Jump to content
Guest salimdz

«Printemps arabe» «L’Algérie est aussi ciblée»

Recommended Posts

Guest salimdz

Belkhadem à propos du «Printemps arabe» «L’Algérie est aussi ciblée»

 

Mercredi 16 novembre à 21:47

 

Abdelaziz-belkhadem-2293.jpg

 

Ce qui s’est passé dans les pays arabes ou ce qu’on appelle le «Printemps arabe», va nous concerner aussi. «Nahnou Moustahdafoun», «Nous sommes ciblés», disait hier, Abdelaziz Belkhadem, SG du FLN, invité en tant qu’observateur à un débat organisé par le Centre de Recherches Stratégiques et Sécuritaires. L’homme fort du FLN n’a pas caché ses craintes. Pour cette raison et devant une telle menace, Belkhadem a appelé l’ensemble des Algériens à faire preuve de beaucoup de responsabilité et une prise de conscience digne de celle du «17 septembre», le jour où certaines mains étrangères avaient appelé les Algériens à manifester et faire une nouvelle Libye.

 

Le SG du FLN, Abdelaziz Belkhadem, qui a participé au débat en tant que simple invité, en marge du débat organisé par le Centre de Recherches Stratégiques et Sécuritaires (CRSS), sous le thème «L’Islam politique et les transformations politiques arabes» a relaté, en quelques dizaines de minutes, les véritables enjeux de ce qu’on appelle le «Printemps arabe».

 

En effet, Abdelaziz Belkhadem a longuement parlé sur ce qui s’est passé depuis janvier dernier dans le monde arabe, depuis que Bouazizi s’était s’immolé et jusqu’aux derniers développements en Syrie. «Cette mèche qui a mis le feu dans le monde arabe n’est pas encore éteinte, bien au contraire, aujourd’hui, elle continue son chemin et gagne d’autres pays arabes», explique-t-il. Il ajoute : «Toutes ces révolutions ont été planifiées il y a plus de quinze ans, aujourd’hui, on assiste à ce plan».

 

«Peut-être que je vais aller plus loin, mais je dirais que nous sommes ciblés», explique-t-il. Belkhadem dira plus : «Je vais revenir un peu en arrière pour vous expliquez mieux la situation.

 

Dans les années 70, il y avait des pays arabes hostiles à la politique étrangère, je parle ici des pays comme le Soudan, la Syrie, le Yémen, la Libye, l’Irak et bien entendu notre pays, l’Algérie. Ce sont des pays persévérants. Ces derniers sont tombés l’un après l’autre dans ce qu’on appelle le ‘’Printemps arabe’’, bien que je sois contre cette appellation. Si vous remarquez bien, ces pays tombent l’un après l’autre car ils sont ciblés par un plan datant de plus de quinze ans de cela.

 

Tout a été préparé à l’étranger, sinon comment expliquer, aujourd’hui, le retour des anciens opposants, établis dans plusieurs capitales occidentales, pour prendre le pouvoir. Ils ont été préparés pour cela. C’est pour cette raison que je lance un appel aux Algériens pour prendre conscience et prendre aussi leurs responsabilités afin d’éviter les scénarios qui se sont produits dans les pays arabes.

 

Je saisis cette occasion pour remercier les jeunes algériens pour leur grande conscience lors de l’appel à la manifestation du 17 septembre dernier par des parties installées à l’étrangers». En effet, l’Algérie a été ciblée et l’est toujours ; la preuve, plusieurs tentatives sont en veille. Sa position «traditionnelle» vis-à-vis du conflit au Moyen-Orient a fait que notre pays est toujours la cible des mains étrangères.

BERNARD HENRY LEVY ÉTAIT L’INITIATEUR DU «QUI TUE QUI ?»

 

Remontons un peu dans l’histoire. En 1995, la période où le terrorisme barbare en Algérie a planifié des massacres, des attentats terroristes quotidiens, des assassinats, une période où également un certain Bernard henry Levy se trouvait en Algérie. Il est le commanditaire de «Qui tue qui ?» à l’époque.

 

C’est ce sio.niste qui est derrière cette grande propagande qui avait tenter de pousser l’Algérie vers une impasse avec le reste du monde. Parlant des ennemis de l’Algérie, Belkhadem n’a pas laissé une occasion pareille s’échapper puisqu’il a parlé du rôle joué par le sio.niste Bernard Henry Levy pour tenter de créer une autre révolution en Algérie. «Cet homme avait séjourné en 1995 en Algérie.

 

Une période où le terrorisme avait fait des ravages dans notre pays, il était même parmi les personnes qui posaient la question ‘’Qui tue qui ?’’. Il faut que nous soyons très vigilants à l’avenir», explique Belkhadem. Aujourd’hui, on parle du retour en force des isla.mistes modérés au pouvoir, comme c’est le cas en Tunisie, en Libye, en Egypte et plus tard en Syrie et au Yémen. Par exemple, en Tunisie, le parti isla.miste Ennahda avait raflé la mise lors des élections législatives, en remportant 40% des sièges.

 

Ce retour inattendu du parti isla.miste, longtemps travaillant en secret, est un signe fort de la nouvelle carte géopolitique dictée par des pays puissants. En Libye c’est encore pire, ici, l’ex-groupe terroriste, en l’occurrence le Groupe des Combattants Libyens risque de gouverner le pays ; pourtant, son chef notoire, Abdel Hakim Belhadj, a été emprisonné et condamné par les Etats-Unis depuis des années pour appartenance à Al Qaïda mère. Parlons de l’Egypte, ici également, le parti des Frères Musulmans, créé en 1920, risque de prendre les commandes de ce pays.

 

Pourquoi ce retour en force des anciens mouvements radicaux ? Pourquoi on utilise, aujourd’hui, le slogan du «Printemps arabe» ? Y a-t-il un «Hier arabe» ou un «Automne arabe» à l’avenir ? Et pourquoi, cependant, les révolutions ne concernaient uniquement que les pays arabes ? Pourquoi pas d’autres pays du monde ? Plusieurs questions qui butent tous sur une seule logique, c’est qu’aujourd’hui, ce qui s’est passé dans les pays arabes a été planifié voilà déjà plus de quinze ans, expliquent les experts.

QATAR ET TURQUIE, LES NOUVEAUX «GENDARMES»

 

Dans leurs interventions, les deux chercheurs algériens, en l’occurrence le Dr Mustapha Sayedji et son homologue le Dr Salmi Laifi, avaient expliqué qu’aujourd’hui, les Etats-Unis et les pays européens appuyés par Israël sont fascinés par le modèle turc, le parti politique AKP présidé par Recep Tayyip Erdogan. Mieux encore, «le Qatar, voire ce nouveau ‘’gendarme’’ des pays arabes, tente à son tour d’occuper une place importante en acceptant de travailler sous les ordres des américains, et il n’y a qu’à voir cela à partir de la chaîne satellitaire El Jazeera», dira Mustapha Sayedji.

 

Ce parti isla.miste très modéré a fait ses preuves dans la bonne gouvernance et c’est à partir de ce modèle que les pays puissants ont envisagé, à partir de leur plan, de copier ce modèle dans le monde arabe. Ils ont pris les partis isla.mistes les plus modérés qui existent dans les pays arabes, et se sont lancés dans la propagande et le chaos pour faire installer ces partis afin de diriger les pays arabes. Pour les anciens régimes, il était temps de les faire changer et de liquider ceux qui s’opposent à cette nouvelle «loi».

 

C’est le cas du colonel Mouaâmar Kaddafi, l’ex-guide libyen qui a été assassiné et les isla.mistes ont pris le pouvoir aussitôt, alors que les Libyens sont loin de connaître cela. Ces derniers croient au changement et peu importe les enjeux du nouveau régime. En Tunisie, l’ex-président tunisien, Ben Ali a été «chassé» de son fauteuil et remplacé par Ennahda, commandité par Ghanouchi, «guidé» par les américains et les anglais.

 

En Syrie, ce sera la même situation, le président El Assad sera écarté de son fauteuil et son parti «Baâs» sera enterré, comme c’était le cas en Irak, avec l’assassinat de Saddam Hussein et la disparition de son parti «El Baâth». Voilà la nouvelle carte géopolitique, imaginée il y a des dizaines d’années dans les livres des historiens et hommes politiques étrangers ju.ifs, tels que Gilles Kami, Brezinski, et Samuel H, et aujourd’hui, sont devenus réalité, et qu’ils n’espèrent finalement qu’à protéger Israël, expliquent les deux chercheurs Algériens.

 

source

Share this post


Link to post
Share on other sites

on est en automne presque en hiver non ? khellouna men hkayet hadou, yora rien car le peuple est aussi impliqué dans les manigance du gouvernement, c'est un pillage social participative qui maintien le régime, contraiement au pillage des tunisiens et autres, et voila pk le peuple ne veut pas changer de système. quant a ceux qui pillent pas, ils sont terrorisé par les images de l'OTAN en Libye et le chaos donc khellouna men hkayette hadou, a moins que le régime lui même ne se bouffe entre lui il yora rien de la part du peuple.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.




  • Posts

    • Je n'avais aucune idée de cette information.
    • merci les amis, la marque dlink est décidément à fuir...
    • . Mohamed, Muhammad ou Mohammed est le dernier des prophètes et le messager de Dieu à l'humanité avec la dernière des religions monothéistes, l'Islam. Son plus grand miracle est le Coran, le livre saint de la religion musulmane. Et c'est d'après les actes et paroles du prophète (SWS) que les musulmans tiennent la Sunna Nabawiya.   Naissance et enfance   Mohamed naquit le 12 Rabi' al-awwal de l'an dit de l'éléphant ('Am Al Fil), qui correspond à l'an 571 à peu près du calendrier grégorien, à la Mecque. (C'est cette date qui est commémorée pendant le Mawlid Annabaoui).   Son père Abdullah Bnou 'Abd al-Muttalib faisait partie de Banou Hachim l'une des tribus de Quraych, il épousa Amina Bint Wahab et mourut jeune avant même qu'elle ne donne naissance au prophète. A sa naissance, Mohammed fut confié à Halima Saadia qui lui servit de nourrice comme l'était la coutume en Arabie de confier les nouveaux nés aux nourrices des villages avoisinants. Sa mère mourut alors qu'il avait à peine 6 ans, il fut alors confié à son grand père 'Abd al-Muttalib et à la mort de ce dernier à son oncle Abou Talib. Jeunesse   L'oncle de Mohamed (SWS) était pauvre, il dut alors travailler dès sa jeunesse pour l'aider à subvenir aux besoins de la famille, il fut d'abord berger avant de travailler dans le commerce. Dès sa jeunesse, Mohamed (SWS) fut connu auprès de la tribu de Quraych par sa grande sincérité, ils le surnommaient "Al Amine" (celui à qui l'on peut faire confiance).   Khadija, une riche dame de Quraych, lui confia ses caravanes de commerce pour qu'il lui gère ses affaires, elle fut impressionnée par son honnêteté et son intégrité, et ce fut elle qui lui proposa de l'épouser. Mohammed avait alors 25 ans, alors qu'elle en avait 40. Leur mariage dura 25 ans jusqu'à la mort de Khadija, le prophète n'épousa guère d'autre femme jusqu'à la mort de cette dernière. Khadija fut non seulement la première femme mais aussi la première personne à se convertir à l'Islam. Période de la da'wa   Le prophète Mohamed avait pour habitude d'aller se recueillir dans une grotte appelée Ghar Hiraa non loin de la Mecque. C'est là qu'un jour qu'il avait 40 ans, l'ange Jibril (Gabriel) lui rendit visite avec le message de Dieu. Les premiers versets du Coran qui furent dévoilés au prophète furent ceux de Sourate Al-Alaq: "Lis au nom de ton Seigneur qui a tout créé, qui a créé l’homme d’une adhérence ! Lis, car la bonté de ton Seigneur est infinie ! C’est Lui qui a fait de la plume un moyen du savoir et qui a enseigné à l’homme ce qu’il ignorait."   La révélation du Coran (parole d’Allah) au prophète par l'intermédiaire de Jibril dura 23 ans.           Mohammed était très religieux et pendant longtemps, il détesta la décadence et l'idolâtrie de la société dans laquelle il vivait.         À l'âge de quarante ans, Mohammed reçut sa première révélation de Dieu par l'intermédiaire de l'ange Gabriel.  Les révélations se poursuivirent pendant vingt-trois ans, et ensemble elles formèrent ce que nous connaissons comme le Coran.   Dès qu'il commença à réciter le Coran et à prêcher la vérité que Dieu lui avait révélée, il souffrit, avec son petit groupe de disciples, de persécutions de la part des mécréants.  Les persécutions devinrent si acharnées qu'en l'an 622, Dieu leur ordonna d'émigrer.  Cette émigration de la Mecque à la ville de Médine, située à environ 260 milles (418 km) au nord, marque le début du calendrier musulman.   Après plusieurs années, Mohammed et ses disciples purent enfin retourner à la Mecque, où ils pardonnèrent à leurs ennemis.  Avant que Mohammed ne meure, à l'âge de soixante-trois ans, la majeure partie de la Péninsule Arabe était devenue musulmane, et moins d'un siècle après sa mort, l'islam s'était propagé jusqu'en Espagne à l'ouest, et aussi loin qu'en Chine à l'est.  Parmi les raisons qui expliquent la propagation rapide et pacifique de l'islam, il y a la vérité et la clarté de sa doctrine.  L'islam appelle les gens à ne croire qu'en un seul Dieu, qui est le Seul qui mérite d'être adoré.   Le prophète Mohammed était un parfait exemple d'un homme honnête, juste, clément, compatissant, véridique et brave.  Bien qu'il fût un homme, il était très loin d'en avoir les mauvaises caractéristiques, et il luttait et faisait tous ses efforts par amour pour Dieu et pour Sa récompense dans l'au-delà.  De plus, dans toutes ses actions et ses relations avec les gens, il avait toujours la crainte de Dieu et le souci de Lui plaire   Rachid Eljay : Fêter la Naissance du Prophète, Paix et Bénédictions sur lui (Mawlid) https://www.youtube.com/watch?v=gTgjvQEjry0&feature=emb_title     L'Eglise vous cache que le Prophète Mohamed est cité dans la Bible ! prophet Mohamed in Bible.flv   https://www.youtube.com/watch?v=ZyQtra3WzIU
    • non, il faut un routeur tout court et encore certains modeles precis uniquement
×
×
  • Create New...