Jump to content
Règlement du forum ×
IPTV et arnaques ×

L’arnaque du siècle en Algérie : la taxe sur Les Superprofits


Hicham

Recommended Posts

L’arnaque du siècle en Algérie : la taxe sur les superprofits

 

sonatrach-10-2009.jpg?imgmax=576

 

La toute puissante Sonatrach avait oublié de rajouter dans le contrat signé en 2004 avec l’américaine Anadarko la taxe sur les superprofits. Ce “oubli” coûtera très cher aux Algériens, soit plus de 5,9 milliards de dollars remboursables en pétrole, à un moment où celui-ci commence à nous manquer.

 

La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach est obligée de fournir l’équivalent de 4,4 milliards de dollars de pétrole au cours des 12 prochains mois à la firme américaine Anadarko. L’accord à l’amiable entre Sonatrach et Anadarko prévoit en plus des 4,4 milliards de dollars de pétrole remboursable, ils obtiennent également, selon cet accord, un volume plus élevé de pétrole estimé à 2,6 milliards de dollars environ, pour la durée du contrat. L’accord prévoit aussi de prolonger à 25 ans la durée d’exploitation de chaque gisement.

La toute puissante Sonatrach avait oublié de rajouter dans le contrat signé en 2004 avec l’américain Anadarko la taxe sur les profits. Le litige entre Sonatrach et Anadarko remonte à 2006, l´année où le gouvernement algérien qui, voyant la hausse continue du prix du baril, avait décidé d´introduire une Taxe sur les profits exceptionnels (TPE) réalisés par les compagnies étrangères opérant en Algérie. Les dirigeants de Sonatrach crient au triomphe en exprimant leur soulagement et leur satisfaction et déclarent avec fierté que la loi sur les TPE restera en vigueur et que cette loi instaurée en 2006 leur a permis de gagner 10 milliards de dollars.

La compagnie pétrolière américaine Anadarko s’est opposée à cette taxe et a même menacé la Sonatrach de recours à l’arbitrage d’un tribunal international, c’est son droit le plus absolu. Dans un accord d’arbitrage, la Sonatrach devrait payer une compensation de l’ordre de l’ordre de 4,4 milliards de dollars Dans une déclaration faite à l´agence de presse Reuters, l´attaché de presse de Anadarko a commenté cet accord en disant que les concessions ont été faites de part et d´autre et dans un style de langage du marketing, il a présenté les gisements pétroliers algériens comme un futur eldorado. Mais voilà, sachant que dans notre pays toutes les magouilles économiques se discutent dans un carré d’une poignée de gens qui dirigent le pays sous le dogme de la politique des coulisses et de l’opacité. D’après un expert boursier algérien, qui exerce dans les rouages flous de l’Etat et dont nous retenons son anonymat, il considère que le montant de compensation de 4,4 milliards de dollars que la Sonatrach souhaite verser à Anadarko est une arnaque à grande échelle. Et même si la Sonatrach accepte l´arbitrage international et qu´elle perd la partie, elle ne sera jamais contrainte de payer des dommages et intérêts dépassant les 1,5 milliard de dollars. Il s’explique par les chiffres par les chiffres et donne son point de vue sur la compagnie Anadarko

Voyons ensemble de plus près et avec des chiffres à l’appui cette arnaque. Premièrement qui est Anadarko ? Cette compagnie que les dirigeants de Sonatrach ainsi que certains médias algériens décrivent comme un colosse pétrolier, n´est en réalité, qu´un petit acteur sur la sphère pétrolière internationale. Anadarko est une compagnie pétrolière américaine spécialisée dans l´exploration ainsi que l´exploitation des gisements pétroliers et gaziers. Aux USA, son activité se localise sur des gisements de l’Alaska et du golfe du Mexique et à l´étranger elle est implantée dans plusieurs pays dont les principaux sont : l’Algérie, le Brésil, la Chine, le Ghana, le Mozambique et le Trinidad. Faisons maintenant connaissance avec son identité financière. APC est le symbole boursier d´Anadarko. En 2010 cette entreprise a réalisé un chiffre d´affaires de 10,65 milliards de dollars. Durant la même année, Sonatrach a fait un chiffre d´affaires de 75 milliards de dollars et la compagnie pétrolière française Total en a fait 140 milliards de dollars.

La valeur d´Anadarko sur le marché boursier est de 42,2 milliards de dollars et celle de Total est de 99,6 milliards de dollars. Les actifs d’Anadarko en 2010 étaient évalués á 51,55 milliards de dollars (ceux de Total étaient de 142 milliards de dollars). Le bénéfice net d’Anadarko en 2010 était de 761 millions de dollars (celui de Sonatrach était de 10 milliards de dollars).

Son passif qui est toujours égal à son actif, pour l’année 2010 était 51,55 milliards de dollars, dont 30,23 milliards de dettes et 20 milliards de capitaux propres (cela montre clairement que Anadarko ne vit pas dans une aisance financière). Son cash flow net pour l´activité opérationnelle de 2010 était de 5,24 milliards de dollars. Tous ces chiffres cités servent d´observation pour les mettre en proportion avec le montant de 4,4 milliards de dollars que la Sonatrach compte rembourser á Anadarko. Ces chiffres sont également une preuve que cette entreprise est loin d’être un géant comme on le présente et surtout la différence qu’il y a entre Anadarko et la Sonatrach. Que représentent ces 4,4 milliards de dollars pour les éléments de la fiche financière d’Anadarko ? Ils représentent plus de 5 ans de bénéfices (en se référant au bénéfice net de 2010 et qui est de 761 millions de dollars). Ils représentent 42% du chiffre d´affaires d´Anadarko pour 2010 et presque la totalité du cash flow net de son activité opérationnelle de la même année. Passons maintenant à une autre vérité qui va jeter des doutes sur la crédibilité des déclarations de la partie algérienne.

Dans le rapport financier de Anadarko pour l´année 2010 (un rapport destiné aux investisseurs boursiers et contrôlé par la SEC qui est le gendarme de la Bourse américaine) portant le titre “Current Foreign income tax” on lit ceci: en 2010 Anadarko a payé 638 millions de dollars d´impôts pour ses activités à l´étranger, en 2009 l’impôt payé était de 409 millions de dollars et 1,031 milliard de dollars pour l´année 2008.

 

Cela veut dire quoi ?

Cela signifie qu’Anadarko a payé 638 millions de dollars d´impôts, pour tous les pays où elle a eu des activités. Mais la question qui nous intéresse est de savoir combien cette société a-t-elle payé à la Sonatrach en 2010 ? Probablement, le montant ne dépasserait pas les 300 millions de dollars. Dans le même ordre d’idées, quel serait le TPE versé par Anadarko à Sonatrach en 2010, sachant que le TPE n´est qu´une portion de l´impôt global ? Quelles sont les pertes ou le manque des gains à gagner en Algérie subies par Anadarko à cause de la loi sur TPE, et ce de 2006 à nos jours ?

En tant qu’expert, je suis étonné par la déclaration du patron d´Anadarko en Algérie lorsqu´il a affirmé que sa société a subi une remarquable dépréciation de ses actifs en Algérie passant de 10 à 2 milliards de dollars! Voici la valeur des actifs qui figure dans le rapport financier d´Anadarko de 2010. La valeur des actifs d´Anadarko pour l´année 2008 était de 49,92 milliards de dollars, pour 2009, elle était de 50,12 et pour 2010 de 51,55 milliards de dollars. Même les bénéfices d´Anadarko n´ont pas connu de yo-yo durant la période allant de 2007-2010.

Conclusion : alors où est la dépréciation des actifs ?


Source

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Posts

    • bonjour oui c'est que ton abos bloque le vpn , le relais privé dans l icloud+ d apple est un petit vpn , si tu n'as que la TV le icloud+ te sert pas à grand chose coupe cette abos simplement,    
    • MAHELMA est la commune la mieux classée grâce à la généralisation de la  fibre dans les logements AADL de Sidi Abdallah qui dépendent à 95% de cette commune. Les 5% restant dépendent de la commune de Rahmania
    • merci cest sympa , suis la pour ca pas que pour vendre , c est ça le sav , on lâche pas temps que ça ne fonctionne pas , et si au final l'offre prise ne correspond pas j en ai bq d autre à proposer .. y en a pour tout les goûts toutes les bourses   
    • Bon voilà, ça fonctionne Un grand merci à MichelDZ, le pauvre, 2h hier à essayer de faire fonctionner ca sur mon pc. Aller savoir pourquoi, mais rien ne fonctionnait, pas moyen de faire une machine virtuelle, et les logiciels habituels ne voulait rien afficher, allez comprendre pourquoi, des fois il ne faut pas grand-chose pour que ca parte en cacahouète.  Il n'a pas lâché l'affaire, j'avais abandonné avant lui ^^ mais il a réussi à me le faire fonctionner.  Il m’a même relancé ce matin, savoir si ca allait toujours bien.  👍 Étant ma 1er iptv, je manque de point de comparaison, pour ce qui est du bouquet, je ne pourrais pas dire si c'est mieux ou moins bien que d'autres, mais je suis ravi, ceux qui se plaignent sont difficiles, à ce prix, c'est fou toutes ces chaines, et cette collection de films et séries. Mais pourquoi je ne suis pas venu avant, au lieu de me faire ch** avec le streaming. Enfin voilà, SAV au top, et offre complète, un vendeur que je recommande et garde précieusement dans mes contacts. 🥰
    • Alors que nous peinons à déployer du 100 % fibre optique et à sortir du débit de base  mesquin de 10Mbps, ailleurs le monde scientifique travaille déjà depuis plusieurs années au réseau Internet de demain. Vous avez sûrement au moins entendu parler de la théorie physique sur laquelle il se base : la mécanique quantique. Pour résumer, il s'agit de l'étude des comportements des particules à l'échelle des atomes et plus petit. Pour la première fois, des chercheurs ont créé un système qui relie ces deux composants clés et utilise des fibres optiques classiques pour transmettre les données quantiques. L'exploit a été réalisé par des chercheurs de l'Imperial College de Londres, de l'Université de Southampton et des universités de Stuttgart et de Wurzburg en Allemagne, et les résultats ont été publiés dans Science Advances . Le co-premier auteur , le Dr Sarah Thomas , du Département de physique de l'Imperial College de Londres, a déclaré : « L'interfaçage de deux appareils clés ensemble est une étape cruciale dans la mise en réseau quantique, et nous sommes vraiment ravis d'être la première équipe à avoir pu pour le démontrer. » Le co-premier auteur Lukas Wagner, de l’Université de Stuttgart, a ajouté : « Permettre aux emplacements longue distance, et même aux ordinateurs quantiques, de se connecter est une tâche essentielle pour les futurs réseaux quantiques. » Communication longue distance Dans les télécommunications classiques – comme Internet ou les lignes téléphoniques – les informations peuvent être perdues sur de grandes distances. Pour lutter contre cela, ces systèmes utilisent des « répéteurs » à des points réguliers, qui lisent et réamplifient le signal, garantissant ainsi qu'il arrive intact à sa destination. Toutefois, les répéteurs classiques ne peuvent pas être utilisés avec des informations quantiques, car toute tentative de lecture et de copie de ces informations les détruirait. Il s'agit d'un avantage dans un sens, dans la mesure où les connexions quantiques ne peuvent être « exploitées » sans détruire les informations et alerter les utilisateurs. Mais c’est un défi à relever pour les réseaux quantiques longue distance. Mais des chercheurs ont trouvé la solution. Une façon de surmonter ce problème consiste à partager des informations quantiques sous la forme de particules de lumière intriquées, ou photons. Les photons intriqués partagent des propriétés de telle manière que vous ne pouvez pas comprendre les unes sans les autres. Pour partager l'intrication sur de longues distances à travers un réseau quantique, vous avez besoin de deux appareils : un pour créer les photons intriqués et un pour les stocker et permettre leur récupération ultérieure. Il existe plusieurs dispositifs utilisés pour créer des informations quantiques sous forme de photons intriqués et pour les stocker, mais la génération de ces photons à la demande et la disponibilité d'une mémoire quantique compatible dans laquelle les stocker ont longtemps échappé aux chercheurs. Les photons ont certaines longueurs d'onde (qui, dans la lumière visible, créent des couleurs différentes), mais les dispositifs permettant de les créer et de les stocker sont souvent réglés pour fonctionner avec des longueurs d'onde différentes, ce qui les empêche de s'interfacer. Pour créer une interface entre les appareils, l’équipe a créé un système dans lequel les deux appareils utilisaient la même longueur d’onde. Un « point quantique » produisait des photons (non intriqués), qui étaient ensuite transmis à un système de mémoire quantique qui stockait les photons dans un nuage d'atomes de rubidium. Un laser a activé et désactivé la mémoire, permettant aux photons d'être stockés et libérés à la demande. Non seulement la longueur d'onde de ces deux appareils correspondait, mais elle était également à la même longueur d'onde que celle des réseaux de télécommunications utilisés aujourd'hui, ce qui permettait de la transmettre avec des câbles à fibre optique classiques, familiers aux connexions Internet quotidiennes. L’équipe va maintenant chercher à améliorer le système, notamment en s’assurant que tous les photons sont produits à la même longueur d’onde, en améliorant la durée de stockage des photons et en réduisant la taille de l’ensemble du système. Cependant, en tant que preuve de concept, il s'agit d'un pas en avant important, déclare le co-auteur Dr Patrick Ledingham de l'Université de Southampton : « Les membres de la communauté quantique tentent activement d'établir ce lien depuis un certain temps. Cela inclut nous, qui avons déjà tenté cette expérience à deux reprises avec différents dispositifs de mémoire et de points quantiques, remontant à plus de cinq ans, ce qui montre à quel point c'est difficile à réaliser. "Cette fois, la percée a été de réunir des experts pour développer et exécuter chaque partie de l'expérience avec un équipement spécialisé et de travailler ensemble pour synchroniser les appareils."  
×
×
  • Create New...