Jump to content

جزائريون يعملون 48 دقيقة من أصل 8 ساعات في الي


la3reche
 Share

Recommended Posts

يرفعون شعار ''كل عطلة فيها خير''

جزائريون يعملون 48 دقيقة من أصل 8 ساعات في اليوم!

 

 

 

توصّل باحثون من جامعة الجزائر، في خلاصة دراسة حول الوقت في حياة الموظف والعامل الجزائري، أن هذا الأخير ''ينفق'' أقل من 05 دقيقة في العمل المنتج، من أصل ثماني ساعات، مدة العمل اليومي التي يحددها قانون العمل. يقول الأستاذ عمر عودية، من قسم علم الاجتماع بجامعة الجزائر، أن الجزائري يعمل 48 دقيقة ف

ي

اليوم من أصل ثماني ساعات مخصصة للعمل.

ويستند الأستاذ عودية في ذلك على نتائج دراسة - لم تنشر بعد - حول الإنتاج الصناعي والأزمات الصناعية بالجزائر، أنجزها الدكتور عبد الرحمن بوزيدة سوسيولوجي من جامعة الجزائر. وأضاف عودية أنه في الوقت الذي يعتبر الوقت معيارا يقاس به تقدّم الشعوب والدول تبعا للمقولة الشهيرة ''حياة الأمم تقاس بالزمن''، فإن ''غالبية الجزائريين لا تعير اهتماما للوقت ويتفننون في إضاعته وبالتالي إضاعة فرص التنمية والتقدّم''.

ويشير عودية إلى أن كل المخططات التنموية في الجزائر بداية من المخطط الثلاثي الأول والخماسي وحتى مخططات البرنامج الرئاسي الأخيرة ''لا تحترم الوقت المحدد لإنجازها''. مضيفا بأنه لو أجرينا مقارنة مواعيد إنجاز المخططات عندنا نجد أننا نضيّع 90 بالمائة من الوقت المخصص لإنجاز مشاريع المخططات'' ليخلص إلى القول: ''نحن مجتمع لا يعرف سياسة البرمجة والتخطيط ولا نعرف كيف نسيّر وقتنا''.

وبعملية حسابية بسيطة يعمل الجزائري بمعدّل لا صلة له بالمقاييس العالمية، حيث لا تتجاوز مدة عمله الإنتاجي سقف الـ48 دقيقة من أصل 8 ساعات عمل يومية، وشعارهم في ذلك ''كل عطلة فيها خير'' أو ''واحد تقلّق مات'' وغيرها من الأمثلة السلبية التي يتبادلونها فيما بينهم.

مرد هذه الوضعية هو تمكن التهاون بالوقت لغياب الصرامة في العمل خاصة على مستوى المؤسسات العمومية بشكل خاص بما تضيع معه مصالح المواطنين الذين يحتاجون إلى خدمات مرافقها، مما حوّل الكثير من المواطنين إلى عمال كسالى.

وعندما تسأل أحدهم، لماذا تضيّع الوقت في أعمال لا علاقة لها بوظيفتك، لا يتردد عن الإجابة وبسرعة فائقة متحديا: ''نخدم قيس الزيت قيس الدقيق''..وهو حال السيدة ''م. حياة'' التي تعمل عونا إداريا في إحدى المؤسسات العمومية.

وتقول حياة في تبريرها لمقولتها: ''أقضي ثلاثة أرباع فترة عملي اليومية في التجول في صفحات مواقع الموضة على شبكة الانترنت، ولو كنت أتقاضى مرتبا محترما لأعطيت الكثير من وقتي للعمل، بعبارة أخرى أعطي القليل نظير القليل الذي أتقاضاه شهريا''.

في نفس السياق، جاءت شهادة شهيرة التي تعمل سكرتيرة بمؤسسة تجارية، حيث ترى بأنها لا تمكث في مكتبها أكثر من ساعتين، حيث تمضي باقي ساعات فترة العمل مع زميلاتها يتجاذبن أطراف الحديث أو تخرج لقضاء حاجاتها خارج المؤسسة.

وبالنسبة إلى السيد ''نذير.ش''، إطار بمؤسسة خاصة، فإن هناك فرق بين المؤسسات الخاصة والعمومية، حيث أن الأولى تفرض صرامة في العمل لا نجدها في الثانية، لكن ذلك لا يعني توفر الجدّية في القطاع الخاص ''بدليل أن لي زملاء لا تتجاوز ساعات إنتاجهم الحقيقية في العمل معدل الساعتين يوميا''.

Source http://www.elkhabar.com/ar/nas/303712.html

Link to comment
Share on other sites

je suis pas d 'accord avec cet article peut être l étatique , mais chez le privé il' ya des gens qui bossent 12 h par jour , on est pas en chine mais ca existe en Algérie.

Link to comment
Share on other sites

je suis pas d 'accord avec cet article peut être l étatique , mais chez le privé il' ya des gens qui bossent 12 h par jour , on est pas en chine mais ca existe en Algérie.

 

Même dans l'étatique, on chôme pas, sa travaille et sa bosse avec des heures supplémentaires en plus; tous dépend des secteurs, il faut pas généraliser.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share



  • Posts

    • si seulement ils utilisent le gel d'isolation après l'installation des câbles dans la boîte, je pense que ca résoudrait tous problème de dégradation de qualité et instabilité des lignes due au changement climatique.
    • Bonsoir, quand on sait que le pétrole est une roche sédimentaire, il n'y a pas mieux que Sonatrach en effet ou une autre entreprise pétrolière, et je te conseille d'écrire correctement le nom de l'entreprise lorsque tu leur enverras la lettre. Par ailleurs, à part les hydrocarbures, je ne vois pas où la sédimentologie peut intervenir économiquement. C'est plus une sciences d'études et de recherches. à mon avis. Les erreurs à éviter sont les suivantes: Ne pas plagier Ne pas refaire ce qui a été fait Ne pas prendre un sujet banal Ce qu'il faut faire: Innover, trouver de nouvelles façons d'arriver au résultat souhaité trouver un sujet intéressant, original Utiliser les nouvelles technologies (les SIG c'est dépassé, la télédétection est plus recherchée) Je vais corriger le dernier point, je ne le supprime pas mais je précise. Dans ton cas la télédétection est inutile, car t'auras besoin de ce qui se trouve au sous sol, je te dirais bien d'utiliser un gravimètre ou un résistivimètre mais tu devras changer de spécialité et passer à la Géophysique  
    • Je n'aime pas parler de risques  car les risques cela se gère à chaque risque correspondent des contremesures. Je préfère parler des implications. Il y a des implications de sécurité, d'intégrité des processus et des données, des implications techniques, des implications commerciales et financières qu'il faut prendre en compte. SIM= Subscriber Identification Module La SIM physique contient et encrypte des données permettant à un abonné d'accéder au réseau de l'opérateur. Si les clés qui permettent l'identification de l'abonné et son enregistrement au réseau sont sur un support physique séparé et fourni par l'opérateur dans le cadre des lois du pays c'est une chose. Ce qu'essaye de faire Apple et d'autres c'est de remplacer le support physique 'discret' par un support intégré au terminal dans lequel ces données ayant trait à l'abonné et à l'opérateur vont être stockées et traitées, en symbiose avec leur cloud. Le rôle des autorités est de s'assurer de l'intégrité du processus d'abord. Il faut pouvoir contraindre la société qui va traiter ces données de le faire conformément à la loi, tout en s'assurant que seuls les personnes identifiées puissent accéder au réseau de télécommunications. C'est le rôle de l'état. Ensuite la dématérialisation implique des prérequis logiciels et matériels côté opérateur, il y a donc necessité d'acheter, installer des outils de provisionning nécessaires et former les gens pour les utiliser.  Si Ooredoo se prépare plus vite que Mobilis c'est parceque ils répliquent en Algérie ce qui a été réalisé à Qatar ou ailleurs. De plus le cout par abonné pour eux sera inférieur car il est mutualisé sur plusieurs pays, alors que pour un opérateur national comme Mobilis, cela se traduira un peu plus dans ses marges par abonné. D'ailleurs les télécoms nationales américaines aussi ont trainé la patte longtemps aux USA avant d'adopter l'esim car cela a un coût, et les premieres à se lancer la bas étaient les telcos présentes dans plusieurs pays. Enfin il faut prendre en compte la motivation et les objectifs de cette fonctionalité eSim/iSim : en réalité ce que veut Apple (ou Samsung, etc) c'est prendre le contrôle de la relation avec le client et concentrer au maximum les DONNEES de l'utilisateur,  pour servir d'intermédiaire à terme, entre le client et les opérateurs, voire devenir un opérateur virtuel -MVNO- d'un nouveau type. Donc il existe des implications commerciales et financières qui sont loin d'être triviales. Dans les pays comme les USA, la dynamique entre les opérateurs et les fabricants comme Apple et Samsung est très différente de chez nous. Chez nous chacun achète son mobile, soit neuf en le payant au prix fort, soit d'occasion. La bas en gros la plupart des gens font une location de iPhone, etc, qu'ils payent à l'opérateur, qui reverse l'argent à Apple ou Samsung, et les gens renouvellent leur abonnement pour avoir un nouveau terminal à 1500 dollars qu'ils payent par mois. Les enjeux et les rapports de force ne sont pas les mêmes. Les fabricants de terminaux partagent leurs marges avec les opérateurs et réciproquement. Pas en Algérie, ni dans beaucoup d'autre pays. Personellement, je ne vois pas trop l'intérêt pour l'opérateur algérien ou autre de transférer totalement les données d'identification sur une eSim voire sur un SoC dont l'architecture est contrôlée par Cupertino (Apple) ou San Diego (Qualcomm/Samsung). Pour les fabricants et les états dans lesquels ils opèrent c'est autre chose ils ont un intérêt à le faire, qui ne coincide pas nécéssairement avec celui des opérateurs ou de pays tiers qui doivent protéger les données de leurs citoyens. Quant au citoyen/consommateur lambda il peut avoir un intérêt à avoir une montre connectée en 5G, ou autre, sans pour autant que ses données d'identification et celles de son opérateur soit confiées à des entreprises étrangères qui n'ont aucune existence légale chez lui. En revanche un terminal mobile équipé d'un SoC qui dématérialise la sim, cela présente quelle utilité pour l'utilisateur par rapport à une sim classique? Apple ou Samsung parlent de miniaturisation mais bon, une nano sim, cela change pas grand chose à la taille d'un téléphone, donc c'est un peu léger, ils veulent surtout contrôler les données et la relation avec le client, c'est de bonne guerre... Peut être que quelqu'un sur le forum peut nous expliquer les avantages fonctionnels pour l'utlisateur, pour ce qui me concerne, je ne les connais pas. Ce qui ne veut pas dire que cela ne se fera pas, à terme, les opérateurs seront peut être contraint de le faire, par souci de compatibilité avec les terminaux qui existent sur le marché. Mais pas nécessairement parceque c'est leur intérêt ou celui du citoyen/client/consommateur.
    • Non ça c'est pas du SPAM ça s'appelle de la "Smata"
×
×
  • Create New...