Jump to content

Les spécialistes plaident pour le .dz


mouzak
 Share

Recommended Posts

  • Moderators

D'après Le Soir d'Algérie

Algérie Télécom et l’Association des fournisseurs d’accès algériens à Internet plaident pour un contenu internet algérien institutionnel. Ils estiment qu’il est impératif de promouvoir le .dz.

«Le problème d’Internet en Algérie consiste actuellement en l’absence du contenu national. Il faut des sites web algériens institutionnels pour attirer et intéresser davantage les citoyens», a indiqué Ali Kahlane, président de l’Association des fournisseurs d’accès algériens à internet, hier, lors d’une conférence-débat sur l’internet et son évolution dans le pays au forum d’ El Moudjahid. Ne comptant que 2 000 sites, le .dz, précise-t-il, n’a pas été assez promu. «Pourtant, il représente le drapeau national sur Internet qui permettra aux institutions et aux entreprises de créer du contenu national», dit-il. Il a rappelé qu’en 2000, le nombre d’abonnés à Internet ne dépassait pas les 50 000. Aujourd’hui, ils sont près de 6 millions à avoir accès à ce service dont près de 1,5 million d’Algériens inscrits sur Facebook. «Même si cela est un réel acquis, cela reste insuffisant», dit-il. Faisant une comparaison avec les autres pays, il affirme que l’Algérie est classée 4e dans le monde arabe. «Le taux de pénétration Internet (personnes raccordées à internet) dans notre pays est de 16,3%. Au Maroc, avec 11 millions d’internautes et 2 millions d’inscrits sur Facebook, ce taux est de 30%. Pour les 10 millions d’habitants de l’Arabie Saoudite, le taux de pénétration est de près de 40%. Les Emirats arabes unis sont à 74%, alors que la Tunisie a atteint 31% pour 8 millions d’habitants», précise-t-il. Pour sa part, la directrice des relations publiques à Algérie Télécom, Mme Fatma-Zohra Djouadi, a expliqué la baisse du taux de pénétration Internet par «la faible densité de la téléphonie fixe». «Seuls 3 millions du parc fixe sont actifs. Il est impératif de réactiver les 5 000 lignes de téléphone suspendues », remarque-t-elle. S’agissant du coût de l’accès à internet, les intervenants ont affirmé qu’il existe un «dysfonctionnement » au niveau de la tarification pour les abonnés professionnels et les citoyens. «L’accès à internet a été démocratisé. Les autorités ont mis le paquet pour que les différentes technologies soient intégrées dans notre pays», affirme le responsable de la communication à Algérie Télécom, Abdelkrim Meziani. To^^^^ois, il estime qu’«Algérie Télécom a été fragilisée dans sa filiale Djaweb suite à la réduction de l’accès à internet de 50%», tout en ajoutant que «même si cette décision politique est intéressante, les moyens disponibles à cette époque ne répondaient pas aux impératifs de la rentabilité économique de l’entreprise».

Link to comment
Share on other sites

y a que sa qui ma fais tilte...... je pense que je n'ai pas besoin d'en dire plus.

Au contraire, moi je crois que cette phrase résume bien la situation d'internet en algérie.

On pourra jamais espérer d'avoir des offres de 20 Mbs si on a pas des sites algeriens hebergés en Algérie! la bande passante national est presque gratuite contrairement a la bande passante internationale qui elle coute trop cher, et si en france par exemple on retrouve du 100 Mbps, c'est tout simplement parceque 80 % des sites consultés par les utilisateurs sont hebergé dans le meme pays

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share



×
×
  • Create New...