Jump to content

Internet: Les cybers sous «haute» tension


Recommended Posts

Entre une volonté politique manifeste de doter l'Algérien de l'outil informatique et de démocratiser les TIC, les fameuses technologies de l'information et de la communication, et la réalité économique du terrain, on a tendance à perdre le fil d'Ariane censé relier les deux extrémités.

 

En effet, après quelques années de l'annonce d'un programme ambitieux mêlant Ousratic, connexions ADSL et autres termes barbares, les chiffres projetés renseignent sur le peu d'ancrage de cette ouverture vers le futur sur le terrain. Pire, certaines mesures préconisées par la tutelle ont eu des effets pervers sur la filière des cybercafés qui se sont retrouvés en premières lignes de cette déconfiture annoncée.

 

Malgré tous les efforts consentis et les budgets engloutis, seulement 3,7 millions d'Algériens utilisent Internet et sur les 6 millions d'ordinateurs prévus dans le cadre du programme Ousratic, seulement 500.000 ont été acquis par les familles, des chiffres avancés par le président de l'association algérienne des fournisseurs de service Internet. On est loin des discours triomphateurs de l'ancien ministre des PTIC, Boudjemâa Haïchour, qui déclarait à chacune de ses sorties que l'Algérie a réalisé des progrès remarquables en matière de télécommunication. Il affirmera au passage que toutes les conditions sont réunies pour l'introduction massive du haut débit.

 

Pour Amine, gérant d'un cybercafé dans un quartier résidentiel d'Oran, la situation ne pousse pas vraiment à l'optimisme. «Entre la mauvaise connexion Internet, les coupures qui peuvent durer plusieurs jours sans remboursement de la part de l'hébergeur, les charges et la désaffection du public, le tour est fait de notre activité.» Nombreux sont comme lui, qui ont ouvert les premières années des cybercafés qui ont périclité par la suite devant les interminables tracasseries administratives liées à l'exercice de leur activité. «Les cybercafés en Algérie sont en voie de disparition», assènera comme vérité absolue Yahia. Gérant d'un cyber qui marchait plutôt bien, il a dû baisser les bras devant ce qu'il qualifie de «concurrence déloyale exercée par les fournisseurs ADSL». Il expliquera qu' « ils vendent le même service aux particuliers pour dix fois moins cher».

 

L'option prise par l'opérateur historique de la téléphonie, Algérie Télécom en l'occurrence, de créer des cyberespaces où le coût d'une heure de connexion est minoré a aussi inquiété les gérants des cybercafés qui n'ont pas les moyens de faire face à de telles offres. Cette activité, rappelons-le, est classée selon le décret du 4 juin 2005, comme «établissements de divertissement», un décret qui a imposé une nouvelle procédure d'autorisation et de nouveaux horaires d'ouverture qui ont été moyennement appréciés par les premiers concernés.

 

Selon les statistiques rendues publiques par le ministère de la Poste et des Technologies de l'information fin 2007, le pays compte 70 providers, plus de 5 mille cybercafés et 11 mille établissements scolaires sont connectés à la «toile». On estime le nombre d'«internautes» à près de 4 millions. Cependant ces statistiques tout ce qu'il y a d'officiel sont battues en brèche par certains spécialistes qui les remettent en cause en insistant sur les définitions exactes de la terminologie usitée. «Un internaute est un usager de l'Internet qui dispose d'un abonnement. C'est ainsi que le définissent les organismes internationaux des télécommunications», précisera Rafik Khenifsa, directeur d'un hebdomadaire spécialisé dans les NTIC. Par ailleurs, plusieurs cybercafés clandestins ont été fermés en Algérie suite à une note émanant de la Sûreté nationale. La cause est l'application d'un décret datant de 2005 subordonnant l'exercice d'une telle activité en Algérie à l'obtention d'un agrément. L'absence d'agrément est mise en cause par une note émanant de la Direction générale de la Sûreté nationale demandant la fermeture de ces commerces pour cause d'absence d'autorisation.

 

Revenant sur la question de l'agrément qui doit, selon le texte de loi, recevoir l'aval de sept directions relevant de plusieurs ministères, entre autres la Sûreté nationale, la Protection civile, plusieurs propriétaires de cybercafés ont déclaré n'avoir jamais pu entrer en possession de cet agrément et les cybercafés qui activent actuellement n'en possèdent pas non plus. Malgré une note de 2007 leur demandant de régulariser leur situation conformément à ce texte de loi en leur accordant un délai d'une année, beaucoup de cybers ont dû baisser leurs rideaux. La lente connexion au très haut débit est l'un des griefs soulevés par les professionnels qui sont unanimes à souligner le retard enregistré en Algérie.

 

«Aujourd'hui, les offres sont généralement des débits inférieurs à 1 Mbps, alors que nos voisins marocains, par exemple, sont déjà au très haut débit avec des offres de 20 Mbps et en plus pour des offres aux particuliers», dira Amine qui ajoutera comme pour enfoncer le bouchon, «Internet sans le haut débit n'est pas Internet, surtout pour les professionnels».

par Moncef Wafi

source

Link to post
Share on other sites
sans remboursement de la part de l'hébergeur
Il fallait lire : sans remboursement de la part du FAI (Fournisseur d'Accès à Internet) car tous les FAI ne font pas de l'hébergement à l'image de l'EEPAD pour ne citer que celui là (il y a plus de 70 FAI quand même).

 

«Un internaute est un usager de l'Internet qui dispose d'un abonnement. C'est ainsi que le définissent les organismes internationaux des télécommunications», précisera Rafik Khenifsa
Un internaute peut être n'importe qui. Un internaute n'est pas obligé d'avoir un abonnement à internet. Un médecin qui va tout les soirs dans un cybercafé pour se connecter est un internaute.

 

L'architecte se connectant avec son PC Portable via une borne Wifi ou WiMAX ou en GPRS ou 3G est un internaute.

 

Un étudiant qui se connecte avec son smartphone ou iPhone via une borne Wifi au campus universitaire est un internaute.

 

Un internaute n'est pas attaché obligatoirement à un abonnement ou un lien commercial avec un FAI.

 

Un internaute c'est moi, toi, lui, elle, nous, vous, ils, elles : tout le monde qui utilise internet pour quelque raison que ce soit.

 

Maintenant, je reviens au sujet. Les cybercafés en tant que professionnels auraient du se réunir et porter leur griefs auprès de l'ARPT !

 

D'une les agents de l'ONDA n'ont rien à faire dans un cybercafés et le plus grave c'est qu'ils demandent de l'argent cash ! Or comment ça se passe dans les pays dévellopés ?

 

Si un contribuable doit payer une taxe, il doit se rendre à l'hotel des impots et il reçoit une preuve de paiement en retour. Donc, arrêtez d'harceler les cybercafés surtout que Microsoft Algérie ne paie aucun droit et que l'ONDA ne s'occupe que des artistes et non pas des logiciels !

 

Autre chose : Pourquoi l'offre internet 1Mo Pro coute 40 000 fois plus cher que la même offre en résidentiel ? Alors qu'il n'y a aucun avantage extraordinaire !

 

L'ARPT doit intervenir aussi au sujet des FAI qui ne respectent pas les règles. Si un FAI manque à son obligation de fournir du service à un client, ce FAI doit être sanctionné !

 

Pourquoi les clients continuent à payer lorsque la faute vient du FAI et du réseau ? Beaucoup d'entre vous ce sont fait avoir comme ça : Beaucoup de cybercafés aussi ont payé un abonnement annuel pour un service qualifions le de "m......." moyen.

 

Les cybercafés auront une mort douleureuse avec la machine actuelle maleureusement.

 

Quelles sont les solutions d'après vous ? Les nouveaux arrivants sur le marché doivent-ils ouvrir des cybercafés ? Est ce qu'un cybercafé est un business Pérenne et sur de nos jours ? Quel est le risque d'investir et de se taper l'administration pour une autorisation ? Doit on sacrifier les cybercafés qui étaient des partenaires pour beaucoup de FAI depuis le début ?

 

et je m'arrête là

Salutations amicales

Link to post
Share on other sites

Autre chose : 5000 cybercafés ? Ces statistiques c'est qui qui les font et quand est ce ce chiffre a été vérifié et mit à jour pour la dernière fois ?

 

Ce sont les chiffres du CNRC ? et ça n'a pas bougé depuis, toujours 5000 cybercafés ? ça n'a jamais augmenté ni baissé ?

Link to post
Share on other sites
Autre chose : 5000 cybercafés ? Ces statistiques c'est qui qui les font et quand est ce ce chiffre a été vérifié et mit à jour pour la dernière fois ?

 

Ce sont les chiffres du CNRC ? et ça n'a pas bougé depuis, toujours 5000 cybercafés ? ça n'a jamais augmenté ni baissé ?

n'oublions surtout pas qu'après cette loi de 2005 beaucoup de cybercafé travaille au noir.

Link to post
Share on other sites
le pays compte 70 providers, plus de 5 mille cybercafés et 11 mille établissements scolaires sont connectés à la «toile».

dont aucun élève ne profite . les cause : maintenance;des vieux PC du dernier siècle.

ces statistique sont juste des tendance générale.

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



×
×
  • Create New...