IL SEMBLE QUE VOUS UTILISEZ ADBLOC POUR BLOQUER LA PUBLICITÉ, AUCUNE PUB INTRUSIVE SUR FDZ ET PAS DE POPUP
FDZ EST GRATUIT DONC MERCI DE DÉSACTIVER VOTRE ADBLOCK ET DE BIEN VOULOIR PARTICIPER ET JOUER LE JEU


PAR SUITE D'ABUS LES SERVEURS CCCAM ET ABONNEMENT NE SONT PAS TOLÉRÉS SUR LE FORUM

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 19

Discussion: Revoir les prix du carburant, mais pas avant les présidentielles.

  1. #1
    Date d'inscription
    mars 2010
    Messages
    87
    Remerciements
    5
    Remercié 12 fois dans 7 messages
    Pouvoir de réputation
    9

    Erreur Revoir les prix du carburant, mais pas avant les présidentielles.

    Prix des carburants : Le gouvernement algérien hésite à franchir le pas.
    La situation est mûre pour une augmentation des prix des hydrocarbures en Algérie. Mais la situation politique n’y est pas favorable.


    Le gouvernement algérien a préparé le terrain, mais n’ose pas encore franchir le pas et annoncer une augmentation des prix du carburant. Pris entre une situation économique dévastatrice, en raison du niveau des prix très bas, et la crainte de perturber la paix sociale en cas d’augmentation des prix, le gouvernement tient un discours contradictoire, sans jamais oser passer à l’action. Pourtant, il peut bénéficier d’un large soutien à une éventuelle décision d’augmenter les prix. Experts, économistes, industriels et hommes politiques sont favorables à cette idée, qui réunit un large consensus, à l’exception de quelques députés.
    Les raisons de ce consensus sont multiples. La consommation a explosé, forçant l’Algérie à importer pour 2.8 milliards de dollars de carburants en 2012. La facture devrait encore augmenter cette année, avant de baisser progressivement, permettant à l’Algérie de devenir exportateur de produits raffinés vers 2017, lorsque les six nouvelles raffineries en projet entreront en production. Le niveau actuel des prix empêche de rationaliser la consommation, et de lancer une politique des transports cohérente. Le faible prix du carburant encourage fortement l’acquisition de véhicules particuliers (+9.56% au premier semestre) dans un pays qui affiche pourtant sa préférence pour les transports publics.
    Mais c’est surtout le trafic aux frontières qui pousse experts et hommes politiques à réclamer une hausse des prix. Le ministre de l’intérieur Daho Ould Kablia a déclaré, il y a une semaine, que 25% du carburant produit traversait clandestinement les frontières pour être revendu au Maroc, en Tunisie ou dans les pays du Sahel.
    Un immense trafic aux frontières
    Ces chiffres semblent to^^^^ois très exagérés. Ils semblent plutôt destinés à frapper les esprits, pour préparer éventuellement une augmentation des prix. Dans la foulée, le ministre de l’Energie, M. Youcef Yousfi, a déclaré que le trafic concerne 1.5 milliards de litres, pour un montant total d’un milliard d’euros. Cette estimation semble plus proche de la réalité, même si le trafic reste, par essence, difficile à évaluer avec précision. Ce volume suffirait, selon M. Yousfi, pour faire rouler 600.000 véhicules pendant une année, l’équivalent de tous les véhicules qui seront importés en Algérie en 2013.
    Le trafic à grande échelle a provoqué des pénuries dans les régions frontalières. Pendant de longues années, une sorte d’omerta entourait ce trafic, et un ancien haut responsable était allé jusqu’à dire que l’Algérie tolérait la contrebande comme « une forme de solidarité de l’Algérie avec les peuples voisins ».

    Depuis quelques semaines, la situation a complètement changé. Presse et hauts responsables en parlent abondamment, soulignant que l’Algérie importe une partie du carburant consommé, le revend à perte, pour le voir aussitôt franchir illégalement les frontières. Les walis des régions frontalière ont pris des décisions de rationnement de l’essence, et les différents services chargés de lutter contre la contrebande (gendarmerie, douane, garde-frontières) sont mobilisés, sous les projecteurs de la presse. « C’est une campagne destinée à préparer l’opinion à une augmentation des prix dans la prochaine loi de finances complémentaire », déclare un économiste à Maghreb Emergent.
    Hésitations
    Un député FLN estime to^^^^ois que « la décision n’a pas encore été prise ». Selon lui, « la situation est mûre, mais le gouvernement hésite encore ». De telles mesures « sont traditionnellement annoncées aux députés de manière informelle bien avant les débats à l’APN. Ce n’est pas encore le cas », dit-il. Pourtant, la solution la plus efficace pour lutter contre le trafic consiste à le rendre peu attractif.
    Autre difficulté qui empêche d’augmenter les prix, une telle décision nécessite l’existence d’un centre de décision en mesure de trancher sur des questions délicates. La maladie du président Abdelaziz Bo^^^^^ika, sa longue absence, et son incapacité à reprendre ses fonctions de manière efficiente laissent planer le doute sur l’aptitude du gouvernement à oser une telle décision et à en assumer les résultats. « Le gouvernement redoute une fronde sociale, notamment à cause de l’inévitable hausse du coût du transport qui va en résulter », selon un économiste. Mais plus que tout, le gouvernement, qui veut à tout prix préserver la paix sociale, ne veut prendre aucune décision qui risquerait de perturber la fin du troisième mandat du président Bo^^^^^ika. Ce qui risque de reporter la décision à l’après élection présidentielle.

  2. #2
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    835
    Remerciements
    61
    Remercié 111 fois dans 73 messages
    Pouvoir de réputation
    11

    Par défaut Re : Revoir les prix du carburant, mais pas avant les présidentielles.

    vu, durant ce ramadhan, des individus dormants dans des véhicules a l’arrêt , moteur tournant juste pour la clim....

    Notre "bon peuple" a parfois (mais ça tend a devenir malheureusement la norme...."noooormal" !) des attitudes "pharaoniques" (tfaar'iin).....

    dont la facture tombera tôt ou tard, en l’occurrence du carburant qui vaudra son pesant d'or avec toutes les conséquences qui en découleront....

    et elles seront nombreuses, avec un effet immense sur le mode de vie et habitudes de tout un chacun!!!!

  3. #3
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    1 620
    Remerciements
    77
    Remercié 9 fois dans 8 messages
    Pouvoir de réputation
    14

    Par défaut Re : Revoir les prix du carburant, mais pas avant les présidentielles.

    Faut réduire progressivement les subventions sur tout ou presque , et rapporter les sommes dégagées sur les salaires , ainsi on donne le choix au citoyen consommateur d'user de son argent comme il l'entend !

  4. #4
    Date d'inscription
    mars 2008
    Localisation
    valley of grenades
    Messages
    2 767
    Remerciements
    45
    Remercié 184 fois dans 113 messages
    Pouvoir de réputation
    20

    Par défaut Re : Revoir les prix du carburant, mais pas avant les présidentielles.

    80% ou plus du prix du carburant c'est des taxes, augmenter le prix du carburant ne fera que remplir les caisses de l'etat pour rien

    @lucky, si on supprimait les subventions sur certains produits, un jour tu auras une bouteille de lait et un croissant comme cadeau d'anniversaire

  5. #5
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    1 620
    Remerciements
    77
    Remercié 9 fois dans 8 messages
    Pouvoir de réputation
    14

    Par défaut Re : Revoir les prix du carburant, mais pas avant les présidentielles.

    @1conito

    Premiérement t'exagère sur l'augmentation des prix , et deuxièment t'oublies que j'ai dit , que les sommes dégagées doivent étre redistribué sous formes d'augmentations de salaires !

  6. #6
    Date d'inscription
    octobre 2009
    Localisation
    Djelfa, Algérie
    Messages
    154
    Remerciements
    41
    Remercié 21 fois dans 15 messages
    Pouvoir de réputation
    9

    Par défaut Re : Revoir les prix du carburant, mais pas avant les présidentielles.

    Citation Envoyé par lucky2004 Voir le message
    @1conito

    Premiérement t'exagère sur l'augmentation des prix , et deuxièment t'oublies que j'ai dit , que les sommes dégagées doivent étre redistribué sous formes d'augmentations de salaires !
    Je suis d'accord avec 1conito, ta vision est trop simple et naïve pour un paye comme l’Algérie, même en augmentant les salaires ça ne suffirait pas, par la conjoncture actuelle et la situation sociale, ta "solution" n'est pas viable sur le long terme, il faut pour ça une économie à marché libre avec des entreprises compétitives et des moyens de communications modernes, leur rôle sera de créer les richesses et donc augmentation des salaires et du pouvoir d'achat qui permettra au dinar de devenir plus fort. Si l'Etat augmente les salaires grâce au pétrole et la suppression des subventions, c'est une lente agonie du peuple qui se déclenchera où le plus fort/riche bouffera le plus faible, et la dépendance vis à vis des pays comme la France sera extrême. Je suis le premier à critiquer notre politique mais je n'oublie pas pour autant les efforts consentis, ce qu'il nous faut c'est un diagnostic concret de tous ce qui va mal et bien, puis réfléchir en conséquence à un plan viable porté par une vison sur le long terme.

  7. #7
    Date d'inscription
    mars 2008
    Localisation
    valley of grenades
    Messages
    2 767
    Remerciements
    45
    Remercié 184 fois dans 113 messages
    Pouvoir de réputation
    20

    Par défaut Re : Revoir les prix du carburant, mais pas avant les présidentielles.

    augmenter les salaires ne fera qu'augmenter l'inflation, augmenter le prix de l'énergie aura pour consequence une augmentation des couts de tout les produit de large consommation, sans compter les transports en commun, transport des marchandises, donc au final, augmenter les couts et les salaires, c'est comme pisser dans le sable

    l'énergie c'est le nerf de la guerre , sans jeu de mots, y toucher c'est jouer avec le feu

  8. #8
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    1 620
    Remerciements
    77
    Remercié 9 fois dans 8 messages
    Pouvoir de réputation
    14

    Par défaut Re : Revoir les prix du carburant, mais pas avant les présidentielles.

    Mécaniquement le fait d'augmenter les salaires des fonctionnaires augmentera les salaires du privé progressivement , ce que vous ne saisissez pas actuellement ,est le fait qu'avec la contre-bande l'état perds déjà des milliards de dollars , la subvention des produits ne sert que les mafieux , il faut subventionner les producteurs , enfin avec la subvention actuelle , le pauvre certes profite de cela et c'est tant mieux mais le riche également . Sans oublier que le fait que le dinar soit fort ne dépends pas des salaires mais plus de la compétitivité d'un état et de sa masse salariale , faut pas se leurrer le dinar faible reflète notre productivité assez mauvaise

    Vous verrez on y viendra de grès ou de force à la suppression d'une large partie de nos subventions sur les produits et pas les autres formes de subventions je précise ( logements, éducation etc...)

    PS : la beauté est dans la simplicité

  9. #9
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    1 620
    Remerciements
    77
    Remercié 9 fois dans 8 messages
    Pouvoir de réputation
    14

    Par défaut Re : Revoir les prix du carburant, mais pas avant les présidentielles.

    Citation Envoyé par 1conito Voir le message
    augmenter les salaires ne fera qu'augmenter l'inflation, augmenter le prix de l'énergie aura pour consequence une augmentation des couts de tout les produit de large consommation, sans compter les transports en commun, transport des marchandises, donc au final, augmenter les couts et les salaires, c'est comme pisser dans le sable

    l'énergie c'est le nerf de la guerre , sans jeu de mots, y toucher c'est jouer avec le feu
    Certes il y'aura une inflation qu'il faudra maitriser graduellement et dosant les augmentations , mais le prix des produits importer ne fluctuera que peu ,car cela ne dépends que de la force du dinar sur le marché exterieur , et cette inflation justement sera compenser et surpasser par l'augmentation des salaires

  10. #10
    Date d'inscription
    octobre 2009
    Localisation
    Djelfa, Algérie
    Messages
    154
    Remerciements
    41
    Remercié 21 fois dans 15 messages
    Pouvoir de réputation
    9

    Par défaut Re : Revoir les prix du carburant, mais pas avant les présidentielles.

    Citation Envoyé par lucky2004 Voir le message
    Mécaniquement le fait d'augmenter les salaires des fonctionnaires augmentera les salaires du privé progressivement...
    je pense pas, l’augmentation des salaires entrainera la hausse de tous les produits de tous les jours, il faut voir ça comme un effet tampon, le pouvoir d'achat lui est bien bas, en France lors des présidentielles, on parlait tous le temps de pouvoir d'achat et non de salaire, et ils ont bien raison, il y a une nette distinction quand même !
    Dernière modification par Khodja ; 28/07/2013 à 02h13.

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. au revoir ..btjunkie
    Par Anonyme dans le forum Guesra
    Réponses: 6
    Dernier message: 06/02/2012, 20h27
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 24/03/2010, 13h40
  3. [Actualités] Mais pourquoi je n’y ai pas pensé avant…
    Par NewsBot dans le forum Actu - News High-Tech
    Réponses: 0
    Dernier message: 03/02/2010, 11h50
  4. Intel ne baissera pas ses prix avant mai ?
    Par salimdz dans le forum Hardware (Matériel)
    Réponses: 0
    Dernier message: 11/02/2009, 16h59
  5. Une hausse des prix du carburant n’est pas à écarter
    Par salimdz dans le forum Actu - News High-Tech
    Réponses: 0
    Dernier message: 28/07/2008, 21h57

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
[Auto utilitaire DZ] [Algérie Info] [Guide Algérie] [Mosquée ALBADR MEAUX]

is PageRank Checking Icon