Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'facebook'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Discussions
    • Actu - News High-Tech
    • Guesra
    • Etudes et enseignement
    • Juridique et administratif
    • Cuisine DZ
    • Photos et vidéos
    • Cimetière مقبرة
  • اللغة العربية
    • مناقشة عامة
    • عرض الهاتف المحمول والمشغل (3G ، 4G ...)
  • البرامج والأجهزة (نظام التشغيل / البرامج / الأجهزة)
  • التلفزيون ، الأقمار الصناعية ، فك التشفير ، IPTV
  • Réception TV
    • Les récepteurs SAT
    • IPTV
  • L'Internet en Algérie
    • ADSL Algérie
    • FTTH
    • hébergement et noms de domaine (HOSTING)
    • Liaisons Spécialisées : LS, FTTX
    • Toip / Voip : Services Téléphoniques sur Internet
  • News Téléphonie Fixe & Mobile
    • Opérateurs : Mobilis / Djezzy / Nedjma
    • Les téléphones GSM
  • Auto - Moto ALGÉRIE
    • Géolocalisation, SIG et cartographie
    • Actualités diverses
    • Achat-Vente
    • Tuning Auto ALGERIE
    • Dépannage mécanique
    • Location/vente des engins de travaux public
  • Systèmes d'Exploitation (OS)
    • GNU/Linux et Unix
    • Windows
    • Macintosh
  • Jeux : Pc / Consoles / Lan
    • Jeux en Réseau / LAN Arena
    • Consoles de salon
    • Consoles portables
    • Jeux Web
  • Informatique / Télécoms / Développement
  • Ventes & achats
  • Hébergeurs (privé)

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Lieu


Loisirs


Occupation


ID Facebook

Found 44 results

  1. La plupart des employés de Google et Facebook vont continuer à travailler de chez eux jusqu'à la fin de l'année, même si les bureaux devraient rouvrir cet été, en fonction de l'évolution de la pandémie de Covid-19. Les bureaux de Google et Facebook resteront vides en 2020. La plupart des employés des deux géants de la technologie vont continuer à travailler de chez eux jusqu'à la fin de l'année, même si les bureaux devraient réouvrir cet été, en fonction de l'évolution de la pandémie de Covid-19. Sundar Pichai, le PDG d'Alphabet (maison-mère de Google), a ainsi indiqué à ses 100.000 salariés qu'ils travailleront sans doute de leur foyer pour le reste de l'année 2020, selon des informations confirmées par Google. Le patron s'est adressé au personnel jeudi lors d'une assemblée générale hebdomadaire, en ligne. Il a expliqué que les personnes ayant besoin de retourner au bureau pourront le faire en juin ou en juillet, en appliquant des mesures de sécurité renforcées. Mais ils seront l'exception. Fin avril le groupe avait déjà précisé que le télétravail continuerait au moins jusqu'au 1er juin, et que le retour serait « échelonné » et « incrémental ». Pas de rassemblements jusqu'à juillet 2021 Même son de cloche chez Facebook, d'après les médias américains. Le réseau social planétaire envisage une réouverture de ses différents bureaux à partir du 6 juillet. Mais tous ses employés qui le souhaitent pourront continuer à travailler de chez eux jusqu'en 2021. Coronavirus : Apple et Google s'allient pour lancer un traçage mondial de la contamination Facebook et Google s'associent à des chercheurs pour cartographier le coronavirus Facebook employait 45.000 personnes dans le monde fin 2019 (sans compter les milliers de travailleurs employés par des sous-traitants) et prévoit d'en recruter 10.000 de plus pour accélérer le développement de son offre de produits et services, particulièrement adaptée aux mesures de distanciation sociale. Mark Zuckerberg, le patron du groupe, avait déjà annoncé le mois dernier que son groupe ne tiendrait pas de rassemblements de plus de 50 personnes avant juillet 2021 au mieux. Sources: LesEchos
  2. << Dans un rapport mensuel de comptes suspendus pour un soi-disant «comportement inauthentique coordonné», Facebook a déclaré avoir supprimé huit réseaux ces dernières semaines, dont un avec des liens vers la République islamique d’Iran Broadcasting Corporation (IRIB). Le diffuseur public iranien a utilisé des centaines de faux comptes de médias sociaux pour diffuser secrètement des messages pro-iraniens en ligne depuis au moins 2011, ciblant les électeurs de pays comme la Grande-Bretagne et les États-Unis, a déclaré Facebook mardi. Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de cybersécurité de Facebook, a déclaré que le réseau IRIB avait « des liens substantiels » avec les campagnes de désinformation iraniennes précédemment identifiées, mais il était trop tôt pour dire s’il était directement responsable de ces opérations. La société d’État IRIB, dont le chef est nommé par le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires. Les responsables iraniens ont précédemment rejeté les allégations de mener des campagnes de désinformation coordonnées comme «ridicules». La République islamique est devenue l’un des acteurs les plus persistants des opérations d’influence en ligne, car Facebook, Twitter et Google Alphabet ont dû lutter avec des groupes soutenus par l’État utilisant les médias sociaux pour poursuivre leurs agendas géopolitiques et diffuser la désinformation. Une enquête Reuters (ici) en 2018 a révélé qu’une opération basée à Téhéran avait utilisé plus de 70 sites Web déguisés en médias locaux pour diffuser secrètement la propagande de l’État iranien dans plus de 15 pays, à un moment donné, incitant le ministre pakistanais de la Défense de l’époque à publier un menace nucléaire contre Israël. Les responsables iraniens à Téhéran et à Londres n’ont pas répondu aux questions sur l’opération à l’époque. Gleicher a déclaré que le réseau nouvellement identifié avait utilisé des tactiques similaires, notamment en se faisant passer pour des sites Web de médias indépendants et des organisations caritatives, pour cibler des pays de l’Algérie et du Bangladesh au Royaume-Uni et au Zimbabwe. Le réseau a utilisé plus de 500 comptes sur Facebook et son site de partage de photos, Instagram, pour diffuser des messages souvent axés sur les conflits locaux ou la critique des actions américaines dans la région, a-t-il déclaré. «En général, il s’agissait de récits alignés sur les intérêts géopolitiques iraniens.» Des chercheurs de la société d’analyse des médias sociaux Graphika, qui ont examiné les comptes liés à IRIB avant leur suspension par Facebook, ont déclaré que certaines des premières activités identifiées remontaient à 2012 et visaient les primaires du parti républicain américain. Deux ans plus tard, d’autres comptes du réseau ont utilisé une poignée de faux personnages, mèmes et dessins animés pour soutenir la tentative de référendum écossais de se séparer du Royaume-Uni, ont-ils déclaré. Le responsable des enquêtes de Graphika, Ben Nimmo, a déclaré que ces tentatives étaient de courte durée, mais montrent que l’Iran expérimentait des ingérences électorales en ligne des années avant les prétendues tentatives russes d’influencer le vote présidentiel américain de 2016. Moscou a nié à plusieurs reprises ces accusations. « L’expérience iranienne était relativement minuscule et n’a pas duré longtemps ou n’a eu aucun impact notable. Ce qui est intéressant, c’est à quel point ils ont commencé tôt », a-t-il déclaré. «Tout ce démontage souligne la persistance de l’État iranien en ce qui concerne les opérations d’influence secrètes.» Source : Reuters >>c Source: Ntic-dz
  3. Samir_dz

    Jeux FACEBOOK

    Bonjour à tous Qui joue à Cityville ? J'y joue depuis une 10aine de jours, ce jeu est prenant et marrant mais vite stressant car on arrive vite en manque d’énergie, de marchandises et surtout le quota d'envoie et de réception de cadeaux est vite dépassé ! Avez vous des astuces ou explications à partager ? répondez ici afin de se rajouter des voisins joueurs !
  4. بالانترنت تتضاعف, لأسعار تنخفض .و الانترنت تصبح غير محدودة عند كل عملية شراء لجواز اتصال الجيل الثالث ، تحصلوا على المزيد من الجيل الثالث ، مع أسعار أقل و انترنت غير محدود! شكلوا * 600 # أو زوروا موقعنا على http://www.3g.dz Chez Mobilis, les offres 3G sont à l’affiche! Les pass de connexion 3G se multiplient… Les prix de connexion se divisent. Et la durée de connexion devient INFINIE !!! source : Page Facebook de Mobilis
  5. nabilos

    Eepad le retour ?

    Lancement du nouveau service Eepad : La tablette Eepad La box Assila La Zala Key La platforme R-TV La platforme Tarbiatic Prochainement.... Source page Facebook Eepad : https://www.facebook.com/Eepad2013
  6. Facebook subit des démissions en série à sa direction Quatre dirigeants de Facebook, dont la directrice marketing et son homologue chargé de la version mobile, ont décidé de quitter le réseau social. Une migration qui n'est jamais très bon signe pour la santé interne de l'entreprise. Est-ce simplement l'impression commune d'avoir fait le tour d'une plateforme qui ne peut plus inventer grand chose, ou est-ce le signe d'une déroute annoncée du réseau social le plus populaire du monde ? Ces derniers jours, quatre dirigeants de Facebook ont décidé de quitter l'entreprise, à un moment où le site semble avoir du mal à convaincre les investisseurs de lui (re)faire confiance. Ainsi, Computer World note que Facebook a confirmé les départs de Ethan Beard, le directeur des partenariats, Kate Mitic, la directrice marketing, Jonathan Matus, le directeur marketing de la version mobile de Facebook, et de Ben Blumenfeld, le directeur du design. Beard et Mitic avaient annoncé leur départ le même jour, le 1er août dernier. Le premier a dit partir vers "de nouvelles aventures", tandis que Kate Mitic a été plus précise en expliquant qu'elle créait une nouvelle start-up à Palo Alto, en Californie, dédiée aux mobiles. Matus a également indiqué qu'il avait "décidé de quitter Facebook pour explorer de nouvelles directions et des idées d'entreprises". Quant à Blumenfeld, il a fait savoir mercredi dernier qu'il allait se consacrer à un fonds de business angels pour aider les designers qui cherchent à "avoir un impact social positif". Depuis son entrée en bourse, Facebook a vu son titre perdre la moitié de sa valeur, avec un cours qui flirte actuellement avec les 22 dollars, contre 38 dollars au moment de son introduction sur le marché. Les marchés n'ont pas été rassurés par le chiffre de 83 millions de faux comptes avancé par Facebook, qui évalue ainsi à près de 10 % le nombre d'utilisateurs qui ne sont pas de véritables consommateurs potentiels auxquels peuvent s'adresser les annonceurs. Source
  7. Le roi d'Arabie Saoudite aurait des vues sur Facebook ! Abdallah Ben Abdel Aziz Al Saoud, le roi d'Arabie Saoudite, souhaite mettre la main sur le réseau social numéro un dans le monde, Facebook. Il se dit prêt à débourser la somme de 150 milliards de dollars pour prendre les commandes de la firme. Zuckerberg va-t-il être tenté ? Mais surtout pourquoi un intérêt soudain pour Facebook de la part des autorités saoudiennes ? En s'accaparant le réseau social, l'Arabie Saoudite pourrait avoir le contrôle total de son contenu. Il faut dire que Facebook a joué un rôle majeur dans les révolutions arabes qui ont secoué et qui continuent de secouer plusieurs pays arabes. Abdallah Ben Abdel Aziz Al Saoud aurait donc peur que ces révolutions touchent son pays, des manifestations organisées par des dissidents chiites ayant eu lieu récemment. Source
  8. Facebook met à jour l'affichage des photos Facebook annonce le déploiement d'un nouvel agencement pour la mise en page des photos de l'utilisateur. Le géant communautaire Facebook a peaufiné l'affichage des photos de l'utilisateur. Via son blog officiel, l'équipe annonce avoir revu la mise en page des clichés sous la forme d'une mosaïque et dans l'esprit de la Timeline. Trois nouveaux onglets permettront de charger respectivement les photos de l'utilisateur, celles qui ont été partagées avec ses contacts puis ses différents albums. Ce nouvel agencement n'est d'ailleurs pas sans rappeler celui de Google+ ou des publications « multi-photo » de Tumblr. Il suffira de cliquer sur l'image pour l'afficher en plus grand. L'internaute y retrouvera également des options pour l'ajouter à ses favoris, configurer sa visibilité, l'éditer ou la commenter. Le réseau multiplie ses investissements dans le domaine de la photo. Au mois de mai, la même équipe de développement avait levé le voile sur l'application mobile Facebook Camera. Le mois précédent la société avait procédé au rachat d'Instagram pour 1 milliard de dollars. La mise à jour sera déployée dans les prochaines semaines. Source
  9. Le réseau social professionnel PianeoJobs débarque sur Facebook L'application PianeoJobs sur Facebook permettra aux recruteurs et aux candidats d'être vus sur le célèbre réseau social et facilitera les rencontres. Le réseau social professionnel PianeoJobs arrive le 25 juillet 2012 sur Facebook Plus fort qu'un site d'emploi classique, le service permettra aux candidats d'envoyer gratuitement des annonces à des personnes spécifiques de leur réseau, « j'aime », de les publier sur leur mur et ainsi de renforcer leur visibilité auprès de tous leurs « amis ». Ils pourront être connectés sur Facebook tout en bénéficiant des informations de leur profil PianeoJobs, puisque critères de recherche, candidatures et profils seront synchronisés. Les internautes en recherche d'emploi seront donc en mesure d'accéder à un espace dédié, de consulter des annonces gratuitement, mais aussi de créer leur CV en ligne et même de gérer leurs candidatures, directement depuis l'application Facebook. Des annonces illimitées De leur côté, les recruteurs auront la possibilité de profiter de la vitalité de la plateforme communautaire et de son réseau, via la diffusion de leurs offres vers plus de 22 millions de candidats potentiels. Une fois inscrite, l'entreprise retrouvera son logo sur la homepage de l'application pendant douze mois. De plus, les recruteurs pourront diffuser des annonces de manière illimitée pendant un an. La fusion des sites d'emplois avec des réseaux communautaires commence à se développer en France. Outre Pianeojobs, le groupe Ekiajobs a lancé il y a une semaine PremsJob, une application permettant aux candidats de trouver un emploi sur Facebook. Depuis son lancement en novembre dernier, PianeoJobs dispose d'une base de données de 600 000 candidats Le service diffuse plus de 500 annonces de cadres supérieurs, cadres et non cadres. Piana HR Group, éditeur du service, estime que ce chiffre augmentera de manière exponentielle et table sur plus de 10 000 annonces avant fin décembre. Source
  10. Comment Facebook lit vos messages privés et peut les montrer à la police Tout ce que vous écrivez sur Facebook y compris la messagerie privée est scruté par les ordinateurs de Facebook, à la recherche d’activités criminelles.Si un comportement suspect, pédophilie, harcèlement, ect… Est détecté par ses algorithmes, le cas remonte à l’équipe de sécurité du réseau social. C’est seulement à cette étape que des yeux humains se posent sur des discussions privées. Le cas échéant, le géant d’Internet se met en relation avec la police. Toutes les entreprises surveillent ce qui se trame sur leur réseau. Mais une interview accordée à Reuters par Joe Sullivan, responsable de la sécurité à Facebook, est venue donner davantage de détails sur la manière dont Facebook a automatisé le processus de détection et comment, contrairement à d’autres géants, ce dernier est entièrement internalisé. Une détection intelligente Facebook se concentre en priorité sur les discussions supposées à risques. Le système accorde moins d’importance aux conversations entre deux membres qui ont l’habitude de discuter ensemble. En revanche, si deux membres ne sont pas amis, ont peu d’amis en commun, discutent pour la première fois et n’habitent pas dans la même zone, Facebook surveillera de plus près leurs échanges. Evidemment, les profils des mineurs font l’objet d’une attention particulière. Mieux : les programmes de surveillance prennent également en compte des phrases utilisées dans leur chats Facebook par des délinquants interpellés par le passé. Un sujet délicat Facebook est généralement très discrète sur la façon dont elle surveille ses utilisateurs. D’abord parce que l’entreprise craint qu’on lui reproche son peu de précaution vis-à-vis de la vie privée . L’autre raison est avancée par Reuters : avec cette technologie, Facebook ne détecte que très peu de comportements anormaux. L’interview de Reuters ne donne pas le nombre de cas transmis par Facebook aux services de police. Elle ne mentionne qu’un seul cas où Facebook est intervenu : un homme d’une trentaine d’années qui avait donné rendez-vous à une jeune fille de 13 ans au mois de mars. Mais Reuters cite « une demi-douzaine » d’officiers « louant » la manière dont « Facebook suscite des enquêtes ».« J’ai l’impression que pour chaque personne que nous arrêtons, dix autres passent à travers les mailles du filet », confirme à Reuters Jeffrey Duncan, de la police de Floride. Joe Sullivan, le chef de la sécurité de Facebook, est évidemment très prudent: « Nous n’avons jamais voulu mettre en place un environnement dans lequel nos employés ont accès à des conversations privées, c’est donc très importants que nous utilisions une technologie de détection qui a un taux de faux positifs [fausses alertes, ndlr] très bas. ».Dans sa communication officielle, Facebook ne parle pas de ce sytème : ni dans sa page destinée aux forces de l’ordre, ni dans le document confidentiel à l’intention des autorités de police et de justice, fuité fin 2011.« La question, c’est la transparence de Facebook » Raphaël Rault, avocat au cabinet BRM, rappelle que ce type de technologie n’est pas nouveau : « Les CGU [conditions générales d’utilisation, ndlr] du service utilisé peuvent prévoir ce “scan” des messages, à des fins de détection des comportements violents ou contraires aux bonnes mœurs. Quand on utilise un compte Gmail par exemple, un robot scanne nos e-mails pour proposer de la publicité ciblée. »Au niveau du droit, la détection automatique ne change pas vraiment la donne : « Il est possible d’avoir une modération automatique, basée sur des mots-clés par exemple, qui va systématiser le contrôle. Le code pénal, qui définit le statut des correspondances privées, s’applique, mais il faut également prendre en compte les finalités d’un tel traitement. Cela peut par exemple permettre au prestataire technique [ici, Facebook, ndlr] de ménager sa responsabilité : en France, on doit retirer un contenu manifestement illégal qui lui est signalé, y compris par un moyen automatique.La question, c’est la transparence, savoir si Facebook a informé ses utilisateurs. » Source
  11. Facebook victime d'une arnaque au faux Mario Kart ! Comme des milliers de Français inscrits sur Facebook, vous recevez régulièrement des invitations pour jouer à des jeux, mais méfiez-vous de celle qui vous convie à venir jouer à Mario Kart 7 Online ! Utilisant le nom du célèbre jeu vidéo sorti ces derniers mois sur la petite Nintendo 3DS, ce faux Mario Kart 7 est en réalité une arnaque qui sévit actuellement sur Facebook. Pour le comprendre, rien de plus facile : dès le départ, l'application vous demandera de remplir des formulaires, qui vous promettent la possibilité de remporter un lot. Or, cette arnaque au Mario Kart 7 est destinée à récupérer vos informations personnelles et votre liste de contacts Facebook. Évidemment, c'est le genre d'invitation qu'il vaut mieux décliner. Cette tromperie avait déjà fait le tour du réseau social, à la fin de l'année 2011. On dirait donc qu'elle a refait son apparition. Précisons qu'il n'existe, à l'heure actuelle, aucune déclinaison Facebook du jeu de Nintendo, Mario Kart 7. Source
  12. Facebook légalise le mariage gay INTERNET - L'icône signalant une union entre deux personnes du même sexe a changé... Un petit pictogramme pour Facebook, un grand pas pour la communauté homosexuelle. Un grand pas à l’échelle -toute symbolique- de Facebook to^^^^ois, puisque le réseau social propose désormais une icône propre aux couples mariés du même sexe. Le co-fondateur de Facebook en première ligne Jusqu’à présent, si se déclarer marié à une personne du même sexe était possible, le pictogramme signalant l’union était systématiquement représenté dans la timeline par une mariée en robe au bras de son époux. Mais samedi, Chris Hugues, co-fondateur de Facebook, a épousé son compagnon. Et selon le site Mashable, il a eu la joie d’inaugurer l’icône représentant deux mariés (ça marche aussi avec deux mariées). Facebook a donc pris François Hollande de vitesse, même si le gouvernement a assuré que la promesse de légaliser le mariage gay serait bientôt tenue. Source ok là c'est clair , facebook a vraiment touché le fond
  13. Facebook : nouvelle fonction de géolocalisation des membres sur mobile Facebook lance discrètement une nouvelle fonctionnalité, « Find Friends Nearby », disponible sur plateforme mobile, permettant aux membres inscrits sur le réseau social de « rechercher des amis à proximité ». Cette fonctionnalité n’a pas encore été annoncée officiellement et semble être en phase expérimentale pour le moment, mais vous pourrez tester cette dernière à cette adresse ou directement via l’application sur iOS ou Android, en vous rendant sur : Applications –> Retrouver des amis –> Autres Outils –> Rechercher des amis à proximité. Pour l’instant, cette dernière ne fonctionne que si les personnes sont présentes sur la même page, ça reste donc très limitée. Il faudra attendre un peu avant de savoir ce qu’elle donnera lorsqu’elle sera officiellement lancée et finalisé. Comme son nom l’indique, Find Friends Nearby vous permet de savoir lorsqu’un ami se trouve à proximité. Pour cela, il faut bien entendu que vous acceptiez que le service utilise vos données de géolocalisation sur votre téléphone. Cette fonctionnalité arrive sans grande surprise, deux mois après le rachat de Glancee par Facebook, un service qui permettait de trouver des utilisateurs qui partagent les mêmes centres d’intérêt à proximité. Dans ce cas de figure, Ryan Patterson, qui a développé cette fonctionnalité, explique que son utilisation sera idéale pour faciliter la prise de contact, afin de se retrouver pour certains événements. Par exemple, si vous organisez une soirée, vous allez pouvoir vous connecter à cette fonction sur Facebook et inviter directement toutes les personnes présentes dans la zone environnante, sans avoir à rechercher les noms un par un. Un conseil cependant, n’utilisez pas Find Friends Nearby lorsque vous prétextez un voyage en Chine pour éviter un événement trop ennuyeux, vous risqueriez de vous faire avoir bêtement. Source Mise à Jour du 26/06/2012 Facebook déconnecte son service de recherche géolocalisée d'amis La fonction de recherche d'amis à proximité lancée par le réseau social hier aura eu une durée de vie limitée, car Facebook a annoncé sa suspension aujourd'hui. Quelques heures seulement après avoir rendu publique la fonctionnalité de recherche d'amis à proximité, Facebook la désactive. La société Friendthem, qui édite déjà une solution mobile permettant de retrouver ses amis Facebook les plus proches, menace en effet d'attaquer en justice le géant des réseaux sociaux. Le site TechCrunch avait révélé que Facebook avait mis en ligne une fonctionnalité, disponible aussi bien depuis son site internet qu'à l'aide de son application mobile dédiée, permettant d'afficher une liste des membres du réseau social également connectés et situés à proximité. Ce service, baptisé FFN (pour Find friends nearby, « trouver des amis proches ») n'est désormais plus accessible. Source
  14. Facebook redresse la barre en bourse et prépare sa riposte Facebook reprend du poil de la bête sur le NASDAQ. La valeur de l'action est repassée au-dessus des 30 dollars après plusieurs semaines de dégringolade. En parallèle, le site communautaire se prépare à contre-attaquer sur le plan judiciaire pour mettre en échec les plaintes visant son entrée en bourse. La lente descente aux enfers de Facebook sur les marchés boursiers semble avoir pris fin. L'action du réseau social a repris des couleurs ces derniers jours, se permettant même de repasser au-dessus de la barre des 30 dollars (30,01 dollars très exactement). Il y a pourtant encore quelques jours, rien ne semblait freiner la chute de la valeur du titre. À son plus bas niveau, Facebook valait 25,52 dollars par action. En marge de ces péripéties boursières, le site communautaire va désormais contre-attaquer. Selon Facebook, "les plaignants se fondent largement sur des articles parus après l'entrée en bourse, utilisés comme sources de leurs allégations, mais ils ignorent que ce que Facebook et les banques ont fait selon eux respecte les pratiques habituelles et ne viole aucun règlement". Face à la myriade de plaintes le visant, Facebook a demandé à la justice américaine de toutes les regrouper à New York. Le tribunal "est celui qui convient le mieux, et le plus pratique pour centraliser les développements de la procédure avant procès". D'après l'AFP, les ratés boursiers du site communautaire sont dans le collimateur de 40 actions en justice. Si l'introduction en bourse de Facebook a été délicate à gérer pour les boursicoteurs et les investisseurs, Facebook a tout de même de quoi se consoler. Le site a rempli son objectif de lever le plus de fonds possibles en faisant monter les enchères. Un nombre très important d'actions ont été vendues, à un prix très élevé, permettant à Facebook de dégager de nouvelles ressources. Source "se Relever pour mieux tomber c'est bien connu, plus haut c'est mieux la chute sera"
  15. Facebook : l’App Center ouvre ses portes avec déjà 600 applications Il y a quelques semaines, Facebook annonçait l’ouverture de son App Center, un service dans lequel nous allons pouvoir retrouver des applications Web et de nombreuses applications pour téléphones mobiles. C’est chose faite, le service est disponible depuis hier aux États-Unis, vous pourrez y accéder depuis votre téléphone sous iOS et Android, ou directement sur votre PC en passant par Facebook. Si vous accédez à l’App Center depuis votre ordinateur, vous allez pouvoir envoyer les applications qui vous plaisent directement sur votre mobile, en utilisant la fonctionnalité « envoyer sur le mobile » (Send to Mobile). L’App Center compte déjà près de 600 applications, malheureusement, il faudra encore un peu patienter en France pour accéder au service sur mobile et à la fonctionnalité « Send to Mobile ». Se rendre sur l’App Center Facebook Un service « relais » L’App Center dispose de nombreuses applications comme Draw Something, Pinterest, ^^^^+ GPS ou encore de nouvelles applications comme Jetpack Joyride, Ghosts of Mistwood et Ghost Recon Commander. Un moyen pour Facebook d’attirer les utilisateurs et de les faire rester plus longtemps sur le site, puisqu’au final, pour la plupart des applications, vous serez redirigé soit vers l’AppStore ou sur le Google Play Store. Dans certains cas, vous allez directement pouvoir jouer sur le site, si vous passez par votre PC. Le service vous apporte des recommandations personnalisées, évaluées au fur et à mesure selon vos préférences et vous permettra également de parcourir les applications qu’utilisent vos amis. D’après Facebook, l’App Center ne répertorie que les applications en haute qualité. Source
  16. Facebook continue de plonger... et reçoit de mauvaises nouvelles Depuis 3 semaines, l'action Facebook a perdu un tiers de sa valeur. Le titre continue de plonger et aucune bonne nouvelle ne semble se profiler à l'horizon. Au contraire. La chute semble ne jamais finir pour Facebook. Alors que le réseau social de Mark Zuckerberg avait réalisé le 18 mai dernier une introduction en bourse (IPO) avec un prix par action de 38 dollars, valorisant le site à 104 milliards de dollars, l'action n'en finit plus de s'écrouler. Après avoir passé la barre symbolique des 30 dollars à la fin du mois dernier, l'action se négocie désormais à moins de 27 dollars. En trois semaines, le titre a perdu un tiers de sa valeur. Et le plongeon devrait continuer. Facebook n'est plus valorisé qu'à 57 milliards de dollars, soit 54 % de sa valorisation initiale. Le prix reste tout de même énorme si l'on songe qu'avec 900 millions d'utilisateurs dans le monde, une telle valorisation revient à considérer que chacun d'entre eux vaut encore 63 dollars. Un investisseur avait aussi parfaitement expliqué sur Techcrunch que du point de vue de Facebook, l'IPO avait été un immense succès puisque l'objectif était de lever le plus de fonds possibles en vendant des actions. Toutes les actions mises sur le marché ont été vendues. Le reste est l'équivalent du "marché d'occasion" des actions, qui ne regardent plus l'émetteur. Au moins à court ou moyen terme. A long terme, Facebook devra tout de même retrouver la confiance des investisseurs. Or à cet égard les mauvaises nouvelles s'accumulent pour le réseau social. L'agence Ipsos a réalisé un sondage pour Reuters qui montre que quatre utilisateurs sur cinq affirment ne jamais avoir acheté un produit ou un service après en avoir vu la publicité sur Facebook. Une étude en février par eMarketer avait déjà conclu que Facebook était un moins bon vecteur de transformation pour les annonceurs que les e-mails, pourtant surchargés de spam. Pas de quoi relancer une croissance qui s'annonce morose selon les prévisionnistes. Par ailleurs, et c'est peut-être le plus grave, l'IPO ratée de Facebook a un impact négatif sur son image et celle de la bourse. 44 % des sondés aux Etats-Unis estiment que l'introduction en bourse les a rendu moins "favorables" à l'égard de Facebook. Et surtout, 46 % des sondés indiquent que l'IPO de Facebook les rend moins enclins à investir dans la bourse en général. Source
  17. Facebook et Google devraient disparaître dans 5 ans Eric Jackson est un bloggeur qui a écrit un des articles des plus intéressants sur la surévaluation de Facebook, qui rencontre quelques déboires en bourse alors qu'il vient à peine d'y rentrer. Eric Jackson commence par expliquer que deux théories s’affrontent pour expliquer les cycles de vie des grandes entreprises. Celles qui considèrent prioritairement la manière dont elles sont dirigées, la qualité des dirigeants, donc leur formation, leurs visions stratégiques etc. et qui étudient l’effet de ces paramètres sur l’entreprise elle-même. La seconde théorie porte le nom d’“écologie entrepreneuriale” et insiste au contraire sur les effets des milieux, le moment où est née l’entreprise, dans quel contexte, reléguant au second plan les décisions des dirigeants. Eric Jackson dit avoir longtemps dédaigné cette seconde théorie, mais l’observation de l’économie numérique l’amène aujourd’hui à considérer que la viabilité d’une entreprise dépend grandement du moment et du contexte de sa naissance. Et pour lui, il y a de grandes différences entre les Babys Boomers, la génération X (celle des années 70), et celle du nouveau millénaire, ce qui donne, en termes d’économie numérique, trois périodes. Le web 1.0, celui de Netscape, Google ou Amazon. Le web 2 .0, celui de Facebook, LinkedIn ou Groupon. Et le Mobile (avec par exemple Instagram). Et chaque génération a beaucoup de mal à s’adapter aux changements apportés par la nouvelle génération. Google s’est imposé en organisant mieux le chaos du web que ne le faisaient ses concurrents, mais a du mal à s’adapter à la nouvelle manière de penser qui s’est imposée avec le web social (pour Jackson, Google +, le réseau social de Google, est une “ville fantôme”). Quant à Facebook, s’il a emporté la mise du web social, il est probable qu’il ait du mal à franchir le cap de la nouvelle génération. Le web est mort Voici l’analyse d’Eric Jackson, qui précède les événements des derniers jours. Pour lui, ce qui caractérise les entreprises de la nouvelle génération, c’est qu’elles considèrent le mobile comme le premier lieu (voire le lieu exclusif) de leur épanouissement. Elles se conçoivent comme des applications, pas comme des sites web. Or, selon Jackson “Il n’y aura pas de web 3.0, parce que le web est mort.” Pis encore, les entreprises des deux premières générations semblent incapables de s’adapter à ce nouveau paradigme. Ainsi, Facebook perd de l’argent dans le mobile, s’étant contenté de fournir des versions iPhone et iPad de son site internet. Son modèle économique est fondé sur le web (avec d’ailleurs une baisse de revenus entre le dernier trimestre 2011 et le premier trimestre 2012), et Jackson ne voit aucune stratégie pour gagner de l’argent sur le mobile. Comment Facebook peut-il résoudre la question du passage à l’ère du mobile ? Et Jackson de citer un analyste qui explique que Facebook devra sans doute diviser ses services en différentes applications ou site HTML 5 : une pour la messagerie, une pour le fil d’actualité, une autre pour les photos, etc. Cette fragmentation se fera sans doute au détriment de l’essence de Facebook. Et pour lui, le rachat récent d’Instagram par Facebook, entreprise symptomatique de la nouvelle génération, montre simplement la peur de l’entreprise d’être dépassée par un nouveau modèle. Et puis, considérant comment Facebook a traîné les pieds pour aller vers le mobile, Jackson prédit que ces changements prendront trop de temps… car il faut aussi prendre en considération la vitesse des mutations. Et Jackson de citer Tim Cook, le nouveau P-DG d’Apple, qui expliquait qu’en deux ans, l’entreprise avait vendu 67 millions d’IPad, or, il lui avait fallu 24 ans pour vendre le même nombre de Mac, 5 ans pour vendre le même nombre d’iPod et 3 ans pour vendre le même nombre d’iPhone. Et il est tout à fait possible que le rythme des mutations s’accélère encore dans les années à venir. Conclusion d’Eric Jackson : “Les Google et les Facebook de demain n’existent pas encore aujourd’hui. Et d’ici là, bon nombre d’entreprises du web 1.0 et du web 2.0 auront été complètement rayées de la carte. La fortune viendra à ceux qui sauront s’adapter et investir dans cet espace en pleine jachère. Ceux à qui appartiendra l’avenir sont ceux qui le créeront. Les monopoles du web n’ont pas la vie aussi dure que ceux d’antan.” L'intérêt de cette analyse pendant la semaine d'introduction de Facebook en Bourse est de montrer que la chute de l’action est sans doute due en grande partie aux jeux de passe de Stanley Morgan, mais aussi à une faiblesse fondamentale de Facebook, qui elle, n’avait pas échappé aux observateurs avisés de l’économie numérique. Facebook est déjà un dinosaure. Source
  18. Facebook éjecte Chrome des navigateurs recommandés et choisit Opera C'est un changement qui peut en dire long. Facebook a procédé à la modification de sa page présentant la liste des navigateurs web recommandés. Chrome a été remplacé par Opera, à côté d'Internet Explorer et Firefox. Or, des rumeurs persistantes laissent entendre que le réseau social envisage de racheter l'éditeur norvégien Opera Software. Parmi les différentes rumeurs circulant sur Facebook, il en est une relative au navigateur web Opera. À en croire les récents bruits de couloir, le réseau social américain aurait l'intention d'acquérir l'éditeur norvégien. De cette façon, Facebook disposerait alors de son propre logiciel de navigation et, par conséquent, d'une arme supplémentaire pour affronter Apple et Google. Sur le papier, cette décision aurait du sens. Facebook cherche à développer ses activités dans le mobile, et les dernières actualités le prouvent. En plus de proposer une application mobile permettant d'accéder à son service, Facebook met à disposition un logiciel de messagerie et une application pour prendre des photos (Camera). En outre, Facebook a racheté Instagram pour un milliard de dollars. Si Opera n'est certes pas le navigateur le plus utilisé, il est to^^^^ois considéré comme l'un des principaux logiciels du marché, aux côtés d'Internet Explorer, Firefox, Chrome et Safari. Et puisque ces derniers ne sont pas achetables pour diverses raisons, c'est vers Opera que Facebook se tournerait logiquement. D'autant que le logiciel est déjà présent sur iOS, Android, BlackBerry ou Windows Mobile. Si cette rumeur n'est évidemment pas commentée par Facebook, le réseau social a procédé à une modification qui ne peut que l'alimenter. Le site Fav Browser a en effet constaté que le site communautaire ne suggère plus Chrome dans la liste des navigateurs recommandés. À la place, c'est Opera qui est suggéré aux internautes, en plus de Firefox et Internet Explorer. Difficile de savoir à quand remonte cette modification. Le site Hacker News a publié une actualité en ce sens il y a une semaine. Le cache de Google affiche également la modification. Une autre hypothèse reste néanmoins valable : ce changement illustre peut-être la tension croissante entre Google et Facebook sur de multiples domaines. Source
  19. Facebook plancherait sur un smartphone avec des anciens d'Apple Le New York Times a révélé que des anciens d'Apple ayant travaillé sur l'iPhone et l'iPad développeraient un smartphone pour Facebook. Facebook Phone, troisième épisode ! Voilà en substance ce que l'on pourrait dire de la révélation faite ce dimanche 27 mai par le New York Times. Selon le journal américain, le réseau social aurait embauché « plus d'une demi-douzaine d'anciens ingénieurs logiciel et matériel d'Apple ayant travaillé sur l'iPhone ainsi qu'une personne ayant travaillé sur l'iPad ». Cette équipe serait sur le dossier d'un smartphone Facebook qui pourrait être présenté en 2013. En revanche, l'article ne dit pas si ces personnes ont été débauchées ou si elles avaient déjà quitté Apple lorsqu'elles ont rejoint Facebook. Il ne dit pas non plus à quel moment Facebook les a approchées. La rencontre a-t-elle eu lieu du vivant de Jobs ou après son décès ? Enfin question sensible, Jon Rubinstein fait-il parti de l'équipe Facebook. Ancien patron de la division iPod d'Apple, il avait quitté Apple pour rejoindre Palm en 2007 et développer WebOS. C'est donc la troisième fois que la rumeur d'un téléphone Facebook refait surface : en 2010, TechCrunch rapportait que Facebook avait dans ses cartons un téléphone en préparation et, l'année dernière, c'est le blog AllThingsD qui dévoilait que HTC et le réseau social travaillait sur un projet nommé Buffy, un téléphone censé tourner sur une version modifiée d'Android. HTC avait également sorti en 2011 le Chacha, qualifié de Facebook Phone parce qu'il disposait d'un bouton physique pour publier directement sur son mur Facebook. Concilier la culture du hardware et celle du software Pour cette troisième tentative, le réseau social semble avoir intégré que la conception et la fabrication d'un smartphone ne s'obtiennent pas en claquant des doigts. La compagnie aurait donc, d'une part, agrandi l'équipe du projet Buffy et, par ailleurs, d'autres équipes constituées d'ingénieurs travaillant déjà dans ce domaine avant d'intégrer Facebook, se seraient formées plus récemment. Un des anciens d'Apple – qui souhaite garder l'anonymat, comme ses collègues – aurait rencontré Mark Zuckerberg en personne. Ce dernier semblait très intéressé par le sujet et aurait même posé des questions ayant trait aux composants des téléphones. Mais le mélange des « cultures » entre ingénieurs hardware et software n'est pas chose facile. Et, à ce petit jeu, pour le moment, seul Apple semble avoir trouvé la formule gagnante. Facebook recherche une diversification des revenus Comme nous l'avons déjà évoqué - et comme s'accordent à le dire tous les investisseurs et spécialistes du Web, la mobilité semble être la clé de voûte indispensable à l'avenir de Facebook. Après avoir fait main basse sur une flopée d'applications mobiles (Instagram, Lightbox, Glancee et Karma) ainsi que sur leurs développeurs, et alors même qu'on laisse entendre que Facebook pourrait créer son propre navigateur en rachetant Opera Software, la firme de Mark Zuckerberg n'a donc d'autres choix que de lorgner également du côté des fabricants de téléphones. Citant un autre employé de Facebook, le New York Times révèle : « Mark est inquiet du fait que, s'il ne crée pas un téléphone prochainement, Facebook se résume à une application sur les plateformes mobiles ». Une inquiétude certainement motivée par la position qu'occupent ses concurrents directs. D'une part, Google a un bon coup d'avance en la matière avec son Nexus et le récent rachat de Motorola et de ses brevets qui pourrait – pourquoi pas – aboutir à quelque chose de révolutionnaire. Par ailleurs, Twitter, contrairement à Facebook, entretient de bonnes relations avec Apple : pour rappel, l'application est intégrée en standard dans iOS 5. Facebook, avec sa récente entrée en Bourse et la levée de 16 milliards de dollars, a désormais des moyens considérables pour financer de grosses équipes de développeurs. Mais aussi pour prospecter du côté des fabricants de mobiles, que ce soit pour un partenariat (comme Samsung et Google pour le Nexus), ou pour un rachat. Après tout, RIM n'est estimé « qu'à » 5,7 milliards de dollars. Reste à savoir si un Facebook Phone se confirmera... plusieurs projets au sein de Facebook semblant être menés de front. Comme pour ce qui relève des récents rachats d'applications mobiles, la stratégie du réseau social reste pour le moment floue. Source
  20. Facebook poursuit sa glissade en bourse Business - Pour son troisième jour de cotation, l'action du réseau social a encore plongé de près de 9%... La défiance des investisseurs envers le titre Facebook se poursuit à la bourse de New York. Pour son troisième jour de cotation, l'action du géant a une nouvelle fois dévissé, perdant 8,90% à 31,00 dollars. Au total, le titre a perdu 18,42% de sa valeur depuis son introduction vendredi. En moins de quatre jours, la valorisation du site aux 900 millions d'utilisateurs a baissé de quelque 19 milliards de dollars. Ce massacre suscite pas mal de critiques dans le petit monde de la finance qui commence à évoquer une introduction ratée, car surévaluée et trop massive. Le rôle des banques critiqué D'après les estimations de Wall Street compilées et analysées par Thomson Reuters Starmine, le niveau raisonnable pour l'action Facebook au vu des perspectives de résultats du groupe serait de 9,59 dollars - soit le quart de son prix d'introduction en Bourse. Par ailleurs, des médias américains assurant que les analystes des trois principales banques impliquées dans l'IPO avaient revu en baisse leurs attentes pour les résultats du site internet dans les jours précédant l'entrée en Bourse, et en avaient averti certains de leurs clients qui du coup auraient perdu de l'intérêt pour le titre. Une enquête de la SEC, le gendarme américain de la Bourse n'est donc pas à exclure... Source
  21. Mark Zuckerberg annonce Aujourd'hui son mariage sur Facebook Le fondateur et directeur général de Facebook, a épousé samedi sa petite amie de longue date Priscilla Chan, annonçant l'événement en modifiant son propre statut sur le réseau social. Vous pouvez "liker" l'histoire. Ou pas. L'histoire est trop "LOL". Mark Zuckerberg, geek milliardaire fondateur et directeur général de Facebook, a épousé samedi sa petite amie de longue date Priscilla Chan, annonçant l'événement en modifiant son propre statut sur le réseau social. Normal, en somme... Le mariage du milliardaire, âgé de 28 ans, a eu lieu le lendemain de l'entrée en bourse de Facebook qui s'est soldée par un résultat en demi-teinte. Quoiqu'il en soit, cette introduction en Bourse mitigée n'a pas provoqué l'annulation de la cérémonie de mariage, qui s'est déroulée dans l'intimité à Palo Alto en Californie. Le couple avait pris la décision de se marier il y a quatre mois et les convives ont été surpris car ils ont d'abord cru que la fête était donnée en l'honneur de Chan récemment diplômée en médecine, rapporte le magazine People. Heureux de cette atypique publication de bans en ligne, plus de 400.000 personnes à l'âme un peu fleur bleue ont "liké" l'évènement, déclarant ainsi sur le site qu'elles "aimaient" le changement de statut de Zuckerberg. Le richissime geek a par ailleurs publié une photo des jeunes mariés souriants. Détail amusant, Zuckerberg y apparaît dans un costume bleu foncé et en cravate, rompant avec le port de son habituel sweat-shirt à capuche. La mariée porte quant à elle une robe blanche sans manche. Un commentaire lapidaire accompagnait la photo : "Mark a ajouté le 19 mai 2012 un événement à l'histoire de sa vie: il a épousé Priscilla Chan". MDR. Source
  22. Facebook évalué à 82 milliards d'euros pour son entrée en bourse Facebook fait son entrée en bourse ce vendredi. Le site communautaire, né il y a moins de dix ans, va atteindre une valorisation de 82 milliards d'euros, grâce à une valeur d'action fixée à 38 dollars. Facebook devient ainsi l'entreprise ayant réalisé la plus grosse entrée en bourse dans le secteur Internet. Mais d'aucuns craignent qu'une bulle ne se soit formée autour du site. Cette fois, ça y est. Huit ans à peine après sa naissance à l'université Harvard, Facebook va désormais être côté en bourse. Le réseau social américain fondé par Mark Zuckerberg et trois de ses amis a annoncé dans un communiqué la mise sur le marché de 421 233 615 actions au prix de 38 dollars l'unité (environ 30 euros). Ce prix permet au site d'atteindre une valorisation de 82 milliards d'euros (104 milliards de dollars). C'est sans aucun doute la plus grosse entrée en bourse pour une entreprise s'appuyant sur Internet. À titre de comparaison, Google avait obtenu une valorisation de 18 milliards d'euros (23 milliards de dollars) lors de son introduction en bourse en 2004. Depuis, la firme de Mountain View a dépassé toutes les espérances puisque la capitalisation boursière de l'entreprise est de 157 milliards d'euros. Alors que les échanges boursiers commenceront véritablement ce vendredi sur le NASDAQ, sous le sigle "FB", l'opération permet également à Facebook de lever 5,39 milliards d'euros (6,84 milliards de dollars) en cédant près de 180 millions d'actions. Si l'opération s'avère être un succès, le réseau social compte mettre plus de 63 millions de nouvelles actions sur le marché. Il reste maintenant à observer l'évolution du cours de l'action dans les prochains jours. Beaucoup craignent en effet qu'une bulle ne se soit formée autour du site communautaire, causant un véritable emballement de la machine. En effet, si Facebook continue d'attirer toujours plus d'internautes, avec 900 millions de membres au compteur la croissance de son chiffre d'affaires a connu un certain ralentissement. Les performances financières du site, moins bonnes que prévues, conjuguées avec des acquisitions très lourdes, à l'image du rachat d'Instagram pour 1 milliard de dollars, sont autant d'éléments qui incitent à une certaine prudence quant à l'avenir du cours de l'action. Des entreprises comme Zynga (jeux vidéo) et Groupon (commerce) ont également fait leur entrée en bourse avec plein d'ambition, avant de déchanter. Source haha du délire , regardez ça : Source
  23. App Center : Facebook va lancer son propre marché d’applications Le réseau social dévoile un nouvel espace qui recensera bientôt les meilleures applis Web et mobiles fonctionnant avec son propre système d'identification. Facebook vient d’annoncer qu’il lancera, dans les prochaines semaines, un nouvel espace sur son site et ses applis mobiles. Accessible uniquement aux développeurs, pour le moment, App Center est, comme son nom l’indique, un marché qui permet « aux utilisateurs de Facebook de trouver les applications sociales qu'ils recherchent. » App Center n’accueillera pas seulement les applications Facebook traditionnelles, qui tournent sur sa plateforme : les développeurs vont également pouvoir proposer des programmes pour Android et iOS, ainsi que des applications Web indépendantes. Seule exigence : ces applications devront fonctionner avec Facebook Connect pour l’identification de leurs utilisateurs. Pas de concurrence frontale avec Google et Apple App Center ne sera donc pas un concurrent direct de l’App Store ou de Google Play, mais plutôt une sélection d’applications compatibles Facebook. Ainsi, lorsqu’un utilisateur choisira, depuis son téléphone portable, un programme Android ou iOS sur App Center, il sera redirigé vers le magasin d’applications de son système d'exploitation mobile. Le réseau social ne cache pas ses intentions : « L'App Center a été conçu pour développer les applications mobiles qui utilisent Facebook. » Celles-ci seront donc âprement sélectionnées, le site se réservant le droit de ne pas les accepter si elles ne respectent pas ses directives. Le site souhaite clairement miser sur la valeur de sa sélection : « Le succès sur l’App Center est lié à la qualité d’une appli. Nous utilisons une grande variété de signaux, comme les notes des utilisateurs et leur engagement, pour déterminer si une appli sera listée sur l'App Center. » Facebook a profité de cette annonce pour en faire une seconde : le lancement d’un programme en bêta permettant aux développeurs de lancer des applications payantes sur sa propre plateforme. Source
  24. Depuis la fermeture forcée du site de téléchargement MegaUpload, le groupe d’activistes Anonymous enchaine les opérations punitives à un rythme effrainé. Après les sites du FBI, de la RIAA, de la Maison Blanche, d’Universal, de la Warner, d’EMI, de Disney, Vivendi, SONY, CBS et même certains sites français comme ceux du Ministère de la Justice, de l’HADOPI et de la SACEM; le réseau social Facebook est apparemment la prochaine cible du groupe… Si le message vidéo qui suit est authentique (ce qui reste à confirmer), les internautes ont donc majoritairement désigné Facebook en réponse à deux messages (1/2) diffusés ces dernières 48 heures via Twitter… http://www.youtube.com/watch?v=oVSQ3JIgIXE&feature=youtu.be La suite... http://sur-lenet.com/wordpress/archives/55738 Page FACEBOOK du groupe avec un message : https://www.facebook.com/note.php?note_id=126993490708569 [h=2]Anonymous sous mandat d'arrêt depuis le 28 janvier 2011.[/h] par anonymous hactivist, lundi 25 avril 2011, 07:47
×
×
  • Create New...