme de privatisation.

 

Aperçu à travers quelques chiffres

Pendant l’année 2007, le centre de thalassothérapie a enregistré, au titre de l’internat, 82 000 nuitées, ce qui correspond au nombre de personnes ayant séjourné dans l’établissement, parmi les curistes, les assurés sociaux, les clients conventionnés et ceux venus dans le cadre du regroupement (séjours familiaux et de détente). Ces informations nous ont été livrées par Méziane Tani, l’assistant principal du directeur général. Ce dernier a en outre précisé que sur les 82 000 personnes, “40% sont des assurés Cnas, 40 à 45% des clients conventionnés et entre 15 et 20% des curistes libres”. Selon notre interlocuteur, la même année a enregistré, au titre de l’externat, “entre 800 et 1 000 journées de soins par mois, soit environ 9 000 à 12 000 journées de soins par an. Ces chiffres montrent que c’est relativement stable en internat et en externat.” Quant à l’année 2008, il a relevé “une légère amélioration” au premier semestre, en comparaison de la même période de l’année 2007, mais sans donner d’autres détails chiffrés. Sinon d’affirmer que cette amélioration est provisoire tant que “l’année 2008 n’est pas encore terminée”.

source : http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=97665

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share



  • Posts

    • xD on se calme un peu, pas la peine de rjaouter des commentaires genre "c'est du délire!!!" j'ai dis que je ne comprenais même pas ce que ces stats représentaient, c'est pas comme si j'avais tué quelqu'un, et puis ma 2eme ligne support 20 mega sans aucun probleme    Non à vol d'oiseau elle est à peu prés a 400 metres, c'est quasiement une ligne droite avec un seul tournant, c'est peut-être la ligne qui n'est pas bonne   J'ai refait les cables rj11 il y a 3 semaines à peu près, ceux si sont neufs normalement (par contre je n'ai pas eu de mauvaise experience avec ma ligne, 0 déconnexion depuis plusieurs mois) 
    • @Bakuu je te répète exactement se que a dis @genio et Hicham Ta ligne n'est pas vraiment belle et si on suit les statuts de ta ligne tu est a plus de 1km de distance entre le armoire et toi Vérifie tes câble change le cable rj11 Fais un branchement direct et on verra bien a quelle distance tu est vraiment ces pas 15m ni 500metre 2-pour la vdsl si elle date de 2014 ya 1% de chance que elle soit vdsl surtout si ces pas nokia et depuis 2014 on t'a changer le num et plus rien après Le commercial te vendra sans se poser de question tes 50m et après que ta pas de vdsl tu va faire quoi ?? 1ans a payer alors que même 15 pour l'instant elle arrivera a 13 mega max  Résumé vérifie tes cable et fais un branchement direct / trouve un modem Vdsl (n'achète pas trouve seulement qui te le passera bien ) SI. Non va au centre technique et no le commercial si tu va au commercial demande direct le directeur 
    • C'est pas tous leurs activités qui sont gratos. Ils font ça pour être leader de la banque à distance.
    • Les gars vous vous éloignez du sujet là ... on reste sur l'Algérie si vous voulez bien ! On peut pas comparer la france à l'Algérie voyons ........ on vient juste de découvrir plus de 20 Mbit/s avec le cuivre alors qu'en Europe ça fait 15 ans qu'ils offrent plus de 20 Mbit/s en xDSL. Les offres 2 Gbit/s commencent à se démocratiser en Asie, Europe et Amérique ...... on est très très loin !!!
    • euhh c'est pas la boîte qui est importante mais l'Armoire ..... qui n'est pas du tout à 15 mètres d'après la valeur de l'atténuation de ta ligne qui est liée directement à la distance. tu dis que ton actel est à 500 mètres, à vol d'oiseau je suppose ? ... Ta ligne supporte 20 Mbit/s max donc je dirais que tu dépasses largement les 500 mètres ou bien que ta ligne n'est pas très bonne. y a que les techniciens d'AT qui connaissent cette info et c'est pas comme si c'est marqué sur les armoires.  ton MSAN qu'il date de 2014 ou 2020 ça change pas grand chose ce qui compte c'est de savoir si AT compte upgradé les MSAN de ta région ou pas. Si y a un projet FTTH de prévu alors tu peux pas avoir le VDSL car ils peuvent pas faire les deux en plus perte d'argent. Bon courage !
×
×
  • Create New...