Jump to content

"Isaal", Le Premier Fournisseur de Services Cloud en Algérie !!


Recommended Posts

Le Cloud Computing arrive en Algérie par Oran

11098028unnuagestylisea.jpg

 

A l’heure où les technologies du haut débit mobile tarde à s’installer en Algérie, et où les dirigeants des entreprises de ce pays sont de plus en plus méfiants à l’égard des processus d’intégration des outils du numérique dans la gestion des moyens de fonctionnement, le Cloud Computing (littéralement : l'informatique dans les nuages) arrive silencieusement dans l’environnement des services informatiques algériens. Le fournisseur d’accès aux services d’Internet Issal est devenu historiquement le premier « Cloud Services Provider » algérien.

 

A partir de la possibilité de disperser un système d’information sur des serveurs multiples à forte capacité et accessibles sur Internet via des liaisons à haut débit, cette compagnie oranaise a mis au point la première solution de dématérialisation des salles informatiques basée sur un Cloud privé. Baptisée iSV (Issal Secure Vault), cette prestation informatique vise à permettre aux entreprises, dépourvues des gros moyens de stockage sécurisé et surtout de la culture de la protection des données, de bénéficier en ligne des ressources software virtuellement illimitées en capacité de mémoire et en puissance de calcul grâce à la technologie SaaS (Software as a Service) et sans obligation d’achat de licences.

 

Le résultat est assez étonnant. Issal a implanté, à Oran, le premier data-center de l’histoire de l’informatique en Algérie, dans le but de donner la possibilité aux sociétés d’éliminer le risque de voir leurs données disparaître en utilisant le procédé d’externalisation de leurs infrastructures voire leurs logiciels. Pour Zine Seghier, DG d’Issal, le Cloud Computing n’est plus un buzzword technologique, mais est devenu une nécessité pour des compagnies parmi lesquelles des assureurs, hébergeurs de sites web, concessionnaires d’automobiles et opérateurs des télécommunications. Pour le fondateur d’Issal, il n’y a plus de raisons qui justifient que hébergeurs fassent la promotion du .com et au payement au black des serveurs localisés hors des frontières du pays.

 

Son entreprise qui dispose désormais d’un data-center aussi performant et sécurisé que ceux utilisés par les leaders du providing dans le monde et d’un réseau électrique ultramoderne, cherche donc à inverser la tendance de l’achat des domaines. Il veut inciter les PME du pays à imiter Google et faire confiance au .dz. Issal qui va devenir la seule marque qui optimise la consommation de la bande passante internationale d’Algérie Télécom.


Source

ISSAL, Cloud Service Provider pour entreprises algériennes… dans les "nuages" et à Oran

zine-seghier-issal-cloud.jpg

 

Zine Seghier, PDG d'Issal (Ph. M'Hamed Kerrouche)

 

Le "Cloud Computing" ou "l’informatique dans les nuages", un concept récent qui permet l’accès à des ressources Data hébergées dans des serveurs, fait ses premiers pas en Algérie. ISSAL, le premier CSP (Cloud Service Provider) du pays, qui représente de prestigieux acteurs du Web comme Google, lance son propre Data-Center pour les entreprises et les administrations.

 

Une première offre locale de service Cloud Computing a été mise sur le marché par l’ISP (Internet service Provider) algérien ISSAL. "Nous n’avons rien à envier à des entreprises qui offrent des services Cloud et de hosting (hébergement, ndlr) un peu partout dans le monde. Nous sommes installés à Oran et représentons des noms prestigieux comme Google ou Asigra. D’autres noms tous aussi prestigieux viendront compléter notre offre", explique à Maghreb Emergent/ Le Quotidien d’Oran, Zine Seghier, Manager Général de ISSAL. Pour lui, le Cloud n’est assurément pas un phénomène de mode et il ne s’agit nullement de technologie "mais de business process". Selon la définition faite sur le site Web de ISSAL, le Cloud Computing est la mise à disposition de systèmes, d’applications ou de données hébergées dans un Data-Center hautement sécurisé, et les rendre accessibles de partout via Internet. C’est également la possibilité de consommer des services informatiques à la demande à travers Internet sans avoir à se soucier de problèmes d’infrastructures, de maintenance, de mise à jour et de sécurité. Notre interlocuteur définit son entreprise comme un ISP "dûment agréé par l’ARPT" dont le service ne se cantonne pas uniquement à l’accès. "Nous avons un modèle économique un peu différent de celui de nos collègues. Ils font un très bon travail chacun dans son domaine et sont particulièrement spécialisés. Nous croyons par ailleurs fermement en un système de “compétition” où justement un véritable écosystème est mis en place entre les différents acteurs ce qui leur permet de coopérer ensemble tout en étant concurrents", explique-t-il plaidant pour une mutualisation de l’infrastructure de l’opérateur historique Algérie Télécoms à l’image de celle des MVNO dans le monde de la téléphonie mobile. Zine Seghier croit en l’avenir du Cloud en Algérie. Car, dit-il, "nos entreprises ont les mêmes besoins que toutes les entreprises du monde entier". "ISSAL est un des rares CSP dans le monde Arabe et dans le continent. Nous avons investi dans une des plateformes les plus modernes de l’industrie et nous avons un Data-Center totalement virtualisé basé dans le pays et au service de nos entreprises", explique-t-il.

 

Un marché de Cloud à créer

L’offre actuelle s’adresse aux entreprises et "va s’étendre graduellement au marché de masse avec des offres bien spécifiques", promet-il. Si notre interlocuteur croit dur comme fer en un marché local, c’est parce qu’il estime que l’utilisation d’un stockage de données au sein même de l’entreprise n’a plus beaucoup de sens. Selon lui, avec le flux d’informations qui circulent, les moyens de stockage habituels ne sont d’aucune utilité. Parce qu’ils ne font que dupliquer les données de l’entreprise. "Et si un fichier corrompu est dupliqué vingt fois, ça nous donnera vingt fichiers corrompus ! Ensuite vient la restauration. Si ce même fichier devait être restauré, la catastrophe est assurée", dit-il encore, tout en rappelant que plus de 80% des entreprises qui perdent leurs données déposent le bilan dans les deux années qui suivent la catastrophe. Pour lui, les entreprises ont aujourd’hui, grâce au Cloud, la possibilité de sauvegarder leurs données, de dupliquer leurs ressources informatiques, et d’optimiser leurs propres ressources. Quelles sont les garanties du Cloud ? Selon notre interlocuteur, cette grande question peut trouver une réponse dans la virtualisation, le propre du Cloud, qui permet de dispatcher les données sur plusieurs serveurs et donc difficiles à saisir dans leur intégralité. Il rappelle, à ce propos, qu’une des plus grandes banques mondiales classée dans le top 10 et avec plus de 100,000 employés à travers le monde utilise Google Apps. De même pour l’un des plus grands fabricants d’accessoire automobiles, qui compte plus de 30,000 employés, ou un des plus gros pétrochimistes avec près de 20,000 employés. Il rappelle aussi qu’ISSAL est le représentant de Google Entreprise ou "Reseller for Enterprise" qui travaille dans la protection des données de l’entreprise, avec la mise à disposition de la plateforme de Cloud VPS.


Source

Edited by Hicham
Link to post
Share on other sites

ce Monsieur comme vous dites va Réduire l'utilisation de la bande passante à l'internationale en hébergeant tous les sites web hébergés à l'étranger qui devrait être faits ici , et donc au lieu de consommer la BPI qui est de ~80 Gbps , on va consommer la BP nationale qui devrait atteindre les 300 Gbps , et donc notre BPI sera moins sollicitée et on aura une connexion un peu plus rapide.

 

c'est quand même grave notre situation, on a presque aucun site web hébergé en Algérie , même les sites de journaux nationaux sont hébergés à l'étranger , pour lire le soir ou el watan , faut consommer de la bande passante internationale ????? les seuls sites hébergés chez nous sont ceux de l'état et encore pas tous !

 

puisque Algérie Télécom n'est pas prête à dépenser pour de la BP alors faut chercher un moyen de l'optimiser.

Edited by Hicham
Link to post
Share on other sites

Les gens hebergent leurs site a l'etranger car pour heberger en algerie, galere, galere... en plus la qualite est deplorable.. Bande passant nulle et pas de support de qualite... Alors qu'on aura des hebergements pros en Algerie, je serai le premier a revenir m'heberger :)

Link to post
Share on other sites
  • Moderators
ce Monsieur comme vous dites va Réduire l'utilisation de la bande passante à l'internationale en hébergeant tous les sites web hébergés à l'étranger qui devrait être faits ici , et donc au lieu de consommer la BPI qui est de ~80 Gbps , on va consommer la BP nationale qui devrait atteindre les 300 Gbps , et donc notre BPI sera moins sollicitée et on aura une connexion un peu plus rapide.

 

t'as mal interprété mes propos ;) ma remarque c'était par rapport aux gens qui jugeaient sans connaitre.

 

Pour info, la société pour laquelle je travaille (partenaire vmware), va probablement les accompagner dans ce projet :)

Link to post
Share on other sites
  • Moderators

ISSAL, Cloud Service Provider pour entreprises algériennes dans les «nuages» et à Oran

Le "Cloud Computing" ou "l'informatique dans les nuages", un concept récent qui permet l'accès à des ressources Data hébergées dans des serveurs, fait ses premiers pas en Algérie. ISSAL, le premier CSP (Cloud Service Provider) du pays, qui représente de prestigieux acteurs du Web comme Google, lance son propre Data-Center pour les entreprises et les administrations.

Une première offre locale de service Cloud Computing a été mise sur le marché par l'ISP

(Internet service Provider) algérien ISSAL. "Nous n'avons rien à envier à des entreprises qui offrent des services Cloud et de hosting (hébergement, ndlr) un peu partout dans le monde. Nous sommes installés à Oran et représentons des noms prestigieux comme Google ou Asigra. D'autres noms tous aussi prestigieux viendront compléter notre offre", explique à Maghreb Emergent/ Le Quotidien d'Oran, Zine Seghier, Manager Général de ISSAL. Pour lui, le Cloud n'est assurément pas un phénomène de mode et il ne s'agit nullement de technologie

"mais de business process". Selon la définition faite sur le site Web de ISSAL, le Cloud Computing est la mise à disposition de systèmes, d'applications ou de données hébergées dans un Data-Center hautement sécurisé, et les rendre accessibles de partout via Internet. C'est également la possibilité de consommer des services informatiques à la demande à travers

Internet sans avoir à se soucier de problèmes d'infrastructures, de maintenance, de mise à jour et de sécurité. Notre interlocuteur définit son entreprise comme un ISP "dûment agréé par

l'ARPT" dont le service ne se cantonne pas uniquement à l'accès. "Nous avons un modèle

économique un peu différent de celui de nos collègues. Ils font un très bon travail chacun dans

son domaine et sont particulièrement spécialisés. Nous croyons par ailleurs fermement en un

système de “compétition” où justement un véritable écosystème est mis en place entre les différents acteurs ce qui leur permet de coopérer ensemble tout en étant concurrents", explique-t-il plaidant pour une mutualisation de l'infrastructure de l'opérateur historique Algérie Télécoms à l'image de celle des MVNO dans le monde de la téléphonie mobile. Zine Seghier croit en l'avenir du Cloud en Algérie. Car, dit-il, "nos entreprises ont les mêmes besoins que toutes les entreprises du monde entier". "ISSAL est un des rares CSP dans le monde Arabe et dans le continent. Nous avons investi dans une des plateformes les plus modernes de l'industrie et nous avons un Data-Center totalement virtualisé basé dans le pays et au service de nos entreprises", explique-t-il. Un marché de Cloud à créer L'offre actuelle s'adresse aux entreprises et "va s'étendre graduellement au marché de masse

avec des offres bien spécifiques", promet-il. Si notre interlocuteur croit dur comme fer en un marché local, c'est parce qu'il estime que l'utilisation d'un stockage de données au sein même de l'entreprise n'a plus beaucoup de sens. Selon lui, avec le flux d'informations qui circulent, les moyens de stockage habituels ne sont d'aucune utilité. Parce qu'ils ne font que dupliquer

les données de l'entreprise. "Et si un fichier corrompu est dupliqué vingt fois, ça nous donnera vingt fichiers corrompus ! Ensuite vient la restauration. Si ce même fichier devait être

restauré, la catastrophe est assurée", dit-il encore, tout en rappelant que plus de 80% des entreprises qui perdent leurs données déposent le bilan dans les deux années qui suivent la

catastrophe. Pour lui, les entreprises ont aujourd'hui, grâce au Cloud, la possibilité de

sauvegarder leurs données, de dupliquer leurs ressources informatiques, et d'optimiser leurs propres ressources. Quelles sont les garanties du Cloud ? Selon notre interlocuteur, cette grande question peut trouver une réponse dans la virtualisation, le propre du Cloud, qui permet de dispatcher les données sur plusieurs serveurs et donc difficiles à saisir dans leur

intégralité. Il rappelle, à ce propos, qu'une des plus grandes banques mondiales classée dans le

top 10 et avec plus de 100,000 employés à travers le monde utilise Google Apps. De même pour l'un des plus grands fabricants d'accessoire automobiles, qui compte plus de 30,000

employés, ou un des plus gros pétrochimistes avec près de 20,000 employés. Il rappelle aussi qu'ISSAL est le représentant de Google Entreprise ou "Reseller for Enterprise" qui travaille dans la protection des données de l'entreprise, avec la mise

Link to post
Share on other sites
  • Administrators

Non mais franchement.. penser au Cloud pour nos sociétés au moment ou elles n'ont même pas "un site internet" ? ce type de service ne marchera jamais dans notre pays, car nos sociétés sont gérées par des dinosaures qui sont dépassé par notre époque et qui ne peuvent même pas utiliser un simple PC et consulter des emails, alors pour penser au "Cloud".. Ouaww lol

 

Pour le fondateur d’Issal, il n’y a plus de raisons qui justifient que hébergeurs fassent la promotion du .com et au payement au black des serveurs localisés hors des frontières du pays.

Notre sauveur!!!! ..non serieusement, même si je voulais prendre un ".dz" je pourrais pas.. pourquoi ? ah oui le cerist n'autorise que les société ayant un RC a avoir un NDD ! pas beau notre pays :)

De plus QUID de la bande passante vers l'International de ce nouveau datacenter ? on peut avoir du 100Mbps a un prix concurrentiel aux hébergeurs Français et européens??

 

C'est malheureux quand même notre pays na aucune politique dans le domaine des TICs, aucune formation digne de ce nom, aucune aide gouvernementale au contraire! que des contraintes, que des batons dans les roues pour les jeunes qui veulent se lancer et apporter du nouveau, sa me rends malade quand jy pense.

Link to post
Share on other sites

Bien sure a boire et a manger comme dhab pour..............

 

 

 

 

t'as mal interprété mes propos ;) ma remarque c'était par rapport aux gens qui jugeaient sans connaitre.

 

Pour info, la société pour laquelle je travaille (partenaire vmware), va probablement les accompagner dans ce projet :)

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



×
×
  • Create New...