Jump to content
Guest salimdz

La hausse des impôts à poussé quelque 10.000 commerçants à rejoindre le secteur

Recommended Posts

Guest salimdz

La hausse des impôts à poussé quelque 10.000 commerçants à rejoindre le secteur 'informel'

 

13.09.2008

 

thumbnail.php?file=ramadhan_992823530_1__550300913.jpg&size=article_medium

Dans le quartier El-Hamiz, un des fiefs du marché informel près de la capitale algérienne, tout se passe à l'amiable et se paie bien sûr en liquide.

 

La radio-cassette avec lecteur CD et DVD est vendue 3.200 dinars (32 euros)...

 

Le commerce dit "informel" ou "trabendo", qui s'est accru dans les années 90 avec la montée de l'islamisme, semble avoir encore de beaux jours devant lui en Algérie où l'Etat peine à trouver une parade alors que les professionnels du secteur réclament une baisse d'impôts et de la TVA pour contrecarrer cette concurrence déloyale.

 

L'Union générale des commerçants et artisans algériens a récemment affirmé, sans citer ses sources, que le "marché parallèle représente actuellement 60% de l'économie nationale", une activité favorisée selon elle par la hausse des impôts qui entraîne à son tour un recul de l'investissement.

 

"Cette hausse crée des obstacles pour les investisseurs qu'ils soient nationaux ou étrangers. Ces impôts font perdre plus de 50% (des recettes fiscales) au Trésor (public), et encouragent le marché informel et la fraude fiscale", a déclaré le porte-parole de l'union Hadj Boulanouar.

 

Pourtant, le nombre d'infractions à la réglementation enregistrées est passé de plus de 115.000 pour l'année 2007 à près de 100.000 pour le seul premier semestre de l'année 2008, selon un rapport officiel.

 

"C'est l'anarchie totale. Les autorités ne réussiront jamais à éradiquer le commerce informel car il y a trop d'intérêts en jeu", affirme Toufik, la quarantaine, gérant d'un magasin du Hamiz qui déborde d'appareils électroménagers, à une vingtaine de kilomètres à l'Est d'Alger.

 

Le commerce parallèle concerne tous les secteurs, du frigo aux moteurs divers en passant par les seaux de peinture, les jouets ou les meubles.

 

Selon Toufik, la majorité des commerçants de ce marché, où se brassent des quantités considérables de marchandises et des sommes colossales, ne payent pas ou peu d'impôts et le phénomène touche aussi la petite industrie.

 

Ces commerçants "achètent sans facturation et sont obligés de vendre également sans facturation. Tout le monde est complice dans ce milieu.

 

Il y a même d'importantes sociétés publiques qui procèdent de la même manière", affirme-t-il ironiquement.

 

Pour Boualem, autre vendeur d'articles électroménagers en tous genres et toutes marques, "le mieux est de vendre sans facture, comme ça l'argent ne va pas au Trésor et tout le monde trouve son compte", dit-il en allusion à la TVA de l'ordre de 17%.

 

De plus, l'économie informelle prospère car "les personnes qui ont fait main basse sur ce marché bénéficient de solides appuis" et ne sont "pas prêtes de lâcher le morceau", dit-il.

 

Selon de récentes statistiques officielles, près de 500 marchés informels ont été recensés en Algérie. Outre celui d'El-Hamiz, les plus connus sont notamment situés à El-Eulma, près de Sétif (300 km à l'est d'Alger), et à Bir El-Ater à Tebessa (620 km à l'est d'Alger).

 

L'union des commerçants estime que la hausse des impôts à poussé quelque 10.000 commerçants à se retirer des registres de commerce dans la région algéroise avant de rejoindre le secteur informel tandis que quelque 5.000 boulangeries ont cessé leur activité entre 2003 et 2008.

 

Le commerce informel a toujours peu ou prou existé en Algérie mais s'est développé au début des années 90 après que le pays se fut anarchiquement converti à l'économie de marché, rompant ainsi avec trois décennies d'économie étatisée.

 

Il a explosé quand les islamistes du Front islamique du Salut (FIS-dissous), ayant pris le contrôle de la majorité des municipalités en 1990, ont déclaré l'impôt contraire à la charia, ouvrant la voie à un commerce de "bazar" qui gangrène depuis l'économie algérienne.

 

source : http://www.echoroukonline.com/fra/economie/2079.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonjour

merci pour ces information sur l'actualité

le "marché parallèle représente actuellement 60% de l'économie nationale"

Mais c'est la faute de qui ?

 

Ces commerçants "achètent sans facturation et sont obligés de vendre également sans facturation. Tout le monde est complice dans ce milieu.

ça c'est sans le moindre doute !!!

 

Le Plus Triste C'est Que :

hausse des prix ! tout le monde consomme.

 

Merci Encore.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.




×
×
  • Create New...